image_pdfimage_print

Les branchages seront déposés au cours de la prière autour d’une grande croix réalisée en sarment de vigne

 

               Confession des péchés

 

Seigneur, devant toi nous reconnaissons que parfois nous t’accueillons comme les habitants de Jérusalem qui étaient prêts à agiter les rameaux de leur joie en leurs jours de fête, mais disposés à se détourner du Christ à la moindre occasion.

Aujourd’hui en ce dimanche des rameaux, nous nous souvenons des rameaux agités par les pèlerins. Ils étaient faits de quatre branchages différents symbolisant la vie du peuple des croyants.

Les fleurs odorantes sont le symbole de la prière et de l’étude des Ecritures ; les fruits renvoient à la mise en pratique effective de la volonté de Dieu.

 

Lecteur 1

Je dépose sur cette croix ce seringat aux fleurs très odorantes, mais sans aucun fruit comestible.

Je dépose la prière de repentance de ceux qui ont beaucoup prié mais rien fait pour leurs frères.

 

 

 

 

 

Lecteur 2

Je dépose sur la croix ce branchage de dattier qui fleurit sans que l’on s’en aperçoive, mais où plus tard des fruits magnifiques apparaissent.

Je dépose la prière de repentance de ceux qui ne prient jamais mais prennent soin de leur frère et ne savent pas apercevoir la main de Dieu dans leurs actes.

 

 

 

 

Lecteur 3

Je dépose le saule qui n’a ni fruit comestible, ni fleur odorante.

Je dépose la prière de ceux qui ne prient pas et ne mettent pas en œuvre la volonté de Dieu.

Donne-leur de se souvenir que le saule a comme de petites lèvres et qu’aujourd’hui même ils peuvent changer et entonner la louange du Très-Haut et prendre soin des autres.

 

 

 

Lecteur 4

Je dépose ce branchage d’agrume aux parfums extraordinaires et aux fruits généreux.

Je dépose la prière de ceux qui vivent de faire partie d’un peuple visité par son Seigneur.

Qu’il soit béni.

 

 

 

 

Lecteur 5

Et moi, en ce dimanche qui début la semaine sainte,

je rajouterai une 5ᵉ branche, en anticipation de tes 5 plaies Seigneur…
Un rameau d’olivier pour la paix que nous ne savons pas instaurer.
Que l’oiseau de notre prière l’emmène jusqu’à toi…

 

 

 

Crédit : Isabelle Horber (UEPAL) – Point KT photos: Pixabay