image_pdfimage_print

Veillée de Noël avec les anges : Bientôt Noël ? Le premier Noël… alors, au ciel, les anges se préparent ! Veillons avec eux…

 Déroulement :

Prélude

Accueil :
(d’après Charles Singer, Semailles, Edition du Signe, 1999, p.49)
Soyez, tous et toutes, les bienvenus pour cette veillée de Noël où Dieu nous invite et nous appelle…
Il nous invite et nous appelle, en cette nuit semblable à tant d’autres obscurités, à reconnaître l’irruption de l’espérance au cœur de l’inquiétude humaine.
Dans les chants de ses anges, il nous invite et nous appelle à entendre chanter son projet de salut pour l’humanité.
En cet enfant de la crèche semblable à tant d’autres enfants enroulés dans leurs langes, il nous invite et nous appelle à reconnaître son amour bouleversant.
Dans cet enfant de fragilité semblable à tant d’autres enfants reposant tout contre leur mère, il nous invite et nous appelle à le reconnaître lui, Dieu, déposé dans le berceau de l’humanité. Amen.

Cantique : O nuit bienveillante (Alléluia 32-23/1, 3 et 4)

Scène 1 : Oh oh Gaby, Gaby
Les « anges » se regroupent pendant le chant de l’assemblée à droite de l’autel et se placent comme une chorale.

Musiquange : Oh là là, ça ne va pas du tout. C’est une catastrophe ! Vous chantez comme des casseroles ! On ne sera jamais prêt à temps ! Mais qu’est-ce que je vais dire au patron ? J’étais tellement heureux quand il m’a confié cette mission. Je l’entends encore quand il m’a dit : Musiquange, je compte sur toi pour préparer le chœur des anges pour cette occasion très spéciale.
Il compte sur moi. Je suis désespéré ! Mais où sont vos voix angéliques ?! Je n’ai entendu que des casseroles ! Même un chœur de canards sauvages chanterait mieux que vous !
Bon, on arrête-là pour aujourd’hui, revenez demain pour répéter ! Et entrainez-vous sérieusement d’ici-là ! Sinon, je ne réponds plus de rien !

Curiange : Ben dis donc ! Qu’est-ce qui lui arrive à notre chef ?! On n’a quand même pas si mal chanté !

Angeronchon : Moi, j’aime pas chanter !

Curiange : Oui, Angeronchon, on sait ! Mais ce que je ne comprends pas c’est pourquoi Musiquange est si contrarié, on dirait toi ! Il nous demande toujours de bien chanter les louanges de Dieu, mais en ce moment, il est tellement exigeant !

Angeronchon : Moi j’aime pas quand le chef est exigeant !

Curiange : Eh Tchatange ! Tu sais ce qu’il a, toi, notre chef de chœur ?

Tchatange : Evidement ! Tu ne sais pas ?! Tout le ciel en parle !

Angeronchon : Moi, j’aime pas quand tout le ciel parle !

Curiange : Tout le ciel parle de quoi ?

Tchatange : Nous nous préparons à chanter pour une occasion très spéciale ! C’est pour ça que Musiquange est un peu sur les nerfs.

Curiange : Mais c’est quoi cette occasion très spéciale ? ! Dis-moi…. Allez, accouche !

Tchatange : Ah non, c’est pas moi qui vais accoucher ! Dieu a choisi quelqu’un d’autre pour ça !

Curiange : Mais qu’est-ce que tu racontes ?! Je comprends rien !

Angeronchon : Moi, j’aime pas quand on comprend rien !

Tchatange : Viens, Curiange, Gaby est le mieux placé pour t’expliquer !

Angeheureux : J’peux venir aussi ? S’t’plait ! C’est sûrement une bonne nouvelle et j’adooore les bonnes nouvelles !

Tchatange : Oui, tu peux venir aussi Angeheureux… Mais t’es obligé de sourire tout le temps comme ça ?

Angeronchon : Moi, j’aime pas quand on sourit sans arrêt !

Angeheureux : Je fais pas exprès. Je suis heureux, alors j’ai le sourire, la banane, la frite, la pêche…

Tchatange : Si seulement, c’était contagieux et que tu pouvais donner un peu de ta banane à Angeronchon ou à Musiquange.

Angeronchon : Moi, j’aime pas la banane !

Tchatange : Qu’est-ce que je disais !

Angeronchon : Et j’aime pas qu’on me critique !

Curiange : Et, ne vous disputez pas ! Bon, on va voir Gaby ?! J’aimerai bien savoir moi !

Tchatange : Avec tout ça, je ne l’ai pas vu partir ? Va savoir sur quel nuage, il est maintenant ! Gaby ?! Gaby ?! Il a eu tellement de travail ces derniers temps, il doit faire une sieste quelque part… Gaby ?! Gaby ?!

Les autres anges avec lui : Gaby ?! Gaby ?! Gaby ?! Gaby ?!

Gabriel (depuis la tribune de l’orgue) : Gabriel, je m’appelle Gabriel ! C’est pas compliqué quand même : Gabriel ! Ca rime avec ciel ! Ca fait plus sérieux quand même !

Tchatange : Gabriel, si tu veux… mais Gaby, c’est affectueux… On te cherchait…

Gabriel : Oui, ça j’ai entendu et les cieux tout-entiers aussi ! Mais vous me cherchiez pourquoi ?

Tchatange : Ben c’est à cause de ce que tu m’as raconté. Curiange, Angeheureux et Angeronchon, ils voudraient bien savoir aussi… alors je me disais…

Gabriel : Tchatange, toujours aussi bavard, incapable de tenir ta langue…

Tchatange : On a la tchatche, ou on ne l’a pas… Mais Curiange comprend pas pourquoi Musiquange est sur les nerfs avec nous à la chorale… Alors si tu lui expliquais…

Gabriel : Je vois… j’arrive !
Gabriel descend de la tribune et rejoint les autres.

Cantique : Voici Noël, ô douce nuit (Alléluia 32-30/1, 3, 4 mais dans la strophe 1 on remplace « Allons donc tous avec les mages, Porter à Jésus nos hommages » par « Allons donc tous avec les anges, Chanter au Seigneur nos louanges »)

Scène 2 : Ange ou cigogne ?
Gabriel : Bon alors, je vais commencer par le début. Il y a quelques mois, le grand patron m’a envoyé au Temple de Jérusalem, pour parler à un prêtre du nom de Zacharie. Je devais lui annoncer que sa femme Elisabeth n’était pas stérile comme on le disait et que même si elle n’était plus toute jeune, elle allait avoir un fils qui s’appellerait Jean.

Angeheureux : Oh un bébé ! Quelle bonne nouvelle !

Tchatange : Et il t’a cru tout de suite, Zacharie, quand tu lui as annoncé cette naissance ?

Gabriel : Bien sûr que non ! Il m’a dit que sa femme et lui étaient trop vieux pour avoir un enfant. Alors je lui ai cloué le bec : il sera muet jusqu’à la naissance de son fils. Ca lui apprendra à trop parler et à mettre en doute la parole d’un envoyé de Dieu ! Non mais !

Curiange : Mais depuis quand les anges annoncent la naissance des enfants ? On n’est pas des cigognes !

Angeronchon : Moi, j’aime pas les cigognes !

Gabriel : Mais cet enfant n’est pas n’importe quel enfant : il s’appellera Jean et il sera celui qui doit préparer le peuple à la venue du Sauveur, du messie que Dieu a promis à son peuple !

Curiange : Et c’est pour la naissance de Jean qu’on va chanter ?

Tchatange : Mais t’es presqu’aussi bavard que moi, Curiange !

Angeheureux : Chut ! Ecoutons la suite !

Gabriel : Non, on ne va pas chanter pour la naissance de Jean. Car ça, ce n’était que le début ! Après ça, Dieu m’a envoyé au fin fond de la Galilée, dans un bled perdu, Nazareth, chez une jeune fille du nom de Marie, fiancée à un charpentier du nom de Joseph. A elle aussi, je devais annoncer la naissance d’un fils.

Curiange : C’est ce que je disais, le patron nous confond avec les cigognes !

Gabriel : Mais non, Curiange… Et de toute façon, annoncer cette naissance, c’était un grand honneur pour moi ! Car cet enfant, c’est le Messie, le Sauveur que Dieu a promis à son peuple et que le peuple attend depuis si longtemps. Cet enfant, c’est le Fils de Dieu !

Angeheureux : Quelle bonne nouvelle ! J’adoooore les bonnes nouvelles !

Curiange : Je ne comprends plus rien ! Pourquoi est-ce que Dieu t’envoie à Nazareth ? Avec tout le respect que je lui dois, il s’emmêle pas un peu les pédales le patron ? C’est pas à Bethléem qu’il doit naître le Messie ? Eh Google-ange !

En haut de la chair, Google-ange se lève

Google-ange : Que dois-je chercher ?

Curiange : Où le sauveur doit-il naître ?

Google-ange tourne les pages de sa bible…

Google-ange : Livre du prophète Michée, chapitre 5
Le Seigneur dit : « Et toi, Bethléem Ephrata, tu es un petit village parmi ceux des clans de Juda. Pourtant, celui qui doit gouverner Israël, je le ferai sortir de chez toi. Il appartient à une famille très ancienne. » Le Seigneur va abandonner son peuple pendant un certain temps. Ensuite, le jour viendra où la femme qui doit accoucher aura un fils. Ceux qui seront encore en vie après l’exil viendront rejoindre les autres Israélites. Et lui, le chef annoncé, il se lèvera et il sera leur berger par la puissance du Seigneur, par la présence glorieuse du Seigneur son Dieu. Les gens de son peuple vivront en sécurité. En effet, sa puissance s’étendra jusqu’au bout du monde.
C’est lui qui donnera la paix.
En chair, Google-ange se rassoit

Angeheureux : A mon avis, le patron sait ce qu’il fait !

Gabriel : Tout à fait ! Mais je dois dire quand même qu’il n’a pas choisi la facilité !

Angeronchon : Moi, j’aime pas la facilité !

Tchatange : Alors le patron et toi, vous êtes d’accord là-dessus ! Quand on y réfléchit un peu quand même, il aurait pu choisir une femme mariée, dans une famille importante et respectée de Jérusalem. Pour Marie, c’est pas simple quand même ! Avoir un bébé avant d’être mariée… Ca craint ! Ils ne rigolent pas les humains avec ça ! Sa famille pourrait la jeter dehors, son fiancé pourrait penser qu’elle l’a trompé et la faire condamner à la lapidation…

Angeheureux : A mon avis, le patron sait ce qu’il fait !

Gabriel : En tout cas, comme elle était très troublée, j’ai essayé de la rassurer. Je lui ai dit que Dieu l’aime. Je sais qu’il la protègera et lui donnera la force de faire face.

Angeheureux : A mon avis, le patron sait ce qu’il fait !

Les autres anges : Oui, on a compris !

Tchatange : Attention Angeheureux, on va finir par t’appeler Angeradoteur !

Curiange : Bon et alors ? Elle a dit quoi, Marie ?

Gabriel : « Je suis la servante du Seigneur. Que Dieu fasse pour moi, ce que tu as dit ! »

Curiange : Alors, elle est d’accord… Il va naître ce bébé… et donc, c’est pour la naissance de cet enfant qu’on va chanter ?

Angeronchon : Moi, j’aime…

Tchatange : Attention à ce que tu vas dire, toi ! On parle du fils de Dieu là !

Angeronchon : Euh, oui, justement… j’allais dire : Moi, j’aime le fils de Dieu !

Les autres anges : Ah !

Gabriel : Oui, Curiange, nous allons chanter pour la naissance du Fils de Dieu…

Tchatange : C’est pour ça que Musiquange est un peu sur les nerfs…

Angeheureux : Il veut que ce soit bien ! Vraiment bien !

Tchatange : Quand on parle du loup… enfin de l’ange…

Musiquange : Mes anges ! Répétition générale ! Allons au travail !

Cantique : Roi des rois (Arc-en-ciel 262)

Musiquange dirige l’assemblée comme une chorale, fait chanter en canon, ronchonne (« Bon y a encore du boulot !!! Va falloir faire mieux !! »)…

A la fin du chant, P’tiange arrive en courant dans l’allée et rejoint les autres.

Scène 3 : Le chœur des anges
Musiquange : P’tiange !!! Mais d’où tu viens toi ?! Tu as raté la répétition générale ! Ce n’est pas sérieux ! On ne sera jamais prêt si chacun vient quand il a le temps !

P’tiange : J’étais en mission pour le patron !

Musiquange : En mission ?

P’tiange : Oui. Je suis allé voir Joseph dans son sommeil…

Musiquange : Joseph, qui c’est celui-là ?

Gabriel : C’est le fiancé de Marie. Il est de la famille du roi David.

Curiange : Eh P’tiange, tu lui as dit quoi à Joseph ?

P’tiange : Je lui ai dit qu’il devait épouser Marie.

Gabriel : Joseph est un homme juste, il va faire ce que Dieu lui commande, épouser Marie et adopter l’enfant. Grâce à lui, le Messie va naitre dans la famille du roi David.

Curiange : C’était prévu comme ça ? Google-ange…

En chair, Google-ange se lève et tourne les pages de sa bible

Google-ange : Livre du prophète Esaïe, chapitre 11
Un fils sortira de la famille de Jessé, le grand-père de David, comme une jeune branche sort d’un vieux tronc. Une nouvelle branche poussera à partir de ses racines. L’esprit du Seigneur reposera sur lui. Il lui donnera la sagesse et le pouvoir de bien juger.

En chair, Google-ange se rassoit

Angeheureux : Je vous l’avais bien dit ! Le patron sait ce qu’il fait ! Et il tient parole ! Quelle bonne nouvelle ! Quelle grande nouvelle, nous allons chanter pour les hommes !

Tchatange : Tu as raison ! Au travail mes frères, au travail ! Il faut que notre chant soit parfait pour ce jour si important !

Narrateur : Je ne sais pas si les anges ont encore travaillé longtemps pour atteindre la perfection, car bien sûr, c’est là pure fantaisie, mais une fantaisie où l’essentiel est dit : Dieu tient parole et donne à son peuple le Messie promis. Par amour, Dieu se fait père, Dieu se fait proche, Dieu se fait homme. Quelle déclaration d’amour de Dieu pour nous les humains !
Et en tout cas, cette nuit-là… les anges…. Les anges dans nos campagnes ont entonné…

Cantique : Les anges dans nos campagnes (Alléluia 32-27)

Prière d’intercession : (d’après Francine Carillo dans Traces vives, pp. 147-48)
Béni sois-tu, Dieu notre Père !
Dans l’enfant qui vient à nous en cette nuit de Noël, c’est de naissance et de vie que tu nous parles !

Mais cette naissance et cette vie ne vont pas sans peine et pour que notre prière soit vraie, nous te confions maintenant la vérité de nos cœurs :
Ce désir de vivre pleinement Noël et nos questions pour cette fête,
Cette envie d’être dans la foi et nos résistances à croire,
Cette soif de relations vraies et nos difficultés à vivre avec les autres.

Toutes ces contradictions qui nous habitent, nous les déposons devant toi, Seigneur,
non pour que tu les effaces, mais pour que tu les retournes en chemin de vie.

Donne-nous d’accueillir la douceur de Noël et permets qu’en nos visages, il y ait assez de lumière pour ceux qui sont dans l’ombre !

Donne-nous d’accueillir la paix de Noël et permets qu’en nos cœurs, il y ait assez de paix pour ceux qui sont dans la révolte !

Donne-nous d’accueillir la tendresse de Noël et permets qu’en nos cœurs, il y ait assez de tendresse pour ceux qui sont dans la solitude et le deuil !

Car alors, nous serons des anges, c’est-à-dire tes envoyés, tes messagers en ce monde.
Au nom de ton Fils de lumière, né parmi nous pour qu’il fasse clair dans nos vies.
Et comme il nous l’a enseigné, nous prions ensemble…

Notre Père qui est aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal,
car c’est à toi qu’appartiennent
le règne, la puissance et la gloire,
pour les siècles des siècles. Amen.

Annonces

Offrande

Prière d’offrande :
Seigneur, merci pour tout ce que tu nous donnes et merci pour la joie d’offrir. Reçois notre offrande comme un signe de notre reconnaissance et de notre engagement pour l’annonce de ton Evangile et la solidarité avec nos frères et nos sœurs humains. Amen.

Cantique : Il est né le divin enfant (A 32-29)

Envoi et bénédiction : (d’après Liturgie de l’ERF, livret fêtes, p. 8)
Les anges ont chanté la Bonne nouvelle.
Les bergers ont pris le chemin de la crèche.
Nous voici témoins de la vie donnée, nous voici appelés à devenir des anges, c’est-à-dire des envoyés, des messagers de Dieu.
Annonçons la présence de Dieu, proclamons la paix au monde !
Il est né, celui qui est Prince de la paix ! Il est né celui qui est lumière de monde !

La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint-Esprit soient avec vous et tous. Que Dieu vous bénisse et vous garde dans la paix et la joie de Noël ! Amen.

Crédit : Claire de Lattre-Duchet