image_pdfimage_print

Un sketch pour le jeudi de l’Ascension, qui peut être présenté en guise de message par un groupe de catéchumènes ou de jeunes. Sa vertu est aussi catéchétique, puisqu’il donne la parole aux onze disciples, des paroles qui sont des textes bibliques choisis. Nous trouvons là la symbolique biblique des 40 jours et la question du fondement de l’Eglise après la mort et la résurrection du Christ.

Préparation déroulement : distribuer les rôles des 11 disciples et de l’ange.
Dans la spatialité, prévoir l’emplacement de chacun ; le lieu où les disciples marchent et là où ils prient.

André : Parti ! Élevé comme cela pendant qu’on le regardait… Et une nuée l’a dérobé de devant nos yeux. Je sens, je sais qu’il est parti pour toujours. Déjà il me manque.

Pierre : Oui, parti. Quarante jours qu’il était avec nous depuis sa résurrection.

Thomas : Quarante jours où nous avons pu le voir et le toucher. Le toucher, combien cela a été important pour moi. Avant de le toucher je n’ai pas cru à cette bonne nouvelle : notre Seigneur est vivant ! Et maintenant je ne le verrais plus, je ne toucherais plus…

Matthieu : Parti après 40 jours. Il est monté au ciel. C’est comme un rappel du déluge qui a duré lui aussi 40 jours. Le déluge est descendu pour balayer tout ce qui était mauvais. Jésus monte au ciel pour que nous montions à sa suite. Pour que nous nous élevions, que nous balayons tout ce qui est mauvais en nous. Comment faire sans lui ?

Simon : Parti après 40 jours. Quarante jours où il nous a encore enseigné, où il nous a parlé des choses concernant le Royaume de Dieu… Lui qui allait bientôt le rejoindre. Quarante jours pour que nous recevions la Parole comme si nous étions de nouveaux Moïse qui lui aussi a attendu 40 jours pour recevoir les tables de la loi. C’est une nouvelle alliance qui débute aujourd’hui. Mais comment la vivre sans lui ?

Philippe : Quarante jours de sursis comme Ninive a eu un sursis, un temps pour se convertir à l’époque du prophète Jonas. Mais voilà le sursis est fini et il est parti.

Barthélémy : Quarante jours où nous avons pu reprendre des forces à son contact après l’ébranlement qu’a été sa mort. Nous étions comme Élie, prostrés et demandant la mort. Et comme l’ange l’a touché, nous avons été touchés par le message de l’ange le matin de pâques et par sa présence parmi nous. Et maintenant, comme Élie, nous devrions marcher, remplis de forces… Mais il est parti…

Jean : Quarante jours où il a régné sur notre cœur. David dont le nom signifie : « aimé » ; Salomon dont le nom signifie « pacifique » ont été rois en Israël, chacun pendant 40 ans, mais lui a été élevé au-dessus d’eux en reprenant la place qui est la sienne : au-dessus de nous tous, à jamais. Lui que j’aime, lui qui est Amour, lui qui est le Prince de la paix. Comment supporter l’absence de celui que l’on aime ?

Jacques fils de Zébédée, Jude et Jacques fils d’Alphée : Jésus, pourquoi es-tu parti ?

L’ange : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel.

Jacques, fils d’Alphée : Alors il reviendra ? Les anges nous l’ont promis. C’est comme s’il était parti pour un voyage. Préparons-nous à son retour. Que tout soit en ordre.

Jude : Il nous a dit que dans peu de jours, nous serons baptisés d’Esprit Saint. Nous serons ses témoins jusqu’aux extrémités de la terre. C’est le talent, le viatique pour faire fructifier ce qu’il nous a enseigné.

Thomas : Il m’a dit : « heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru ». Je veux croire même si je ne le vois plus. Je veux croire et ainsi marcher, remplis de forces. Alors retournons à Jérusalem comme il nous l’a demandé afin de recevoir l’Esprit Saint.

Les disciples marchent

Marie : Maintenant qu’il est parti, persévérons dans la prière, vous ses disciples, vous ses frères, et nous les femmes qui l’avons suivi et aimé.

Tous prient

Pierre : Judas n’est plus parmi nous parce qu’il a guidé ceux qui se sont saisi de Jésus. Nous ne sommes plus que onze alors que le maître avait élus douze d’entre nous comme ferment de son église. Choisissons l’un de ceux qui le suivaient aussi afin qu’il nous soit associé comme témoin de sa résurrection.

Jacques fils de Zébédée : Pierre, voici les débuts de ce qu’annonçait Jésus : « tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église».Voici, il n’est plus temps de regarder le ciel, mais d’aller à la rencontre de nos frères, témoins pour ceux qui ne l’ont pas vu, pas touché, témoin de sa vie, de sa mort, de sa résurrection.

Pierre : Il est temps d’aller à la rencontre de nos frères et alors nous Le trouverons car à chaque fois que nous ferons du bien à l’un de ces plus petits de nos frères, c’est à Lui que nous le ferons.

crédit : Isabelle HORBER, pasteure UEPAL