L’histoire, vraiment trop injuste, des deux frères !

L’histoire, vraiment trop injuste, des deux frères daprès Genèse 4, 1-8.  Ce texte est un récit ancien qui parle de la vie humaine ! Qu’il soit vrai ou non, toute ressemblance avec nos vies est bien réelle. Les noms des personnages ont été changés pour préserver leur identité…

Narrateur-trice- : Avant, c’était la belle vie côté jardin ! Mais ça c’était avant ! Maintenant, c’est la vie de confinement à côté du paradis en mode : couvre-feu. Tout ça, à cause d’un tube de DJ Snake sur une story de « pomme », de deux « poires » et d’un tas de pépins ! Bref, aujourd’hui, de son union avec son homme, Eeva devient enceinte pour la première fois ! C’est une sacrée surprise pour elle, qui n’en revient toujours pas ! Ecoutez-là plutôt !

Eeva : P… J’ai fait un homme avec Donnadieu… Youpi ! Ça marche !

Narrateur-trice- : Ah ! Oui ! Pour ceux qui n’auraient pas compris du premier coup ! Et j’avoue que ce n’est pas simple ! Donnadieu c’est « Dieu donna » en verlan… Exit son homme ! Monsieur Adam ! Comme si Dieu était le père… Mais, voyons la suite…

Eeva : « J’ai fait un homme, un vrai » ! On va l’appeler : « Caïd »

Narrateur-trice- : Et sans transition, pour ne pas perdre l’habitude, voilà qu’elle fait un petit frère à Caïd !

Eeva : C’est pas sorcier de faire des gosses ! Mais ça m’a tout de même un peu fatigué ! Je vais me reposer maintenant et les laisser se débrouiller ! J’ai pas trop le temps de les élever !

Narrateur-trice- : Et Eeva s’est posée pour souffler un peu. Vous voulez peut-être connaître le nom du petit frère ? C’est Bebel ! Le genre qui parle pas, très discret, un courant d’air… Comme la fumée, il ne fait que passer ! Les deux gamins traînent tout le temps dehors et personne pour les éduquer… Caïd, plus tard, va…

Caïd : C’est bon là ! J’suis assez grand maintenant pour dire ce que j’veux faire plus tard ! Je vais me reconvertir dans la culture bio. Avec les VG et les Végan, tout ce qui pousse sous la terre, naturellement, va revenir en force sur le marché ! C’est l’avenir…

Narrateur-trice- : Son petit frère, Bebel, s’est investi dans l’élevage intensif ! Tout ce qui a quatre pattes ou même deux et qui bouffe de l’herbe sur la terre ! Il veut devenir fournisseur exclusif pour les burgers, les méchouis et les BBQ ! Vous voyez deux frères, avec des métiers aux opposés et sans aucune relation… Jusqu’au jour où Donnadieu s’en mêle… Certains appellent cela la Baraka, la chance, la veine, la fortune… A l’époque on pensait que Dieu assurait un max de production !

Donnadieu : Allez les gars ! Présentez-moi les best off de vos produits et je triple les gains du gagnant !

Caïd : Je vais lui offrir un panier garni de mes meilleures fruits et légumes, garantis sans pesticides, issus de mon commerce de proximité ! On peut dire que j’en ai sué pour les faire pousser !

Narrateur-trice- : Bebel a choisi les bêtes les plus grasses et les a préparées à Donnadieu en version : bleues, saignantes ou à point ! Un vrai régal pour les narines et de quoi faire baver d’envie !

Donnadieu :  » Humm ! Même si cha râle ! Rien ne remplace une bonne viande bien grasse ! »

Narrateur-trice- : Faut croire que Donnadieu n’aime pas les choux de Bruxelles ni les épinards… Ce serait un carnivore ? Bebel s’est fait remarquer et c’est le Fastfood, le grand gagnant ! Mais voyons comment Caïd digère la nouvelle ?

Caïd : C’est injuste ! C’est vraiment trop injuste ! Comment vous voulez, sans pesticide ni polluants, que je maîtrise la fertilité de la terre ? J’y peux rien ! Je me tue à essayer de produire sans nuire et voilà le résultat ! J’ai trop le seum, la haine, la rage… Et c’est l’autre qui l’emporte, cash !

Narrateur-trice- : Bon, une fois qu’il avait bien mangé, Donnadieu a bien vu que Caïd avait la tête des mauvais jours et qu’il tirait la tronche jusque parterre ! Tout cela n’était pas bon pour le business, il fallait réagir… Il le convoqua dans son bureau !

Donnadieu : Yoh ! le Caïd des champs ! Je vois bien que tu fais la gueule ! Mais c’est comme ça ! Il y a des injustices et des inégalités ! Personne n’est semblable à l’autre ! C’est aussi cela la différence ! Ne te laisse pas abattre ! Cette fois c’est ton frère, mais la prochaine fois…

Caïd : Tu ne m’as pas laissé de choix ! J’ai pas choisi d’avoir un frère ou une sœur, mais je peux choisir d’être un frère ou une sœur pour un autre ! J’ai rien de commun avec ce Bebel ! On ne vient pas de la même planète !

Donnadieu : Mais tu peux décider maintenant de ne pas rester la face contre terre et de ne pas mariner dans ta colère ! Si tu te décides à te relever, à regarder Bebel, à lui parler… Tu reprendras le dessus…

Caïd : Je ne sais pas ! J’y arrive pas ! J’ai trop la haine ! C’est comme si cette colère était devenue un aliène qui me dévore de l’intérieur et que je n’arrive plus à calmer ! Je suis en train de péter un câble ! Je vais en faire de la viande froide… Du Bebel !

Donnadieu : Prends garde de pas tomber du côté obscur ! Une fois le pas franchi, tu ne pourras plus revenir… Tu as toujours le choix… Je suis partout avec tous ! Mais c’est toi qui décides de ta relation avec moi et avec l’autre ! Alors tu préfères jouer au gamin qui casse tout ou devenir adulte dans ta manière de te comporter ? Sache que, peu importe ce que tu vas faire, je serai toujours avec toi, n’importe où ! Même si tu deviens le Caïd de la cité !

Narrateur-trice- : Lorsque Caïd quitta le bureau ovale de Donnadieu, il décida enfin de parler à son frère ! Il lui dit :  » Sortons… »

Et à ce stade du récit, il y a plusieurs possibilités :

  • Les jeunes inventent et improvisent la suite
  • Les spectateurs décident de la suite
  • On s’arrête là !

Crédits : Frédéric Gangloff (UEPAL), Point kt – photo Pixabay




Le manager « pourri » d’après une parabole de Luc 16v1-9

Le manager « pourri » d’après une parabole de Luc 16, 1-9

Comme leurs noms l’indiquent, tous les personnages de cette histoire sont plus vrais que nature. Peut-être parce qu’ils nous ressemblent ! Dans la réalité c’est encore plus simple. Cela dit, c’est certainement pour cela que les ressemblances sont inévitables !

Narrateur-trice- : L’histoire que vous allez entendre, nous vient d’un joueur de foot réputé, surnommé : Messie ! Il était le leader d’une équipe de douze coéquipiers assez différents les uns des autres, mais finalement complémentaires ! Les « remplaçants » étaient aussi importants que les titulaires. Mais ils leur manquaient encore l’esprit d’équipe ! Et c’est pour cela que Messie, le capitaine, a pris la parole dans les vestiaires :

Messie : « Les gars, il était une fois un club de foot très riche : Le PSF « Pari Sur le Fric » qui avait engagé un manager sportif. L’un de ses boulots était de garantir l’équilibre financier du club ! Mais il fut dénoncé par les supporters au président plein de blé » !

Supporter : « Président, votre manager-là, claque le fric du Club n’importe comment ! Notre club que nous aimons ! Il faut qu’il vous, et nous, rendent des comptes ! Virez-le » !

Narrateur-trice- : Il faut dire que le président a eu des tas de messages et une sacrée pression à gérer ! Mais écoutons la suite ! Le président convoqua le manager dans le bureau à trophées.

Messie : « Qu’est-ce que j’entends à ton sujet sur les réseaux sociaux ? Tu vas me rédiger un reporting sur les comptes et puis tu ne seras plus le manager de ce club ! Dégage ! »

Narrateur-trice- : Le manager rentra en lui-même et coupa son téléphone. Pour la première fois, il devait improviser vite et prendre une décision juste dans un contexte injuste !

Manager : « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire et devenir ? Manager, gérer, négocier… C’est toute ma vie ! J’ai pas la force de bosser physiquement et j’ai pas envie de faire la manche ! J’aurai bien trop honte ! Je sais ce que je ferai quand je serai viré et comment je vais pouvoir me taper l’incruste chez les autres ! »

Narrateur-trice- : Et il alla voir un après l’autre les joueurs vedettes qui devaient encore des années de contrat au Club, au premier, il dit :

Manager : « Mon cher Abrahimovich, combien d’années dois-tu encore à ton club ? »

Narrateur-trice- : Il répondit :

Abrahimovich : 4 années !

Narrateur-trice- : Le manager lui dit :

Manager : Prend ton contrat, et assied-toi ! Maintenant tu rajoute une clause libératoire de deux ans ! Du coup, au bout de deux ans, tu seras libre de rejoindre un autre club, sans frais pour toi ! Et tu seras magique à nouveau : Abra-ca-da-bra !

Narrateur-trice- : Et à un autre joueur Grinzou, il demanda : Et toi ? Tu dois combien d’années ? Celui-ci lui répondit :

Grinzou : 3 années…

Narrateur-trice- : Viens, on va te refaire un contrat de deux années ! Signe-ici et tu gagneras une année !

Messie : Et lorsque le président a été au courant de toutes ces magouilles derrière son dos, qu’est-ce qu’il a fait ? D’après vous ?

Réaction des jeunes et/ou réaction du public…

Messie : Je vous lis le communiqué de presse du club : « Nous avons pris la décision de nous séparer de notre manager, coupable d’avoir détourné de l’argent du club. Néanmoins, nous voulons souligner son habileté. Il nous a montré que nous considérons nos joueurs comme des esclaves. Nous avions oublié qu’ils étaient des êtres humains avec des rêves et des envies ! Grâce à lui, nous avons appris que le véritable capital de ce club c’est d’accepter de perdre de l’argent pour le bonheur des joueurs ! »

Narrateur-trice- : Il y a plus dans cette histoire. Le manager n’est pas parti avec des indemnités de licenciement comptabilisées en millions ! Il s’était décidé pour des placements d’avenir ! Plus que le rendement, il voulait se faire des amis !

Messie : Ce manager, aussi pourri soit-il, a décidé que ses joueurs, sous contrat, n’étaient pas que des simples marchandises à vendre ou à acheter lors du mercato ! Effacer leurs dettes, c’est les ouvrir à l’accueil, l’amitié, le partage et la solidarité !

Narrateur-trice- : Et si, en agissant ainsi, ce manager nous avait appris à comprendre l’argent comme un faux dieu autour duquel tourne toute notre vie ? Toutes ces vedettes du foot qui accumulent des millions jusqu’à ne plus savoir comment les dépenser ? La richesse est injuste, mais nous voulons tous devenir riches… Alors…

Messie : La carrière d’une vedette est toujours courte ! Est-ce que vous pensez que c’est juste que nous gagnons des millions pour taper dans le ballon, faire des pubs ou vendre nos noms sur des maillots ? Vous imaginez que c’est juste de profiter de tout ce pognon que vous nous apportez ? Et si cette histoire de ce manager « pourri » qui libère, plus tôt, des joueurs du respect de leur contrat par rapport à leur club, alors qu’il est dans l’illégalité, pouvait nous faire prendre conscience que l’argent est bien trop cher et trop étouffant alors que la vie est hors de prix ?

Crédits : Frédéric Gangloff (UEPAL)- Point KT image Pixabay




Vice-Versa dans la tête de Dieu

Vice-Versa dans la tête de Dieu. Scène de Noël pour 6 Personnages-émotions : Joie – Tristesse – Peur – Colère – Dégoût – Amour fou

Liste des images à projeter avec le Vidéo-projecteur : Enfants qui partagent – Une petite fille qui fait des câlins à ses parents – Enfants qui nourrissent un chat- Enfants qui chantent un cantique – Esclavage – Brutalité machiste- Racisme- Licorne – Panda- Pikachu – Dieu a tant aimé le monde – Console pleine de boutons et de manettes – Écran

Acte 1

  • Joie, coup de clairon : Ouh Ouh, allez, on se lève, c’est l’heure du rapport !! Allez, allez !! (Selon leur caractère, Tristesse, colère, et dégoût arrivent l’un après l’autre)... Salut, les amis !! Oh, quelle belle journée !! Vous allez voir, j’ai vu plein de belles choses, de quoi vous mettre dans une humeur du tonnerre de Dieu !
  • Tristesse : c’est ça, essaie toujours…
  • Dégoût : je vois pas pourquoi ça serait mieux qu’hier…
  • Colère : moi, j’y crois pas une seconde… Mais vas-y, fais-toi plaisir…
  • Joie : oh allons les amis, pourquoi donc être si sombres !! J’ai vu tellement de belles choses sur la terre, foi de Joie, vous allez craquer, et laisser derrière vous la tristesse, le dégoût, la colère, et là … Eh, où est Peur ?
  • Colère : suis pas payé pour faire le garde-chiourme !
  • Dégoût : Pfff… On n’a pas besoin d’elle !
  • Tristesse : de toute façon, elle fait que nous démoraliser…
  • Dégoût : oh ben dit, Tristesse, c’est Peur qui nous démoralise, c’est sûr, toi, tu es d’une humeur Grandiloquement allègre !!
  • Colère : Grandiloquement, ce n’est pas dans le dictionnaire… Tout le monde le sait, et tout le monde se tait… Tant pis pour Peur si elle ne s’est pas levée ou si elle a trop la chtouille pour venir… On se bouge, on n’a pas que ça à faire….
  • Tristesse : oh, mais pourquoi vous vous disputez toujours ?! Bouh Ouh Ouh…
  • Joie : oh oh, tout le monde se calme ! Tout va bien!! Allons, on est amis, non !? On est « un », non ? Et puis j’ai tellement de belles choses à vous montrer !! Moi, j’en ai le coeur tout remonté, tout funny, le monde est tout beau !! C’est tellement merveilleux, ce que nous avons créé !! Allez, je vous montre, hein ? Allez? (les autres acquiescent à contre -coeur...)
  • Joie, en applaudissant : super !! Alors, voyons voir… Par où commencer ? Oh là là, c’est dur de choisir, il y a tellement de choses… Allons au plus simple… Regardez, des amis qui partagent  (photo) C’est mignon, hein ? (les autres grommellent) Oh, regardez, cette petite fille qui fait des câlins à ses parents ! (photo)  (Les autres grommellent ) Et ces enfants qui nourrissent un petit chat affamé ? (photo)  (les autres grommellent) Et ces enfants qui chantent pour nous? Qui sont heureux d’être là, et de ce que nous avons fait ? (photo)  (les autres grommellent)
  • Joie : oh Pi flûte, à la fin !! Pourquoi vous grommelez tout le temps ! c’était pas mignon, ça ? Ça ne vous met pas de bonne humeur pour la journée? Ça ne vous donne pas de joie ?
  • Dégoût : non. J’attends le rapport de Colère pour me prononcer…
  • Tristesse : moi aussi… Désolée, Joie. Mais faut comprendre…
  • Joie : oh, les filles, comme vous êtes… Pff…. Allez, Colère, vas-y, fais toi plaisir, elles t’attendent, mais je te préviens, tu ne m’auras pas, moi, tu m’entends, tu ne m’auras jamais, avec tes discours de Rah Rah Rah, rien ne va, si plus rien mieux vaudra !
  • Colère : c’est ça, la nouille heureuse. Allez, pousse-toi, que je vous montre la réalité. Vous êtes prêtes, les filles ? Je vous préviens, c’est du interdit aux moins de 16 ans, ce que moi, j’ai vu… Heureusement que Peur n’est pas là, je vous le dis, parce que ça va décoiffer !!…
  • Joie : c’est bon, n’en rajoutes pas, va…
  • Colère : ok, les filles, on y va !! Allez… Oh oh, moi aussi, j’ai l’embarras du choix… Hon… Allez on commence par ça  : photo esclavage
  • Tristesse : mais ? Qu’est-ce que c’est que ça? On n’a jamais dit ça, si ?
  • Dégoût : bien sûr que non, on n’a jamais dit ça… Mais tu crois que les hommes nous écoutent ?
  • Colère : allez, on continue (photo brutalité machiste)
  • Tristesse : mais ? Qu’est-ce c’est que ça ? On n’a jamais dit ça, si ?
  • Dégoût : bien sûr que non, on n’a jamais dit ça… Mais tu crois que les hommes nous écoutent ?
  • Colère : allez, on continue  (photo racisme)
  • Tristesse : mais ? Qu’est-ce que c’est… (Coupée par colère )
  • Colère : non, on n’a jamais dit ça !! On s’en souviendrait, morbleu !! Non on n’a jamais dit que des hommes étaient moins bien que d’autres, que les femmes étaient moins bien que les hommes, et même que les ornithorynques étaient moins bien que les femmes !! Arrêtez d’écouter Joie, les gars, il faut réagir, là!! Ça suffit, le fleur-bleu !! Il faut réagir !!!
  • Joie : ok, ok, je suis d’accord avec toi, Colère, mais restons calme, d’accord, prenons le temps de réfléchir, tu es le premier à savoir que cela vaut mieux, de réfléchir avant d’agir, non? ! D’accord?
  • Colère, s’énervant : quoi ? (Respirant fort… Expirant…. Plusieurs fois…) Oui… Tu as raison… Respirons… Réfléchissons… Le temps d’un cantique, puis nous verrons… Mais ne crois pas t’en tirer comme ça, Joie… Je suis bien plus tenace que toi, tu peux bien regarder sur terre pour t’en rendre compte…

Acte 2

  • Colère : alors, le choux-fleur, on fait quoi ?
  • Joie : calme-toi, tu veux? On va faire, mais dans le calme… Et dans l’amour… N’est-ce pas, les filles ?
  • Tristesse : oh, Joie… On n’a pas déjà essayé?
  • Dégoût : le lexomil sur patte a raison, Joie… C’est nul, l’humain… Faudrait peut-être prendre acte, non? Ils sont moches, ils puent, ils sont méchants, ils se font du mal les uns aux autres, y’a rien à tirer de ça…
  • Tristesse : oh ben, quand même… Moches ? On les avait pas faits à notre image ?
  • Dégoût : oui ben justement, si tu parles pour toi…
  • Joie : Dégoût, ne sois pas méchante. Oui, on a fait les humains à notre image, et ils sont beaux…
  • Colère : non, ils sont moches. Et moi je dis qu’on arrête l’expérience. Vous avez voulu qu’ils soient indépendants, intelligents, qu’ils aient le choix d’être gentils ou salauds ? Non mais vous avez vu le résultat ? Stop, je dis. On les écrabouille, on les noie, on les écartèle, on les dératise, on les extermine, on les apocalyptise !!
  • Joie : on les apocalyptise ? Meuh qu’est-ce que c’est que cet affreux mot !! Et d’abord, on n’apocalyptise plus personne, on l’a promis !!
  • Dégoût : oui, ben les promesses…
  • Tristesse : et franchement, qu’est-ce qu’ils ont appris depuis la dernière fois…
  • Colère : et ils l’avaient bien mérité !! Moi, je vote pour qu’on recommence !! Tu nous trouves un humain, un ornithorynque, et hop, on recommence tout, game over, Try again !!
  • Joie : mais non !! Non !! On a promis !! On ne fait plus ça, on ne te laisse plus péter les plombs, Colère, c’est non, cette fois personne ne te laissera faire, on a promis !! Et tu vois bien que ça ne les aide pas… Non, aujourd’hui, il faut faire ce que l’on est vraiment… Il faut donner de l’amour, de l’espérance, de la vie, de l’avenir… De la grâce !
  • Dégoût : de la grasse ? Ah ben je vous préviens, ce n’est pas moi qui donnerait de ma personne, je n’ai aucune graisse à donner…
  • Joie : de la grâce, dégoût ! De la grâce ! Vous en pensez quoi, vous autres ? Moi, je vous parle de grâce forte parce que fragile, d’un don total, d’un cadeau parfait, pour qu’enfin ils comprennent !! Pas un truc de gros lourdaud !!
  • Colère : tu parles de qui, là?
  • Dégoût : laisse tomber, Colère, laisse là faire sa fleurette d’amour…
  • Tristesse : avec les humains, elle arrivera jamais à rien… Pi avec nous non plus, faut être honnêtes…
  • Joie : Rah, j’arrête de vous écouter… Allez, on est d’accord, on fait quelque chose, on envoie un message fort et fragile à la fois, qui les touche et les respecte en même temps… Alors, des idées ?
  • Colère : le déluge, y’a rien de mieux. C’est mon dernier mot.
  • Joie : non ! Positif, on a dit !!
  • Tristesse : un animal, alors. Les humains, ils aiment bien les animaux.
  • Joie : ah ben pourquoi pas? Quel animal ?
  • Tristesse : le panda, ils aiment bien, les humains…(photo)
  • Dégoût : ça pue, les pandas, Pi ça coûte cher en bambou…
  • Joie : ok, pas de panda… Une autre idée ?
  • Tristesse : la licorne, ils aiment bien, les humains… (photo)
  • Colère : mais tu es bête, ou quoi ? Il n’y en a plus, de licornes !!
  • Dégoût : la faute à qui ? Qui a voulu fermer l’arche de Noé avant l’heure, hein?
  • Colère : dommage collatéral !! tu ne vas quand même pas me reprocher le tyrannosaure !!
  • Dégoût : tu as quand même laissé passer l’ornithorynque… La licorne, c’était un chouïa plus sortable…
  • Joie : stop, vous êtes pire qu’un groupe de paroissiens autour d’une choucroute blanchie !! Je ne vous donne plus qu’une seule idée. J’attends …
  • Tristesse : Pikachu, il était mignon, aussi… (photo)  Mais lui non plus n’est pas arrivé à temps… Bouh Ouh Ouh… Nous sommes fichus… Tout est fichu !!!
  • Colère : appuyons sur LE bouton !! Au diable l’humanité !!
  • Les autres : NON !!
  • Peur (débarquant) : eh oh ? Les amis ? Ça ne va pas, non ? Que vous arrive-t-il ? Vous n’appuierez pas sur ce bouton !! On a promis !! Et on va faire autre chose !! On va faire cadeau, au contraire !!
  • Dégoût : ah te voilà, peur… Toi, tu veux faire cadeau ? Ah ah’ laisse moi rire !! Toi, tu crois pouvoir offrir quelque chose ?
  • Colère : que pourrais-tu offrir ? Tu ne nous as jamais servi à rien !!
  • Joie : arrêtez, les amis ! Laissez la parler ! Viens, Peur… Viens nous parler ! Où étais-Tu? Tu as manqué toutes nos conversations, sais-tu que l’heure est grave?!
  • Peur : j’ai tout entendu, Joie… Ton espérance, et puis les autres… Et j’ai eu peur, justement… Parce que je ne suis pas d’accord avec Tristesse, Dégoût et Colère… Ce sont eux qui m’ont fait peur… Parce que le monde est beau, les humains sont beaux, les ornithorynques sont beaux… Désolée pour les tyrannosaures et les licornes… Si vous m’aviez écouté, hein, entre parenthèses… Mais je suis là, les amis, je suis allée chercher Amour, je crois que vous l’avez un peu oubliée, il est temps que vous la rencontriez à nouveau, elle a un plan à vous proposer…

Acte 3

  • Colère : alors, Amour ? Ton plan?
  • Amour : on va sur terre.
  • Dégoût : comment ça, on va sur terre? Ça ne va pas, non?
  • Amour : on y va .
  • Colère : non, mais tu n’es pas bien ? On va se faire estourbir !!!
  • Tristesse: c’est du tout cuit, on va se faire estourbir…
  • Amour : oui, peut-être, mais nous allons prendre le risque… Peur?
  • Peur  (avec un gros dossier ) : oui, alors, à ce sujet, effectivement, ce n’est pas sans risque… Amour, l’info principale, stp ?
  • Amour : on va naître, les amis !!
  • Joie : yes !! Depuis le temps que je le dis !!
  • Dégoût : c’est degueu …
  • Tristesse : oh, mon Dieu, tout ce dont j’avais peur !
  • Colère : non mais, on ne va pas devenir fous !!
  • Amour: si, on va devenir fous, mon Loulou…
  • Colère : c’est un scandale !!
  • Amour : tu ne crois pas si bien dire… C’est un scandale, et une folie… Un merveilleux scandale et une merveilleuse folie… Peur ?
  • Peur : oui, donc, j’ai tout étudié… Comme dit, on va naître… Après, évidemment, tout les risques sont là : écrabouillage, Nutella, missile, météorite, soldat, écartèlement, décapitation, crucifixion…
  • Joie : ne soyons pas défaitiste tout de suite… Allons au principal, Peur !
  • Peur : oui. Donc, déjà, avant tout ça, il faut trouver des parents…
  • Dégoût : mais c’est degueu !!
  • Colère : on peut pas faire plus simple ?
  • Tristesse : des gens biens, j’espère ?
  • Peur: non, c’est beau de faire naître un enfant, Dégoût… Laisse tomber avec tes gens biens, Tristesse… On l’a fait justement simple, Colère… On va le faire naître, on va nous faire naître… Et on va le faire grandir… Pi lui trouver des amis…
  • Tristesse : oh ben ça, c’est pas si facile, les amis, c’est sur les doigts d’une main…
  • Peur : on va lui trouver des amis, plein de doigts de mains… Et il va parler pour nous… Il va remettre les choses d’équerre… Rappeler ce que nous avions dit…
  • Colère : il va s’énerver ? Appuyer sur le gros bouton, hein ?
  • Peur : non, il ne va pas s’énerver, et il ne va pas appuyer sur le gros bouton. Il va aller jusqu’au bout de notre message…
  • Tristesse : tu es sûre qu’il ne va pas être un peu nul ?
  • Colère : carrément qu’il va être nul!
  • Amour : stop, les amis… Non, il ne va pas être nul… Il va dire l’essentiel… Il va aimer… Rappelez-vous, les amis… Vous vous souvenez quand nous avons créé la lumière, le ciel, la terre, les étoiles, les animaux, l’Adam, l’Ève ? Rappelez vous, tous, nous pleurions d’émotion, tellement c’était beau, tellement c’était bon !! Joie et moi-même, nous sommes nées de ce jour là…. Et nous sommes solidaires de tout cela, à jamais… Vous êtes venues après, colère, tristesse, dégoût, mais vous n’aurez jamais le dernier mot… Toujours, nous interviendrons, nous continuerons, nous travaillerons, parce l’humanité est belle, bonne, et nous le lui rappellerons !! Peur est avec nous, aussi, elle était là dès le début…
  • Peur : oui, je suis toujours là… Mais je suis du côté de joie et d’amour… L’humanité vaut le coup… Donc on va naître…
  • Dégoût : s’il vous en plaît…
  • Tristesse : vous êtes sûre que ça ne va pas nous rendre triste ?
  • Colère : je vous préviens, si vous faites pleurer les greluches, là!?
  • Peur : elles vont pleurer, Colère, désolée…
  • Amour : mais nous devons le faire…
  • Peur : 10% de chance de mourir d’une noyade, 5 d’un tremblement de terre, 15 de lapidation, 5 d’une chute d’ânon, 20 d’une crise cardiaque, 3 d’ennui en synode, 10 de poison, 7 dans une bagarre,11 par le fouet, 13,5 de sa belle mort à 989 ans comme Mathusalem, et 0,5% de crucifixion… Alors, bon, nous pouvons être optimistes, non ?
  • Tristesse : oui, enfin, il va mourir, quoi… C’est pas optimiste, ça…
  • Dégoût : tout le monde meurt, tristesse, ça va!
  • Amour: oui, comme tout humain, il va mourir… Mais naître, déjà ! Et dire notre amour !! et relever les hommes !! dire la beauté de l’humanité ! Appeler à l’égalité, à la liberté, à la fraternité  !! Dût-il en mourir !! Mais même, nous nous relèverons !! N’êtes vous pas d’accord avec cela ?
  • Dégoût : plan nul, mais oui, sur le fond, je suis d’accord…
  • Tristesse : j’ai envie d’y croire, vous savez…
  • Colère : ok, je vous laisse faire, mais je vous préviens déjà, le premier âne qui le fait tomber, je le transforme en saucisse, c’est clair ?!
  • Peur : vas-y, Amour, ils sont prêts ! Alors, ton plan ?
  • Amour : mon plan est simple. Alors, déjà, on va aller voir Marie, qui n’est pas mariée, et puis sa cousine, qui est trop vieille pour enfanter, et puis Joseph qui va se sentir bête, et puis Zacharie qui va devenir muet, et puis…
  • Dégoût : oh punaise… C’est déjà glauque…
  • Tristesse : je le sens mal…
  • Colère : vous l’aurez voulu !
  • Peur : et ça se passera très bien, promis!
  • Amour : et ces promesses, elles ont été tenues, et elles sont toujours pour vous aujourd’hui ! ( texte à projeter comme les photos Dieu a tant aimé  le monde ! Aimez vous les uns les autres!!)

Épilogue

  • Colère : Mais, qu’est-ce c’est que ça, encore ?! Le bouton d’urgence a changé !!
  • Dégoût (regardant) : Re-Sur-Rec-Tion… Qu’est ce que c’est que ce mot qui veut rien dire ?
  • joie : Aucune idée… bah, ça ne doit pas être important… Allez, c’est la fête !
  • Amour : absolument ! Joyeux Noël !!
  • Les autres, tous en chœur : Joyeux Noël !!
  • Colère : oui, ben quand même, ça ne me dit rien qui vaille, ce resur-machin…

Crédit : Corinne Scheele (EPUdF) Point KT




Angel Academy

ANGEL ACADEMY, scène de noël en 4 actes et pour 24 acteurs. Personnages : Voix off + 1 directrice d’école : Melle Primprenelle + Mmes les 4  Professeures : Balancel, Gargamel, Ariel, Rimmel + 8 Petits anges (tous leurs prénoms se terminent par « iel ») + 4 anges moyens + 6 grands anges

Voix off : chers amis qui êtes là ce soir, vous êtes-vous déjà penchés sur la question de l’existence des anges ? Vous êtes-vous déjà demandé comment les serviteurs ailés de Dieu acquéraient leurs compétences de vol, de discours, de charme ?

Peut-être que oui, mais sans doute que non…

Alors ce soir, nous allons vous donner des réponses aux questions que vous ne vous posez pas forcément… nous vous emmenons à l’école des anges, en l’an 3 millions 242 mille virgule 05 de l’éternité, ce qui correspond à l’an -1 de notre ère, à quelques poussières d’étoiles temporelles près…

Toute ressemblance avec des humains, grands ou petits, de votre connaissance seront purement fortuits.

Acte 1 – cours d’école 

Cour d’école (les 3 groupes d’anges arrivent les uns après les autres)

Petits anges, groupe des garçons :

  • Daniel, à Bretezel : yo Check, Bretzel !! Se font leur Check… arrive Martiniel.
  • Martiniel : Salut les poteaux, quoi de neuf?
  • Bretel : Matez ça, j’ai eu des nouvelles cartes de Pokéciel !!
  • Martiniel : ouah, la classe, j’y crois pas , t’as le Constructociel !!
  • Bretzel : ouais, t’as vu ses points de force ? Avec ça, je gagne des ailes dans toutes les arènes !

Petits anges, groupe des filles :

  • Mariniel : coucou les filles ! Alors, votre week-end?
  • Julianel : le paradis ! C’était notre univerciel, à Mathildiel et moi, alors nos parents nous ont emmené faire du rodéo d’étoiles vers Orion, c’était génial !
  • Mathildiel : on a fait la course avec la grande ourse sur des licornes, on a mangé des nuages roses, et dormi dans des arc-en-ciel !
  • Amandiniel : oh la chance! Moi, à mon univerciel, j’ai seulement eu une lyre électronique, c’est pas juste !!
  • Ciel : attention, les filles, poussez-vous, voilà les grands !!

Grands anges, arrivant :

  • Bretel, aux garçons : poussez-vous, les nabots, laissez passer les King du ciel !
  • Ansel, aux filles : du balai, les dindes, allez voleter ailleurs, vous faites tâche dans mon ciel !! Contents d’eux, les deux anges se font un Check de joie … les petits anges s’en vont.
  • Chanel : allez, les garçons, laissez les petits tranquilles, ou Melle Primprenelle va vous enguirlander !
  • Gretel : ouais, vous rigolerez moins tout-à-l’heure, quand Mme Gargamel rendra les copies de géographie terrestre !
  • Marcel : au diable, la géographie terrestre !! Ça ne nous servira jamais à rien !
  • Bretel : c’est vrai, ça, à quoi ça sert de savoir où est le Sahel, alors qu’on nous cantonne au ciel !
  • Ansel : pi de toute façon, moi j’ai aucune envie d’aller sur terre, c’est degueu, la terre ! Pi t’as vu la tête des humains ?! Beurk !!
  • Gretel : oh, vous exagérez, comme d’habitude…
  • Marcel : c’est ça, oui… bon, on a quoi, ce matin ?
  • Chanel : une heure de vol Angélique avec Mme Balancelle, deux heures de géographie terrestre avec M. Gargamel, et pi on commence maintenant avec Mme Ariel, cours de Courtoisie angélique à l’égard des humains…
  • Bretel : pfff, encore un truc qui sert à rien… singeant Mme Ariel : Bonjour, petit humain, n’aie pas peur, je suis un ange, j’ai éteint mon auréole pour ne pas t’éblouir, je suis gentil, je viens te parler de la part de Dieu, Dieu il est gentil, grand gnan gnan…tu parles d’un truc de crétins !!
  • Ansel : tu sais que sur terre, Ariel, c’est le nom d’une lessive ?
  • Bretel : ouais ben moi, c’est le cerveau, qu’elle me blanchit, la mère Ariel !
  • Gretel : allez, on y va, on va être en retard ! Un ange ne doit jamais être en retard, Melle Primprenelle le dit assez souvent !
  • Ansel : Mais quelle fayote tu fais, Gretel… allez, blanche colombe, on te suit ! Ils s’en vont.

 Les moyens anges arrivent :

  • Mathildiel : salut Clariel, salut Babybel, Salut Miel .
  • Les trois autres, en chœur : salut, Mathildiel !
  • Mathildiel, enthousiaste : alors, vous avez bossé votre chorégraphie, pendant votre week-end ? Moi, j’ai rendu fou mes parents, en volant partout dans la maison à la vitesse de l’éclair… j’ai renversé 2 fois mon petit frère, le chat s’est caché dans le frigo, ma mère n’était pas contente !
  • Clariel : la mienne, elle a fini par m’envoyer dehors, pour répéter… mais c’était cool, j’ai retrouvé Babybel, on a pu perfectionner la pirouette n43.
  • Miel : ah ouais, pas facile, celle-la… pour un vol plus fluide, je me demande s’il ne faudrait pas inverser le salto-arriere 22 par le turlututu 157, celui qui vient après le pic-en-l’air 73… je crois que ce serait vraiment impressionnant.
  • Babybel : on va présenter le projet à Mme Balancel. Une sonnerie retentit.
  • Clara : vite, il faut y aller, c’est l’heure, un ange ne doit jamais être en retard, Mme Primprenelle le dit assez souvent !
  • Babybel : ah, Clariel, qu’est-ce que vous êtes sérieux, dans ta famille !

Acte 2 : classes

Classe de musique Angélique avec les petits, et Mme Rimmel

  • Rimmel : Bonjour mes petits anges ! J’espère que vous avez bien révisé votre partition pour aujourd’hui !
  • Tous : oui, Mme Rimmel !
  • Rimmel : Très bien, nous allons voir Cela. Elle joue vive le vent sur une flûte. Voilà, alors, qui veut passer en premier ? Je vous rappelle que nous arrivons à la fin du premier trimestre, j’ai besoin d’encore une note pour pour calculer votre moyenne, alors concentrez-vous, d’accord ?
  • Amandiniel : Moi, moi !
  • Rimmel : très bien, Amandiniel, joue.  Amandiniel joue quelques notes maladroites à la flûte…
  • Rimmer : euh, c’est bien, Amandiniel, tu progresses, c’est certain, j’ai presque reconnu une note, je te mets 20 ! Ciel, à toi ? Ciel joue plusieurs fois la même note.
  • Rimmel : bon début, Ciel, bon début. Tu as assurément de la suite dans la partition. Je te mets 18, pour t’encourager. A qui le tour ? Tous les enfants lèvent la main.
  • Rimmel : oh que vous êtes adorables, mes petits anges… allez, hop, je vous mets tous 20 ! Une poussière d’éternité, et vous serez prêts pour le grand chœur angélique !

Classe des moyens, avec Ariel, professeur de communication humaine

  • Ariel : bonjour les enfants ! (Ton mielleux). Avez-vous passé un bon week-end ? Babybel?
  • Babybel : oui, madame !
  • Ariel : en humain, Babybel, tu le sais, pas en angelin !
  • Babybel : oui, madame, j’ai passé un bon week-end ! (Ton mielleux)
  • Ariel : très bien. Nous allons maintenant passer à des exercices pratiques d’improvisation. Cela peut vous servir si vous devez aller parler à des humains. Rappelez-vous la règle des trois A :
  • Miel : atterrissage !
  • Mathildiel : Auréole !
  • Clariel : amabilité !
  • Ariel : Très bien, c’est-à-dire ?
  • Miel : A comme atterrissage, on soigne son arrivée, on ne débarque pas n’importe où n’importe comment, on ne casse rien aux humains, parce qu’ils ont tendance à vite flipper !
  • Mathildiel : A comme auréole, on éteint son auréole, pour ne pas éblouir les humains, parce qu’ils ont tendance à vite s’épouvanter!
  • Clariel : A comme amabilité, on parle bien aux humains, avec gentillesse et respect, parce qu’ils ont tendance à vite s’affoler !
  • Ariel : parfait, mes anges. Allons, imaginez que vous devez porter un message . Babybel, essaie de parler à un humain, section garçon ?
  • Babybel, ton mielleux : Bonjour, petit petit. N’aie pas peur. Oui, je sais, même sans auréole, je suis éblouissante, mais pas flipper, petit petit, d’accord? Je suis un ange du Seigneur, je suis très très gentille…
  • Ariel : très bien, Babybel, la prononciation est très bonne. Mais fais attention à tes mouvements d’ailes, je les trouve un peu saccadés, ça pourrait faire flipper l’humain… Clariel, un essai, disons à un humain, section fille très très âgée ?
  • Clariel, se raclant la gorge, ton mielleux : bonjour, petite vieille dame aux cheveux tout blancs et à l’air un peu frippé… n’aie pas peur, je suis réelle, je suis un ange du Seigneur, tout jeune et tout lisse, et je resterai toute l’éternité tout jeune et tout lisse… tu vas bien, petite vieille dame aux cheveux tout blancs et à l’air beaucoup frippé ?
  • Ariel : pas mal, Clariel… mais en la situation, il faudra peut-être que tu élèves un petit chouïa la voix, et à plus dé-ta-cher les syl-labes, car les humains ont tendance à entendre moins bien, en vieillissant… Mathildiel, oui?
  • Mathildiel : et aux animaux, on apprendra aussi à parler ?
  • Babybel : oh oui, moi j’aimerais bien savoir parler aux animaux, ils ont l’air bien plus rigolo que les humains ! Parler l’humain, ça va bien un moment !
  • Ariel : Il y a un temps pour toutes choses, mes chers anges… allons, maintenant, un peu de conjugaison humaine , répétez après moi : j’ai-me, tu ai-mes, il ai-me, …

Classe des grands, avec Mme Gargamel prof de géographie humaine,

  • Mme Gargamel rendant les copies :
    • Monsieur Bretel, vous me pardonnerez de remonter les vôtres ! Humérus n’est pas une montagne de la Cordilliere des Andes, et l’Anapurna n’est pas un serpent ! 2/20
    • Monsieur Ansel, vous devriez éviter de copier sur Monsieur Marcel, son rase-motte culturel en matière d’humain s’est littéralement et lamentablement écrasé dans votre propre copie ! 3/20 chacun
    • MlleChanel, vos connaissances olfactives vous honorent, veillez cependant à réviser vos fondamentaux , les vaches ne font pas des cacas arc-en-ciel, vous m’en trouvez bien désolée ! 14/20, c’est bien
    • Mesdemoiselles Ciel et Gretel, encore une fois, votre travail est exceptionnel, puissiez-vous déteindre sur vos camarades ! 20/20, bravo.
  • Bretel, en tirant la langue : Fayottes !
  • Gargamel : il suffit, ange Bretel ! Si vous voulez avoir un jour la chance de descendre sur terre, mes enfants, il va falloir y mettre du vôtre ! La terre et ses merveilles, ça se mérite !! Si vous ne travaillez pas, vous allez passer l’éternité à balayer les plumes des coursiers pressés, remettre dans le droit chemin les astres qui ont la tête dans les étoiles, et réparer les néons des arc-en-ciel !!

Une sonnerie retentit, Mme Primprenelle passe dans les classes en criant : rassemblement exceptionnel, rassemblement exceptionnel !!

Voix off : oh la la, Mme Primprenelle a l’air de venir annoncer de grandes Nouvelles ! Donnons aux enfants le temps de se rassembler, pendant ce temps-là, pourquoi ne pas chanter !? Allons, unissons nos voix pour le cantique Aube nouvelle

Cantique « aube nouvelle » 

Acte 3 :  rassemblement

tous les enfants, Mme Pimprenelle, les profs (tableau)

  • Mme Pimprenelle : Mes chers petits anges, à rassemblement exceptionnel, bonnes nouvelles exceptionnelles !! Vous voulez deviner ?
  • Bretzel : des frites à la cantine tous les midis !
  • Martiniel  : on va essayer les orages !!
  • Daniel  : l’école va fermer !!
  • Julianel  : Mme Gargamel va être renvoyée !!
  • Mme Pimprenelle : Mieux que ça, mes chers petits anges !! Vous allez tous aller sur terre, pour une opération exceptionnelle !! Tout le monde applaudit et lance des hourras !!!
  • Mme Pimprenelle : vous allez aller annoncer que Dieu, à Bethléem, va devenir un humain, un humain bébé !!  Grand blanc, il n’y a que les profs qui applaudissent mollement
  • Mathildiel  : Dieu va devenir quoi, Madame?
  • Mme Primprenelle : un humain bébé !
  • Amandiniel : c’est quoi, un humain bébé ?
  • Mme Gargamel : nous n’avons pas encore étudié la chose, Mlle, pardonnez leur … Attendez, voilà, je cherche dans mes notes…. voilà, un humain bébé, c’est ça… (dessin sur le tableau) voyons voir, oui, là c’est la tête, là et là les pattes, euh non, les bras et les jambes, et là le reste… voilà, c’est ça…
  • Mariniel  : et ça fait quoi?
  • Mme Gargamel : ah, euh, alors, attendez, je consulte les notes… euh, pas grand-chose, apparemment… ça dort, ça mange, ça pleure, ça crie, ça…
  • Ciel  : ça bouge vite, au moins ?
  • Mme Gargamel : ah, euh, non, apparemment pas… je crois que ça, … que c’est un peu comme une tortue renversée, vous voyez, ça gigote les pattes, enfin, les bras et les jambes, mais ça n’avance pas… apparemment, il faudrait attendre que ça grandisse …
  • Mathildiel :  C’est un humain pas fini, quoi !
  • Mme Gargamel : ah, euh, oui, apparemment, on pourrait dire ça… c’est un humain pas fini…
  • Clariel  : et Dieu voudrait devenir ça ?
  • Mme Pimprenelle : en effet, Dieu, à Bethleem, veut devenir ça… je tiens à vous rappeler, et vos professeurs n’ont sans doute pas manqué de vous l’apprendre, que Dieu est très attaché à ces humains, les finis et les pas finis… et que ce n’est certainement pas à nous de discuter de ses divins plans !! Ainsi donc, il a décidé de devenir un humain bébé, et vous allez descendre en une belle cohorte pour l’annoncer ! N’est-ce pas, Mme Balancel ?
  • Balancel : Affirmatif, Mme Primprenelle, mes élèves sont de parfaits pilotes, capables de pirouetter dans tous les sens à la vitesse de la lumière sans y laisser une plume ! On va vous faire une chorégraphie d’enfer, à inverser l’axe terrestre ! Tous les humains finis, et les pas-finis, seront scotchés, foi de Balancel !! (Montre un plan de vol sur le tableau) voici ce que je suggère : on forme au minimum 5 escadrilles, A B C D E. Elles descendent d’un demi-ciel, toutes ensemble, puis les A et  E s’élancent, foncent l’une vers l’autre pour s’éviter au dernier moment, tandis que la C parvient en une Nano-seconde au ras du Ciel puis remontent fissa. Après ça, les escadrilles B et D font pétarader leur auréoles en descendant en tourbillons, pendant que… (hourras des anges)
  • Mme Primprenelle : oh là, il semblerait, d’après la volonté de Dieu, que cela ne soit pas si … pétaradant ? Un peu plus simple, peut-être ? Avec un peu moins de bruitages, peut-être ?
  • Rimmel: je ne peux être plus d’accord, dans tout ce bruit, on n’entendrait plus la musique des anges… je suggère justement un orchestre symphonique composé de tous les instruments qui existent sur la planète terre, afin que chacun entendre la musique dans son expression ! Avec des milliers d’instruments, ça va créer le concert Angélique de l’éternité, on va faire danser toute les constellations, on va nous entendre dans tout l’univers !! (Hourras des anges)
  • Mme Primprenelle : oh là, il semblerait, d’après la volonté de Dieu, que cela ne soit pas si… bruyant? Avec un peu moins d’instruments, peut-être ? Apparemment, il s’agirait de faire passer un message à un petit nombre de gens, seulement …
  • Mme Ariel : n’en dites pas plus, Mme Pimprenelle, je suis votre ange… je sais parler aux humains, et mes anges sont parfaitement formes à la chose… ils ont acquis le vocabulaire le plus châtié qui soit, et sauront parler aux grands terriens avec une poésie Angélique des plus élevées ! Je les y vois déjà : (voix mielleuse) Bonjour, grands humains, que vous êtes jolis, que vous nous semblez beaux! Sans mentir, si vos parures se rapportent à … »
  • Mme Pimprenelle : oh là, il semblerait, d’après la volonté de Dieu, que cela ne soit si… ampoulé ? Apparemment, il ne s’agirait pas de s’adresser à de grandes gens, mais à des… oui, je lis bien, c’est bien ça, de s’adresser à … des bergers…
  • Mme Ariel : des quoi? S’adresser à des quoi ?
  • Babybel  : c’est quoi, des bergers?
  • Mme Pimprenelle : euh… Mme Gargamel ?
  • Mme Gargamel : ah, euh, oui, attendez je regarde mes notes, B babas au rhum, non, b baleine, non, B  baraque à frite, bâtiment, bavanais , be, Berger, voilà… ah tiens, c’est un humain qui dort dehors, avec des animaux, qui est pauvre, mal-vu, et a la réputation de sentir des pieds… voilà, voilà…
  • Miel :  Quoi?
  • Chanel :  On doit faire des pirouettes pour des sans-logis?
  • Gretel :  On doit jouer pour des pauvres ?
  • Bretel :  On doit parler à des gens de mauvaise réputation?
  • Ansel :  On doit descendre voir des gens qui puent des pieds ?
  • Marcel :  Je veux pas aller sur terre !!!!
  • Ciel  :  Je veux pas me salir la plume !!
  • Mme Pimprenelle : allons mes anges, écoutez moi bien : vous le savez, Dieu aime les humains, tous les humains, les finis, les pas finis, les grands parurés et les petits qui n’ont pas de souliers… alors il veut descendre à Bethleem comme un petit pas fini et sans parure, parce que comme ça, chacun aura le choix de l’accueillir ou pas !! D’ailleurs, si je continue la note, il va naître dans du foin, dans une mangeoire !
  • Mariniel  : non !!
  • Mme Pimprenelle : dans une étable…
  • Amandiniel   : Oh la la…
  • Mme Pimprenelle : et il va être charpentier, il va se faire mal aux mains et travailler le bois…
  • Bretzel  : wahou…
  • Mme Pimprenelle : Et il va parler à tous les humains, les appeler à la bonté…
  • Julianiel  : oh…
  • Mme Primprenelle : A la fraternité, à l’amour !!
  • Daniel : yeah ! ( applaudit tout seul)
  • Mme Pimprenelle : alors quoi, mes chers petits anges ? Pourquoi croyez-vous qu’il vous demande, à vous, de l’accompagner dans cette magnifique aventure ?
  • Ciel : parce qu’on est les meilleurs ?
  • Mathildiel  : pour nous donner des vacances de Mme Gargamel ?
  • Mme Pimprenelle : pourquoi vous demande-t-il, à vous, d’annoncer à des bergers, des petits, qu’il va venir comme un bébé ?
  • Clariel  : parce qu’on est les plus petits des anges ?
  • Mme Pimprenelle : exactement, Clariel … oui, je crois qu’il vous a choisi, vous des anges écoliers, parce que vous êtes les plus petits d’entre les anges, parce que vous n’êtes pas finis, parce que vous avez encore plein de choses à apprendre et à découvrir…  il vous demande d’avoir du plaisir à descendre voir ces hommes qu’il aime tant, de les aimer, vous aussi, Et de prendre plaisir à leur joie ! Vous voulez bien descendre à Bethleem ? Ouais unanimes des anges…
  • Gretel :il veut avoir besoin des hommes, c’est pour ça qu’il vient comme un bébé humain ? Wah !
  • Ciel : et il veut avoir besoin de nous, parce qu’on est les plus petits ? Wah !
  • Marcel : y’a pas à dire, c’est puissant, c’est grand  !
  • Chanel  : vous êtes certaine que c’est pas pour nous dire qu’on pue des pieds, hein?
  • Mme Pimprenelle : Promis, Chanel… bon, mes chers petits anges, mes chers professeurs, vous avez exactement 9 mois humains pour préparer l’événement. A l’heure qu’il est Gabriel est sur terre, en train de tout mettre en place… bon, je veux les musiques, les paroles, et le plan de vol à temps sur mon bureau, c’est bien compris ?…
  • Mme Rimmel : sans fausse note, Mme Pimprenelle !
  • Mme Balancel : sans faux vol, Mme Pimprenelle !
  • Mme Ariel : sans faux mot, Mme Pimprenelle ! Hésitation de Mme Gargamel
  • Mme Pimprenelle : Mme Gargamel ?
  • Mme Gargamel : euh, j’ai juste une petite question : c’est où, Bethléem ?
  • Mme Pimprenelle, soupirant : hon, le plan de Dieu, ça doit valoir aussi pour les professeurs, pas que pour les écoliers…
  • Voix off : que de choses à préparer en quelques mois, pour tous ces petits anges et leurs courageux professeurs ! Voyons voir un peu leurs progrès !

Acte 4 : final

  • Jour J moins 8 mois : vol d’ange ( trois anges garçons volent dans tous les sens)
    • Balancel : Moins vite, moins vite, soyez aériens !
  • Jour J moins 7 mois : parler humain (trois anges filles s’exercent à parler humain, avec des voix mielleuses)
    • Julianel : bonjour, les humains,
    • Mathildeil : cool, n’ayez pas peur,
    • Amandiniel : on vient vous annoncer une bonne nouvelle !
    • Ariel : plus simple, plus franc, soyez plus naturels !
  • Jour J moins 6 mois : joueur de flûte (Mariniel et Ciel jouent de la flûte, plutôt mal)
    • Rimmel : oui, oui, continuez ainsi, ça devient mélodieux !
  • Jour J moins 5 mois : cours sur Bethleem ( Les anges moyens suivent le cours)
    • Gargamel : vous voyez, Bethleem est une ville très très importante, une charmante bourgade, un village très intéressant, un hameau qui vaut le détour, un trou perdu qui ne peut que grandir en renommée, vraiment,  je ne comprends pas que vous n’en ayez jamais encore entendu parler… voyez vous, en l’an humain…
  • Jour J moins 4 mois : vol d’ange (les trois anges garçons  volent gracieusement )
    • Balancel : oui, bravo, parfait !!
  • Jour J moins 3 mois : parler humain
    • Julianel : bonjour, les humains,
    • Mathildiel : cool, n’ayez pas peur,
    • Amandiniel : on vient vous annoncer une bonne nouvelle !
    • Ariel : bravo, parfait, quels progrès !!
  • Jour J moins 2 mois : joueur de flûte (Mariniel et Ciel, ou, joue un joli petit air de flûte)
    • Rimmel : bravo, parfait, vous êtes presque prêt !!
  • Jour J moins 1 mois : carte Bethleem (les anges moyens suivent le cours)
    • Mme Gargamel : pointant sur une carte… ben voilà, Bethleem, c’est là, ce n’était quand même pas si compliqué !
    • Babybel : Bravo, Mme Gargamel, vous avez fait de sacrés progrès !!
  • Jour J : enfin, c’est l’heure , le jour J ! Nous voilà en l’an 3 millions 242 mille virgule 06 de l’éternité, ce qui correspond à l’an 0 de notre ère, à quelques poussières d’étoiles temporaires près… voilà les anges prêts à donner leur concert aux bergers, vous les voyez arriver ? (Anges se mettent en place)… allez, aidez-les, soyez vous-mêmes des anges, chantez avec eux, que la nouvelle se répande à toutes les extrémités !!

Final anges : Les anges dans nos campagnes ( pancartes)-  le  public est invité à chanter avec les anges 

Final : Check entre Bretzel et Martinel :

  • Bretzel : même pas peur, on est trop forts, vous êtes trop forts !! on reviendra !
  • Martinel  : prenez soin de lui, d’accord ?
  • Daniel : en lui, vous et nous, on est liés à jamais, nom d’une poussière d’étoile !!

Voix off : voilà donc ce qu’il s’est passé à l’école des anges, en l’an 3 millions 242 mille virgule 06 de l’éternité, ce qui correspond à l’an 0 de notre ère, à quelques poussières d’étoiles temporaires près… maintenant, vous savez presque tout sur les anges ! Merci à eux d’avoir si bien préparé la grande nouvelle, il est temps de les remercier !!

Crédit : Corinne Scheele (EPUdF) – Point KT




Marc 8 Des statistiques et des pains au rabais

Marc 8, 1-9 & Deutéronome 8, 7-18 : Des stats et des pains au rabais !*

  • Narrateur 1 : (Ton très pastoral) Le Seigneur votre Dieu va vous faire entrer dans un pays arrosé et plein d’eau !
  • Narrateur 2 : (Ton très désabusé) Ah bon ? Et la sécheresse et le réchauffement climatique ?
  • Narrateur 1 : C’est le pays joyeux des enfants heureux où poussent le blé et l’orge, la vigne et le figuier, où coulent l’huile et le miel…
  • Narrateur 2 : Tu parles ! C’est de la pub mensongère… La diversité des cultures en plaine d’Alsace se limite au maïs qui pompe des litres d’eau !
  • Narrateur 1 : Vous aurez de quoi vous nourrir abondamment. Vous vous construirez de belles maisons où vous vous installerez…
  • Narrateur 2 : Mais bien sûr ! Continuez à vous empiffrer et à consommer ! Bétonnez à fond vos espaces végétalisés et vous allez bronzer…
  • Narrateur 1 : Vous possèderez de plus en plus de bœufs, de chèvres, de moutons… Davantage d’argent, d’or et de biens de toutes sortes…
  • Narrateur 2 : Et une fois que vous serez confinés, dans vos beaux quartiers, avec toutes ces pandémies à venir, vous en ferez quoi de vos coffres enflés avec tout votre fric épargné ?
  • Narrateur 1 : Veillez alors à ne pas devenir orgueilleux au point d’oublier…
  • Narrateur 2 : Encore faudrait-il ne pas se la péter et se prendre pour des dieux…
  • Narrateur 1 : C’est dans l’immense et redoutable désert que le Seigneur Dieu vous a donné de la nourriture et qu’il vous a fait rencontrer des difficultés…
  • Narrateur 2 : Evidemment pour nous tester ?
  • Narrateur 1 : Tout en vous préparant un avenir heureux !
  • Narrateur 1 & 2 : Et maintenant ?

Deux autres personnages se mettent en place. Les narrateurs peuvent jouer ce rôle, mais ils doivent changer de position, de ton, voire de costume… L’un tient un carnet sur lequel il prend des notes (Statistix) et l’autre semble libre et rêveur (Sansgarantix)… Statistix est occupé à compter, à enregistrer et à noter…

  • Sansgarantix : Avé, Statistix, toujours à dénombrer, à compter, à enregistrer pour communiquer chiffres, à la population ?
  • Statistix : Santé à toi, Sansgarantix, je suis en train d’enregistrer, pour les archives de l’état, les performances que notre Seigneur Jésus-Christ a accomplies en faveur de nous, les païens… Et je les compare à ses résultats trimestriels précédents…
  • Sansgarantix : Et ça donne quoi, ton relevé comptable ?
  • Statistix : Eh bien ! Jésus n’a pas vraiment chômé lui ! Dépossession de la fille d’une Libanaise ; guérison d’un sourd muet et d’un aveugle, et pendant la pause midi… Multiplication de pains et de poissons…
  • Sansgarantix : Incroyable ! Il n’arrête donc jamais ?
  • Statistix : Pire ! Il nourrit 4 000 personnes, rassemblés depuis 3 jours dans un endroit désertique… Le tout avec 7 pains et quelques poissons !
  • Sansgarantix : C’est en mode : Mini prix mais max d’efficacité… Semble-t-il ?
  • Statistix : Non mais, imagine, qu’il y a même une seconde version, devenue virale, avec plus d’impact : 5 pains – 2 poissons – 12 paniers de reste pour 5 000 personnes…
  • Sansgarantix : Trop fort Jésus ! Et depuis, combien de ces « milliers » de personnes ont changé leur vie sans réclamer leur miracle quotidien ?
  • Statistix : Je ne m’occupe pas des cas individuels ! C’est la courbe d’ensemble qui m’intéresse, et pour l’instant, c’est l’embellie… Elle est à la hausse… Si tu prends tous ces chiffres et que tu tapes 7
  • Sansgarantix : Moi j’y vois la puissance agissante de Dieu, à l’œuvre, par la foi des disciples…
  • Statistix : Et que tu retiens 3
  • Sansgarantix : Les jours passés à écouter Jésus, le ventre vide sans s’en rendre compte, et le temps de passer de la mort d’une foule perdue à la vie d’une foule repue…
  • Statistix : Plus 5
  • Sansgarantix : Comme une référence aux 5 livres de la Loi qu’il faut garder en mémoire en tous les cas…
  • Statistix : Avec une augmentation de 12 % !
  • Sansgarantix : Comme un rappel que c’est tout le monde qui y a droit, sans marginaux, exclus ni pourcentage de perte…
  • Statistix : Et un chiffre d’affaires multiplié par 2
  • Sansgarantix : Comme l’expression du lien entre l’ancienne et la nouvelle alliance… Tous ces chiffres ne montrent que Jésus, le Christ, et par lui, des événements étonnants sont rendus possibles !
  • Statistix : Moi je crois aux chiffres ! Ils ne mentent pas, eux ! Jésus a dû faire un max de chiffres… d’affaires… Toutes ces personnes présentes, rendent inévitables la contagion du buzz sur les réseaux… Que des convaincus !
  • Sansgarantix : Je me demande alors pourquoi Jésus ne fait jamais sa pub et pourquoi il interdit aux gens de communiquer sur ses miracles ? Pourquoi la plupart n’arrêtent-ils pas de lui réclamer des signes ?
  • Statistix : Tu dois te tromper… Mathématiquement, si avec 7 pains, il était capable de nourrir 4 000 personnes… 4 000 divisé par 7 = 571 ! Cela donne comme ratio, 1 pain pour 571… Elémentaire mon cher Sansgarantix !
  • Sansgarantix : C’est que l’inquiétude et la peur de manquer, sont si présentes en l’humain, que même des mesures miracles ne pourront jamais amener la confiance…
  • Statistix : Je reste persuadé qu’il faut continuer à faire du chiffre ! Convaincre, prêcher, argumenter… Mieux encore ! Il ne faut pas hésiter à mettre en scène des miracles, des guérisons, en direct pour toutes les maisons… Engageons des leaders charismatiques et nous pulvériserons l’audimat !
  • Sansgarantix : Tu crois vraiment que la foi peut venir de la démonstration ou d’un show d’émotion ? Et si elle se résumait plutôt dans les ultimes paroles de Jésus : « Entre tes mains je remets mon esprit » !
  • Statistix : Tu veux dire que Jésus a fait le grand saut, sans filet, sans élastique ? Même sans avoir, au préalable, établit une garantie obsèques ?
  • Sansgarantix : Tout le monde veut des garanties… Jésus nous garantit la sécurité si nous renonçons à tout planifier, contrôler et prévoir… C’est une confiance exclusive et entière en Dieu !
  • Statistix : Mais c’est impossible ce que tu me réclames là ! J’ai besoin d’assurances et de prévoir… Comment me mobiliser autour d’un projet, si je n’ai aucune garanti que demain, je pourrais le réaliser !
  • Sansgarantix : Mais est-ce que ce n’est pas ce que nous vivons tous ? En ce moment ? C’est par cette foi que la foule est restée trois jours à écouter Jésus, le ventre vide, sans avoir emporté de quoi manger ?
  • Statistix : C’est la même foi qui a conduit le peuple, à travers le désert, vers un avenir incertain, sans garantie de trouver une boulangerie en chemin !
  • Sansgarantix : Et Abraham qui a pris ses cliques et ses claques pour partir vers un lieu inconnu… Et sa descendance ? Tu te rappelles ?
  • Statistix : Très bien ! Selon les statistiques, il n’y avait aucune chance que cela se fasse ! Un vieux qui n’en peut plus et une veille qui n’en veut plus…
  • Sansgarantix : Je ne te le fais pas dire… Plus le temps passa… Plus Abraham s’y est mis à croire et à attendre l’impossible…
  • Statistix : Si des miracles ne peuvent pas produire la foi/confiance ; Peut-être que c’est la foi/confiance qui pourra amener à changer le monde en cour des miracles ?
  • Sansgarantix & Statistix : Et maintenant ?

Les deux partent et les narrateurs reviennent et se remettent en place. Si ce sont les mêmes acteurs, il faudra penser à changer d’endroit et de costume…

  • Narrateur 1 : (Ton très pastoral) Ne pensez jamais que vous avez atteint la prospérité par vous-mêmes, par vos propres forces…
  • Narrateur 2 : (Ton très désabusé) Donc, tout le discours sur le retour à la croissance pour bientôt, c’est du pipeau ?
  • Narrateur 1 : Souvenez-vous ! C’est votre Dieu qui vous donne les forces nécessaires pour atteindre…
  • Narrateur 2 : La croissance tant espérée ?
  • Narrateur 1 : Si vous l’oubliez, Dieu, et que vous adorez d’autres Dieux…
  • Narrateur 2 : Du genre le fric, les chiffres, le Numeris clausus, le retour à la normale, le casseur des liens humains…
  • Narrateur 1 : Je vous avertis solennellement ; vous disparaîtrez complètement !
  • Narrateur 1 & 2 : Et maintenant ?

*Je remercie mon collègue, Jean-Mathieu Thallinger, Pasteur à Mulhouse, qui m’a beaucoup inspiré par sa prédication sur le site des « aides à la prédication » de l’Uepal !

Crédit : Frédéric Gangloff (UEPAL) – Point KT – photo pixabay




La crèche déprogrammée !

Cette saynète démarre par une véritable crèche vivante. Si des acteurs venaient à manquer, il est possible de les remplacer par des figurants non humains. Quelques décors de Noël, âne et bœuf, voire anges, existent certainement dans les remises de beaucoup de paroisses. Comme décor, on peut disposer en plein centre de la scène, une structure qui ressemble au toit d’une crèche ; une étoile filante accrochée ; un sapin de Noël ; des guirlandes ; des boules ; une mangeoire avec de la paille. Vous agencez le tout à votre guise !

Comme protagonistes : Un maximum de 4 bergers et des moutons, Les 3 rois mages, l’âne, le bœuf, une poule, Marie & Joseph + Bébé. Le bébé peut être suggéré sans être visible ! La plupart des acteurs sont des figurants. Ils n’ont pas de texte à apprendre ! S’il y a pénurie d’acteurs, beaucoup de figurants peuvent être remplacés par des accessoires ! Ils seront alors évacués par des machinistes.

Les rôles principaux : Luc et Matthieu ; leurs répliques ne sont pas nombreuses et peuvent être facilement mémorisées ! CO et VID -à prononcer pleinement- peuvent s’aider de dossiers à la manière d’inspecteurs consultants des normes sanitaires ! Madison a trois courtes répliques, mais un rôle important dans ses déplacements et actions ! Marie et Joseph interviennent brièvement dans la dernière scène.

Il faut s’imaginer l’ensemble comme un tableau idyllique. Les distances barrière seront respectées, mais aucun humain ni animal ne porte de masque… Pas encore ! Le tout est filmé par un caméraman (Luc) et dirigé par un metteur en scène (Matthieu). Un-e- assistant-e- (Madison) s’occupe de passer les consignes aux acteurs.

PROLOGUE

  • Matthieu : Pressons ! Mesdames, Messieurs ! Mettez-vous en place ! Nous allons tourner la séquence finale ! Madison, dépêche-toi ! Ça traîne ! A tous Vous voulez tourner jusqu’à Minuit ou rentrer chez vous pour le réveillon ? Madison remet quelques acteurs et décors en place, puis elle revient avec le fameux clap ! Tu es prêt Luc ?
  • Luc : Moteurs !
  • Matthieu : ACTION ! Un narrateur se déplace, en mode cinéma, vers le micro
  • Narrateur : Sur le ton d’un conte « En ce temps-là, l’empereur César Auguste donna l’ordre de… Il est brutalement interrompu par des cris ! Deux personnes masquées et équipées en mode hôpital, courent vers le devant de la scène.
  • Voix 1 (CO) : STOP ! STOP !
  • Voix 2 (VID) : STOPPEZ TOUT !
  • Voix 1 : NE BOUGEZ PLUS ! PAS TOUCHE !
  • Voix 2 : TOUS LES MAINS EN L’AIR !
  • Matthieu : Mais vous êtes dingues ! Vous interrompez ma dernière prise ! Vous déboulez ici sans autorisation pour gâcher mon film et spolier ma soirée de Noël ! Et d’abord ! Qui êtes-vous ?
  • CO : Présentation officielle Je me nomme CO !
  • VID : Et moi c’est VID !

Ensemble : CO et VID du 19 quai de la déprime ! On nous surnomme : « Les déménageurs à l’extrême » ! Ils leur montrent une sorte d’insigne comme des policiers…

SCÈNE 1 : La crèche « dégraissée »

  • Luc : Messieurs, nous voudrions tourner la jolie petite histoire de Noël ! Pourquoi cette intrusion ? CO et VID se dirigent vers deux micros pour prendre la parole. Ils tirent de leur poche un texte qu’ils lisent
  • CO : Pour ce temps-là et pour quelques temps encore, l’empereur et son premier sinistre, donnent l’ordre immédiat d’appliquer le décret n° 2020-666 du 24 décembre 2020.
  • VID : Il ordonne les mesures générales indispensables pour faire face à l’épidémie dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire !
  • CO : Nous sommes ici pour faire appliquer scrupuleusement ces mesures afin de sauver des vies ! Nous avons tout pouvoir venant du ciel et ici par terre ! Pour débuter ! Port du masque obligatoire pour tous ! VID distribue les masques à tous les humains présents, sauf au public qui en porte déjà !
  • VID : Je constate que certains sont déjà masqués ! Un bon point pour eux ! Néanmoins, il me faudra vérifier la jauge de présence à la fin. En attendant, je prierai tout membre du public qui ne se considère pas comme un bien essentiel de quitter les lieux…
  • CO : LOL ! C’est de l’humour…
  • VID : En revanche, et là je ne rigole plus, je vois 4 bergers. Parfait ! C’est le maximum autorisé ! Veuillez respecter la distanciation pastorale. Y a-t-il des bergers à risque ? Deux lèvent le doigt
  • CO : Qui a plus de 65 ans ? Les deux autres lèvent timidement le doigt
  • VID : Mademoiselle SVP !
  • Madison : Madison je vous prie !
  • CO : Madison, en route ! Veuillez raccompagner les bergers à risque vers la sortie et les ancêtres dans un taxi pour qu’ils retournent se confiner chez eux ! Barre quelque chose sur une liste Et de quatre ! Madison s’exécute et puis revient aussitôt
  • VID : Virez-moi aussi les moutons tant que vous y êtes ; ce n’est pas une bergerie ici ! Ils risquent encore de nous transmettre la « tremblante » ! Lâchez-les dans les jardins du Curé ou du Pasteur ; ils reconnaîtront bien leurs brebis ! Madison vire les moutons avec CO
  • Luc : Vous ne pouvez pas juste me supprimer les bergers et les moutons du tableau de Noël ; ils représentent les plus pauvres et les travailleurs précaires. Ils sont les premiers à être venus voir et reconnaître Jésus !
  • CO : Eh bien ce sont les premiers à dégager ! Vous savez, quand on fait le vide c’est souvent les plus fragiles qui trinquent !
  • VID :  D’ailleurs, je vois que vous avez installé un âne et un bœuf ! Vous avez leurs papiers de décontamination, selon le formulaire type 2020 de l’AVAN – l’Agence Vétérinaire de l’Arche de Noé- ? Pas de réponse
  • CO : Désolé ! Votre âne sera mis à l’isolement strict, en attendant de se faire tester ! Et votre bœuf là, est suspecté de transmettre la maladie de la « vache folle » ; il va falloir les évacuer illico presto et appeler une bétaillère ! Pressons ! C’est toujours Madison qui s’active et évacue les deux animaux
  • Matthieu : C’est de la folie, votre truc ! L’âne est le symbole du roi sur lequel cet enfant fera son entrée un jour à Jérusalem. Il a besoin de compagnie pour, qu’ensemble, ils puissent faire un bœuf ! Seul, il va mourir de chagrin, enfermé dans son étable de retraite. Et dire que ces deux bêtes étaient les seules à connaître le chemin vers la maison ! Madison revient
  • VID : Ah ! Madison mon petit ! Tant que vous y êtes ! Vous me mettez de côté cette mangeoire pleine de virus ! A l’occasion, vous désinfecterez chaque brin de paille à l’alcool et l’enduirez de gel avant de déposer ce bébé ! Ces ruminants stupides ont dû baver dedans ! Madison s’exécute, mais ronchonne…
  • Madison : En attendant, c’est nous qui en bavons…
  • CO : Remarque une poule dans un coin C’est quoi cette volaille ? Consulte ses papiers Très dangereux, la présence de cette bombe à retardement dans un lieu publique ! Madison ! Mon ange ! Placez-moi cette poule en détention provisoire avant qu’on lui torde le cou pour suspicion de grippe aviaire !
  • Luc : Il ne le faudrait pas non plus la prendre pour une dinde !
  • VID : Pas de risque ! Mais en cette période troublée, on peut dire que cette poule n’a pas de pot !
  • CO : Très drôle, VID, ta blague va devenir virale ! Bon ! Barre sur sa liste La ménagerie c’est réglé !

SCÈNE 2 : La crèche démantelée

  • CO : Voyons maintenant le reste… S’approche, mais pas trop près, des rois mages avec leurs cadeaux Tiens ! Tiens ! Mais qui avons-nous là ? Vos papiers ! Schnell ! Ils leur tendent ce qui ressemble à des papiers d’identité. VID vient épauler son collègue et consulte les papiers…
  • VID : Ben voyons ! Baravan Balthasar ; Mustafa Melchior et Kassim Caspar ! Je suppose qu’avec des noms pareils vous venez de l’extérieur de l’espace Schengen ? Disposez-vous d’un certificat international en Français d’un test négatif ? Vous comprenez ce que je dis ? Pas de réponse
  • CO : Laisse tomber ! De toute façon, on va les mettre en quarantaine pour 15 jours ; c’est la Loi ! Madison ! Ma chère ! Veuillez raccompagner ces messieurs pour qu’un taxi les dépose à l’hôtel : « Les mille et une nuit ». Laissez leurs bagages et cadeaux ici ! Madison les raccompagne vers la sortie…
  • VID : Il va falloir les faire repasser aux rayons X et aux chiens renifleurs. A coup sûr, ils ont importé illégalement de l’anthrax, de l’extasy ou d’autres stupéfiants !
  • Matthieu : Mais c’est vous qui êtes vraiment stupéfiants ! 15 jours ! Jamais ils ne pourront revenir pour l’Épiphanie et offrir l’or royal, la myrrhe et l’encens pour fêter correctement l’enfant Jésus !
  • CO : Du calme, restez cool ! Nous sommes là pour vous protéger, quelquefois contre votre gré ! C’est pour votre bien ! Vous n’avez qu’à faire envoyer les cadeaux au gamin par SACRINLAZONE ! Fallait y penser avant de se lancer dans une super production !
  • VID : Barre sur sa liste  – A propos, je le vois juste sur ma liste, vous n’avez pas d’ange ou de chœur d’anges heureux ? Parce que chanter actuellement, ce n’est pas non plus très recommandé !
  • Luc : Non, Gabriel vient de décommander la chorale céleste ! De plus, il a préféré s’adresser à Marie et Joseph par visio-conférence ! Il a suffi qu’il leur fasse parvenir un lien !
  • CO : C’est parfait ! Nous ne voudrions pas que certains anges, lors de leur passage, y laissent des plumes ! C’est rempli de bactéries et de maladies, ces nids à microbes !
  • Matthieu : Bien sûr ! Encore faudrait-il être assez subtil pour remarquer lorsqu’un ange passe… Moment de silence marqué
  • VID : Sur un ton blagueur D’autant que ce n’est pas simple d’en choper un pour lui fourrer un bâtonnet dans le nez, pour remonter jusqu’au cerveau !
  • CO : Reprend-toi VID, vous n’avons pas encore fini ici ! S’approche de l’étoile Très jolie, votre étoile là ! Très brillante ! Elle est arrivée à quelle heure ?
  • Luc : Je ne comprends pas votre question. C’est l’étoile de la star Jésus ! Elle est là depuis le début pour indiquer un chemin de lumière à ceux qui la recherchent !
  • CO : Vous avez encore tout faux ! Madison ! Ma chérie ! Vous pouvez enlever l’étoile et la remballer ! Elle n’a droit qu’à 15 minutes de position statique au-dessus de la crèche… Au-delà de ce temps, elle est hautement contagieuse !
  • VID : J’ai une idée, CO, et si on la laissait filer, l’étoile, elle deviendrait co-mète !
  • CO : T’as bientôt fini tes blagues débiles ! Madison ! Décrochez-moi cette étoile et qu’on en parle plus !
  • Matthieu : Pas étonnant que nous préférions des lumières artificielles, avec ces deux-là, question lumière, ce n’est pas très brillant !
  • CO : Si vous le prenez comme cela, cher monsieur, j’ai le regret de vous annoncer, qu’il va falloir également démanteler votre structure en bois qui n’est plus en conformité avec les nouvelles règles sanitaires. Et si vous continuez à ronchonner, je vous colle une amende pour importation illégale de bois exotique ! Madison ! Honey ! Procédez à l’évacuation de ce Squat illégal ! Madison et des machinistes démontent la structure et l’emmènent
  • VID : Ouste ! Vous allez devoir crécher ailleurs ! A ce stade, il ne devrait rester plus que Marie, Joseph et le bébé !
  • Luc : SVP ! Laissez-moi au moins la sainte famille !

SCÈNE 3 : Drôle de famille !

  • CO : On va voir si elle est aussi sainte que cela ! A Marie et Joseph Vous êtes de la même famille ?
  • Marie : C’est-à-dire que j’étais d’abord confinée chez moi et Joseph chez ses parents… Cela ne fait que deux semaines que nous sommes ensemble !
  • VID : A Joseph C’est vous le père ? Vos papiers et autorisation de sortie ?
  • Joseph : (…) En fait je ne suis pas vraiment le …père (…)
  • CO : Ok ! Vous êtes une famille recomposée ! Dans ce cas, il me faudra une attestation de sortie pour l’enfant de la part de son vrai Père ! Petit silence gêné…
  • Joseph : Vous ne comprenez donc pas ! C’est très embarrassant pour moi… Mais… c’est Dieu le Père !
  • CO : Sur le ton de la moquerie Oui ! C’est ça et moi je suis le Fils !
  • VID : Et moi le sain d’esprit ! C’est la meilleure que j’ai entendu de toute la journée !
  • Marie : Et alors ! Ce n’est pas plus incroyable que le fait que Dieu devienne humain dans un bébé !
  • CO : Madison, ma cocotte ! il va falloir que vous appeliez l’assistance sociale pour leur confier l’enfant et je vais contacter l’asile psychiatrique le plus proche de ce pas… Tout d’un coup, il fait semblant de recevoir un coup de téléphone Très bien ! Nous arrivons immédiatement Raccroche Vous avez de la chance, nous avons une urgence à régler ailleurs ! VID, amène-toi, il nous faut vider ces lieux et en investir d’autres… Se précipite vers la sortie
  • VID : J’arrive CO ! Quant à vous, tenez-vous à carreau ! On vous a tous dans le nez ! Ne vous en faites pas ! On risque de revenir, et alors, ça va faire des vagues ! Tchao ! Ils sortent précipitamment ; La sainte famille reste au centre. Matthieu et Luc se placent derrière un micro comme des narrateurs. La suite est en mode chœur parlé avec texte à l’appui.

ÉPILOGUE

  • Matthieu : En ce temps-là déjà, un décret impérial avait jeté Marie, Joseph et Jésus sur les chemins !
  • Luc : Obligés de s’inscrire tous, comme nous, à qui il est fortement conseillé de nous munir de nos applications, ils ont trouvé porte close ! Bars, restaurants, Hôtels leur sont interdits ! Un simple abri, leur fut offert pour la nuit !
  • Matthieu : Cela avait déjà si mal commencé… Un couple illégitime, presqu’en fuite ! Elle portant l’enfant d’un Autre. Les voici presqu’à la rue ! Les contes de fées, au moins, ont tous leur prince charmant !
  • Luc : Et c’est pour cela que j’ai voulu en faire une belle histoire. La saupoudrer de folklore, d’anges en bouclettes, de bergers semblables à de véritables santons, d’un couple d’animaux bucoliques et d’un décor champêtre, qui ferait rêver notre âme d’enfant !
  • Matthieu : Sans oublier notre starlette, l’étoile de Bethléem, revêtue de ses strasses et paillettes, ainsi que ces mystérieux voyageurs d’Orient, qui sont venus, en express, apporter tous ces trésors à l’enfant ! Nous aurions bien besoin de toutes ces illuminations intérieures pour nous refaire une santé !
  • Luc : Mais peut-être que l’irruption de CO & VID va nous permettre, à défaut de les apprécier, de découvrir qu’ils nous ont peut-être aménagé quelque bienheureux vide, pour mieux nous faire revenir à l’essentiel !
  • Matthieu : Redécouvrir que Marie et Joseph ont aussi vécu leur premier Noël confinés, avant de se retrouver dans une situation de crise. Voici un appel à retrouver la sobriété de Noël !
  • Luc : Car l’important ce soir est bien de souligner le courage de cette mère, menacée de mort, qui a osé dire oui ! Et de ce Père, qui, au mépris des potins mondains de la Press people, l’a prise sous son aile afin d’adopter ce fils comme le sien !
  • Matthieu : Et si les boules de votre sapin ne sont pas à distance réglementaire ou les guirlandes non désinfectées, peu importe ! C’est grâce à des Marie et Joseph que d’autres Jésus naissent à la vie et nous garantissent les libertés du monde de demain ! Les acteurs sortis précédemment reviennent…
  • Luc : N’ayez pas peur et ne vous laissez pas écraser par les mauvaises nouvelles que les médias vous assènent chaque matin car ce soir, soyez-en sûrs, un sauveur est né pour nous !

Tous les deux : Et cela est une sacrée BONNE NOUVELLE qui vaut le coup !

Tous les acteurs : NOËL C’EST DIEU AVEC NOUS !

Crédit : Frédéric Gangloff – Nicole Rochat (Noël 2020) – Point KT