Le mystère du meurtre dans « les toilettes »

Voici une narration pour adultes d’après Juges 3, 12-30.

Animation possible : après avoir découvert le texte biblique et la narration, créer deux groupes l’un étudiant le récit biblique et l’autre celui de la narration. Les deux groupes peuvent répondre aux questions  proposées ici questions d’enquête. Prévoir une synthèse en grand groupe.

 

« A sa majesté, soleil resplendissant, auprès de qui j’ai trouvé faveur, longue vie et santé ! Message codé de Malki-kemosh, gouverneur du pays de Medeba, ton serviteur, qui se prosterne de loin sept fois aux pieds de mon souverain. Que les dieux et les déesses de Moab te protègent et te fortifient !

Ici, je viens d’entrer en fonction comme nouveau gouverneur après l’incident tragique survenu à mon prédécesseur Eglon. A ce sujet, ta majesté m’avait demandé d’enquêter sur les circonstances précises de sa mort suspecte, et sur les escarmouches qui s’en sont suivies le long de la frontière avec les gens de Gad et de Benjamin. Je t’envoie, par la présente, une lettre confidentielle que j’ai remise entre les mains de mon messager le plus fidèle. Elle contient le rapport d’enquête, mené en toute discrétion, par le chef de mes services de renseignements : Ebed-Kemosh. Voici la chronologie des événements qui ont conduits à la situation que ta majesté connaît plus que quiconque et déplore. Que là-bas, ta majesté obtienne satisfaction et que sa face continue à briller sur nous » !

Message de Ebed-Kemosh, chef du réseau d’espionnage établi par le feu gouverneur Eglon, au nouveau gouverneur Malki-Kemosh, nommé par la grâce de sa majesté ; à lui paix, santé, vie et gloire !

« Ton excellence m’a mandaté afin de lui fournir des éclaircissements sur les incidents qui se sont produits, il y a peu, dans la région et qui nous ont fait perdre le contrôle de la ville des palmiers et du gué principal du Yardun. Au temps des pères de notre souverain, à lui santé, puissance et longue vie, Kemosh a humilié Gad et Israël et nous a permis de triompher sur eux. Nous avions conquis Yériku jusqu’aux pieds des collines d’Ephraïm et jusqu’aux limites des steppes de Séira. Les gens de Benjamin nous livraient tribut en vin, huile et ovins. Le pays était prospère, en paix, gras et bien-portant. D’aucuns murmuraient qu’Eglon ne portait jamais aussi bien son surnom de « Taurillon grassouillet » qu’à cette époque. C’est alors que tout bascula…

Le premier jour, du troisième mois, de la 18ème année du gouverneur Eglon, eu lieu la traditionnelle cérémonie de remise du tribut des vassaux de votre altesse. Depuis des années, celui qui a la charge de cela se nomme Ehoud, fils de Guéra, un benjaminite qui avait toute la confiance d’Eglon. En fait, ce que nul ne soupçonnait à l’époque, c’est qu’Ehud faisait partie de nos services secrets. Il avait pour mission d’infiltrer l’ennemi, de déjouer ses plans et de nous les communiquer. Il faisait office d’agent double. Nous l’avions recruté comme mercenaire à cause de ses capacités physiques hors normes et de sa ruse, mais surtout à cause de sa particularité. Ehud, le benjaminite, savait aussi se servir adroitement de sa main gauche. C’était un adversaire redoutable en combat rapproché à cause de ses bottes secrètes. Après un entraînement intensif, il intégra les troupes d’élite de la garde personnelle d’Eglon avant sa mission d’infiltration.

Tu dois savoir, ô gouverneur, que nous avons été dupés par celui-là même que nous avons nourris en notre propre sein. Je ne sais ce qui poussa Ehud à nous trahir, toujours est-il qu’il a fait croire au service de sécurité que tout s’était parfaitement déroulé. Le tribut fut livré et le reste du cortège diplomatique a quitté notre territoire en passant devant les idoles de pierres dressées délimitant notre juridiction, et au-delà desquelles règne Yhwh.

Pour une raison inconnue, Ehud quitta ses compagnons et rebroussa chemin. Lorsqu’il retourna à la résidence d’été d’Eglon, la relève de la garde s’était déjà effectuée et les novices fouillèrent uniquement le côté gauche de son vêtement. Muni du mot de passe, Ehud atteignit la salle d’audience d’Eglon et prononça le code convenu entre eux. Eglon congédia ses serviteurs et sa garde afin qu’Ehud puisse faire son rapport en privé. C’est alors que les événements se sont précipités et les conclusions qui vont suivre, ne sont, Excellence, que pure hypothèse !

Néanmoins, tous les indices relevés sur le lieu du « drame » indiquent qu’Eglon, qui était assis sur sa chaise percée, pour une circonstance indéterminée s’est relevé. A ce moment précis, Ehud a glissé sa main gauche sous sa cuisse droite où il avait caché une dague effilée pour la plonger dans les entrailles d’Eglon. Rapide comme l’éclair lancé par Kemosh-baal, Ehud sortit de la chambre haute par le canal d’évacuation des eaux usées, pénétra dans le vestibule et barra le verrou intérieur. Puis il s’enfuit par l’escalier vers le toit. Au bout d’un temps assez long, les serviteurs qui ne s’étaient pas alertés jusque là parce qu’ils avaient l’habitude des assisses prolongées de leur maître, perdirent patience et pénétrèrent dans la chambre grâce à la clé de service. Pris de dégoût, ils trouvèrent Eglon gisant dans une mare de sang, de tripes et d’excréments ! La dague était enfoncée profondément dans les replis de sa graisse, cherchant à atteindre ses organes vitaux ; Ehud aurait perdu trop de temps à la retirer !

Ce fut une panique indescriptible ! Le pays était désorganisé et assailli de toutes parts. Les Ephraïmites se sont alliés subitement aux Benjaminites et aux Gadites. Nous étions cernés, en sous-effectif et privés d’un commandement centralisé. C’est ainsi que nous nous sommes repliés au-delà du Yardun dans nos frontières actuelles. Depuis ce jour, de sinistre mémoire, la cité des palmiers et son gué stratégique sont tombés aux mains de nos ennemis. Ehud, quant à lui, ce traître, que ses entrailles pourrissent et qu’il ne trouve jamais sépulture, s’est, depuis, improvisé champion de Yhwh et roitelet sur Benjamin.

Voici en substance, ô gouverneur, les grandes lignes de mes investigations. Je suis conscient du caractère hypothétique de mes conclusions, mais elles ont été établies à la suite d’un faisceau d’indices et de déductions provenant de mon enquête méticuleuse. J’espère que ce rapport recevra l’agrément de notre souverain, aux pieds duquel je tombe ! A lui santé, honneur et gloire ! Le protégé et l’élu d’Ashtart-Kemosh. Que là-bas tout aille bien et que le soleil, notre roi, continue de briller sur nous !

Frédéric Gangloff (UEPAL) – Point KT




Jouer pour grandir

Parmi les créations qui ont surgit pendant l’année 2020 et les fruits des confinements, j’ai créé un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps : Testament d6, le jeu de rôle biblique. Qu’est-ce qu’un jeu de rôle ? C’est avant tout un jeu coopératif dont la seule victoire réside en ce que tous les joueurs aient pu s’amuser et tisser ensemble une histoire mémorable.

Comme son nom l’indique, Testament d6 se joue avec des dés à six faces. Les joueurs utilisent leurs jets de dé pour déterminer le succès ou l’échec de leur attaque, ou si leur personnage arrive à escalader une falaise, ou réaliser toute autre tâche périlleuse.

Tout au long de l’aventure, les joueurs vont progresser ensemble et coopérer en faisant face à des situations périlleuses, des tractations houleuses ou des combats intenses ! Des obstacles, des monstres, mais aussi des alliés dans une histoire racontée par un narrateur, le «maître de jeu», celui qui a préparé la partie.

Quoi de mieux alors que de se dérouiller les méninges en allant faire une escapade dans la Jérusalem du temps des premiers rois d’Israël ? Ou peut-être s’embarquer sur les traces des apôtres, à la découverte des premières communautés chrétiennes ? Quoi qu’il en soit, l’aventure est là, elle frappe à ta porte. Bon, assez parlé ! On y va ?

Télécharger ici le (gros) fichier : Testament d6 1.2

Crédits : Sylvain Corbaz, pasteur




Lire un texte biblique…oui, mais comment ?

Que c’est agréable quand quelqu’un nous propose une animation sur un texte biblique ou une prédication… Oui, mais il arrive dans la vie (au plus tard après la confirmation) que nous sommes confrontés à un texte biblique sans avoir de catéchète ou de pasteur à nos côtés pour nous proposer une lecture. Que faire alors d’un texte biblique ? 

L’animation suivante s’adresse aux ados, mais peut aussi se faire entre adultes.

L’idée est de proposer un texte biblique et plusieurs interprétations (prière, lecture historique, prédication, lecture symbolique…) en imprimant chaque lecture sur une feuille. On peut déposer les feuilles sur des tables ou les coller sur un mur. 

Dans l’exemple à télécharger, le texte biblique est celui de 1 Rois 19 : Différents usages chrétiens d’un texte biblique.

Chaque participant lit à son rythme le texte biblique et les différentes propositions en répondant aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce que ce chacune de ces lectures m’apporte ?
  • Est-ce que j’aimerais recevoir cet apport plus souvent ?
  • Comment pourrais-je le recevoir (seul, en groupe, en famille, à l’Église…) ?

 

VARIANTE 1

Avant de lire le texte biblique et les différentes lectures interprétatives sur les feuilles, il est possible de procéder à une lecture à haute voix du texte biblique, puis de poser ces questions au groupe :

  • Qu’est-ce que vous comprenez de ce texte ?
  • Est-ce que ce texte apporte quelque chose à votre vie ?

Après l’activité décrite plus haut, il est possible de reposer les mêmes questions et de demander si la lecture des propositions a changé quelque chose :

  • Est-ce que votre réponse a changé ?

Pour discuter ensuite, en fonction des réponses, où l’on peut trouver pour soi-même l’apport souhaité pour nous aider à lire les textes bibliques .

 

VARIANTE 2

Après avoir fait cette animation, il est possible de réfléchir avec le groupe à d’autres « usages » du texte biblique que ceux qu’on a vue.

  • Pour les textes de l’Ancien Testament il y a par exemple les commentaires rabbiniques.
  • Les textes bibliques sont reprises dans la peinture, la littérature et peuvent ainsi servir des buts très variés !

 

Crédits : Marlies Voorwinden (EPUdF), Point KT

 




Le KT dont tu es le HÉRO !

La paroisse réformée de Môtier-Vully (Suisse) a mis en ligne une proposition de catéchèse interactive (à faire seul ou en petits groupes), pour des ados : le voyage musical.

Il s’agit de suivre les propositions à l’écran, d’écouter des musiques et de choisir sa réponse parmi trois ou quatre réponses proposées, pour faire avancer le voyage… On peut y jouer une seule fois, mais aussi reprendre le même lien et donner d’autres réponses, pour voyager autrement.

Pour aller sur le site : Catechisme_le voyage musical.

Bon voyage !

Crédit : Marlies Voorwinden (EPUdF) – Point KT




Jésus calme la tempête

Les évangiles offrent chacun un récit de l’évènement de Jésus calmant la tempête en Matthieu 8 v 32-27, en Marc 4 v 35-41 et en Luc 8 v 22-25. Quatre petits groupes d’adultes se sont penché sur ces textes pour illustrer, à la façon d’un kamishibaï ces récits.

Voici une animation à reproduire avec des adultes ou des adolescents ou même des familles pour entrer dans le texte et offrir des possibilités d’échanges.

Matériel à rassembler : des grandes feuilles A3, crayons à papier, gomme, taille-crayon, peinture, pinceaux, gobelet à eau et chiffons, ciseaux et colle. Copie du texte biblique en grand format (taille 20 par exemple) et sans mise en page.

 

  • télécharger ou voir ici le travail du  groupe 1
  • télécharger ou voir ici le travail du groupe 2
  • télécharger ou voir ici le travail du groupe 3
  • télécharger ou voir ici le travail du groupe 4

Ensemble, nous avons pu discuter et partager. Voici quelques questions

  • comment êtes-vous entré dans le texte ?
  • était-ce facile ou difficile de trouver l’articulation entre ce qui est dit et ce qui est dessiné ?
  • qu’est-ce qui était facile – difficile d’illustrer ?
  • avez-vous mis en place un code couleur pour différencier Jésus des autres personnages du texte ?
  • comment avez-vous illustré la tempête? le calme de la tempête ?
  • comment imaginez-vous Jésus « parler avec autorité » ?
  • deux groupes ont travaillé sur le même texte de Matthieu 8. Lesquels ?
  • si vous deviez recommencer un dessin, quels changements apporteriez-vous ?
  • ce travail vous a-t-il fait découvrir une nouveauté dans le texte ?

 

Pour découvrir d’autres kamishibaï cliquer ici et pour découvrir une animation similaire cliquer ici

Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL) et un groupe de jeunes adultes – PointKT




Se saisir de l’énergie de la vague Corona : Lectio-Fluctus

PDF_Version 3_Manuel lectio-fluctus_2021

La crise sanitaire et ses conséquences continuent de nous submerger.

Nous ne sommes pas au bout du tunnel, on nous dit…

Alors pour sortir la tête de l’eau,

Nous vous proposons un outil pour un petit moment de lucidité, il s’appelle…

 

Lectio-Fluctus, qu’est-ce que les temps troublés liés au corona virus peuvent nous apprendre.

https://8afa7fc4-b9c2-441b-8820-1a3a01f35574.filesusr.com/ugd/b80bbf_7fb8390c7b854392a83d0582950efd61.pdf

Voilà l’occasion de réfléchir, chacun pour soi, comment tirer profit de notre expérience de ce temps, de prendre conscience de nos ressources, de nos capacités de résilience pour surmonter ce temps d’épreuve. Mais il est aussi possible de s’emparer de ce carnet pour en faire une animation d’équipe, ce qui peut permettre de nous encourager les uns, les autres, de nous transmettre des impulsions aidantes et stimulantes, ceci grâce à la générosité de l’artiste qui offre l’accès libre à son téléchargement.

L’artiste peintre, Berna Lopez, habite en Suisse, dans le canton de Fribourg. Elle est non seulement une artiste remarquable, mais elle a également, dans son bagage, une licence en théologie.

Voici son site : https://www.bernalopez.org/

Crédit : Rose-May Privet Tshitenge