image_pdfimage_print

La Pentecôte, don de l’Esprit saint, est une notion très vague pour petits… et grands. Peut-être parce que c’est plus qu’une notion ! La Bonne Nouvelle « voyage » dans le monde. Dans le « climat » créé par l’évocation de « La boule de vent », nous suscitons un moment de poésie, nous éloignant de l’explicatif et du descriptif pour approcher un mystère : Dieu est présent par son souffle en nous-mêmes, en tout être, dans notre monde. Comment le sait-on ? Par ce que ce souffle provoque : « Tu ne sais d’où vient le vent… » disait Jésus à Nicodème (Jean 3).

« La boule de vent », est une narration de Bettina Schaller, publiés dans le livre « Tu diras » page 46. Voir le texte ici la boule de vent

Illustration de Danièle Bantz-Boillot. Télécharger le dessin pour le colorier ici DBB la boule de vent NB

Durée de l’animation : moins d’une heure

Matériel : De quoi faire des bulles de savon (on trouve facilement ce petit matériel dans les commerces et l’enfant pourra prolonger chez lui ce moment poétique en emportant l’objet).

Démarche :

  • Accueil, chant… Il faut être à l’extérieur pour profiter des mouvements de l’air mais pas dans un espace trop venté.
  • On trouve de quoi « s’inspirer » dans le récit de « la boule de vent » (page 46). Ne pas lire le texte tel quel mais le reconstruire avec ses propres mots. Les enfants scanderont l’évocation par un « répons » (par exemple « La boule de vent ne s’est pas arrêtée en si bon chemin » ).
  • Puis on laisse les enfants créer des bulles de savon ; on les laisse les suivre des yeux, les admirer…
  • Courte comptine pour arrêter les bulles.
  • On reprend l’évocation et on entre dans le cycle : évocation, « répons », bulles, comptine…
  • Ne pas hésiter à renoncer à toute explication didactique sur la Pentecôte. Le récit et la poésie portent du sens mieux que des concepts.
  • Chant et séparation.

Note :

On trouve dans l’introduction d’un livre du philosophe Peter Sloterdijk (Bulles, Sphères I, Pauvert, 2002) une merveilleuse évocation du rapport entre l’enfant et la bulle de savon : « Pendant le laps de temps où la bulle a vécu, le souffleur a été hors de lui, comme si l’existence de la bulle avait dépendu du fait qu’elle demeurât enveloppée dans une attention qui accompagnait son vol. Tout manque d’accompagnement, toute négligence dans l’espoir et le tremblement qui escortent cette bulle dans son vol aurait condamné cette chose scintillante à un échec prématuré. L’enfant en personne s’élève dans l’espace avec sa bulle miraculeuse… Pendant le laps de temps où la bulle a vécu, le souffleur a été hors de lui… Si l’enfant insuffle sa respiration aux bulles de savon et leur reste fidèle en les suivant de ses regards extatiques, qui, auparavant, a déposé son souffle en l’enfant qui joue ? » (pages 18 à 22).