image_pdfimage_print

ImageToutes sortes d’animaux. Dieu dit : « Je veux que la terre produise toutes sortes d’animaux : animaux domestiques, petites bêtes et animaux sauvages de chaque espèce ». Et cela arrive. Ainsi, Dieu fait les différentes espèces d’animaux sauvages, les différentes espèces d’animaux domestiques et les petites bêtes. Dieu voit que  c’est une bonne chose.

Dossier sur Genèse 1, versets 24 et 25 proposé par l’Inspection luthérienne de Paris. Catherine Blanc, Mireille Chambon, Pierre Choupaut, Jean-Claude Deroche, Patricia Lefevre, Annie Noblesse Rocher, Jean-Frédéric Patrzynski et Patrice Rolin. Mise en page Evelyne Schaller.

Retour au sommaire ici

Introduction
L’enfant ressent pour l’animal des sentiments ambivalents : l’animal l’attire au point qu’il s’identifie à lui.
Certaines difficultés psychologiques peuvent ainsi être abordées  grâce à la proximité d’un animal. Mais l’enfant éprouve tout autant une sorte d’appréhension, de peur, vis-à-vis de l’animal, surtout quand il est méconnu ou sauvage. C’est la peur du loup…
Attirance  et appréhension seront traités dans cette séquence consacrée aux animaux proches et lointains.
Ne pas oublier que la classification en genre et en espèce est inaccessible à des enfants petits.
Cette séquence peut se décomposer en plusieurs séances. On pourra s’attarder sur tel ou tel animal.
Ce sont les questions et l’intérêt des enfants qui nous guideront.
La sauvegarde  de la Création peut donner lieu à une séance particulière.

Accueil des enfants
Les deux espaces d’activités sont toujours bien définis. Un lieu au sol, plus décontracté, invitant à l’écoute et au partage d’expérience et à la narration et le temps de prière : une grande couverture, des coussins, des livres…
Un autre lieu, une table, par exemple, qui proposera le matériel pour l’activité manuelle.

Matériel
-des ouvrages sur les animaux, si possible une diversité entre animaux domestiques (chien, chat lapin…vache, chèvre, mouton, cheval…) et animaux sauvages (loup, ours, félins, mammifères des autres continents)
et ouvrages plus spécialisés envers les animaux en voie de disparition
-des livres pour enfants présentant des histoires d’animaux, choisis pour leur poésies ou leur humour
-de la pâte a modelée de plusieurs couleurs
-des petites plaques en carton
-des grandes feuilles de dessin
-de la gouache de couleur
-des pinceaux

Texte biblique : Genèse 1,24 à 25
Lecture du texte à partir de la Bible
Premier temps d’animation : regarder ensemble des livres, et échanger des expériences
Avec les enfants, organiser un temps de découverte des livres que vous aurez choisi.
Les ouvrages sont choisis en fonction du groupe, de l’âge et de l’objectif choisi (par exemple si on veut  travailler sur la peur du loup, ou plutôt sur les animaux en voie de disparition…)
Les faire parler de leurs expériences, les animaux qu ’ils ont vu en vacance, à la campagne, à la montagne, ou près de chez eux.
Les inviter à découvrir des animaux qu’ils ne connaissent pas. On peut parler des espèces en voie de disparition et de la protection des animaux. Les enfants ont glané çà et là des informations et sont très sensibles à ces problèmes. On peut évoquer l’abandon des chiens en été.
Autres pistes de discussion : comment communiquent les animaux entre eux ? On peut inviter un poisson rouge dans son bocal et l’observer : il ne parle pas il ne fait pas de bruit ; pourtant il communique. Comment ?
Ou encore : les moyens de défense des animaux. On dressera l’inventaire avec les enfants. La vitesse pour se sauver, la force comme l ’éléphant, la ruse du crocodile qui nage entre deux eaux, les animaux qui changent de couleur…
Une histoire à raconter : « le petit lièvre gris », in  Toboggan N°135 (Ed.Milan).
C’est l’histoire d’un petit lièvre gris qui voudrait être beige doré comme la marmotte ou roux comme le renardeau…Ce n’est qu’avec les premières neiges quand son pelage devient blanc et que sa couleur le protège  face à tous ses ennemis qu’il découvre que ce n’est pas si mal d’être un petit lièvre gris.

Poèmes
Les enfants ont appris des poèmes  ou des comptines sur les animaux à l’école.
C’est  l’occasion de se lever, de s’exprimer devant les autres. On écoute et on applaudit.

Quelques exemples de poèmes

«  Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom. »
Paul Eluard, Liberté

« L’oiseau dans sa cage est loquace
Mais il se tait soudain devant
Le chat qui passe et repasse
La moustache et l’oreille au vent »
Maurice Fombeure, A dos d’oiseau

« Coccinelle, demoiselle, bête à bon Dieu,
Petits points blancs, elle attend,
Petits points rouges, elle bouge,
Petits points noirs,
Coccinelle, au revoir ! »

Deuxième temps d’animation : modelage et peinture. Changement de lieu, travail à une table.

Réalisation et expression.
Piste 1 : modelage
A l’aide de pâte à modelée de différents types de couleurs , suggérer aux enfants de modeler les animaux aux quels ils pensent, ou bien les orienter vers une classification possible : animaux domestique et animaux sauvages, animaux d’ici et animaux d’ailleurs…
Chaque enfant peut disposer sa ménagerie sur une des plaques de carton

Piste 2 : expression picturale
Avec les gouaches, sans imposer la moindre couleur, inviter les enfants à dessiner et peindre les animaux qu’ils souhaitent. On pourra imaginer la même catégorisation que pour la piste 1
On peut prévoir de grandes feuilles pour faire des panneaux pour les présenter lors d’une célébration par exemple.
On peut imaginer une exposition des œuvres des enfants à la fin de tout le parcours Tohu Bohu, pour présenter l’atelier aux parents ou imaginer un culte pour le temps de la création ou le temps des récoltes.

Piste 3 : Imaginer en semble une histoire d’animaux et en peindre les différentes scènes.
Ou illustrer un poème.

Temps de prière : pour ce temps, les enfants sont invités à retourner s’asseoir sur la couverture.

Merci mon Dieu, car tu as fait les jolies coccinelles comme des étoiles.
Merci mon Dieu, pour les chats si doux et les chiens qui jouent.
Merci mon dieu pour les oiseaux aux belles plumes et leur chant si gai.
Merci mon Dieu pour les grands éléphants et les léopards qui courent si vite.
Amen

Crédits Inspection luthérienne de Paris. Catherine Blanc, Mireille Chambon, Pierre Choupaut, Jean-Claude Deroche, Patricia Lefevre, Annie Noblesse Rocher, Jean-Frédéric Patrzynski et Patrice Rolin. Point KT