image_pdfimage_print

L’arène de la vie, vue du ciel : Dieu aime – aussi – les riches ! Sketch pour 4 acteurs.  L’action se déroule, quelque part, dans le ciel… Pendant que les êtres humains se font et se défont, des anges suivent en direct le match dans les gradins d’un grand stade en pariant sur l’issue de la « rencontre ». Nous assistons, avec eux, à la partie de la vie qui se déroule sous nos yeux, plus qu’en simples spectateurs…  NB : Il est bien entendu que Skay productions ne prétend nullement refléter la réalité de ce qui se passera dans le royaume des cieux. Cette retransmission est purement fictive !

Après la lecture de Marc 10, 17-27 

  • Le commentateur : J. Mie Largué
  • Richard, assis dans les loges célestes
  • Laurichesse, assise dans le quart de virage vers la vie éternelle
  • Richecoeur, debout sur un nuage, dans le Kop, des supporters ultras !
  • Les gens dans l’arène sont suggérés : Jésus ; l’homme riche, les disciples …

J. Mie Largué : Bonjour chers spectateurs de l’arène de la vie ! Cette rencontre nous promet du grand spectacle et vous pouvez déjà parier, d’un clic, sur l’issue de la partie. Mais pendant que les équipes s’échauffent, je vous rappelle leurs parcours : après des paroles très radicales sur le mariage, un célibataire nommé Jésus, parcourant les routes de la Palestine, avec comme disciples des hommes et des femmes mariés, se permet de tirer les oreilles des théologiens. Ces derniers considéraient les femmes mariées juste bonnes à être renvoyées si elles laissaient brûler un plat. Ensuite, Jésus s’est offert un petit bain de foules. Il serre quelques mains, se laisse toucher tel une « idole » et, surtout, prend dans ses bras des enfants en les bénissant. Au grand désespoir de ses disciples, gardes du corps, qui ne comprennent pas qu’il perde son temps avec des mômes bruyants et indisciplinés… Enfin il se prépare à repartir… Mais, que se passe-t-il ? Un homme vient de traverser tout le terrain pour s’agenouiller devant lui ! Chers auditeurs, je rends l’antenne au direct ! La partie commence ! (Il est important qu’à ce stade, les trois anges ne se regardent jamais ! Mais chacun regarde vers une direction comme s’ils suivaient un match !)

Richard : Je vous pari 10 contre 1 que c’est encore un de ces supporters des classes populaires, qui touche le RSA et qui possède le dernier écran plat ! Il va nous faire son cinéma pour avoir son maillot dédicacé !

Richecoeur : Et alors ! Qu’est-ce que ça peut te faire ! Sur terre, chacun est en droit de se divertir comme il le peux. C’est quoi, tous ces préjugés ! Même ici, tout le monde n’a pas les moyens de se payer les loges célestes avec tartes flambées et crémant en prime. On ne prête qu’aux Richards… Même si vous devez vous ennuyer grave là-haut ! Au moins chez nous dans le kop, y a de l’ambiance et de la vie !

Laurichesse : Silence là ! Les garçons ! J’aimerai bien entendre ce qu’il lui demande de si important ! Il a tellement couru, cet homme, qu’il m’a l’air au bout de sa vie… Les trois tendent l’oreille un instant

Richard : J’adore ce gars finalement ! Vu d’ici, je dirai qu’il sait comment parler aux peoples. Et puis il reste à sa place, peut-être en bas de l’échelle sociale. Il a besoin d’un coach pour le chapeauter et lui fournir le mode d’emploi pour y arriver ! Cet homme est prêt à toutes les performances, à respecter, à la lettre, les supers commandements pour hériter de la vie éternelle ! Il va partir de rien pour se faire riche… C’est un futur winner ! Il fait certainement partie de ceux qui se lèvent tôt !

Richecoeur : Non mais, je crois rêver ! Entendre ces balivernes alors que tu as hérité de toute ta fortune ! Tu es né avec une cuillère d’argent dans la bouche. Tu en as profité un max comme pas mal de milliardaires qui nous sortent chaque jour le grand mensonge : « Je ne suis pas né riche, mais je le suis devenu et toi aussi tu pourrais… Si tu voulais ! » Tu crois que Jésus va avaler ça ?

Laurichesse : Ce n’est pas l’impression qu’il donne, puisqu’il l’a remballé aussi sec. Avec Jésus, les flatteries du style : « Bon maître » tombent à plat ! C’est comme pour moi Bon Dieu, ça sonne genre : Bon coin, bon prix, bon dimanche, bon jour, bonbon, bon comme le pain ; Bon ça veut tout dire et rien, sinon Le Dieu ronron… Alors que déclarer : « Seul Dieu est bon ! » Ça remet les idées en place !

Richard : C’est bon là ! Laurichesse ! Ce n’est parce que tu es située dans le quart de virage de ta vie, qu’il faut ramener ta science à chaque fois  ! La suite va plutôt dans mon sens…

Richecoeur : Que veux-tu dire par là ? Ce n’est pas parce que tu fais partie des Very Important Protestants que tu vas faire régner ta loi !

Richard : Pas moi ! Mais Jésus ! Regarde ! Il le renvoie à son Katé fondamental ! Les dix règles essentielles pour devenir riche, mais pas forcément dans le sens matériel. Certains s’imaginent que chaque commandement respecté entraîne une récompense automatique : ils appellent cela aussi la théologie de la prospérité : Par exemple : 1. Ne pas tuer !

Laurichesse : C’est sûr que 80 % de la richesse mondiale détenue par 1% des plus riches… Y a pas mort d’homme-là !

Richard : 2. Ne pas tromper !

Richecoeur : C’est clair ! Les riches restent fidèles toute leur vie à leur banque et à leurs portefeuilles… C’est l’indice de confiance…

Richard : 3. Ne pas voler !

Laurichesse : Ne me dis pas que tu y crois encore, à ce slogan de riche qui prétend gagner honnêtement sa fortune !

Richard : 4. Ne pas colporter de faux témoignages !

Richecoeur : Il est vrai que les opérations financières afin de réaliser un gros gain, en spéculant, ne reposent finalement que sur les rumeurs du marché…

Richard : 5. Honorer son père et sa mère !

Laurichesse : Dans ton cas, Richard, ça a bien fonctionné ! Tu as la clef du coffre-fort des héritages ! C’est étonnant ! Vous avez remarqué que Jésus avait sa propre playlist ? Dans sa sélection, il ne retient que les relations humaines !

Richecoeur : Normal ! Avec son Dieu-argent que l’on peut confondre avec le veau d’or, on peut toujours trouver des petits arrangements entre amis, moyennant finances… N’est-ce pas Richard ?

Richard : Mais vous êtes qui, pour me juger ?! Vous n’êtes que des envieux et des jaloux ! Je n’ai fait de tort à personne ! Vous êtes persuadés que la richesse est toujours suspecte ! Si je suis riche c’est que Dieu m’a béni parce que j’ai observé tous ses commandements comme il le fallait ! C’est écrit dans la Bible ! Et il faut être sacrément balaise pour y arriver !

Laurichesse : Et je vois que Jésus est lui-même scotché par la réponse qu’il ne met d’ailleurs pas en doute. Cet homme qui accourt vers lui, semble sincère ! Alors là, chapeau ! Et en plus, il ne s’en vante pas ! Au contraire, il est inquiet, insatisfait…

Richecoeur : Mais alors, ce n’est pas un ancien pauvre, mais un de ces nouveaux riches ! S’en prend à Jésus Mais enfin, Jésus ! Regarde-le bien ! Tu ne vas pas te mettre à aimer les riches ? Non ! Pas toi ?

Richard : Eh oui ! Il lui a tapé dans l’œil ! En tous cas, il le regarde autrement. Qu’est-ce que je disais au départ ? Grosse cote ce gars ! Il va rafler la mise ! Désolé, les supporters de la seconde classe, mais les affaires sont les affaires ! Game over ! A partir de là, les anges se regardent et se parlent.

Laurichesse : Pas si vite Richard ! Nous n’en sommes qu’à la mi-temps ! J’ai l’impression que la partie peut basculer d’une minute à l’autre sur un exploit de Messie ! Regardez, Jésus n’en n’a pas fini ! Tous les trois dressent l’oreille

Richecoeur : Et ben ! Vous voyez ! J’avais tout de même raison ! Au vestiaire le jeune homme riche qui accourut vers Jésus ! Jésus vient de lui annoncer que le billet d’entrée dans les loges célestes est hors de prix !  Nous allons au-devant d’une pénurie de riches dans le ciel !

Richard : Ainsi, je ne peux pas tout acheter ? Je pensais que je devais être toujours dans le faire pour avoir la vie, elle-même éternelle. Je ne voulais surtout pas prendre le risque de la remettre en question !

Laurichesse : Justement ! Cette Vie n’est jamais garantie ni par la naissance ni par l’héritage ni même par tes actions…

Richecoeur : Et la confiance n’est pas quelque chose qui m’est dû. Ce n’est pas comme des actions qui rapportent des intérêts sans me mouiller ! Dans la confiance, il faut se lancer et risquer !

Richard : Et en plus, il ne suffit pas que je claque tout pour le fun ou pour me sentir plus léger ! Je dois vendre et ensuite donner à des pauvres pour avoir un trésor au ciel ?

Richecoeur : Exact ! De ton vivant, ouvre un compte aux cieux avant de devenir un mort préten-cieux ! T’as compris maintenant ?

Laurichesse : Ne t’énerves pas Richecoeur ! On est tous des riches ici ! Cet homme repart, deux fois plus triste. Il est trop possédé par ce qu’il possède et il voudrait bien suivre en gardant un peu l’assurance de ses richesses. Il est prêt à tout faire, sauf à se risquer de ne plus pouvoir s’acheter son salut ! On le comprend ! C’est vraiment trop demander ! C’est deux fois trop difficile ! Mais alors, si c’est tellement dur, comment ça se fait qu’on se retrouve nous tous au paradis ? Où est l’arnaque ? Ils se regroupent tous trois

Richard : Peut-être que la dépossession n’est pas une fin, mais juste un moyen pour devenir plus léger !

Richecoeur : Suivre Jésus c’est aller de l’avant ! Ne pas regarder en arrière, sans cesse, avec nostalgie et la peur de laisser sa fortune et sa sécurité derrière soi !

Laurichesse : Entrer dans le royaume, c’est une aventure risquée ! Tu t’y engages sans filets ni compte épargne ! C’est trop difficile !

Richard : Ce n’est pas qu’une question d’avoir moins ou de moins avoir, il faut renoncer à tout cela pour enfin être et devenir…

Richecoeur : C’est tellement ouf qu’une fois que tu as saisis cela, tu pourras faire passer un chameau par le trou d’une aiguille, mais il va falloir que t’y bosses ! Ou apprendre à un poisson rouge à quitter son bocal pour grimper à un arbre, en mode poisson-chat ! Sommes-nous capables de telles folies ?

Laurichesse : Ainsi, se déposséder c’est se mettre en route ! Il faut partir -comme Jésus voulait le faire au début de la partie- comme il faut d’abord vivre sa vie avant de vouloir la réussir !

Richard : Et quand t’es trop riche, trop lourd et encombré, tu te crois arrivé, sans être vraiment parti !

Richecoeur : Et si tout est grâce et que rien ne dépend de notre mérite, il y a tout de même des choix qui coûtent et qui parfois déchirent. Est-ce que c’est à ce prix que l’on découvre un nouveau sens du bonheur, une sorte d’avant-goût du royaume de Dieu ?

Laurichesse : Mais alors qui peut être sauvé ?

Richard : Pour les humains c’est mission impossible !

Richecoeur : Mais pour Dieu, tout est en effet possible !

Crédits : Frédéric Gangloff (UEPAL) – Point KT photo Pixabay