image_pdfimage_print

« Noël au bistrot » est une mise en scène de Débora MISTRETTA (UEPAL). Prévoir un bar, trois tables, quelques chaises. Une musique de café en fond sonore. Les personnages : une jeune fille écrivant dans un carnet, un faux père Noël déguisé qui donne des chocolats, une femme plutôt âgée habillée faussement chic, deux hommes qui boivent une bière, la voix off, et la femme du bar

La jeune fille (en voix off) : (la jeune fille est en train d’écrire dans son carnet.) J’étais là, assise sur une table, mes courses et mes bagages à mes pieds, je venais de rater mon train… Il me fallait maintenant attendre 3 heures, seule, avant mon prochain train. J’aurais aimé attendre quelqu’un mais finalement il n’est pas venu.

Le père Noël : (crie assis sur sa chaise avec un panier de chocolats sur la table.) Alors mesdames et messieurs, que voulez-vous pour Noël ? Un petit chocolat ?

La jeune fille (en voix off) : (continue à écrire dans son carnet):  d’habitude, je trouve cela super chouette, un père Noël déguisé, mais aujourd’hui, je suis triste de m’avouer que je trouve cela pathétique.

La dame : (En rigolant) Hé, père Noël, je peux vous demander un mari et de l’argent pour Noël?

Le père Noël : Oh, désolé ma petite dame, (dit-il en souriant), tenez voici un chocolat, que Dieu vous bénisse.

La jeune fille : (tourne la tête en regardant vers la dame et le père Noël, et sourit)

Le père Noël : Et vous, jeune fille, vous voulez un chocolat ?

La jeune fille : Non, merci.

La jeune fille (en voix off) : Je dis non alors que j’en avais très  envie…

Le père Noël : Oh, je vous le dépose là, sur la table( sourit et pose le chocolat à côté du carnet de la jeune fille), que Dieu vous bénisse!

La jeune fille : (lève les yeux, sourit, l’air gênée et reconnaissante à la fois, puis retourne à son écriture dans son carnet)

La dame du bar : (s’approche de la jeune fille en déposant son café et dit avec l’accent belge) : je suis désolée de vous déranger ma petite dame, mais je viens vers vous parce que je vous vois écrire. Je ne sais pas si vous êtes écrivain, mais je voudrais vous demander un service…

La jeune fille : (d’un air curieux) Oui, je vous écoute.

La dame du bar : Bien voilà, j’ai un ami, enfin, un patron, un patron qui est mon ami, et je voudrais, si vous voulez bien, enfin… lui écrire des jolis vœux de Noël, bien écrits, vous voyez, sauf que moi, je ne sais pas trop bien écrire… Je vous vois écrire et j’imagine que vous écrivez bien, je peux vous demander de m’écrire une formule de Noël originale et gentille ?

La jeune fille : Heu, oui, avec plaisir, madame.

La dame du bar : Merci ma petite dame, vous êtes bien gentille ! Vous savez, c’est important je trouve de souhaiter du bien aux autres ! Venez, je vous emmène derrière mon bar, comme ça je vous donne une feuille  et un crayon.

La jeune fille : (un peu timide, petit sourire au coin des lèvres, s’approche, prend le crayon, la feuille et se met à écrire): Voici ce que j’ai écrit : “ Très cher… cette année, je ne vous souhaiterais pas ces mille vœux que l’on donne chaque année et qui ne veulent rien dire. Je vous souhaite bien plus. Que votre vie soit le fruit d’une explosion d’amour et de joie. Ne vous lassez pas de partager, soyez heureux, et surtout vivez le temps présent”.

La dame du bar : Wouah ! Merci ! Vous savez, il va être content mon patron ! Parce que, je vous l’ai pas dit, c’est pour mon patron que je vous ai demandé cela, car maintenant on est amis ! Vous savez très bien écrire! Merci.

La jeune fille : Et bien, heu…merci à vous!

La dame du bar : bah tu peux me dire tu, hein !

La jeune fille : (sourire) merci, à toi…

La jeune fille (voix off) : J’étais rentrée dans ce café en attendant quelqu’un, il n’est pas venu…  J’ai trouvé autre chose. La lumière est souvent là où on ne s’y attend pas.(s’en va, un sourire sur le visage.)

Crédit : Débora Mistretta (UEPAL)