image_pdfimage_print

Romains 8, 1-2.10-11

1  Il n’y a donc, maintenant, plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. 2  Car la loi de l’Esprit qui donne la vie en Jésus Christ m’a libéré de la loi du péché et de la mort. 10  Si Christ est en vous, votre corps, il est vrai, est voué à la mort à cause du péché, mais l’Esprit est votre vie à cause de la justice. 11  Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus Christ d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous.

ML : J’ai froid… et j’ai chaud.

L : Serais-tu malade ?

ML : Le froid de la mort me paralyse, la chaleur de l’enfer me consume.

L : Ça paraît bien sérieux. Comment t’appelles-tu ?

ML : Martin Luther.

L : Eh bien, Martin, dis-moi, veux-tu que je t’examine ? Je suis docteur.

ML : Tiens, moi aussi. Je suis docteur en théologie.

L : Moi, en médecine.

ML : Quel est ton nom ?

L : Luc.

ML : Luc, c’est bien aimable de ta part, mais personne ne peut me réchauffer, ni personne me rafraîchir.

L : Aurais-tu peur de mourir ?

ML : Pas toi ?

L : … Non.

ML : N’as-tu pas peur de l’enfer ?

L : … Non !

ML : Tu me sembles bien inconscient, Luc, comment se peut-il que tu n’aies pas peur de l’enfer ?

L : J’ai l’assurance que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni le présent, ni l’avenir, ni les forces des hauteurs, ni celles des profondeurs, rien ne pourra me séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ. (Romains 8, 38)

ML : Si seulement c’était vrai. Mais tu dois être le seul sur cette planète à penser cela.

L : Il y a encore au moins celui qui a écrit cela.

ML : Ce n’est pas de toi ?

L : Non. D’un ami… Paul… de Tarse.

ML : Je crois que vous vous faites des illusions tous les deux. Dieu est un Dieu qui met à l’épreuve et qui nous tente au-delà de nos forces, c’est pour cela que nous souffrons.

L : Mon ami a aussi écrit quelque chose à ce sujet, il a écrit : « Dieu est fidèle : il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; au moment où surviendra la tentation, il vous donnera la force de la supporter et, ainsi, le moyen d’en sortir. »

ML : Mais c’est lui qui envoie la tentation. Pourquoi enverrait-il le moyen d’en sortir ?

L : Je pense qu’effectivement il y a des difficultés dans la vie. Mais Dieu nous comprend et il nous aide car Jésus lui-même a souffert.

ML : Justement, si Jésus a souffert, il nous faut souffrir davantage, car le serviteur n’est pas plus grand que le maître.

L : Mais le maître, comme tu dis, est justement passé devant pour nous aider à notre tour.

ML : Écoute, je connais quelqu’un qui a vu sa vie défiler devant ses yeux comme des traces de pas sur le sable. Il y avait deux traces de pas. Mais qu’une seule à certains moments, et c’était justement les moments les plus durs de sa vie. Tu vois bien que Dieu l’avait abandonné dans les moments les plus durs.

L : Je crois qu’au contraire, dans les moments les plus durs, s’il n’y avait qu’une trace, c’était celle de Dieu qui portait ton ami.

ML : Si tu pouvais avoir raison…

L : C’est à croire car le juste vivra par la foi. C’est ce que nous lisons dans le livre d’Habacuc qui se trouve dans la Bible comme tu le sais.

ML : Mais si le juste vit par la foi et qu’il croit que Dieu est amour…

L : Eh bien oui, « il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. » C’est aussi une phrase de mon ami Paul.

ML : Mais pourquoi mon esprit me condamne-t-il ? Ou me fait-il croire que Dieu me condamne ?

L : « Car notre corps, il est vrai, est voué à la mort, mais l’Esprit est vie à cause de la justice de Dieu. »

ML : La justice de Dieu n’est-elle pas de punir le coupable ?

L : La justice de Dieu est celle qui rend juste le coupable.

ML : Mais cela va à l’encontre de toute loi ?

L : Pas contre la loi de l’Esprit. « La loi de l’Esprit donne la vie en Jésus Christ qui nous a libérés de la loi du péché et de la mort. »

ML : L’Esprit nous libère du péché et de la mort…

L : Il nous libère et nous donne la paix. Tu connais cette parole de Jésus (Jean 14, 27) : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Que votre cœur ne s’alarme pas. » C’est l’Esprit de Dieu, l’Esprit Saint qui nous rappelle cela. C’est ce que disait Jésus.

ML : Il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ car la loi de l’Esprit qui donne la vie nous a libérés du péché et de la mort…

Mais alors, cela change tout !

L : Beaucoup de choses, en effet.

ML : Nous n’avons plus à craindre la mort, ni l’enfer, ni la colère de Dieu, tout simplement parce que Dieu est amour.

L : C’est pour cela que Paul a écrit ses lettres. C’est pour cela qu’il a voyagé. Comme tu es théologien, tu sais bien ce que signifie le terme Evangile ?

ML : Il signifie Bonne Nouvelle. Au fait, ton Paul il vit toujours ?

L : Non, il a vécu il y a presque 15 siècles.

ML : Cela fait donc près de 1500 ans qu’il a écrit cela aux chrétiens de Rome. Et aujourd’hui, nous ne l’avons toujours pas compris !

L : C’est pour cela qu’à chaque époque, il faut des témoins, des personnes qui vivent de cette paix, qui se nourrissent de cette foi pour porter au monde le message de Jésus.

ML : Eh bien moi aussi je vais écrire, pour les gens de mon époque. Et grâce à l’invention de Gutenberg, je pourrai même toucher tous les habitants de l’empire germanique. Allez, plus de temps à perdre, il faut que je m’y mette.

L : Eh bien, Martin, que l’Esprit de Dieu t’accompagne et qu’il bénisse ton ouvrage aujourd’hui, demain et pourquoi pas dans cinq siècles encore… en suscitant toujours à nouveau des témoins de son amour.

Crédits : Pasteur Jean-Daniel FAIVRE (1967-2015)