La capuche

Ce texte peut soit se rapper, soit  être slamé ou cantillé… Il peut très bien être utilisé dans le cadre de la fête de l’ascension ou pour la thématique de la mission. Une fois Jésus parti, je fais quoi ? Je regarde hébété vers le ciel, priant pour son retour ou je retourne changer le monde. A moins de fuir… Je tiens à remercier Norman et Squeezie pour l’idée de la capuche. 

Quand j’suis dans la foule, j’suis sous ma capuche.

Quand il pleut ou neige, j’reste sous ma capuche !

Et quand j’enlève ma capuche, j’suis toujours sous ma capuche !

Et v’la que Dieu y m’appelle pour porter secours à des gens

qui se perdent, genre spirituellement parlant…

Faut dire que les gens en question y sont super méchants

et j’dois leur balancer les quatre vérités dans les dents !

J’suis qui sous la capuche pour leur faire la morale ?

Apporter la vérité et comment ils doivent se comporter au final ?

 

Mais j’détale jusqu’au premier obstacle devant ma capuche !

Que d’eau, que d’eau ! J’suis le missionnaire sous la capuche,

même pas peur ; c’est pas l’amer à boire !

J’achète un bateau avec c’qui me reste au comptoir,

J’aime pas l’avion et les trous l’air et pis t’es jetlagué !

Au fait, c’est dans l’autre direction qu’je devais aller !

J’suis parti tout schuss soleil couchant genre cow boy solitaire

J’suis l’anti-héros de service en mode guerre nucléaire

J’me terre sous ma capuche et j’veux rien savoir de leurs histoires !

Si Dieu a des comptes à régler avec les indigènes locaux,

Il a qu’à se débrouiller, j’risque pas ma peau !

Tu sais jamais sur qui tu vas tomber !

J’suis personne sous ma capuche et j’vais me coucher

dans le ventre du bateau. j’vais ronfler ! Ça va passer !

 

Mais Dieu il est pas du genre à lâcher le morceau,

Il déclenche une tempête, tsunami méga costaud

Le bateau menace de couler et le sort tombe sur ma capuche !

C’est moi le responsable de tout ça ! Non mais quelle cruche !

Ils peuvent pas jeter par-dessus bord celui qui paie pour échapper à sa mission ?

Comme quoi, on s’achète pas sa bonne conscience avec du pognon,

Et c’est pas le plus riche qui décide où et à qui va l’argent,

J’crois peut-être que j’suis seul sous ma capuche, et ben non !

Suis fourré dans la même galère

avec un tas d’autres qui se demandent quoi faire ?

Et si chacun sur ce bateau, jetait quelque chose de lui à l’eau

pour éviter que le Titanic ne coule et qu’il reste à flots !

Et dans ces situations extrêmes, souvent, suis obligé de savoir

et de dire qui je suis et en quoi je peux croire !

Cette fois c’est pour ma capuche et j’insiste qu’on me jette à l’eau !

J’me dis pour échapper à Dieu, « j’me cache à l’eau ».

Et voilà qu’il arrive le gros cabillaud,

puisqu’ y a que cette capuche à avaler, qu’un

et re-qu’un !

 

Et sous ma capuche comme la mission un-possible j’ai cru,

suis maintenant avalé tout cru !

Et dans le bide du grand poisson, j’me suis dit, c’est assez !

J’arrête de fuir ! J’suis crevé ! comme ceux partis en ayant tout laissés !

Dites ! Vous avez remarqué ! La facture est trop salée !

Il reconnait le poisson péché – pardon- le poids d’son péché !

Temps en temps faut que ça sorte ! Tu peux toujours recommencer !

Et comme il lui reste sur l’estomac, le poisson, qui avait des nausées,

vomit la capuche à la vie qui part direction  soleil levé !

Dans cette histoire, il y a Elohim et Yahvé ; deux Dieux qui s’entendent au mieux !

On n’appellerait pas cela de l’interreligieux ?

Le Dieu personnel de la capuche et un Dieu pour les Ninivites.

C’est plus forcément le Dieu de la capuche adoré comme le fric !

Mais chacun le retrouve dans sa propre tradition et culture.

Bref, ça a l’air de fonctionner, si on ne s’abrite pas derrière ses murs !

La capuche prêche à Ninive et les ninivites, eux, sans attendre le déluge,

se repentent et Dieu aussi parce qu’il voulait leur faire du mal ! Le dieu-juge !

 

Et moi sous ma capuche j’étais pas content du tout alors que les ninivites,

des bestioles, jusqu’au président de la république,

ont écouté et agi ! J’suis le seul pasteur à la capuche

qu’on prend pas pour une… quiche.

Ma prédication a eu un effet domino, ils se sont tous convertis,

ils ont changé du tout au tout, tous… Sauf bibi !

quand j’suis sous ma capuche, j’reste sous ma capuche sans moufeter !

J’me suis assis, le plus loin possible, pour vraiment bouder !

Celui qui dit, il est ! Et c’est valable aussi pour Dieu, non mais…

J’vois pas pourquoi il changerait d’avis ! J’savais, moi, qu’il se dégonflerai.

Il est bien trop bienveillant et miséricordieux, un peu lent à la colère,

le genre qui revient sur sa décision par amour ! Un Dieu pépère !

J’aurai adoré voir les Ninivites, ces gros méchants, morfler grave !

J’étais persuadé d’avoir raison et eux tort ! De vrais caves !

J’suis fâché jusqu’à la mort. En fait, je le suis bien, si je suis incapable de m’ouvrir

et que j’ reste sous ma capuche, mariner dans mon jus jusqu’à pourrir !

C’est pas sur un coup de tête que tu pars en mission ventre à terre,

ni pour te faire ton trip sur un chantier humanitaire !

Une telle décision n’est à prendre ninivite, ni par intérêt,

mais par amour du prochain et de l’Eglise universelle. T’es prêt ?

 

J’vous rappelle que je suis toujours fâché contre Dieu qui change d’avis comme de chemise.

J’me suis posé sur la colline d’en face pour voir si la partie serait pas remise ?

En attendant, J’commence à avoir un coup de soleil. La vérité si j’mens

Vous sentez la chaleur du soleil d’orient ?

Heureusement Dieu m’a abrité à l’ombre d’un ovni,

objet végétal non identifié, si, si…

Pour me guérir de ma mauvaise humeur. Eh oui !

Même fâché contre lui, Dieu prend soin de moi et ça me rend happy !

Bon jusqu’à ce que Dieu fit assécher mon pare soleil !

En m’faillant crever d’une insolation, Dieu m’a permis de distinguer l’accessoire de l’essentiel.

Et dire que j’m’en faisais un max pour une plante dont j’me suis jamais occupé !

qui est apparu et a disparu en une nuit, mirage de la société,

alors que j’voyais pas sous ma capuche tous ces grands enfants désorientés

qui ne savent même pas distinguer leur droite de leur gauche, vraiment paumés !

Alors, j’retourne sous ma capuche et j’men tape si le monde déconne ?

ou j’relève ma capuche pour voir mes sœurs, mes frères, les hommes !

Quant à la capuche, il est peut-être encore en train de bouder,

sur la colline, en face de la ville, qui elle, est sauvée !

En tous cas, son histoire se termine en queue de poisson !

A propos, mais vous l’avez reconnu depuis longtemps, non !

Dans la Bible, la capuche s’appelle la colombe : Yonah ;

c’est pas devenu un symbole de paix… ça ?

Je dédie ce texte tout particulièrement à mon regretté collègue et ami, le pasteur Jean Daniel Faivre qui y a mis beaucoup du sien ! Frédéric Gangloff (UEPAL)