image_pdfimage_print

Le pasteur Jacques Parmentier, qui travaillait à la rédaction du projet « Ça se fête », sollicita Daniel Priss, pour l’écriture d’une chanson sur le thème « C’est nul ! », qui fut l’objet d’une célébration (Célébration n°2 Ça se fête). Afin d’écrire sa chanson Daniel Priss s’inspira  de « The Wall – We don’t need no education » du groupe Pink Floyd.

Avec deux accords seulement, Mare, mare, mare, est une sorte de cri de colère, un ras-le-bol exprimé.

Daniel Priss proposa l’image d’un adolescent révolté et non l’image d’un adolescent blasé et désabusé. Il est revolté par rapport à une injustice qui le touche personnellement, mais pas seulement. Il est aussi concerné par les injustices qui touchent les enfants maltraités par la guerre, les crises économiques, il est concerné par les questions écologiques….

Dans son dernier refrain Daniel Priss fait un jeux de mots, qui invite à une mise en mouvement. « Marre », se transforme de « démarre ». La révolte, ne conduit pas à un replis sur soi, mais à une action constructive. Le constat persiste n’est pas la fatalité, mais au contraire un espoir de changement, l’espoir d’un monde meilleur à construire.

Le chant Marre, marre, marre, s’apparente au chant « Sainte colère » du même auteur compositeur.

Remarque : Nous avons constaté que la phrase « Je lis vos canards. » nécessite une explication.

  • Ecouter la chanson

 

Marre, marre, marre – Paroles et musique : Daniel Priss

Marre, marre, marre,
Eh oui, j’en ai marre.
Marre, marre, marre,
De toutes ces histoires.
Marre, marre, marre,
Je lis vos canards.
Marre, marre, marre,
Quand est-ce qu’on démarre ?

1. Le matin je me lève,
On me parle de grève.
Je veux prendre le bus,
Mais, il n’y a pas de bus.
J’arrive à l’école,
Le prof me donn’ une colle.
Et le soir pas de bol,
Je me prend une torgnole.

2. Le lend’main je me lève,
En Afrique pas de trêve.
Au poste de radio,
On parle du chaos.
Et toutes ces victimes,
Voici, je déprime.
Par milliers dans des camps,
On entasse des enfants.

3. A l’école en géo,
On dit : « c’est pas jojo ».
Le monde est à l’envers,
Fini les ours polaires.
A force de pollution,
Voici la destruction.
Bientôt plus d’espace
Pour trouver une place.

4. Il faut que ça change,
Même si ça dérange.
On n’peut pas tout casser
Pour l’plaisir de gagner.
Arrêtons l’égoïsme,
Quittons ce pessimisme.
Retrouvons la raison,
Ensemble construisons.

Démarre, marre, marre,
Eh oui, je démarre.
Démarre, marre, marre,
Retrouvons l’espoir.
Démarre, marre, marre,
Arrêtons c’ bazar.
Démarre, marre, marre,
Il n’est pas trop tard.

Crédit : Daniel Priss (UEPAL) Point KT  Photo Pixabay