image_pdfimage_print

Dialogue entre des animaux qui s’unissent pour aider l’un des leurs. Ce conte peut facilement être transformé en saynète…

– Mes amis, mes amis ! Il s’est passé quelque chose de terrible dans la forêt : une pollution chimique a entraîné la mort… Quelle catastrophe, mes amis…
–    Une pollution chimique ! Mais, c’est quoi ça ?
–    Comment est-ce arrivé ?
–    Bonne question ! Eh bien, un camion qui roulait trop vite, évidemment, s’est renversé sur la route qui borde la forêt, et des produits très dangereux se sont échappés de la cargaison.
–    Qui ont provoqué des fumées nocives !
–    C’est-à-dire des fumées qui peuvent faire mourir ceux qui les respirent !
–    Voilà, vous avez tout compris ! C’est catastrophique pour tout ce qui vit dans la forêt. Et si nous allions à la rencontre de nos amis des bois pour voir s’il n’y a pas trop de dégâts ?
–    Peut-être devrions-nous les présenter ?
–    Bonne idée…

–    Il y a le très sage Maître Hibou,
–    Et puis, il y a Grizzly, l’ours, il est un peu lourdaud mais il a bon cœur…
–    Et puis, Abigaïl, la tortue, qui a toujours des idées géniales…
–    Et encore Edgard le lapin. Il ne pense qu’à ses carottes, mais enfin, c’est quand même un bon lapin, toujours prêt à faire un effort.
–    N’oublions pas Loupiotte. Elle n’y voit pas grand-chose notre brave taupe, mais elle est courageuse.
–    Il y a aussi Mimi l’alouette… Mais aujourd’hui, elle est dans une grande tristesse. Elle pleure très fort…
–    Que se passe t’il donc ? Cela gêne Maître Hibou qui fait sa sieste, je crois qu’il n’est pas content.
–    (Maître Hibou) Qui ose me déranger dans mon sommeil, c’est quoi ces gémissements ? Encore quelqu’un qui vient se plaindre ?
Il aperçoit Mimi l’alouette : Ah, c’est toi, Mimi, que fais-tu là ?  Mais, tu pleures, que t’arrive t’il ?

–    (Mimi) Mes petits, mes petits…
–    (Hibou) Eh bien quoi, tes petits ? Ils viennent d’éclore, ils n’ont rien pu faire de mal quand même !
–    (Mimi, en larmes) Mais ils sont morts !
–    (Maître Hibou n’en croit pas ses oreilles) Quoi ! Ils ont été dévorés ? Enlevés ? Tombés du nid ?
–    (Mimi) Non, ils ont été intoxiqués…
–    (Hibou) Intoxiqués ?!? Comment ça ? Tu es sûre ?
–    (Mimi) Mes bébés qui étaient encore si fragiles ont respiré des fumées très dangereuses et ils sont morts et moi, je veux mourir aussi. Je ne peux pas vivre sans mes bébés…
–    (Hibou) Calme-toi, ma pauvre Mimi. C’est terrible de perdre ce que l’on aime le plus. Sois courageuse, nous allons faire tout ce que nous pouvons pour t’aider.

–    (Grizzly, arrivant lourdement) Qu’est-ce qui se passe ici ? Avez-vous des problèmes, Maître Hibou ? Oh, Mimi… Pourquoi pleure-t-elle ? Elle a encore perdu une plume ? Ce n’est pas si grave quand même !
–    (Hibou, pas content) Grizzly, arrête ton humour déplacé. Ce qui se passe est très grave. Mimi l’alouette a un grand chagrin, ses petits viennent de mourir parce qu’ils ont respiré des fumées très dangereuses. Va chercher tes amis, nous allons essayer de trouver ensemble une issue à ce grave problème.
–    (Grizzly) J’y cours le plus vite possible. Même si je rencontrais un arbre à miel, je ne m’arrêterais pas, promis juré !
–    (Hibou) Ne fais pas toujours des promesses en l’air ! Cours du plus vite que tu le peux.
–    (Hibou) Quelle journée épouvantable ! Moi qui suis si fatigué… Que Dieu me vienne en aide.

Edgard le lapin vient de rencontrer Grizzly et il est déjà au courant de tout.
–    (Edgard) Bonjour Maître Hibou, je ne sais pas ce que vous attendez de moi, mais j’ai très peu de temps à vous consacrer. Figurez-vous que, par bonheur, un tracteur a perdu sur la route une grande cargaison de carottes et je dois…
–    (Hibou) Et tu préfères sauver tes carottes plutôt que ton amie Alouette qui est en train de mourir de chagrin !
–    (Edgard) Quoi ! Mimi alouette est morte ? Et ses petits alors, que vont-ils devenir ?
–    (Hibou) Edgard, tu n’as rien compris parce que tu n’écoutes pas, ce qui est le comble pour un lapin aux grandes oreilles, tu n’écoutes pas ce qu’on te dit. Il n’y a que le mot « carotte » qui te fait dresser les oreilles. Alors, maintenant, tu ne bouges plus, tu restes assis près de mon arbre, tes amis vont arriver. Voici qu’arrive doucement Abigaïl la tortue. Elle aura sûrement des paroles encourageantes pour son amie.

–    (Abigaïl) Oh, ma pauvre chérie, je viens d’apprendre ce qui s’est passé. Comme je comprends que tu dois souffrir. Moi aussi, l’année dernière, j’ai perdu mes petits. Mais il faut continuer d’espérer et regarder vers les beaux jours qui reviendront bientôt…
–    (Mimi) Merci ma chère amie, tu me fais toujours tellement de bien, tes paroles m’encouragent. Mais je suis si triste, c’est si dur… Edgard le lapin trouve que ce n’est pas si terrible que ça de perdre quelques oisillons qui n’ont même pas encore de plumes. Mais Abigaïl est très fâchée d’entendre ses murmures aussi méchants, et elle le lui dit :
–    (Abigaïl) Tu n’as déjà rien dans la cervelle, mais dans ton cœur, alors, encore moins ! Tête de carotte, va !
–    (Hibou) Taisez-vous ! On n’est pas ici pour se disputer, mais pour s’aider, s’encourager et se dire des choses gentilles. Ah, voilà Loupiotte, la taupe, qui arrive.

–    (Loupiotte) Où suis-je ? Où vais-je ? Je suis encore perdue, je crois que mes lunettes ne sont plus très adaptées. Et voilà, j’ai rencontré Croa, le corbeau, il va tenter d’aller voir s’il y a encore du danger dans la forêt. Si oui, il poussera un grand croassement de détresse, on aura ainsi le temps d’aller se réfugier.
–    (Hibou) Tu as bien réagi, tu es très sage, Loupiotte.
–    (Abigaïl) Mais que pouvons-nous faire pour consoler Mimi ?
–    (Edgard) On pourrait peut-être lui chanter une chanson ?

–    (Grizzly) Et quoi encore ! Lui raconter « Le petit chaperon rouge » ?!?
–    (Abigaïl) Ce n’est pas une si mauvaise idée, de chanter une chanson, la musique peut adoucir les cœurs
–    (Edgard) Ça mérite bien une carotte, alors !
–    (Hibou) Mes petits amis, écoutez-moi. Ce que j’ai à vous dire est de la plus haute importance. Si nous voulons vraiment aider Mimi, il faut absolument le plus rapidement possible trouver des graines d’amour.
–    (Tous) Des graines d’amour ?!?
–    Mais ça se trouve où, ça ?
–    Dans un pays lointain ?
–    Est-ce qu’il faut être jeune pour participer ?
–    Faut-il être intelligent ?
–    Est-ce que ça pousse dans la forêt ?
–    C’est rond ? C’est gros ? C’est parfumé ? C’est rouge, blanc ou vert ? C’est sucré ? salé ?…

–    (Hibou) Oh, stop, ça suffit ! Laissez-moi parler, s’il vous plaît. Ces graines d’amour sont comme des perles rares et précieuses.  Elles ont un goût très doux et les couleurs de l’arc en ciel. Ces graines réjouissent le cœur, calment la douleur et consolent les chagrins. On en trouve partout, n’importe qui peut en trouver : il suffit d’y mettre son cœur, tout son cœur pour les découvrir.
–    (Grizzly) Oh, oh, un goût très doux… Peut-être un goût de miel, voilà qui m’intéresse !
–    (Abigaïl) Mais tu ne comprends rien, un goût très doux, ça veut dire que ça fait du bien, que ça réchauffe le cœur de celui qui est malheureux.
–    (Edgard) C’est très juste, je suis d’accord avec mon amie la tortue et je promets de ne plus manger une seule carotte avant d’avoir trouvé une de ces graines d’amour.
–    (Tous) Waouh ! Bravo Edgard !
–    (Loupiotte) Moi je n’y vois pas grand-chose, mais je peux en trouver avec mon cœur.
–   (Hibou) Bravo et merci, je crois qu’il va se passer ici de grandes et belles choses

–    (Tous) Promis, nous reviendrons bientôt les mains pleines de graines d’amour !
–    (Hibou) Voici mes dernières recommandations : ne sortez pas de la forêt, les risques d’intoxication existent peut-être encore. Soyez attentifs aux croassements du corbeau, revenez avant la nuit. Et réfléchissez encore à cette énigme : « Tout ce qui se trouve avec son cœur est graine d’amour ».
–    (Mimi, restée seule près de Maître Hibou) Je ne savais pas que j’avais autant d’importance pour vous tous. Je ne suis après tout qu’un tout petit oiseau, insignifiant…
–    (Hibou) Mais ton chant est le plus beau. Il est si mélodieux que nous ne pourrions pas nous en passer. Alors, nous avons décidé de faire quelque chose pour te consoler…
–    (Mimi) Ah, que ça fait du bien de savoir que j’ai de l’importance à vos yeux. J’attends le retour de mes amis avec impatience. À la fin de la journée, les animaux reviennent de la forêt en chantant. Ils ont l’air heureux. –    (Hibou) Alors, avez-vous fait une bonne récolte ? Grizzly as-tu trouvé des graines d’amour ?
–    (Grizzly) J’ai mis tout mon cœur à ramasser une poignée de fraises des bois pour réjouir le bec de Mimi l’alouette, et je n’en ai pas mangé en chemin…
–    (Mimi) Merci mon gros nounours, tu es adorable.
–    ( Edgard) Moi, j’ai pensé, avec mon cœur, qu’un peu d’eau fraîche de la source ferait du bien aux yeux de Mimi qui sont tout brûlés par les larmes qu’elle a versées.
–    (Mimi) Oh, Edgard, tu es le plus merveilleux de tous les lapins de toutes les forêts du monde ! Cette eau va rafraîchir mes yeux et mon cœur.

–    (Loupiotte) Pour ma part, j’ai récolté quelques graines de tournesol. Nous allons les mettre dans le sol, ici, près de l’arbre de Maître Hibou. Cela nous rappellera chaque année, en voyant ces jolies fleurs, que le soleil de l’amitié n’est jamais très loin même si il y a parfois de gros nuages dans notre ciel. Cela nous rappellera que l’amour peut tout guérir.
–    (Mimi) Ton amitié est la meilleure chose qui me soit arrivée, merci Loupiotte !

 

–    (Hibou) Et toi, Abigaïl, que tiens-tu ainsi délicatement entre tes pattes ?
–    (Abigaïl) Alors que je me glissais avec lenteur dans la clairière, j’ai entendu un appel plaintif. J’ai été voir, aussi vite que possible, et j’ai trouvé un oisillon tout seul, qui se débattait pour survivre. Il était tout tremblant de froid, alors je l’ai vite caché sous ma carapace pour le réchauffer. Mimi, voudrais-tu adopter cet adorable oisillon ? Je crois qu’il a faim…
–    (Mimi) Oh, je vais l’aimer de tout mon cœur. Merci à Dieu et merci à vous tous de m’avoir tant aimée. Je suis déjà guérie, mon cœur est plein de reconnaissance.

–    (Hibou) Tout est bien qui finit bien.
–    Nous avons tous participé
–    Nous avons apporté la consolation
–    Nous avons apporté la joie
–    Mimi a un nouveau bébé
–    Le bébé a une nouvelle maman !
–    (Hibou) Je suis fier de vous tous !

Chantons pour Dieu sur l’air de « Tout dit qu’Il est merveilleux »

Notre Dieu est merveilleux (2x),
Il guérit, il console et nous rend heureux,
Oui chantons qu’Il est merveilleux…

Semons des graines d’amour,
la joie et la vie seront de retour,
Si tu sèmes des graines d’amour…

Notre histoire est bien finie,
notre histoire finit bien,
Oui soyons unis et soyons amis,
C’est ce que Jésus nous a dit
 FIN

Crédit : Point KT