Histoire de noël par Titâne

« L’histoire de Noël racontée par Titâne » est une proposition des moniteurs et monitrices de la paroisse protestante de Westhoffen (Uepal) pour la fête de noël des enfants.  Personnages =  Narrateur  :   Âne 1 : Bourricot : Âne 2 : Marie : Âne 3: Joseph :  Bœuf : Berger 1 : Le messager : Berger 2 : Ange : Berger 3 : Aubergiste 1 : Aubergiste 2 :  Aubergiste 3

Narrateur : L’évangile de Luc, dans la Bible, raconte que c’est par la naissance d’un enfant que Dieu est venu parmi les humains. Cela s’est passé une nuit, à Bethléem : un enfant est né dans une étable. Jésus est né de Marie et de Joseph, ses parents, et il est né dans un endroit peuplé de plusieurs sortes d’animaux.  Dans l’évangile de Luc il n’est rien dit à propos des animaux. Et pourtant, ils étaient là. Écoutez bien cette histoire.

Bourricot : Oh la, la, mais qu’est ce qu’il fait chaud aujourd’hui. ( il sèche les gouttes qui dégouline de son front ).  Je vais aller me reposer sous l’arbre. Et sous cet arbre, j’aperçois Marie à la fenêtre. ( Bourricot se dresse pour voir Marie par la fenêtre )

Ane 1 : Salut Bourricot.

Bourricot : ( Bourricot s’effraye ) Ah salut…

Ane 1 : Qu’est ce que tu fais ?

Bourricot : Moi, rien ( sourire malicieux )

Ane 1 : Te connaissant, tu prépares encore un de tes mauvais coups pour embêter Marie, c’est ça ?

Bourricot : ( il répond avec un sourire narquois ) Moi, pas du tout.

Ane 1 : Tu as l’air de bien l’aimer Marie, non ?

Bourricot : Ben oui, comme un âne peut aimer sa maîtresse.

Ane 1 : Donc cela ne t’a rien fait quand tu as appris que Marie et Joseph allaient se marier ?(Bourricot un peu triste, croise les bras et baisse la tête)

Bourricot : Non, rien du tout. ( il détourne le regard )

Ane 2  : Serais-tu un peu jaloux ?

Bourricot : Moi, jaloux, ha ha ha la bonne blague. Pas du tout, qu’est ce que tu vas t’imaginer là.

Ane 2  : Chut, quelqu’un entre dans la maison.

Ane 3  : Vite, tous aux abris. ( Ils se montent dessus pour regarder par la fenêtre )

Le Messager : Marie, je suis un messager de Dieu qui m’envoit t’annoncer une bonne nouvelle. Tu vas porter un bébé dans ton ventre, et ce bébé sera le fils de Dieu. Tu l’appelleras Jésus.

Marie : ( baisse la tête ) Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi comme tu l’as dit.

( Le messager repart )

Ane 2 : Eh tous, vous avez entendu ce que le messager a annoncé à Marie ?

Ane 1 : Ben oui, on a entendu, on est pas sourd.

Ane 3 : C’est trop bien. ( Tous les ânes sont heureux )

Ane 1 : Tu as entendu Bourricot, tu dois prendre soin de Marie désormais et ne plus l’embêter avec tes âneries. D’accord ?

Bourricot : OUI CHEF. Je serais un amour d’âne.

Narrateur : Et ce que Bourricot dit, il le fait. Il veille sur elle a chaque pas qu’il fait, pour qu’elle ne tombe pas, ne se blesse pas et qu’elle ne subisse aucun choc.

DANSE

Narrateur : Quelques mois plus tard Joseph et Marie se sont mariés. Et Marie habite désormais avec lui.

Joseph : Nous devons nous mettre en route pour aller à Bethléem pour nous inscrire sur les listes comme l’empereur César Auguste nous l’a demandé. (Joseph sort et prépare Bourricot . Il lui met son harnais et lui fixe la selle sur le dos. Bourricot se laisse faire sans broncher.)

Joseph : ( Rentre dans la maison ) Tout est prêt Marie, nous pouvons nous mettre en route.

Marie : J’arrive Joseph. ( Elle a du mal à se déplacer avec son gros ventre )Oh la la, je ne savais pas que la maison était aussi grande. J’ai l’impression qu’elle s’est agrandit ses derniers mois.

Narrateur : Les voilà partis vers Bethléem. Tout se passe bien pendant le trajet, mais arrivés là-bas, ce n’est pas la même chose. Ils doivent trouver un logement, et ce n’est pas gagnė.

Joseph : ( Toc, toc, toc)

Aubergiste 1 : Bonsoir, Monsieur.

Joseph : Bonsoir, je cherche un logement pour ma femme et moi. Elle est enceinte.

Aubergiste 1 : Je suis désolé mais je n’ai plus de place. Allez voir chez mon voisin, peut-être que lui pourra vous aider. Bonsoir et bon courage.

Joseph : Merci aubergiste.

Narrateur : Joseph va toquer à la porte du voisin de l’aubergiste.

Joseph : ( toc, toc, toc )

Aubergiste 2 : Bonsoir monsieur, que puis-je pour vous ?

Joseph : Bonsoir, je recherche un endroit ou dormir pour ma femme et moi, auriez-vous une petite place pour nous ?

Aubergiste 2 : Je suis vraiment navré, mais nous sommes complet. Désolé.

Joseph : ( dépité ) Très bien, merci quand même.

(Joseph continu sa route et toque à une troisième porte )

Aubergiste 3 : Bonsoir Monsieur, Dame. En quoi puis-je vous aider ?

Joseph : Bonsoir, nous cherchons désespérément un logement pour passer la nuit. Nous sommes éreintés. Nous avons marché toute la journée. Auriez-vous une place pour nous ?

Aubergiste 3 : Je vois bien que vous êtes fatigués et que votre femme est enceinte, mais je n’ai vraiment plus de place pour vous.

Joseph ( à bout de force ) Très bien, merci, au revoir.

Chant :

Marie : Joseph, je n’en peux plus.

Joseph : Je sais Marie, je vais trouver une solution. ( Joseph se gratte la tête )

Narrateur : Pendant ce temps là, Bourricot est allé voir les animaux dans l’étable.

Bourricot : I an, i an. Bonsoir tout le monde. Est-ce que vous pourriez faire une petite place dans la paille pour mes maîtres ? Nous avons marché toute la journée et nous sommes très, mais très très fatigués.

Bœuf : Bien-sûr que nous allons vous faire une place dans la paille. Allez  les amis, on met la marche arrière et que ça saute. ( tous les animaux se déplacent)

I an, Merci beaucoup ! ( Bourricot heureux, court rejoindre Marie et Joseph )

Marie : Mais qu’est ce que tu as Bourricot ? ( Joseph tient Bourricot par son harnais )

Joseph : Ne tire pas comme ça Bourricot. Mais où veux-tu aller comme ça ? ( Arrivé devant l’étable, Bourricot s’arrête net ) ( Joseph lui fonce même dedans ) Eh, oh Bourricot, tu pourrais prévenir quand tu t’arrêtes comme ça. (Joseph regarde autour de lui ) Oh, une étable, mais oui, bien-sûr. Bourricot, tu es un génie. Regarde Marie, ce que Bourricot nous a trouvé. Un petit coin dans une étable.

Marie : Ce n’est pas un hôtel 4 étoiles mais ça ira très bien. Merci Bourricot (elle lui fait un câlin)

Narrateur : Tous les animaux forment un couloir qui conduit jusqu’à l’endroit préparé par ses derniers.

Joseph : Je pense que nous serons bien ici.

Marie : Oui, je l’espère Joseph parce que je sens que la nuit va être mouvementée.

Narrateur :  Quelques temps après leur installation dans l’étable, on y entendit des cris d’enfants.

Chant 

Joseph : Jésus est né. ( il sourit et soupire soulagé )

Narrateur : Marie l’emmaillote et le couche dans la mangeoire. Tous les animaux sont autour de ce petit enfant qui vient de naître. Ils sont tous très heureux et plus particulièrement Bourricot qui saute dans tous les sens.

Marie : Calme toi Bourricot, tu vas faire peur au bébé.

Narrateur : Quand le calme fut revenu dans l’étable, Marie et Joseph reçoivent la visite de Bergers.

Berger 1 : Bonsoir Joseph et Marie.

Joseph et Marie : Bonsoir, Messieurs.

Berger 2 : Quel bel enfant vous avez là.

Berger 3 : Mais, il est tout petit, on dirait une poupée.

Berger 1 : Chut, ne parle pas si fort, tu vas le réveiller.

Joseph : Comment avez-vous appris que notre enfant était né ?

Berger 2 : Nous avons reçu la visite du messager du Seigneur qui nous a annoncé cette grande et bonne nouvelle.

Berger 3 : Eh oui, il m’a même réveillé en pleine nuit, pendant que j’étais entrain de rêver des cadeaux que j’allais recevoir. (il baille)

Berger 1 : Tu ne penses qu’a toi. Regardes ce bébé, comme il dort paisiblement.

Marie : Et vous avez fait tout ce voyage pour lui ?

Berger 1 : Oui, nous voulions voir cet enfant de nos propres yeux.

Berger 2 : Le messager nous a dit de ne pas louper cette si belle naissance.

Berger 3 : Mais non, n’importe quoi, il a pas dit ça comme ça. Il l’a dit comme ça.

Le messager : N’ayez pas peur, je viens vous annoncer une très bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple. Il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur qui est le Christ Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire.

Berger 3 : Voilà c’était comme ça. ( Il lève les yeux au ciel )

Berger 2 : Oui bon bref. Après ça, tout le ciel s’est rempli d’anges qui se sont mis à chanter.

Ange : Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et sur la terre paix pour les hommes, ses bien aimés !

Berger 2 : Quand les anges ont disparu, nous nous sommes tout de suite mis en chemin. Et nous voilà, devant vous.

Berger 1 : Cette nuit a dû être éprouvante pour tout le monde. Nous allons vous laisser vous reposer.

Berger 3 : Au revoir tout le monde. Au revoir petit bébé.

Berger 2 : Allez viens maintenant, laisse cet enfant tranquille. Rooohhh

Narrateur : En partant, ils réveillent tout le village pour annoncer aux gens ce qui vient de leur arriver.

A la fin de cette histoire, vous aurez peut-être changé d’opinion concernant les ânes. Cet animal n’est ni bête, ni obtus, ni gris ou terne. Ici, il a même fait preuve