image_pdfimage_print

« Une nativité contemporaine » est une pièce de Noël jouée par des adultes. Quatre personnages : un pasteur, un peintre, les modèles représentant Marie et Joseph. Prévoir, si possible les accessoires : une mangeoire, des langes, un poupon, une lanterne, un peu de bois. Un grand cadre en bois facilite la compréhension du jeu (les textes de chaque scène sont collées  sur la palette de peintre)

Pasteur
Bonjour, madame/monsieur le peintre.
J’aimerai une nativité contemporaine pour que Noël ne soit pas seulement une vieille histoire d’il y a 2000 ans mais une histoire de toujours pour chacun de ceux qui viennent dans cette église. Je vous fais confiance…

Peintre
Une nativité contemporaine. Ben, la composition du tableau va être fondamentale.
Je n’ai ni bœuf, ni âne sous la main, de toute façon, c’est très difficile à peindre un âne.
Et puis c’est du folklore le bœuf et l’âne gris.
Je vais m’en tenir aux personnages qui apparaissent dans le texte biblique.
Où est-ce que je l’ai fourrée encore celle-là… (il cherche la Bible sous un tas de vieux draps, il lit en diagonale)
Ah oui  : Luc 2
Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la famille et de la lignée de David, il y alla pour se faire inscrire avec sa femme Marie qui était enceinte.
Donc il me faut un JOSEPH (aller le chercher dans l’assemblée) et une MARIE (aller la chercher dans l’assemblée).
C’est tout ? Ah, non là il y a la suite… Marie « mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune »
Des accessoires la MANGEOIRE où l’on met L’ENFANT… et les LANGES…
Pas très contemporain la mangeoire… Mais celui qui sera pain de vie est déposé humblement à un endroit destiné à présenter de la nourriture. (soupir satisfait).
Et les langes… Pas aussi pratique que les couches… mais au moins elles ne polluaient pas…

Marie
Mais maintenant il y a des couches lavables.
Moi quand je vois les langes, je pense au linceul de Jésus. Quand il est emmailloté (elle l’emmaillote), j’ai déjà l’impression qu’il est préparé à sa mort. Est-ce que Marie méditait déjà ces choses-là en son cœur ?
Voilà, je le dépose dans la crèche.

Peintre
Merci.
Tu seras bien évidemment le personnage central. Quand il y a une naissance les femmes prennent les choses en main. On vient de le voir.Tu dois sourire silencieusement – remarque dans un tableau on ne  le verra pas… Mais ce sera plus facile pour mon inspiration. Oui avec un visage rayonnant d’une manière un peu surnaturelle car c’est toi qui a accepté en premier d’accueillir le Christ.

Mais Joseph ?
Ok il apparaît dans le texte, mais est-il tellement important ? Si, je crois que si. Il y a tellement de pères à l’heure actuelle qui sont oubliés de leurs familles après une séparation ou qui se désintéressent de leurs enfants… et c’est douloureux. Et pourtant ils ont encore leur place dans le tableau, ou plutôt la vie de leurs enfants.
Parce qu’en fin de compte cette famille c’est le modèle de toutes les familles : les traditionnelles comme les monoparentales ou même les recomposées.

Joseph
Dis, tu vas me rajeunir, hein ?
Si tu veux je peux t’apporter quelques photos de quand j’étais plus jeune.

Peintre
Ben, pourquoi je devrais te rajeunir ?

Joseph
En général, depuis le Moyen-Âge, Joseph est représenté comme un monsieur très âgé (faire semblant d’être courbé sur une canne). Je crois que c’était pour préserver la pureté de Marie.
Mais un prêtre disait (et ça m’a marqué) que Dieu n’aurait pas voulu pour Marie un homme déjà âgé, mais (en se redressant) le plus beau et le plus fort des hommes… Fort et beau, ça c’est ok… Mais jeune, il va falloir un peu arranger les choses…

Peintre en se tournant vers le public en levant les bras au ciel
et ben ça alors…

Joseph
et puis n’oublie pas les outils de charpentier…

Peintre
Revenons à notre rabot, heu à nos moutons, heu à notre tableau !
Où dois-je placer Joseph, qu’il soit avec ou sans cheveux blancs ?
C’est un couple. Mais est-ce un couple comme moi et ma/mon chéri/e ?
L’un à côté de l’autre comme pour une photo de mariage : hmmm, bof, bof…
Lui à genoux devant, elle ?
C’est toujours pas ça…
En tout cas c’est certainement un couple en harmonie.

Joseph
Tu crois toi qu’ils étaient en harmonie après le coup qu’elle lui a fait Marie ? Un enfant dont il n’était pas le père ?

Marie
Joseph est désigné comme un homme juste.
Un homme qui a su faire confiance à sa fiancée et à la Parole de Dieu.
Je suis heureuse que Joseph ai eu cette ouverture d’esprit qui a permis la fondation d’une famille.
Un père, qui n’est pas le père biologique de l’enfant en prend la responsabilité, soutient une jeune femme, ne se dégonfle pas, ne s’enfuit pas.
Un homme assez ouvert à la Parole pour voir sa vie bousculée, assez amoureux de sa femme pour lui laisser, parfois, la première place, assez respectueux pour lui créer un bel espace de liberté. Bref un homme comme toutes les femmes en rêve.
Et un homme que Dieu lui-même pose en modèle parce qu’il l’a choisi pour élever son fils.

Peintre
Alors, présent à côté de Marie.
Prêt à la soutenir, mais lui laissant la première place. Mmm, il y a de l’idée. (placer Joseph derrière Marie) Mais il faudrait peut-être quelque chose qui symbolise son implication ? (après un temps de réflexion)
Tu pourrais chercher du bois…(Joseph dépose un petit tas de bois et se replace derrière Marie)
Oui un petit tas de bois pour les réchauffer. Ça montrera l’aspect matériel mais aussi qu’il les réchauffe de sa présence.

Marie
C’est une bonne idée cette flambée, d’autant qu’il devait avoir froid le petit Jésus vêtu de langes et couché dans une mangeoire un 25 décembre.

Peintre
Hein, quoi ?
Mais qui te dit qu’il est né en décembre ?

Marie
Mais tout le monde sait que Noël c’est le 25 décembre.

Peintre
Oui, bien sûr l’Église fête Noël le 25 décembre mais c’est parce que c’est le solstice d’hiver, le moment où le jour commence à gagner à nouveau sur les ténèbres.

Joseph
Et alors, quel rapport avec Jésus ?

Peintre
La naissance de Jésus c’est l’affirmation que toute nuit prend fin. Que la lumière est  plus forte. Cela veut dire que Dieu nous sort de toutes nos nuits pour nous tirer vers la lumière.
La lumière, c’est une idée ça : tiens Joseph prends cette lanterne. Cela symbolisera ce qu’est le Christ : la lumière venue parmi nous… Et puis on le verra mieux….
Bon le tableau est composé. Le plus dur est fait. Je peux commencer…(il/elle lève le pinceau… et s’arrête)
Non, non, non, ça va pas du tout…
Je disais que c’est Marie le personnage central, mais j’ai tout faux !
C’est Jésus… Et je l’aurais presque oublié…
(Songeur/se) Comme beaucoup d’entre nous l’oublient perdus entre le repas de fête et les cadeaux.
Marie, soulève-le de la mangeoire pour qu’on le voie davantage, comme pour dire : « Regardez ! Cet enfant est quelque chose de particulier ». Il est le centre. Tout se construit autour de lui.
Nos familles aussi se construisent autour de l’enfant. Mais parfois autrement que ce que nous imaginions.

Marie
C’est vrai, Dieu aurait aussi pu faire les choses différemment pour sa « sainte » famille : père, mère, enfant, avec une alliance au doigt et une cuisine intégrée. Il aurait pu en être ainsi, mais ce ne fut pas le cas. Cette famille ne se définit pas par les liens du sang.

Joseph
La famille dans laquelle nous sommes invités depuis cette naissance il y a 2000 ans ne se définit pas par les liens du sang car être une famille consiste aussi, et peut-être avant tout, à trouver ce qui anime les uns les autres et ce qui importe vraiment.
Liés par les liens du sang ou non, nous sommes familles quand nous acceptons les uns les autres comme nous sommes, comme Dieu le fait également.

Peintre
(Pensif/ve) Ainsi c’est autour de cet enfant donné que se construit la famille des enfants de Dieu.
(faire le geste de celui qui trouve une bonne idée) Voilà ce qui manque dans cette nativité pour qu’elle soit contemporaine (se tourner vers l’assemblée) : chacun de vous qui êtes invités à devenir famille de Dieu et à accepter cet enfant dans votre vie.
Et ben dis donc, j’ai du boulot…
Venez, sinon comment pourrais-je faire mon tableau ? Venez car devant la crèche tu me vois…
Venez et emmenez vos feuilles de chant ! (faire venir l’assemblée autour de la crèche pour chanter le prochain chant – Arc en Ciel 370, 1 à 3 –  et faire une photo)

Crédit : Isabelle Horber (UEPAL) – Point KT