image_pdfimage_print

« Prier avec Jésus au jardin des Oliviers » est une célébration qui pourrait être utilisée pour Jeudi saint. Proposition d’Emily Huser (UEPAL). Avant ce culte, nous avions préparé les narrations ensemble, en 4 groupes en utilisant la  Fiche de travail les acteurs de jeudi saint

Prélude

Invocation et Accueil Bonjour et bienvenue à tous au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Le temps de notre prière, ce lieu va devenir autre. Comme Jésus l’a demandé à ses disciples, nous avons préparé le lieu et nous avons dressé la table. Répondant mystérieusement son invitation, nous le suivrons pas à pas, du repas de la Cène, jusqu’au jardin des Oliviers. Les catéchumènes de première année et moi-même, nous vous proposons de prendre le temps de prier avec Jésus, et lui avec nous.  Cette célébration nous mènera dans cette nuit particulière pour ceux qui suivent Jésus. Ils croient encore que  tout est normal, alors que Jésus seul sait ce qui va se passer, avant que tout ne bascule.  Nous proclamons sa venue parmi nous, sa mort et sa résurrection. Le sachant toujours vivant, nous attendons son retour et cette célébration en est un signe.

Chant :  Arc 780 La veille de sa mort 

La nuit tombe sur Jérusalem : narration (Myriam la servante)

Mon nom est Myriam. Je suis servante à la maison de Lèvi. C’est chez mon maître, que Jésus a partagé la Pâque avec ses disciples. Celui-là même dont tout Jérusalem parle ! Certains disent même qu’il est le Messie, envoyé par  Dieu pour nous libérer.   Certaines femmes que je connais au marché l’ont vu guérir un paralytique. Un homme qui ne pouvait pas marcher. Il a suffit que ce Jésus lui parle pour qu’il se mette à courir.

J’ai aussi entendu certains dirent qu’il est trop mou, qu’il devrait utiliser la force pour chasser les romains hors de notre pays. Qu’il fallait le pousser à l’action …

Alors j’étais impatiente de le rencontrer. Surtout que nous avions déjà passé toute la journée à préparer la salle du banquet. Tout était prêt pour une belle fête de Pâques ! Nous l’attendions avec impatience. Quand je l’ai vu, je me suis tout de suite qu’il était grand. Pas seulement grand physiquement … mais qu’il était grand de l’intérieur. Je me suis sentie toute petite devant lui. Il m’a tout de suite fait une drôle d’impression. Un peu comme quand vous vous installez au Temple et que tout est calme. Cette sensation qui vous dit que vous êtes bien.

Mais je n’ai pas eu beaucoup de temps. Le maître m’a dit de me dépêcher, de bien recevoir nos invités. J’ai couru pour chercher l’eau, l’éponge et les serviettes. Je devais laver les pieds des invités au plus vite. Tout le monde m’a poussé à me dépêcher en me reprochant ma lenteur. Ce n’était pas facile, avec tout ce monde qui me pousse et l’eau qui déborde de la bassine. Quand enfin je suis arrivée à servir le premier invité, quelqu’un m’a encore poussé. Je me suis retourné, fâchée d’être tellement houspillée mais son regard m’a arrêté. Il a un regard si doux ce Jésus …. si bon … si gentil. Il a pris la bassine et l’éponge. Avec soin et douceur, il a commencé à faire mon travail. J’ai essayé de lui reprendre. C’était mon travail ! Même les invités, ses disciples n’étaient pas contents. Mais lui, il disait : « Celui qui commande doit être celui qui sert. » Moi, je me suis dit pour moi-même : qu’avec ces disciples, il allait être mal servi ! Ces hommes n’avaient jamais servis qui que ce soit. Cela se voit. Hors de question que je leur confie ma bassine à eux ! Mais Lui, c’est pas pareil. Lui, il était si doux ! Il a pris soin d’eux comme s’ils étaient les plus précieux de tous. Comme s’il pansait des blessures. Et pour une fois, je me suis dit que moi aussi j’aimerais qu’on prenne soin de moi comme cela. Que ce serait bien si quelqu’un tenait à moi comme cela.

Chant : « Dieu tout puissant » 

Ils sont partis dans la nuit : (narration Marthe la servante 2)

Çà y’est, ils sont enfin partis ! En vingt ans de service dans cette maison, je n’ai jamais connu une soirée de Pâque comme cela ! Parole de Marthe, je n’ai jamais vu cela.

Ce Jésus, je le connaissais. Une fois je l’ai entendu enseigner sur la place, prés du marché. Pour sûr, il a une belle voix. On l’entendait bien ! même si on était très nombreux. C’était même plutôt bien. Il disait que Dieu était comme une femme qui perdait une pièce et rangeait toute sa maison pour la retrouver. Que Dieu nous cherchait de la même manière jusqu’à que nous soyons de nouveau avec Lui. Ça m’a parlé. Parce que perdre une pièce je connais. On n’a pas tous les jours une pièce d’argent. Et si j’en avais une, je la chercherais aussi sans relâche jusqu’à ce que je la retrouve. Si Dieu me cherchait comme cela, je serai contente pour sûr !

Mais ce soir, je n’ai pas bien compris ce qu’il faisait. Déjà il a pris le travail de Myriam en lavant les pieds des invités ! Lui l’invité d’honneur ! Et après … après durant le repas, il a de nouveau perturbé tout le monde. Il m’a pris le pain des mains. Je voulais le distribuer. Et voilà qu’il le déchire en deux … le pain s’est rompu en deux …. comme un corps qu’on écartèle …. et lui il dit « Prenez  et mangez, ceci est mon corps donné pour vous. » J’ai jeté un coup d’œil aux autres invités, ses disciples, ils ne comprenaient pas plus que moi … Surtout qu’après, il a pris la coupe et il a dit « Buvez en tous. Ceci est mon sang, qui a été versé pour la multitude ». Moi j’ai pas tout compris. J’aurais préféré qu’il ne fasse pas ce genre de choses si mystérieuses. Je préfère quand il parle de Dieu comme celui qui me cherche parce que je suis si précieuse. Mais peut-être que cela veut dire la même chose. Que pour moi, parce que je suis précieuse, il donne même son sang pour me trouver …. mais que voulez-vous qu’une servante comme moi comprenne ?

En tous les cas, après tout cela, ils sont partis. Enfin ! Ils étaient tous si contents de chanter et de fêter Pâque. Il n’y a que Jésus qui semblait un peu triste. C’est lui qui a eu cette idée de partir, d’aller prier au calme. J’espère qu’il ne va rien arriver de grave. Il a la mine des gens qui savent que quelque chose va mal aller. Enfin, moi ce ne sont pas mes affaires. Je ne suis qu’une servante. Moi je n’arriverai pas à prier.

Répons : Dans nos obscurités

Prière : Pardon Seigneur de tout ce qui ‘m’empêche de prier « Faire silence pour être à l’écoute » Auteur : Béatrice Gahima

Seigneur, il fait noir Et je m’assieds. J’écoute Je suis comme assourdie Par le silence. Mes oreilles ne distinguent rien. Il fait si calme ce soir.Je m’apaise, et j’entends Le chant de la source Qui jamais ne s’arrête de couler Mais que, dans le brouhaha de la journée, J’avais à peine remarquée. J’écoute encore et, tout doucement, Autour de moi J’entends le crissement des chauves-souris Qui ont attendu Que plus personne ne les dérange Pour s’ébattre dans le noir.  Oh, qu’il fait bon Seigneur ! La main humide du soir Se pose sur mon visage. Comme pour me rafraîchir ! Et je tends encore l’oreille : Tout à coup, résonne dans le lointain Le hululement du hibou Deux fois, trois fois Déjà il s’est tu Mais je l’ai entendu Quelle chance ! Merci, Seigneur, de m’avoir fait la grâce De m’arrêter et de goûter les merveilles dont tu m’entoures. Si je ne m’étais arrêtée Si je n’avais laissé le silence descendre en moi Je n’aurais pas reçu ces beaux cadeaux !  La source aurait continué à chanter Les chauves-souris à crier Le hibou à hululer Sans que je m’en aperçoive. N’est-ce pas aussi, Seigneur, Ce qui se passe dans ma vie ? Par ton Esprit, tu parles en moi Et je ne t’entends pas ! Ma course effrénée vers je ne sais quel but M’empêche d’entendre Le chant de ton amour qui résonne en moi Le chant de la plénitude et du bonheur Qui n’attend que moi

Répons : Dans nos obscurités

Le jardin des Oliviers : narration par l’un des disciples

Il y a un lieu à Jérusalem qui s’appelle Gethsémané. C’est de l’hébreu pour dire  » mont des oliviers ». C’est un peu à l’écart de la ville. Sur l’une des collines qui entourent Jérusalem est un jardin particulier. Il n’y a que des oliviers, grands et élancés. Certains sont si anciens que leurs troncs s’est tordu sous les années.

C’est un lieu que nous connaissons bien, nous les disciples de Jésus. Nous sommes souvent passé par là pour aller à Béthanie. Parfois nous nous arrêtons pour permettre au Maître de se reposer. Les gens alors en profitent pour le presser. Et lui, comme toujours, se laisse amadouer et prends le temps d’enseigner, de guérir. J’ai parfois l’impression que c’est notre jardin tellement nous nous y sommes arrêtés et que nous y avons passé du temps. Certains des autres disciples râlent en disant que nous perdons notre temps. Mais moi, j’aime bien. Il y a une petite pierre, bien plate, où je peux m’asseoir. L’endroit est agréable au soleil surtout pour écouter le Maître. C’est un peu comme un petit paradis pour moi.

Mais cette nuit, c’est différent. Jésus a voulu aller prier ici après le repas. Nous, on était tellement contents de fêter Pâque et un peu ivres aussi. On s’est contentés de le suivre. La nuit, le jardin est différent. Plus sombre, plus calme … *** éteindre les lumières

Sans peine, nous avons retrouvé notre endroit, sous les arbres si grands. Il fait un peu frais. Malgré l’obscurité, j’ai retrouvé ma petite pierre encore toute chaude du soleil du jour. Là, nous nous sommes installés. On a posé nos lampes pour éclairer le Maître. *** allumer les bougies et les lampes

Quand je le regarde le Maître, je me dis que quelque chose ne va pas. Il a la tête de quelqu’un qui sait qu’un malheur va venir. Il a bien dit quelque chose lors du repas qui me turlupine, moi et même ses disciples. Alors que tout allait bien, que nous fêtions, il a eu cette tête triste qu’il a depuis ces derniers jours quand il parle de sa mort. Nous tâchons de ne pas trop y faire attention. C’est le Maître ! Je l’ai vu rappeler Lazare à la vie simplement en l’appelant. Qu’est-ce qui pourrait l’arrêter ? Jésus ne peut pas mourir. Voyons, c’est impossible. Même si les autres, ces jaloux de prêtres du temple arrivaient à le blesser, il lui suffirait d’un ordre pour les mettre à terre ! Comme il a vaincu la tempête ! Non, rien de mauvais ne va arriver.

Mais plus j’y pense, plus je trouve que le Maître nous cache quelque chose. Ce soir, le jardin ne m’apporte pas le calme habituel. Malgré moi, je prie pour qu’il n’arrive rien. 

Ecoute en silence

Arc Ps 42 Comme un cerf altéré brame  

Lecture biblique : Matthieu 26  Là-dessus, Jésus arriva avec eux en un lieu appelé Gethsémané. Il dit à ses disciples : Asseyez-vous ici pendant que je vais prier là-bas. 37 Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée. Il commença à être envahi d’une profonde tristesse, et l’angoisse le saisit.38 Alors il leur dit : Je suis accablé de tristesse, à en mourir. Restez ici et veillez avec moi ! 39 Puis il fit quelques pas, se laissa tomber la face contre terre, et pria ainsi : O Père, si tu le veux, écarte de moi cette coupe ! Toutefois, que les choses se passent, non pas comme moi je le veux, mais comme toi tu le veux. 40 Ensuite, il revint auprès des disciples et les trouva endormis. Il dit à Pierre : Ainsi, vous n’avez pas été capables de veiller une seule heure avec moi ! 41 Veillez et priez, pour ne pas céder à la tentation. L’esprit de l’homme est plein de bonne volonté, mais la nature humaine est bien faible. Seigneur nous te prions en chantant :

Répons : Bleibet hier de Taizé

42 Puis il s’éloigna une deuxième fois, et se remit à prier en disant : O mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe me soit épargnée, s’il faut que je la boive, alors, que ta volonté soit faite. 43Il revint encore vers ses disciples et les trouva de nouveau endormis, car ils avaient tellement sommeil qu’ils n’arrivaient pas à garder les yeux ouverts.

Répons : Bleibet hier de Taizé 

44 Il les laissa donc, et s’éloigna de nouveau. Pour la troisième fois, il pria en répétant les mêmes paroles. 45 Lorsqu’il revint auprès de ses disciples, il leur dit : Vous dormez encore et vous vous reposez. L’heure est venue où le Fils de l’homme va être livré entre les mains des pécheurs. 46 Levez-vous et allons-y. Celui qui me trahit est là.

47 Il n’avait pas fini de parler que Judas, l’un des Douze, survint, accompagné d’une troupe nombreuse armée d’épées et de gourdins. Cette troupe était envoyée par les chefs des prêtres et les responsables du peuple. 48 Le traître avait convenu avec eux d’un signe en disant : Celui que j’embrasserai, c’est lui, saisissez-vous de lui. 49 Il se dirigea donc tout droit sur Jésus et lui dit : Bonsoir, Maître ! Et il l’embrassa. 50 Mon ami, lui dit Jésus, ce que tu es venu faire ici, fais-le ! Alors les autres s’avancèrent et, mettant la main sur Jésus, ils se saisirent de lui.

Répons : Bleibet hier de Taizé

Chant : Arc 602 Oh ! Prends mon âme

Méditation

Interlude

Prière d’intercession et Notre Père Unis à Jésus qui entre dans sa passion, supplions le Père des hommes : Seigneur, rappelle-toi. L’abandonné qui redoute les heures de la nuit. L’innocent que l’on arrête comme malfaiteur.En cette nuit, où tu souffres sous la torture, abandonné de tous, Jésus, nous te portons notre prière pour : l’accusé injustement condamné. Pour le prisonnier frappé, humilié. Pour le juste que l’on mène à la mort.Seigneur, nous voulons te prier et  déposer le nom de tous ceux qui souffrent, qui vivent leurs dernières heures.  Te confier celui qui jusqu’au bout te fait confiance. Seigneur, nous te confions la personne qui est triste à en mourir. Le condamné qui a tellement peur qu’il en sue du sang. La personne trahie par un de ses meilleurs amis.

Annonces et Offrandes

Chant : ARC 638 Reste avec nous  

Envoi : On dit à Jérusalem

On dit à Jérusalem que les romains l’ont arrêté ce Jésus. Qu’ils vont le mettre à mort.

On dit qu’il est retenu dans la prison et que déjà il le torture. Mais qu’il ne dit rien.

On dit à Jérusalem que demain, il sera cloué sur une croix comme le pire des malfaiteurs.

On dit partout qu’il est mauvais, qu’il blasphème, que c’est un agitateur. Qu’il s’est cru fils de Dieu, qu’il est fou.

Oui mais moi je dis qu’il m’a servi avec douceur lors du repas, que cet homme s’est fait serviteur pour me lever les pieds.

Moi je dis qu’un jour il a dit que j’étais précieuse aux yeux de Dieu. Et qu’il me chercherait sans relâche. Qu’il donnerait sa vie pour cela.

Moi je dis qu’il a eu peur mais qu’il n’a pas reculé.

Quand on fête la Pâque Juive on finit la soirée en se souhaitant de la fêter l’an prochain à Jérusalem. Ce soir, je souhaite de la fêter avec lui.

Bénédiction Seigneur Jésus, tu nous as regardés ce soir, comme tu l’as fait avec tes disciples une dernière fois et tu as partagé avec nous ce repas de fête. Mets en notre cœur une joie rayonnante. Malgré le danger et les heures sombres de la vie, donne-nous Seigneur assez de foi pour voir tout ce qui est beau dans le monde et assez d’espérance pour le rendre plus beau encore,  Que la grâce et la paix du Seigneur Jésus soient avec nous tous. Amen.

Postlude

Crédit : Emily Huser