image_pdfimage_print

Préparons

  • un tombeau fermé par une pierre selon la photo (matériel : 2 assiettes en carton, 1 attache parisienne et des craies grasses)
  • autre proposition  cliquer ici 

Lisons Marc 15,21-47 : La mort de Jésus

 

Comprenons

« On déposa le corps dans un tombeau qui avait été creusé dans le rocher. Puis on roula une grosse pierre pour fermer l’entrée du tombeau. »

Voilà Jésus enfermé derrière un rocher, une lourde pierre.
L’horizon de sa vie est bouché à jamais semble-t-il.

Noir – silence – solitude.

Dans nos vies, nous pouvons aussi nous sentir enfermés.

Notre horizon aussi peut nous sembler sombre.

Nous pouvons nous sentir bloqués à jamais dans une situation difficile.

Pour Jésus le cadre est limité, oppressant.

L’air se fait rare.

Ses pieds sont cloués au sol.

Ainsi en ce Vendredi Saint ce verset résonne comme jamais dans nos vies parce que nous sommes confinés.

Vendredi Saint, c’est Jésus qui souffre, qui meurt et qui est mis au tombeau.

Il vient nous rejoindre dans nos vies.

Il nous rejoint dans la souffrance, il nous rejoint dans tout ce qui nous enferme.

C’est pourquoi nous pouvons prier…

Prions

Seigneur, tu me connais, tu sais ce que je vis.

Aujourd’hui je te remets tout ce qui est dur pour moi dans la situation actuelle. (silence)

Je te remets les personnes qui me manquent. (silence)

Je te remets les choses et les activités que j’ai hâte de retrouver après…. (silence)

Je te remets ce qui se passe entre les 4 murs de nos foyers… et plus particulièrement ce qui est lourd et étouffant, sombre. (silence).

Aujourd’hui alors que nous nous faisons mémoire de ta mort, nous voulons prier pour ceux qui sont en fin de vie et pour tous ceux qui sont en deuil.

Nous voulons aussi prier pour ceux qui n’ont pas pu organiser des funérailles pour leur disparu à cause de la situation sanitaire. Au moment de la mort de Jésus aussi, les femmes aussi n’ont pas pu embaumer le corps de Jésus à cause des fêtes de la pâque juive.

Seigneur, merci de venir nous rejoindre à tous les endroits où nous nous sentons enfermés.
C’est ainsi que nous déposons cette tombe fermée dans notre jardin de Pâques. Amen

Déposons

Le tombeau dans le jardin

Écoutons et chantons

« Vous qui ployez sous le fardeau » (Avec la dernière strophe composée pour notre situation)

  1. Vous qui ployez sous le fardeau, Vous qui cherchez le vrai repos,

Refrain : Ne craignez pas pour votre corps, Ne craignez pas devant la mort, Levez les yeux vers le Seigneur, Criez vers lui sans perdre cœur !

  1. Vous qui tombez sur le chemin, Le cœur blessé par les chagrins, Refrain.
  2. Vous les confinés dans vos foyers, Vous les soignants qui nous sauvez, Refrain.

Crédits : Isabelle Horber et Elise Frohn (UEPAL) – photo : Jonas Horber et Elise Frohn