image_pdfimage_print

« Passer sur l’autre rive » est une prédication pour une confirmation, basée sur le texte de Marc 4, 35 à 41. Merci à Evelyne Schaller; pasteure, pour ce partage. Le lieu de culte a été préalablement décoré avec des bandelettes de papier crépon bleus sous les chaises des jeunes confirmés. Des coquillages éparpillés évoquent le bord du rivage. A la fin de la prédication, une petite trousse transparente contenant un petit tableau peint en bleu pour sa moitié mer et avec du sable collé pour sa moitié rivage. Des coquillages complètent la trousse, type trousse de maquillage.

Prédication : Chers confirmands,

Je vous invite maintenant à regarder parterre ! Quelle décoration étrange, avez-vous du vous dire ?? Et encore, j’aurai pu imaginer pire !! Du papier crépon forme sous vos pieds comme des vaguelettes d’eau. Parce que je vous imagine au bord d’un rivage, encore un peu sur le sable, mais déjà, imaginez un instant, l’eau mouiller vos pieds ! Ce matin, nous nous souvenons d’abord de votre baptême ! Là il ya déjà eu un peu d’eau ! Vos parents, parrains et marraines vous ont accompagné vers cette eau de baptême. Et L’eau est de toute importance dans la bible, vous le savez ! Il y a des histoires dans l’ancien et dans le nouveau testament, qui parlent de mer, de fleuve de lacs, de bateau, de poissons, de puits de sources… C’est au bord du lac que Jésus a enseigné ; c’est au bord du lac qu’il a rencontré des personnes qui, soudain, en l’écoutant, se sont posées des questions sur le sens de leur vie. C’est aussi au bord de l’eau (ou au désert) que Jésus se retirait pour pouvoir prendre du recul, se reposer .C’est aussi au bord du lac  que Jésus a dit un jour à ses amis : embarquons et passons de l’autre coté du lac.

Chers confirmands,  vous êtes ce matin, les pieds dans l’eau, en souvenir de votre baptême, mais surtout en situation de passer de l’autre côté !! Car ce bord du lac, cette rive bien dessinée, encore stable, bien que le sable indique déjà ce sol un peu mouvant, incertain, c’est un peu ce moment de la vie dans lequel vous vous situez. Vous êtes sur une terre encore relativement ferme, avec les repères qu’on vous a donné, des traces de pas, des chemins, des panneaux qui indiquent des directions, des recommandations, des maisons connues,  des paysages familiers, des personnes de confiance qui vous accompagnent chaque jour. C’est le rivage de votre enfance ! C’est  le lieu de la transmission : bien balisé, marqué par les repères que vous avez reçu de vos parents, de vos enseignants,….de votre pasteure,…

Mais là, il va falloir se mouiller les pieds : je pourrais vous inviter à vous déchausser. Vous êtes à la limite du sec, du confortable, du connu, et la limite de l’eau, de la difficulté, de l’inconnu, du mouvant : c’est la position de l’adolescence.Et là, se prépare la traversée du lac ! Entre solide et inconnu, entre acquis et à apprentissage entre doute et foi !

Dans cette histoire que nous venons d’entendre, les amis de Jésus se trouvent soudain submergés ! Ce sont pourtant les plus solides. Les plus proches de Jésus : des disciples. Ils ont écouté, suivi, appris encore et encore la confiance en Dieu. Ceux-là qui auraient dû avoir trouvé le sens et pourtant, ils sont comme vous, comme nous : comment vivre cette confiance de traverser et de savoir que Dieu sera là au cœur de toutes nos tempêtes ? Et comme eux autrefois, ils sentent qu’il va falloir affronter les tourbillons, l’inconnu, la profondeur des choses, ils sont hésitants, au bord du lac ; « passons de l’autre coté », dit-il

Il nous faut à tous et à toutes, un jour, quitter un rivage connu. Aujourd’hui cette fête marque un de ces rivages. Jésus est celui qui vous invite à traverser : «  Embarquons  et passons de l’autre coté; Allons sur l’autre rive ». Celui qui vous a accueilli au jour de votre baptême, est déjà dans la barque ; il vous y attend pour traverser le lac de l’adolescence, en général, mais surtout le lac de l’adolescence de votre foi, et vous invite à aller vers l’âge adulte de cette foi ! Oh pas tout de suite ; la traversée est souvent longue, elle rencontre des tempêtes pleine de  doute, mais aussi des plages de foi, des filets vides, des déceptions et des filets qui se remplissent de joie et d’abondance, dans la confiance et la foi.

Peut être qu’il vous donnera une direction de route, un cap, que vous n’aviez pas imaginé, ou pas osé prendre. Il vous encouragera à persévérer, même si vous êtes désespéré, démotivé, un peu perdu ! Et certains jours, lorsque les vagues de la vie se feront plus fortes, et que vous aurez peur que Dieu ne soit pas là, ou qu’il ne voit ou ne s’intéresse pas à votre détresse, tournez vous vers sa Parole !  Puisez dans votre verset de confirmation, mettez-vous au large dans sa Parole et n’oubliez jamais votre parole : celle de la prière et celle du chant.

Oui cher confirmands, vous êtes là, les pieds dans l’eau, au bord de votre lac, celui de votre adolescence et de votre foi, avec vos croyances et vos questions, il y a une barque, celle de la foi, avec Jésus à bord. Dieu, en lui, vous fait confiance, à vous ! Il a confiance en vos possibilités, en vos capacités, en vos dons, ceux qu’il vous a confié personnellement. Il vous invite à franchir l’autre côté,  à quitter un peu le sable, mais savoir que dans ce sable il y a des traces de pas, les siennes, avec vous ou souvent à votre place, pour vous accompagner et même parfois vous porter. Il est aussi dans l’eau : l’eau calme et l’eau des tempêtes Et dans la confiance qu’il vous accorde il peut aussi dormir tranquillement ! mais : il est à l‘arrière du bateau !

Je voudrai pour votre confirmation, en cadeau symbolique,  vous remettre un petit étui qui contient ce sable du rivage, où Dieu vous à porté et ce petit bout de mer où Dieu vous accompagne toujours et encore.

Recevez cette invitation aujourd’hui : « Passons sur l’autre rive » osez des rêves, des désirs, des utopies, parce que Dieu vous aime comme vous êtes et bien plus que vous ne pouvez comprendre. Allez, pieds nu dans l’eau, car aujourd’hui Dieu vous donne son Esprit, sa Parole et sa bénédiction. Gardez les au fond de votre cœur et dans les traversées, tranquilles ou mouillés, méditez cette parole, restez fort de sa bénédiction et grandissez, ouverts vers cette autre rive, dans la foi, la confiance, l’amour et l’espérance. AMEN

Crédits : Evelyne Schaller