image_pdfimage_print

Certains, s’inquiètent au sujet la fin du mois et manifestent leurs colères, d’autres la manifestent au sujet de la fin du monde. Certains expriment leurs colères en vandalisant la cité et d’autres par une grève de la faim.

Les colères ont, nous le voyons, des visages multiples!

Mais peut-on savoir s’il y a de bonnes et de mauvaises colères ? Y aurait-il même des saintes colères ?

Ces questions sont posées par Daniel PRISS dans cette chanson « Sainte colère ». Un chant catéchétique qui permet d’introduire une réflexion sur la colère.

La chanson fait référence à des personnages forts différents tels Moïse, Gandhi, Nelson Mandela, Jésus… mais elle  parle aussi dans la première strophe des colères exprimées par les voitures incendiées, avec les lourdes conséquences pour les habitants du quartier.

Daniel Priss, avait été, quand il écrivit cette chanson, pasteur à l’Elsau, un quartier sensible de Strasbourg. Les voitures brûlées étaient une réalité pour lui et ses paroissiens. La réflexion sur la colère peut aussi conduire à la question de la désobéissance civique avec une autre chanson écrite par Daniel PRISS, »L’hymne de Martin Luther King ».  Elle rejoint aussi les chants « Marre, marre, marre » et « Tends-moi ta main mon ami » du même auteur compositeur.

La chanson a été écrite il y une vingtaine d’année et garde pleinement son actualité, elle ouvre aussi une porte sur une problématique apparue depuis : le complotisme.

  • Écouter le chant
  • Écouter la version instrumentale

Paroles et texte

Refrain
Envie de tout foutr’en l’air,
Envie de tout casser,
Est-ce là une sainte colère
ou un besoin de saccager ?

Strophe 1
Dans l’quartier : voitures ont brulé
Les pompiers sont tous arrivés
Dans l’quartier : voitures ont brulé
Père Michel doit aller à pieds.

Strophe 2
En descendant du Sinaï
Moïse eut un méga conflit
En descendant du Sinaï
Le veau d’or a été détruit

Strophe 3
Dans une vielle prison cynique
Nelson dit toutes ses critiques
Dans une vieille prison cynique
L’apartheid était en panique.

Strophe 4
Un jour au loin dans son pays
Gandhi perdit son appétit
Un jour au loin dans son pays
Les hommes cessèrent le conflit.

Strophe 5
Un jour dans le temple sacré
Tabl’ et chaises ont toutes valsé
Un jour dans le temple sacré
Tous les marchands ont remballé

Dernier refrain
Mauvais’ ou bonnes colères ?
A-t-on l’ droit de s’révolter ?
Faut-il vivre toutes ces misères ?
Dis-moi qu’elle est ta pensée !

Crédits : Daniel Priss (UEPAL) – Point KT – Photographie Pixabay