image_pdfimage_print

« Comme les enfants » est une  narration de la pasteure Sophie Letsch.

Judith

C’est l’histoire de Judith. C’est une petite fille pleine de vie ! Elle est toujours de bonne humeur et elle fait rire tout le monde. Un vrai petit clown.

Et puis elle fonce aussi. Sa maman est toujours obligée de la rappeler : « Judith ne part pas si loin, je ne te vois plus, reste avec nous ! » Judith n’a peur de rien et elle adore rencontrer de nouvelles personnes. Elle dit toujours : « Bonjour,  je m’appelle Judith, et toi ? Tu t’appelles comment ? Qu’est ce que tu fais ? Et pourquoi t’es comme ça ? Et tu vas où ? » Judith est pleine de vie, un peu comme tous les enfants…

Félix

C’est l’histoire de Judith mais c’est aussi celle de Félix. Il habite dans le même village. Il joue avec elle parfois mais il est beaucoup plus calme ! Félix, c’est un rêveur. Il aime regarder les nuages dans le ciel. Ils ont des formes si rigolotes ! Des fois on dirait un arbre. Ou un vieux monsieur avec un grand nez. Félix s’émerveille de tout ! Il voit la beauté que les adultes oublient de regarder : oh ce caillou, qu’est ce qu’il est beau ! Et cette feuille ! Oh et puis les fleurs bien sûr… Félix s’émerveille, un peu comme tous les enfants…

Nicolas

C’est l’histoire de Judith, de Félix et c’est aussi celle de Nicolas. Lui aussi il habite là. Nicolas il est tellement sensible ! Quand quelqu’un pleure, il pleure avec lui. S’il voit que quelqu’un est malheureux, il va vers lui pour le consoler. Et quand c’est quelqu’un qu’il connait bien, il lui fait même un câlin. Nicolas est compatissant, un peu comme tous les enfants…

Chloé

C’est l’histoire de Judith, de Félix, de Nicolas et c’est aussi celle de Chloé. Oh ! Chloé, elle est encore toute petite. Elle ne sait même pas encore parler. Mais elle sait se faire comprendre ! Elle sourit quand elle est contente, elle gazouille quand elle découvre quelque chose de nouveau, elle pleure quand elle est fatiguée, elle râle quand elle a chaud ou quand elle a faim. Chloé ne fait pas semblant. Elle exprime toujours ce qu’elle ressent. Ses parents la comprennent si bien. Elle leur fait entièrement confiance. C’est tout contre sa maman qu’elle est le mieux. Là, elle s’endort à tous les coups. Chloé fait confiance et elle est toujours dans la vérité. Un peu comme tous les enfants…

On y va !

Ce jour-là, ils sont avec tous les autres enfants du village. Les mamans sont là aussi. Près du puit. A l’ombre. Au frais. C’est le matin. Il ne fait pas encore trop chaud. Les mamans papotent entre elles, les tous petits attachés contre elles. Les plus grands jouent ensemble, ils courent et ils crient. Ils chantent.

Des gens passent devant eux. Ils sont pressés. On entend qu’une foule se rassemble plus loin.

  • Mais où est ce que vous allez tous ? Qu’est ce qui se passe ?
  • C’est Jésus ! Il est arrivé dans notre village !
  • Jésus ? Non ! LE Jésus ?
  • Maman, c’est qui Jésus ? Tu le connais ?
  • Non je ne le connais pas mon chaton mais j’ai entendu parler de lui. Il est connu.
  • Pourquoi il est connu ?
  • Il a guérit des malades ! Il parle de Dieu. Il sait beaucoup de choses et il raconte des histoires.
  • Oh oui des histoires ! Moi j’aime les histoires !
  • Tu sais quoi mon chaton, on va y aller ! Vous venez avec moi les filles ? Allé, on y va tous !

Et toute la petite troupe se met en route. Les enfants font la course, ils crient et tapent dans les mains. Les mamans ont si hâte que leurs enfants rencontrent Jésus ! Elles aimeraient tant qu’il les bénisse…

Disciples

Et voilà qu’ils arrivent ! Oh ! il y a tellement de monde. Tout le village est là. Les gens ont laissé leur travail, ils ont amené des malades, des personnes âgées. Ça se bouscule un peu. Tout le monde veut voir Jésus, le toucher, lui parler. Ah oui, et puis les adultes sont venus avec leurs questions. Des questions compliquées… C’est compliqué les adultes.

Et puis il y a les disciples de Jésus. Ce sont ses amis. Ceux qui sont toujours avec lui. Ils font la sécurité. Ils veillent à ce que Jésus ne soient pas trop importuné.

Alors quand les disciples voient les enfants arriver, ils commencent à s’inquiéter. « Ah non non, ça ne va pas être possible ! Il y a bien trop de monde, vous ne pouvez pas vous approcher. Et puis franchement, Jésus n’a pas le temps. Il y a plus important que de s’occuper des enfants ! Non désolés, vous ne pouvez pas approcher. »

Et ils croisent leur bras, en rang bien serrés, pour les empêcher d’avancer.

Rencontre

Oh ben mince alors. Quelle déception !

Mais… ce n’est pas ça qui va arrêter Judith ! Ni une, ni deux, elle se faufile entre les jambes de l’un des disciples. Ça ils ne s’y attendaient pas ! Ils se retournent, essayent de la rattraper mais elle fonce droit sur Jésus.

Il est en train d’enseigner, d’expliquer. Elle court et arrive devant lui en faisant un énorme dérapage. Tout le monde la regarde. On n’entend plus un bruit. Elle est un peu impressionnée quand même. Mais Jésus la regarde droit dans les yeux, et lui sourit.

Alors elle sourit elle aussi.

Les disciples veulent reprendre les choses en main :

  • Désolés Maitre. On a essayé de l’en empêcher mais…
  • De l’empêcher ? Mais de quoi ?
  • Ben de venir te déranger !

Jésus secoue la tête.

  • Vous n’avez rien compris. Laissez les enfants venir à moi. Ne les en empêchez pas. Le Royaume de Dieu appartient à ceux qui sont comme eux. A ceux qui se réjouissent et qui s’émerveillent, ceux qui sont compatissants, ceux qui sont dans la confiance et dans la vérité. Comme ces petits enfants. Celui qui ne reçoit pas le Royaume de Dieu comme un enfant ne pourra jamais y entrer !

Bénédiction

Les disciples se sentent un peu bêtes. Ils regardent leurs sandales. Les adultes de la foule aussi se sentent un peu bêtes avec leurs questions compliquées. Comme ils s’écartent un peu, les mamans peuvent passer avec les autres enfants. Ils s’installent près de Jésus. Il y en a même qui montent sur ses genoux. Et Jésus pose ses mains sur chacun d’eux et il les bénit. Comme il bénit chacun d’entre nous.

Sa bénédiction est comme une promesse : « Je t’aime comme tu es et je serai toujours avec toi. Peu importe ce qu’il t’arrivera, rien ne peut me séparer de toi. »

Jésus est resté un moment à jouer avec les enfants. Et puis il est reparti. Vers Jérusalem. Vers cette ville où il a montré, à quel point il nous aime. Comme le soleil est maintenant brûlant, les enfants sont rentrés avec leurs mamans. Et dans le calme et la fraicheur de leurs maisons, ils ont tous fait une très bonne sieste.

crédit : Sophie Letsch (UEPAL) – Point KT