image_pdfimage_print

Vous le savez, en Angleterre le five o’clock Tea est une coutume fondamentale.

On ne le prépare pas n’importe comment, mais suivant un rituel précis depuis 1840 où la septième duchesse de Bedford a pris l’habitude de déguster un thé et une collation pour faire le joint entre le déjeuner qui était pris très tôt et le dîner qui se faisait attendre.

Je vous invite à découvrir comment préparer le thé à l’anglaise… mais aussi comment préparer le thé de nos projets selon Jérémie 29.

 

 

Prenez une théière

Mettez-y de l’eau bouillante.

Puis jetez cette eau qui est simplement destinée à réchauffer la théière pour exalter tous les parfums.

 

Prenez un être humain

Aspergez-le d’eau au moment de son baptême. Pas bouillante cependant, tempérée, c’est mieux.

Cette eau peut être vue comme une eau qui lave de la vie passée… Mais voyons-la plutôt comme une eau qui réchauffe nos cœurs pour les projets de Dieu.

 Mettre une cuillère à thé en vrac par personne de Ceylan (1) bon pour la digestion, ou de Darjeeling  (2) qui lutte contre le vieillissement ou encore de l’Earl Grey (3) qui apaise le stress et l’anxiété.

  • Mettez dans vos cœurs des projets qui ouvrent à la digestion. C’est-à-dire des projets que vous prenez le temps de mûrir, d’intégrer à votre quotidien.
  • Mettez aussi dans vos cœurs des projets innovants qui luttent contre la sclérose que risque toute Église quand elle ne complaît uniquement dans le passé rêvé comme un âge d’or.
  • Mettez dans vos cœurs des projets qui apaisent et encouragent.

Ajouter une cuillère pour la théière.

  • Ajoutez la part de Dieu. C’est-à-dire ne l’oubliez pas dans vos projets. Mais comment savoir ce que Dieu veut pour nous, ce que Dieu veut que nous entreprenions, si nous ne sommes pas en conversation avec lui ? Conscients que « Dieu ne réalisera pas tous nos désirs mais qu’il tiendra toutes ses promesses » comme le dit Bonhoeffer, nous allons d’abord faire silence et écouter ce que Dieu a à nous dire.
  • Cette attitude d’écoute permet de laisser germer en nous la confiance et l’espérance même lorsque le présent nous incite au découragement.

Versez l’eau frémissante.

  • Versez l’espérance.
  • Cette attitude nous fait regarder vers l’avenir et non vers le passé ; L’espérance (et non l’espoir). Autant l’espoir mobilise peu car son objet reste souvent assez vague, autant l’espérance suscite l’action, c’est-à-dire à vibrer (vibrer, c’est un peu comme frémir, non?).
  • L’espérance invite à la mobilisation pour construire un monde plus juste, plus humain, plus solidaire, plus lumineux. L’espérance, fondée sur la prière, et la foi en Celui qui est venu partager notre condition humaine, ouvre le cœur et l’esprit pour approcher le Christ au contact de nos frères et sœurs.
  • L’espérance pétille et nous élève.

Laisser infuser 5 minutes.

  • Pensez aux bénéficiaires du projet et pas seulement à nous et à notre vision et engageons-nous avec Lui là où il nous a placé et là où il nous mènera.
  • Laissez le temps que les idées fassent leur apparition mais pas trop car sinon les projets deviendraient amers.

Déguster

  • Réjouissons-nous de connaître dans notre foi des lieux de réconfort et de liberté, pour témoigner que nous ne sommes pas seuls et abandonnés, mais que Dieu a pour nous des projets insoupçonnés, des projets de bénédiction.

Amen.

(1) Il donne une infusion riche en tanins qui apporte un bon confort digestif. Les spécialistes lui trouvent un goût subtilement chocolaté, typique du Sri Lanka. Il permet d’avoir une meilleure santé cardio-vasculaire car il optimise la circulation sanguine.

(2) Thé riche en tanin et théine, stimulant. Riche en antioxydants qui aideraient à lutter contre l’action des radicaux libres et la propagation de certaines maladies et le vieillissement prématuré des cellules.

(3) Ce thé a la délicate saveur de la bergamote, agrume hybride issu d’un croisement entre le citron vert et l’orange amère. Action d’apaisement sur le stress et l’anxiété.

Crédits : Isabelle Horber (UEPAL), Point KT