image_pdfimage_print

Voici une saynète inspirée du diaporama  » les quatre bougies » ( à télécharger en format PDF ) qui circule sur internet au temps de l’Avent et dont l’auteur est inconnu. La saynète peut se jouer avec quatre enfants qui tiendront les bougies et diront le texte « des bougies », un enfant qui jouera le rôle de l’enfant et un narrateur. Par Evelyne Schaller.

  • Matériel :

Prévoir 4 bougies, éventuellement d’une couleur différente, pour porter la « qualité » du sentiment. Par exemple : une bougie verte pour l’espoir, une bougie jaune pour la confiance, une bougie rouge pour l’amour, une bougie  bleue pour la paix.

On peut prévoir un diaporama avec des visages d’enfants pour le temps de la saynète où les bougies parlent.
Des ballons de la couleur de la bougie, ou des foulards ou des flammes en papier de couleur  peuvent être remis aux spectateurs au début de la scène.

  • Saynète

Narrateur : Je me suis avancé dans un lieu très obscur. Mais tout au fond, une lueur m’attirait.
M’approchant un peu plus  je découvrais quatre bougies qui se consumaient lentement. Et voici qu’elles se mirent à chuchoter :

Bougie 1 : Je suis la lumière de la paix. Mais personne n’arrive à conserver mon rayonnement et ma vérité. Trop de guerres, de haines, trop de murs de séparation ! Trop d’incompréhension, de racisme, trop d’intolérance entre les humains. Je crois que je vais finir par m’éteindre.

Bougie 2 : Je  brille dans les ténèbres comme la confiance. Mais je suis aussi la plus fragile, la nuit me dévore et je m’éteins facilement. J’ai peur des paroles blessantes, des moqueries. Je souffre des injustices et souvent je me sens si seule, trop faible pour garder la lumière. Une brise et je m’éteins.

Bougie 3 : Ma flamme s’est comme la chaleur, car je suis l’amour. Mais trop souvent je suis considéré comme inutile car trop faible. On me met de côté car on ne connait plus mon importance dans les relations et les échanges. Les hommes oublient qu’il faut aimer son prochain, qu’il faut se respecter. Peut être est ce par peur les uns des autres ?

Alors, bientôt je vais moi aussi m’éteindre…

Narrateur : Un enfant vient  d’entrer à son tour dans ce lieu si sombre où doucement la lumière se fait de plus en plus faible car les trois premières bougies sont en train de s’éteindre.

Enfant : Pourquoi fait-il si froid ici ? Pourquoi fait-il si noir ? Pourquoi est-ce que je commence à avoir peur ? Oh mais voila quatre bougies ! Pourquoi brûlez-vous encore si peu ?

Bougie 4 : N’aie pas peur, petit enfant, tant que je brûle on peut rallumer tous les feux, toutes les lumières, toutes les bougies du monde, même dans les lieux les plus froids et les plus sombres ! Car je me nomme l’espoir !

Mais il me faut aussi ton aide !

Enfant : Mais comment t’aider ? Je suis si petit, j’ai peur et j’ai froid !

Bougie 4 : Oui mais tu aimes la paix ! Tu respectes l’autre ! Tu sais ce que c’est que la confiance et l’amour est au fond de ton cœur. Il te faut rassembler  toutes ces petites flammes qui brillent malgré tout dans le monde !
Elles sont là bas, au creux de toutes ces mains qui portent encore amour, confiance et paix pour les hommes et les femmes et les enfants de la terre.

(L’enfant va alors ramasser les ballons qui ont été distribués aux spectateurs. Cela peut aussi être des foulards de couleur ou des flammes en papier de couleur.

Puis l’enfant prend alors la bougie de l’espoir et rallume les autres.

Enfant : Que la flamme de l’espoir soit pour toujours en nous !

Crédit : Evelyne Schaller (UEPAL) – Point KT