La nuit des trois pages

Pièce pour 12 Personnages  – il est possible de jouer plusieurs personnages. Pejman (souhait) , Mage 1, Parsa (pur) , Mage 2, Payam (message) , Mage 3, Hérode, Jérémia, un prêtre, 2 Appariteurs musclés et Monsieur Loyal.

Avant-propos :  Chaque acteur a interprété plusieurs personnages et Monsieur Loyal à tour de rôles. Pour s’y retrouver, la saynète est « saucissonnée » en plusieurs scènes ; chacune est annoncée par Monsieur Loyal qui change à chaque tour. Les acteurs sont assis  coté Cour et côté Jardin quand ils ne jouent pas. Ils entrent en scène, changent de coiffe (voire prennent les accessoires qui doivent être réduits au minimum) pour se faire reconnaître du public. Le début du jeu est lancé quand  tout le monde est prêt par Monsieur Loyal qui émet un son -toujours le même- double coup de trompe ou un coup de grosse caisse ou un tour de crécelle, ou selon votre créativité et vos disponibilités. Monsieur Loyal reste en jeu et toujours le même pendant la scène qu’il a introduite. A la fin de chaque scène, tous se débarrassent de leurs accessoires retournent s’assoir. Un nouveau Monsieur loyal prend le relais. Nous sommes arrivés au but en 6 répétitions (1/semaine). Durée 20 à 25 minutes. Le spectacle s’adresse à tous les âges du public. Texte interprété de façon légère, avec énergie, à la paroisse ‘Sous les Platanes’ à Graffenstaden.

SCÈNE 1

Musique : De bon matin, j’ai entendu le train… les acteurs rentrent par l’allée centrale, s’assoient puis ceux qui sont concernés par le jeu prennent possession des accessoires.

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 1 ! Après un long voyage de plusieurs semaines, 3 caravanes venues d’un peu partout en Orient,  finissent par se rejoindre quelque part en Judée. Pourquoi ? Que celui qui veut en savoir davantage Écoute et Voit !

Parsa : Oulala, J’en ai plein les pattes ! Depuis c’ matin que j’ mets un pied devant l’autre ! Pour aller où ?? Je vous le demande ! La caravane s’est mise en branle au petit jour très tôt pour éviter le soleil quand il est très haut « ¡Á son Zénith ! » qui dit le boss, j’veux dire le Mage qui m’a embauché. Il a fallu ranger le barda vite fait. Et c’est comme ça tous les jours ! Je vous donne le Bonsoir ! …

Payam: Tous les après-midis, sieste obligatoire, vu la chaleur du plein midi. Mais nous repartons dès que la chaleur est supportable jusqu’à une heure avancée et pour finir le bivouac. Là, tous les soirs, je rêve d’une bonne glace au citron vert. Tout pareil comme chez vous en été… Bonsoir, quand même!

Pejman : Bonsoir ! Mes pieds ? à force, c’est de la marmelade ! Et la journée n’est pas finie. Faut vite mettre en route la popote. Ce soir, c’est spécial. Nous avons retrouvé deux autres caravanes. J’espère m’y faire de nouveaux copains !

Monsieur Loyal : Les 3 jeunes gens sont affairés chacun dans son coin à préparer quelque chose à manger, à ranger, à nourrir les animaux de bat (activités à créer au moment des répétitions…) Arrive le moment où les tâches se terminent…

Parsa :Eh !Psttt ! Compagnons, v’là de nombreuses semaines que nos caravanes avancent dans la même direction, pas loin les unes des autres et on s’est jamais croisé…

Pejman : Obligés ! Nous sommes Pages, jeunes compagnons de Mages-savants venus d’Orient qui font route vers un lieu qui leur a été signalé par un phénomène dans le ciel, une étoile toute spéciale…(Couper)

Payam : Tu veux dire que nous sommes des serviteurs parce que ces messieurs très préoccupés par leur quête, ont besoin que nous leur préparions le thé pendant les haltes,

Parsa : Que nous dressions un abri ombragé à chaque pause.

Pejman : Et que nous récitions nos leçons quand nos maîtres l’ont décidé.

Payam : Ah oui parce que nous sommes aussi et ici à l’école des Mages, en formation alternée. Il y a beaucoup de choses à savoir : poésies, calcul, algèbre, géométrie, histoire, géographie, astronomie,… Ça ne laisse pas beaucoup de temps pour faire connaissance, tout ça.

Pejman : Heureusement qu’à notre époque les pommes de terre ne sont pas encore connues en orient, sinon on serait aussi de corvée de pluche des patates !

Parsa : Alors profitons de ce moment de répit. Ce soir, il semble que ce soit nos maîtres, les mages qui sont mis à rude épreuve. Ils ont perdu leur chemin.

Payam : La route leur est maintenant cachée.

Payam : C’est donc pour retrouver la bonne direction qu’ils se sont réunis !
Ça nous laisse le temps de nous faire amis ! (Marquer la rime)

Monsieur Loyal : Quelle est la bonne direction pour continuer le chemin ?

Noir.

Pejman : Aujourd’hui, nous n’avons pas repris la route. Et le Soleil montre déjà son envie d’aller faire dodo. Nos maîtres auraient-ils perdu leurs repères ?

Payam : Ça palabre, et ça palabre ! Je m’appelle Payam. Je suis sûr qu’ils vont y arriver, mon maître est disciple d’Hipparque de Nicée grâce à qui il a appris la trigonométrie, l’usage de l’astrolabe et à qui les livres permettent de calculer exactement où se trouve tel ou tel lieu remarquable. C’est d’ailleurs comme ça que nous sommes arrivés jusqu’ici.

Pejman : Moi, c’est Pejman, mon maître est disciple de Pythagore et il est capable de dessiner une maison parfaitement rectangulaire, avec des angles bien perpendiculaires grâce à une formule magique…

Parsa : ah bon ? Et laquelle ?

Pejman : c’est bien parce que vous êtes mes compagnons de route que je vous le dis. Voilà. Le carré du côté en face de l’angle droit est égal à la somme des carrés des 2 autres côtés.

Payam : Ah ??? Et alors ???  Pourquoi il parle de carrés ? C’est pas une maison rectangulaire qu’il vient de dire ?

Pejman : Ben c’est juste pour dire… Je vous ai dit que c’était magique !

Parsa : Moi, c’est Parsa et j’comprends rien à votre charabia, je ne suis qu’au tout début de mon apprentissage. Mais, mon maître, lui, est disciple de Thalès de Millet qui, il y a 6 siècles déjà, avait calculé la distance du Soleil à la terre. Alors, vous voyez qu’ils sont calés nos mages, … juste pour dire… Ils vont y arriver, vous verrez. Bonne nuit !

Noir. Prévoir une arrière-cour qui s’éclaire ou changement d’accessoires.

SCÈNE 2 : Dans l’arrière-cour

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 2 ! Pendant que tous dorment les mages sont préoccupés. Hérode le nuisant rode dans l’ombre, tout à l’écoute, il espionne.

Les mages manipulent des accessoires astronomiques et des cartes.

Mage 1(il consulte une carte Michelin): Je suis navré, mes amis, mais la science a ses limites et force est d’admettre que l’étoile que nous suivons depuis plusieurs semaines ne donne plus d’information. Bien que nous soyons à Jérusalem, lieu très saint chez les hébreux  et que nous pensions être au bon endroit. Il ne se passe plus rien, nous ne savons plus où aller. Peut-être plus au Nord, ou plus au Sud ou aller vers la Mer, la grande Bleue ou revenir sur nos pas.

Mage 2 (il observe le ciel avec une lunette ou un guide de voyage et pour lui-même): Moi, j’ai du mal à comprendre… Je m’attendais à découvrir un nouveau-né issu d’une famille aisée, princière pourquoi pas, avec pignon sur rue, dans un palais de la capitale, hein ? Enfin une bonne adresse à Jérusalem et ben c’est loupé !

Mage 3 (il consulte une boussole ou un précis de physique): Enfin, c’est un peu bête d’avoir tant misé sur nos calculs et notre observation du ciel pour au final manquer l’évènement, alors qu’on y est presque…Et on n’y est pas ! E-COEU-RANT ! (à faire résonner avec le Eu-ré-ka, plus loin).

Mage 1 : Gardons espoir, une bonne nuit de repos et qui sait pourrons-nous crier demain : « EU-RE-KA! Nous avons trouvé !»

SCÈNE 3

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 3 ! Hérode le nuisant veut en savoir plus !

(Hérode, genre loubard ou mafieux, il est menaçant et rôde dans le campement des voyageurs avec 2 gardes de corps menaçants. Les trois portent des lunettes noires, imitation Ray Ban) Hérode : Salut la compagnie, (faible lumière s’allume) mon p’tit doigt m’a dit que vous recherchiez quelque chose d’important dans mon secteur. Je veux dire dans Mon royaume. Peut-on savoir de quoi il s’agit ?

Parsa (effrayé): Nous on va vous répéter ce qu’on sait, mais on ne saura pas vous dire le pourquoi du comment.

Pejman : Nos maîtres, les mages, ont vu dans le ciel d’Orient un phénomène céleste très spécial, une sorte d’étoile.

Payam : Et chacun d’eux a pris la route pour suivre cette étoile, c’est comme ça que nous sommes là à cheminer ensemble et que nous sommes devenus des amis.

Pejman : J’ai entendu dire par mon maître que l’étoile annonce la venue d’un roi-libérateur pour Israël et pour le monde. Et le monde, c’est pas rien, c’est grand, non ?

Hérode : D’accodak ! Je vais voir ça avec mon réseau d’informateurs. A plus, les gars et faites de beaux rêves !

SCÈNE 4 : noir

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 4 ! Tout le monde est endormi…

Des appariteurs musclés font irruption : Allez debout là-dedans, on vous embarque chez Hérode -le grand, s’il vous plait-. Il a du nouveau, p’têt’ bien une bonne nouvelle pour vous. Allez, allez dépêchons ! (Bousculade dans le noir, cris, vacarme. Installation d’un trône surélevé pour Hérode : tabouret surmonté d’un fauteuil- accessoire à créer par un bricoleur sûr)).

SCÈNE 5 :

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 5 ! Hérode le nuisant serait-il le sauveur de la situation ?

Lumière : Hérode est installé dans un gros fauteuil :

Hérode (lunettes noires), mielleux : Bienvenue à tous, Messieurs j’ai pu discuter avec certains d’entre vous et v’là que j’apprends que vous êtes venus adorer le Messie. C’est bien ça ! Mais c’est pas une mince affaire, tout ça. Nous aussi nous l’attendons ce Messie en ces temps rendus si difficiles par l’occupation romaine. Notre réunion doit donc rester secrète. J’ai parlé de votre problème à des amis du Temple dont je suis aussi le patron et voilà ce qu’ils répondent :

Un Prêtre psalmodie (à côté d’Hérode)  : «C’est à Bethléem en Judée //, car voici ce qui a été écrit par le prophète // : Et toi, Bethléem, terre de Juda // , tu n’es certes pas la plus petite parmi les principales villes de Juda //, car de toi sortira un chef qui prendra soin d’Israël //, mon peuple.»

 Monsieur Loyal : Pendant ce temps, les mages prennent des notes, chacun son petit carnet…

Mage 3 : Pardon, Monsieur le prêtre, est-ce que je pourrai avoir la page de la prophétie, s’il vous plait ?

Un Prêtre : Pas possible mon vieux… Si tous les mages de passage au Temple à Jérusalem déchiraient une page de la Torah, au 21ème siècle, il ne nous resterait plus que la table des matières.

Hérode : Alors, c’est pas compliqué, les gars. Vous allez à Bethléhem, vous prenez les informations exactes sur le pitchounet et vous venez m’en parler. C’est une affaire d’état, rappelez-vous bien ça : « Quand vous l’aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j’aille moi aussi ( Hérode est troublé, cherche ses mots, le prêtre lui souffle son texte à l’oreille, Hérode se fait répéter, ce doit être comique, et finit par lâcher le mot qui lui coûte) : l’adorer.»

Monsieur Loyal : Là, les mages n’ont pas pris de notes…

SCÈNE 6

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 6 ! Hérode le nuisant a-t-il vraiment fait bonne impression ?

Parsa : Ben dis donc, c’est pas un marrant le papa Hérode. T’as vu comment il nous a causé ?

Pejman : Ouais, ça cognait fort et de colère dans mon cœur quand j’écoutais ce roi prétentieux. Je lui aurais bien répondu à ce barbare.

Payam : As-tu remarqué que chacun de nos maîtres étaient à l’écoute et qu’ils n’ont rien laissé perdre quand le prêtre a lu les textes sacrés, la Parole de Dieu ?

Parsa : J’ai même entendu mon maître murmurer à ses pairs que si l’étoile était bien à sa bonne place pour nous éclairer de nuit , les prophéties étaient, elles aussi bienvenues pour trouver cet enfant-roi.

Pejman : Ce soir déjà, il y a déjà bien du remue-ménage dans le campement. Il me semble que nos trois mages ont décidé de filer daredare à la nuit tombée, vers Bethléem. Mais cette fois-ci, NOUS, nous marcherons ensemble.

Parsa : Comme les trois Mouss…

Pejman : Moustiques. Un pour tous !

Les 2 autres : Tous pour un !

SCÈNE 7

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 7 ! Les 3 caravanes n’en font plus qu’une !

Parsa (marchant au pas) : Un, deux… Un, deux… Gauche, Gauche, Gauche…

Pejman : Qu’est-ce que tu fais ? Tu vas où ?

Parsa : Ben, je vais à Bethléem… avec vous en plus !

Payam : Mais pourquoi, ton 1, 2… 1,2 … G, G, G…

Parsa : Parce que j’imaginais que nous allions défiler là-bas, en l’honneur de l’enfant-Roi, Lui, installé dans un grand fauteuil au sommet d’une énorme tribune. Alors, j’m’entraîne.

Payam: En voilà une idée qu’elle est bonne !

Pejman : Peut-être même qu’il y aura une fanfare ! Vamos, compañeros (à adapter selon le public)!

Et tout le monde marche au pas dans l’allée centrale

SCÈNE 8

Monsieur Loyal : La nuit des trois Pages ! Scène 8 ! Demi-tour, droite !(La troupe revient sur scène) Tout le monde arrive à Bethléem et on va au renseignement…

Pejman, Parsa et Payam : Bonsoir Papy ! Bonsoir Papy ! Bonsoir Papy !

Jérémiah : Bonsoir, bonsoir, qu’y-a-il à votre service ?

Payam : Nous recherchons un nouveau-né. Est-ce qu’il y a eu des naissances ces tous derniers jours ?

Jérémiah ( possible de développer ou de créer d’autres personnages et situations) : Ah pour sûr ! Y en a eu au moins trois. Une à la villa Jonas le notable, une chez Obed le fabricant de galettes, et une autre là-bas au bout, tout au bout du village. C’est tout par là-bas dans la même direction.

Tout le monde se précipite à la villa. Se procurer une « poursuite : faisceau de lumière dru » pour l’étoile.

Pejman : Zut l’étoile ne s’arrête pas à la villa.

Parsa : Chouette alors, p’têt qu’on va goûter aux Bethléhem-bredele tout frais d’Obed.

Payam : Ben non, l’étoile ne s’y arrête pas là non plus.

Fébriles ou las, on suit l’étoile.

Parsa : Eh ! Là, l’étoile s’arrête ! Elle reste là au-dessus de l’étable. Est-ce possible ? Pas de fanfare ? Alors pas de défilé non plus ???

Pejman : Chutt ! Ecoutez : Tout parait paisible et tranquille. Approchons pour en savoir plus !

Changement d’accessoires : Jérémiah devient mage, l’or, la myrrhe et l’encens sont transmis des mages aux pages.

Mage 1 : Eureka, nous avons trouvé !

Mage 2 : L’enfant a l’air si délicat et pourtant, il est roi en devenir, c’est pourquoi je dépose à ses pieds sur la paille ces quelques pièces d’or qui nous rappellera cette royauté encore invisible, mais qui grandit déjà.

Mage 3 : De si faible condition, cet enfant nous apparait si fragile et pourtant c’est l’envoyé de Dieu, alors voilà de l’encens qui dit et dira que nous sommes heureux d’approcher au plus près de Lui et de connaître ainsi le Sauveur, notre Sauveur.

Mage 1 : Les prophètes ont aussi annoncé que le messie devrait souffrir. C’est pourquoi ce flacon de Myrrhe pour garder en mémoire qu’il aura à affronter la mort pour nous en délivrer.

Parsa : C’est un peu compliqué à comprendre tout ça. Quand nous serons grands, je suis sûr que nous comprendrons mieux. Pour ça, je compte sur le Seigneur ! Maintenant, Ya de la joie, une grande joie qui envahit mon cœur ! Même s’il n’y a pas de fanfare nous défilons devant l’enfant-roi. Son royaume est aujourd’hui tout petit, nous sommes ses trois sujets ; mais il va grandir, devenir un grand royaume où vous y avez votre place.

Payam : La preuve, Elle est là : vous êtes tous ici ce soir comme dans la multitude de lieux où femmes, hommes, filles et garçons de toutes origines, de tout temps ont fait et font brûler l’encens de la louange dans leur âme, et qu’il est impossible de les dénombrer.

Pejman : Alors oui, levons-nous avec le peuple de tous les membres du Royaume de Notre Seigneur Jésus, aussi présent parmi nous aujourd’hui et pour toujours.

Crédit : Jean Lafabrègue (UEPAL), Point KT