image_pdfimage_print
On apprend aux enfants à dire merci, c’est une règle élémentaire de politesse. Dire merci devient si automatique qu’on en oublie presque le sens. Et si un enfant faisait de la résistance, refusait de dire merci et nous invitait ainsi à réfléchir à ce que le mot veut dire, à ce que signifie être reconnaissant (en particulier reconnaissant à Dieu)… C’est le sens de cette célébration intergénérationnelle à l’occasion de la fête d’action de grâce pour les récoltes.

Préparation :

–    Sur l’invitation donnée aux enfants, lors des annonces des cultes précédents, demander aux participants d’apporter des fruits et légumes (de leur potager de préférence). Les fruits et légumes peuvent ensuite être apportés à une association distribuant des colis alimentaires de produits frais.

–    Certains textes peuvent être lus par des enfants, catéchumènes ou jeunes.

–    Un enfant peut éventuellement jouer le rôle de Dimitri dans la narration.

Déroulement de la célébration

1. Se rassembler pour se réjouir devant Dieu 

Prélude et Accueil : La grâce et la paix vous sont données de la part du Dieu trois fois saint, Père, Fils et Saint Esprit. Seigneur notre Dieu, Tu es là au milieu de nous. Ce temps de culte, Tu nous l’offres pour accueillir une Parole qui féconde notre existence, une Parole d’amour à vivre et à partager.    Amen

Cantique : Seigneur, nous arrivons (Arc-en-ciel 214 / 1 – 3)

Introduction : Interpeller les enfants (on peut les inviter à s’approcher pour voir) : Qu’est-ce qui est devant l’autel ? Pourquoi est-ce qu’on a apporté tout ça à l’Eglise ce matin ? ( bravo, merci, partage…) Certains d’entre nous ont apporté des fruits et des légumes du jardin pour partager ce qu’ils ont avec des familles moins chanceuses, c’est une façon très concrète de remercier Dieu d’avoir été généreux. Et si on apporte tout ça au culte, dans l’église, devant l’autel, c’est pour dire notre admiration et notre reconnaissance à Dieu pour toutes les merveilles de la nature. C’est une façon de lui dire bravo et merci. C’est ce qu’on va dire d’abord avec des mots et puis avec un chant.

Louange : (dont choix de versets des Psaumes 103 et 104)

Lecteur 1 : Je veux remercier le Seigneur !
Oui, je veux dire merci au Seigneur sans oublier un seul de ses bienfaits !
Officiant : Du haut du ciel, Seigneur, tu arroses les montagnes et tu remplis la terre de tes bienfaits.
Tu fais pousser l’herbe pour les troupeaux, tu fais grandir les plantes pour les humains.
Ils les cultivent pour tirer de la terre leur nourriture : le vin réjouit leur cœur, il fait briller leur visage plus que l’huile, et le pain leur rend courage.
Lecteur 1 : Les arbres du Seigneur, les cèdres du Liban qu’il a plantés sont bien nourris.
Les oiseaux font leurs nids dans leurs branches, la cigogne a sa maison dans les cyprès.
Officiant : Seigneur, tous, animaux sauvages et animaux domestiques, hommes et femmes, comptent sur toi pour avoir à manger au bon moment.
Tu leur donnes la nourriture, ils la prennent,
Tu ouvres la main, ils mangent à leur faim.
Lecteur 1 : Oui, je veux remercier le Seigneur.
Chantez la louange du Seigneur !
Officiant : Dieu nous offre le monde : le ciel, la terre, le soleil, la lune, les étoiles, les arbres, les plantes les animaux et les hommes. Dieu nous offre le monde dans toute sa richesse.
Lecteur 1 : Je veux dire merci au Seigneur sans oublier un seul de ses bienfaits !
Chantons ensemble la louange du Seigneur !

Cantique : Tout dit qu’il est merveilleux (Arc-en-ciel 724/1-2)

2. Dire ou ne pas dire merci

Narration : (officiant) Nous avons commencé ce culte en remerciant Dieu pour toute les merveilles de sa Création et en vous entendant chanter les enfants, cela m’a fait penser à un petit garçon que je connais : il s’appelle Dimitri. Si j’ai pensé à lui en vous entendant, c’est parce qu’il ne sait pas dire merci. Ce n’est pas qu’il n’arrive pas à prononcer ce mot parce que c’est un mot facile. Vous y arrivez tous, n’est-ce pas ?

Les enfants : merci, merci, merci…

Dimitri parle très bien, s’il voulait dire merci, il pourrait, mais voilà, il ne veut pas ! Ni pour les petites choses, ni pour les beaux cadeaux, il ne veut jamais dire merci. Pourtant, ses parents, ses grands-parents, toute la famille, même la maîtresse à l’école, ont tout essayé. On lui a expliqué, que lorsqu’on est bien élevé, on dit merci quand on reçoit quelque chose, ça ne coûte pas grand-chose et ça fait plaisir à celui qu’on remercie. Pendant un moment, chaque fois qu’il recevait quelque chose sa maman lui disait : « Qu’est-ce qu’on dit ? ». Mais Dimitri ne répondait pas. Sa maman insistait : « Qu’est-ce qu’on dit lorsqu’on reçoit quelque chose ? » Mais Dimitri ne répondait pas et faisait la moue. Alors sa maman a renoncé. Son papa qui est plus sévère a voulu essayé la manière forte : un matin, lorsque sa maman lui a servi son chocolat chaud et donné ses tartines, Dimitri, comme toujours n’a pas dit merci, alors son papa lui repris son chocolat et ses tartines en disant : « Je te les donnerai quand tu diras merci ». Dimitri n’a rien dit. A midi, lorsqu’il a reçu son assiette avec un steak et des frites, Dimitri n’a pas dit merci. Son papa lui a repris son assiette en disant : « Je te la donnerai si tu dis merci. » Dimitri avait drôlement faim, mais il ne voulait pas dire merci. Et le soir, au dîner, le papa de Dimitri lui a encore retiré son assiette, mais Dimitri a refusé de dire merci. Alors son papa a renoncé et il lui a rendu son assiette, parce qu’il préférait avoir un petit garçon mal élevé plutôt qu’un petit garçon mort de faim.

Nous allons interrompre l’histoire un moment, parce que ce que je viens de dire me fait penser à nous : je suis sûre que dans la vie de tous les jours aucun d’entre vous n’oublie de dire merci pour ce qu’il reçoit, mais il nous arrive à tous d’oublier d’être vraiment reconnaissants, ou d’exprimer vraiment cette reconnaissance, surtout lorsque c’est à Dieu que devraient s’adresser notre reconnaissance et nos mercis. Prions.

Confession du péché : Lecteur 2

  • Lorsque nous ne voyons pas la beauté de ta Création et que nous ne la respectons pas, Seigneur, pardonne-nous.
  • Lorsque que nous ne voyons pas ton amour à l’œuvre dans ce monde, lorsque nous oublions que c’est à toi que nous devons toute chose, Seigneur, pardonne-nous.
  • Lorsque nous ne sommes pas reconnaissants, lorsque que nous sommes envieux, lorsque nous ne pensons pas à partager avec nos frères et sœurs moins chanceux, Seigneur, pardonne-nous. Apprends-nous la reconnaissance et le partage.    Amen.

Cantique : Ouvre mes yeux (Arc-en-ciel 408/1-2)

Annonce de la grâce : (Officiant)

Lorsque nous déposons devant lui, nos manques et nos faiblesses, Dieu pose sur nous un regard d’amour, un regard de Père, qui ne condamne mais qui pardonne et bénit. Cette parole de pardon et d’amour nous l’entendons souvent, sans peut-être mesurer pleinement son sens. Ce matin, je vous invite à la recevoir pour ce qu’elle est : c’est une déclaration d’amour que Dieu nous fait, c’est un « je t’aime » chuchoté à l’oreille, c’est comme un geste de tendresse, comme un bisou qui console et aide à vivre.

Les enfants se dispersent dans l’assemblée pour aller embrasser deux ou trois  personnes de leur choix.

Que l’amour de Dieu nous relève et nous aide à vivre. Amen.

Cantique : Rendez grâce au Seigneur (Arc-en-ciel 165/1-2) 

3. Se mettre à l’écoute de la Parole

Narration : Reprenons le fil de l’histoire. Dimitri donc ne disait toujours pas merci et toutes les tentatives de ses parents avaient échoué. Si bien que son grand-père décida de prendre les choses en main. Un beau dimanche, il emmena Dimitri à l’église, au culte. Ce dimanche-là, c’était la fête des récoltes, il y avait toutes sortes de fruits et de légumes que les gens avaient apportés. Le pasteur lut la Bible, expliqua toutes sortes de choses très intéressantes : il parla de ce que Dieu attend de nous, l’amour du prochain, le partage, la reconnaissance, la confiance… La chorale de la paroisse chanta, toute l’assemblée se réjouit de remercier Dieu pour tous ses bienfaits.

Nous allons interrompre l’histoire pour écouter nous aussi la parole de Dieu contenue dans la Bible, mais avant nous allons prier pour que Dieu nous donne d’entendre derrière ces mots écrits il y a bien longtemps, une Parole pour aujourd’hui.

Prière d’illumination : Lecteur 3

Seigneur, tu nous as donné la nourriture pour notre corps. Mais nous avons aussi besoin de nourriture pour notre vie. Accorde-nous ton Esprit pour que ta Parole devienne pain pour notre chemin, pour qu’elle nous nourrisse, nous fortifie, nous apprenne à vivre comme tes enfants.    Amen.

Lectures bibliques : Psaume 65 / 2, 10-14 et  Luc 12 / 13 – 21

Cantique : Seigneur qui fis l’univers (Arc-en-ciel 256/1-3)

4. Dire merci 

Narration : Reprenons l’histoire là où nous l’avons laissé et retrouvons Dimitri là où nous l’avons laissé, c’est-à-dire au culte avec son grand-père. C’était un beau culte et le grand-père pensait que cela aiderait Dimitri à comprendre l’importance de dire merci à Dieu bien sûr mais aussi aux autres et en particulier à ceux qu’on aime. Mais à la fin du culte, lorsque le pasteur a invité tout le monde à prier pour remercier Dieu de ses bontés, le grand-père crut mourir de honte, car Dimitri s’écria : « NON ! Moi, je ne veux pas dire merci, ni à Dieu, ni à personne ! » Le grand-père attrapa son petit-fils sous le bras et sortit de l’église furieux avec la ferme intention de coller une fessée magistrale à Dimitri. Heureusement pour Dimitri, sa mamy sut trouver les mots pour calmer le grand-père. Mais Dimitri était tout triste que son grand-père soit si fâché.
Heureusement, son oncle, sa tante et son cousin Guillaume vinrent passer la journée chez ses grands-parents. Dimitri aimait beaucoup son cousin Guillaume, c’était un adorable petit garçon de deux ans, qui aimait beaucoup quand Dimitri faisait des grimaces pour le faire rire. Mais décidément cette journée était une mauvaise journée, car Guillaume eut un très gros chagrin : au moment de partir, il ne retrouva plus son doudou. Impossible de mettre la main dessus : imaginez toute la famille à la recherche du doudou dans le jardin, dans la maison, partout… Impossible de le retrouver, bon on apprit plus tard que Mamy retrouva un bout du doudou tout machouillé dans la niche de Pifou le chien, mais n’en dites surtout rien à Guillaume. En tout cas ce jour-là, impossible de retrouver le doudou et impossible de consoler Guillaume : « Doudou ! Doudou ! ouh !!! » Jusqu’à ce que Dimitri ait une idée. Il courut chercher Teddy son ours en peluche et le donna à Guillaume : « Ce n’est pas ton doudou, mais c’est mon Teddy, il est très gentil, moi je suis grand je n’en ai plus besoin, alors prends soin de lui. »

Et Guillaume fit un grand sourire entre ses larmes : « Merci ! »

L’oncle, la tante et Guillaume partis, Mamy vint discuter un peu avec Dimitri, elle voyait bien qu’il était un peu triste d’avoir donné Teddy et en même temps content d’avoir réussi à consoler Guillaume.

  • « – Je  crois que Guillaume était très heureux de repartir avec Teddy. Tu n’es pas trop triste ?
  • –    Si, un peu.
  • –    Mais ça t’as quand même fait plaisir qu’il te dise merci ?
  • –    Oui.
  • –    Alors si tu sais qu’entendre un merci de quelqu’un qu’on aime fait plaisir, pourquoi tu ne veux jamais dire merci quand c’est à toi qu’on donne quelque chose ?
  • –    Je ne peux pas !
  • –    A bon, pourquoi ça ?
  • –    Je ne peux pas, parce que si je dis merci ça veut dire que je suis content de ce qu’on m’a donné.
  • –    Ah bon et ce n’est pas le cas ?
  • –    Pas toujours, quand maman me donne un gâteau, je pense qu’elle aurait pu me donner une glace, j’adore les glaces. Alors je ne peux pas dire merci. Ou quand papa m’emmène faire du vélo, je pense qu’il n’a pas voulu m’emmener au zoo. Alors je ne peux pas dire merci. Ou…Etc. Etc.
  • –    Je vois, dit Mamy. Mon pauvre chéri, si c’est comme ça que tu penses, ta vie va être bien triste. Ecoute le conseil de la vieille femme que je suis : Souviens-toi d’abord des belles choses et laisse les autres de côté, réjouis-toi de ce que tu as et ne laisses pas ce que tu n’as pas encombrer ton esprit ni gâcher ta joie. »

Ce soir-là, Dimitri eut bien du mal à trouver le sommeil : à vrai dire, il se sentait un peu seul dans son lit, il n’avait plus Teddy à côté de lui. Et puis, les pensées se bousculaient dans sa tête : il repensait à ce qu’il avait ressenti quand Guillaume lui avait dit merci, comme il avait eu chaud au cœur en entendant ce simple petit mot, en voyant un sourire éclore derrière les larmes du petit garçon, grâce à lui et son Teddy. Il se disait que lui aussi pourrait faire plaisir à maman, papa et tous ceux qu’il aimait, juste avec ce petit mot. C’était si simple. Et puis, les paroles de Mamy résonnait encore à ses oreilles : souviens-toi des belles choses, réjouis-toi de ce que tu as… Il pensait à Guillaume qui s’était réjoui en adoptant Teddy et avait oublié Doudou, aux gens au culte qui remerciait Dieu pour les fruits et les légumes du potager sans penser aux mauvaises herbes ni aux limaces… Il pensait… bon il finit quand même par ne plus penser et s’endormir, les rêves peuplés des émotions de cette drôle de journée.

Le lendemain matin, en buvant son chocolat et en mangeant ses tartines, il les trouva meilleurs que d’habitude et il se rendit compte qu’il n’avait pas pensé aux brioches ni aux croissants qui d’habitude occupaient ses pensées au petit-déjeuner. Alors, dans la cuisine ce matin là, on entendit un petit « merci maman ». Sa maman ne dit rien de son étonnement, les mamans sont bien trop intelligentes pour ça. Mais depuis, Dimitri sait dire merci. Et un an plus tard à la fête des récoltes de sa paroisse, on l’entendit chanter avec les autres…

Cantique : Pour les champs de blé (Arc-en-ciel) 720/1 et 2

Les enfants chantent d’abord seuls : Pour les champs de blé…Repris par l’assemblée

Annonces et Offrande

Dans l’histoire, tout à l’heure, je vous ai raconté comment Dimitri a appris à dire merci. C’est à notre tour maintenant de dire merci, de nous montrer reconnaissants pour tout ce que nous avons reçu. Et nous allons le faire de deux manières : dans la prière tout à l’heure, mais tout de suite d’une façon bien concrète en offrant un peu de ce que nous avons pour l’annonce de l’Evangile et la solidarité avec nos frères et sœurs en Christ. 4 enfants font la collecte

Prière d’offrande :
Seigneur, reçois favorablement notre offrande, comme signe de notre reconnaissance et de notre engagement à ton service. Nous l’offrons pour l’annonce de ton Evangile et la solidarité avec nos frères et nos sœurs. Amen.
Cantique : Je louerai l’Eternel (Arc-en-ciel 151/1, 2 et 4)

5. Prier ensemble et se quitter 

Prière d’intercession :
Seigneur, aujourd’hui, c’est la fête des récoltes, c’est le dimanche où nous te disons notre reconnaissance pour tous les biens et toutes les joies dont tu nous combles.
Seigneur, nous te disons merci pour la nourriture abondante sur notre table. Donne-nous de toujours discerner ton amour dans cette abondance. Apprend-nous la joie du partage.
Seigneur, nous te disons merci pour toute ta création : pour le soleil et la pluie, pour les fleurs sauvages et les légumes du potager, pour les arbres des forêts et les fruits du verger. Apprends-nous à agir avec sagesse et respect pour ne pas détruire ce que tu as créé.
Seigneur, nous te disons merci pour l’affection dont nous sommes entourés, pour nos parents, nos frères et sœurs, nos familles, nos amis. Donne-nous de savoir accueillir et aimer.
Et comme Jésus-Christ l’a enseigné à ses disciples nous te disons :
Notre Père qui est aux cieux…

Cantique : Que la grâce de Dieu (Arc-en-ciel 882)
Bénédiction : Que le Seigneur vous bénisse et vous garde, aujourd’hui toujours et jusque dans l’éternité. Amen.

Crédits : Claire de Lattre-Duchet (UEPAL) Point KT – photo Image par congerdesign de Pixabay