image_pdfimage_print

 

illustrations_Nicole_bateau repereUne célébration « ténèbres / lumière »; Les enfants découvrent le cheminement de Pierre : malgré l’avertissement de Jésus, il « craque » et renie son maître. Mais Jésus lui avait auparavant annoncé qu’il le soutenait par la prière. En suivant Pierre, nous  voulons faire ce cheminement qui nous mène des ténèbres, où humblement nous reconnaissons nos fautes au point d’être écrasés par elles, au rayon de lumière qui nous atteint dans l’obscurité et nous permet de nous redresser pour continuer à marcher.

 

Thèmes retenus : En suivant Pierre, nous abordons des notions théologiques fondamentales : péché – grâce – pardon.

Forts – faibles
Les pêcheurs de Capernaüm reprochent à Pierre d’avoir abandonné Jésus. Le reniement est pour eux le signe que Pierre jouait un personnage et que des rêves ne résistent pas à une réalité difficile.
Il faut absolument faire sentir le lien entre le récit précédent (Matthieu 16,13-23), et les deux lettres qui racontent le reniement de Pierre.
La séance « forts-faibles » commence par la construction d’un bâtiment-église. On aura fabriqué une grande pierre d’angle « Jésus » et une pour Pierre. Il sera intéressant de comparer les briques pour leur aspect varié et d’observer où et comment les enfants les placent. Peu importe la forme du bâtiment ! Mais toutes les briques doivent faire partie du bâtiment.
On se souviendra du début de notre parcours : Pierre s’était opposé aux chefs du peuple et avait fait un miracle au nom de Jésus-Christ. Sa faiblesse au moment de l’arrestation de Jésus ne l’a donc pas condamné et empêché de continuer sa mission. Il est encourageant pour les enfants de voir que Jésus ne nous enferme pas dans nos errements.

Ténèbres – lumière
Pierre remercie ses anciens collègues pour leur interpellation. Elle lui donne l’occasion de voir clair et de s’expliquer. Il reconnaît sa lâcheté au moment du reniement, d’autant plus difficile à supporter que Jésus l’avait annoncée. Mais surtout, il découvre que Jésus ne le laisse pas tomber : il a prié pour lui ; il relève ceux qui tombent et réintègre ceux qui se mettent en marge.
En donnant de l’épisode « reniement » une double version, nous voulons montrer qu’un événement a toujours plusieurs faces : celle qu’on voit, qu’on pense pouvoir raconter « objectivement », et celle qui se passe au fond de la personne impliquée et qui vient forcément corriger la première.
Avec Pierre, nous voulons faire ce cheminement qui nous mène des ténèbres, où humblement nous reconnaissons nos fautes au point d’être écrasés par elles, au rayon de lumière qui nous atteint dans l’obscurité et nous permet de nous redresser pour continuer à marcher.
Il faut éviter de réduire et de banaliser cette expérience, en la jouant ou en l’illustrant de façon trop figurative. Dans un moment de célébration, à travers des dias, des textes, des chants et de la musique, essayons de vivre ce passage des ténèbres à la lumière (qui dans l’évangile est, entre autres, symbolisé par la nuit et le matin).

Matériel :

  – Un contexte qui favorise la célébration : tout est préparé de manière à nécessiter peu de manipulation et de remue-ménage ; les adultes sont calmes, les enfants sont bien installés…

– Des textes et des chants qui expriment ce que nous voulons célébrer : le parcours en fournit certains, d’autres sont possibles.

– Textes liturgiques 1 à 8 : cliquer ici

– Textes liturgiques 9 à 25 : cliquer ici

– Chants possibles : cliquer ici

– Des diapositives plus symboliques qu’illustrantes : des paysages, des nuages, la tempête, des rayons de soleil…

– La lettre où Pierre explique à ses collègues-pêcheurs comment il a vécu cette expérience.

Réalisation :

Nous entremêlons le récit de Pierre et des chants et textes actuels, introduits par une ou deux phrases qui font le lien avec notre vécu. En laissant agir les images, la musique, les paroles et les temps de silence, en passant de Pierre au « nous », nous essayons de favoriser une identification des enfants avec le vécu du disciple. Il est inutile de trop dire les choses, laissons les enfants intérioriser l’expérience. Il ne faut cependant pas empêcher l’expression, si elle était nécessaire.

Dans le cadre du document De roc en Pierre, vous pouvez aussi vous inspirer pour une célébration de clôture du parcours de :

  • Préparer Pâques avec Pierre et Jean – cliquez ici