image_pdfimage_print

watercolour-2542465_640Fruit du mélange de l’eau et de la lumière, l’arc-en-ciel parle de l’alliance entre Dieu et les humains. Il est aussi une image des couleurs de l’humanité et de la diversité des humains ; il rappelle que chacun est créé dans sa différence, aimé dans sa singularité et appelé à vivre aux côtés de son prochain, dans l’harmonie et dans la complémentarité de leurs couleurs respectives. Avec de jeunes enfants, on peut, au moment opportun, montrer un crayon de la couleur correspondante. D’après une légende indienne, « Paraboles pour aujourd’hui », Jean Vernette, ÉDITIONS DROGUET & ARDANT, page 102. Catherine ULRICH, Service de l’enseignement religieux et de la catéchèse UEPAL,

 

Il était une fois un jour d’automne où les couleurs du monde se sont disputées. Les couleurs ne s’entendaient pas car elles  voulaient toutes commander et faire la loi. Chaque couleur prétendait être la plus importante, la plus utile.

Le Violet proclamait : Je dis toujours la vérité, je ne mens jamais : vous pouvez me faire confiance. Le Violet pour la Vérité. Le Bleu, avec son ami indigo, disait : Je suis le plus beau, tous m’admirent. Le Bleu pour la Beauté. Le Vert affirmait : c’est moi qui court le plus vite, je mérite d’être le premier. Le Vert pour la Vitesse. Le Jaune disait  en riant : je suis le plus joyeux ; avec moi c’est toujours la fête, on ne s’ennuie pas. Le Jaune pour la Joie. L’Orange martelait : je suis le plus ordonné, avec moi tout sera toujours en ordre et bien organisé. L’Orange pour l’Ordre. Et le Rouge disait tranquillement : je suis le plus raisonnable : vous ne courrez aucun risque, vous êtes en sécurité avec moi. Le Rouge pour la Raison.

Les couleurs se vantaient à haute voix, chacune étant bien convaincue d’être la meilleure. Elles se disputaient de plus en plus fort, une véritable tempête de cris.

Soudain, un éclair déchira les nuages sombres de leur dispute. Le tonnerre couvrait leurs cris et il se mit à pleuvoir à torrent. Il pleuvait et pleuvait sur le monde et sur les couleurs. Effrayées et trempées par la pluie, les couleurs se serrèrent les unes contre les autres et cherchèrent un abri pour se protéger de l’orage qu’elles avaient déclenché.

Le soleil apparut. Il vint chercher les couleurs dans leur cachette. Toutes craintives encore, les couleurs se tenaient par la main et n’osaient pas se lâcher les unes les autres. Alors le soleil les étira et les étendit dans le ciel.

Ainsi, chaque fois que Dieu envoie une pluie pour laver le monde, le soleil tire les couleurs dans le ciel. Depuis, elles se tiennent toujours bien serrées les unes contre les autres et aucune n’a plus envie de commander.

L’arc-en-ciel a toutes leurs couleurs, toutes différentes et toutes ensembles pour dire la fraternité.

D’après une légende indienne, « Paraboles pour aujourd’hui », Jean Vernette, ÉDITIONS DROGUET & ARDANT, page 102. Catherine ULRICH, Service de l’enseignement religieux et de la catéchèse UEPAL, Pour toute remarque ou question : catherine.ulrich@uepal.fr