image_pdfimage_print

SI le grain de blé ne meurt ou « Si le grain de blé ne s'(en)terre ... » est une méditation écrite par Frédéric Gangloff. Illustrations de Laurence Gangloff. Nous vous proposons de découvrir cette méditation en familles.

Possibilité de télécharger le texte ici Avoir un grain

Possibilité de télécharger les dessins ici Si le grain ne s’enterre

 

Narrateur : Il était une fois, dans un champ pas si lointain, plusieurs épis bien mûrs et qui avaient bon teint ! Ils n’étaient pas vraiment transgéniques, mais ouverts aux quatre vents, à la pollution et à l’engrais chimique. Mais voici qu’un virus étrange et sournois, invisible à l’œil nu, circule et en prend, certains, à la gorge !

Le fermier se dit : « Il suffit de désinfecter en grande quantité, j’en sauverai au moins les plus résistants ». Aussitôt dit, aussitôt fait ! Mais survint un grand coup de grain qui envoya valser deux grains pleins de dépit !

Grainola : Ho, ça va Graincheux ? Quel vent mauvais ! A mon avis, ça grain !

Graincheux : (En colère) Me touches pas ! Beurk ! Avec tous ces microbes qui courent ! Reste à distance réglementaire dans ton coin ! T’a vraiment le cerveau de la taille d’un grain ! J’me suis fracassé l’arrière-grain, oui !

Grainola et Graincheux se mettent le plus loin possible l’un de l’autre !

Grainola : Tu nous fais quoi là ! Un coup de chaleur ! T’as le grain qui enfle ! Je veux juste aider !

Graincheux : J’applique les consignes de sécurité, moi, Monsieur Grainola ! Plus de contact ! J’embrasse plus ! Je me confine ! Bref, je reste à distance et je veille au grain !

Grainola : Ce n’est pas en restant planté là et à broyer du grain, que tu vas pouvoir évoluer non plus ! Il vaudrait mieux que tu viennes te terrer dans un trou avec moi ! On se tiendra chaud tous les deux ! C’est vachement important pour le moral et le processus de renaissance par germination !

Graincheux : (scandalisé) Qu’est-ce que tu dis ? Tu ne trouves pas qu’il y a déjà assez de germes qui traînent ? Et toi tu tiens à les attraper ? Tu dois déjà avoir de la fièvre pour délirer tellement ! Tu devrais te faire tester ! Je suis sûr que tu es positif !

Grainola : Allons, ne sois pas aussi négatif ! Tel est notre destin… De grains ! C’est bien pour cela qu’on flétrit d’abord et qu’on tombe à terre ensuite, non ?

Graincheux : Par les temps qui courent, il vaudrait mieux se la jouer solo qu’en grappes de grains ! On pourrait peut-être échapper à la menace des germes. Chacun pour soi, dans un endroit bien au sec ! Pas de pluie, de vent, de gel… Surtout protégé des autres grains et de leurs maladies… On se confine bien profond !

Grainola : Tu nages en pleine psychose, ou quoi ? Se confiner ce n’est pas non plus se conserver sous vide ! Pourquoi tu ne veux pas t’ouvrir, pour te former et germer ?

Graincheux : Tu n’as pas qu’un petit grain toi ! Heureusement que j’ai encore un grain de bon sens, moi ! Tu n’es pas au courant que pour nous, actuellement, s’ouvrir, se rencontrer, accueillir, c’est mourir

Grainola : Peut-être, mais est-ce que ce n’est pas quelque chose que nous sommes amenés à faire à chaque instant ? Imagine tous ses petits grains qui pourraient naître de nos conversions, de nos futures leçons, de notre nouveau mode de consommation…

Graincheux : Je vis au jour le jour ! Je n’ai pas l’intention de m’enterrer avec toi ou d’autres ! Je veux sentir vivre chaque grain de ma peau ! Chacun pour soi ! Me jaunir l’enveloppe au soleil ! Et devenir un max de blé ! Et puis amassez des grains pour tout dépenser ! C’est ça la vie d’un gros grain ! D’ailleurs, j’ai l’intention de mourir le plus tard possible ! Quelle mouche t’a piqué l’épiderme ?

Grainola : Tu le sais bien, c’est lui, LE Grain de blé ! Si tu n’acceptes pas de mourir à chaque instant à tes peurs, à tes clichés, à tes blocages, tu ne pourras pas revivre ! A force de nous confiner, on va finir en grains nuls !

Graincheux : Ce n’est pas mon souci ! Je me mets en quarantaine et j’attends que ça passe ! Ensuite, à moi la vraie vie et toi, tu resteras sur la paille !

Grainola : Ne reste pas seul avant de te planter par terre ! Viens avec moi et tu en ressortiras transformé !

Graincheux : N’insiste pas ! Je n’ai pas l’intention de rejoindre ton groupe de grains de folie comme les graines ouvertes ou les graminées de l’esprit. Toujours à voir grand et à viser un résultat de production record lors de la moisson. Sois raisonnable ! Sauve ta petite vie de grain de beauté, parce que tu le vaux bien ! Cette histoire de grain qui se meurt pour porter du fruit c’est que du foin ! Je n’y crois pas un seul instant. Il faut bien que je joue au grain de sable qui va enrayer ce beau mécanisme.

Grainola : Si tu tiens à venir mettre ton grain de sel, libre à toi ! Quant à moi, je vais m’égrainer !

Graincheux : Où tu vas ? Arrête ! N’y va pas ! C’est dangereux et très risqué ! Tu vas être contaminé et jeté sur le chemin !

Grainola : Pas du tout ! Je vais m’enterrer pour être bien au frais et tout recommencer !

Graincheux : Tu veux aller là-bas ? N’y vas pas ! Tu vas te retrouver le nez dans la farine !

Grainola disparaît

Graincheux : Quel gâchis ! Finir enterré tout nu comme un grain ! C’est vraiment jeter le grain aux oiseaux ! Tout ça parce LE Grain de blé l’a dit… Enfin, moi j’ai conservé mon grain de malice ! J’aime trop ma vie d’avant pour la perdre maintenant… j’vais faire la fête !

Il sort ! Quelques temps plus tard… Il réapparaît vieux, courbé et agressif. Au même moment apparaît en forme, en courant, Grainola avec ses cheveux en épis…

Graincheux : J’en ai plein le dos ! J’suis rouillé, sclérosé, et cassé de partout !

Grainola : Oh ! Graincheux ! T’as pris les années en pleine poire ? T’es tout fripé et ramolli !  Vu ton état, on pourra bientôt t’appeler Cassegrain !

Grincheux : Ça va là ! T’as pas fini de me charrier ! En revanche, toi, on dirait que t’as carrément rajeuni et c’est quoi tous ces trucs bizarres sur ta tête ? Une nouvelle coiffure à la mode ? Tu ne devais pas mourir toi ?

Grainola : Ben si ! C’est ma nouvelle coupe en épis. Tu aimes ? Tiens, je vais te les présenter : Epice, Epicentre, Epicerie, Epicure, Epinard, Epi-thète, Epître ! Ah ! J’oubliais, la petite dernière, Epi-démie !

Grincheux : Je ne trouve pas ça marrant du tout ! Tu ne peux pas être sérieux ! Il y a des choses avec lesquelles on ne plaisante pas ! Complètement germé ce grain-là, complètement grain grain !

Grainola : Il vaut mieux une petite mort, pleine de promesse de vie, qu’une vie de mort vivant ! Crois-moi, quelques jours enterrés et tu deviendras un grain nouveau-né !

Crédits : Frédéric Gangloff (texte) et Laurence Gangloff (illustrations)