image_pdfimage_print

Voici un chœur parlé pour 4 personnes sous forme d’un miroir négatif de la création… Auteur : Frédéric Gangloff

c'est la fin

 

 

 

 

 

A Vers la fin, l’humain détruisit le ciel pour voir si Dieu y était !

B Comme s’il ne savait pas qu’il avait peu de chance de l’y trouver !

C Et pourtant la terre n’était pas trop moche, presque belle…

D En tout cas avant que l’esprit de l’humain ne plane sur elle !

A Et qu’il ne resta qu’à la surface des choses et des cœurs…

B Et l’humain dit : Que la transparence soit et la transparence fut le début de nos peurs !

C Et l’humain adora la transparence !

D Et il devint l’humain sans consistance.

A Et il n’y eut pas de soir ni de matin

B Et surtout plus de Dimanche, car il faut trimer, au 7ème jour avant la fin…

C Et l’inconsistant dit : « Les politiques ont toutes échouées, pour qui je vais bien pouvoir voter, faut vraiment vouloir y croire…

D Tiens et si j’essayais ceux qui ne sont jamais arrivés au pouvoir.

A De toute façon, ils nous disent toujours qu’ils ont retenu les leçons,

B Mais il faut croire qu’ils ont une mémoire de poisson.

A Nous sommes loin d’être cons !

B On y croit plus à leurs promesses ! Et il n’y eut pas de soir et pas de matin,

C Au 6ème jour avant la fin…

D Et l’humain sans consistance dit : « Je ne peux plus faire confiance à personne. Chacun est un danger pour moi et pour mes enfants.

C Avant on connaissait son ennemi, maintenant chaque humain dans la foule est une bombe à retardement.

D Et il n’y eut pas de soir et pas de matin,

A Au 5ème jour avant la fin…

B Et l’humain se dit : « Je suis de plus en plus angoissé, stressé, oppressé.

C Heureusement qu’il y a toutes sortes de drogues pour fuir cette morosité,

D Cette absence de projet, d’espérance, de solidarité

C Cette vie de merde… Plutôt crever !

A En attendant, il ne me reste plus qu’à consommer !

B Et il n’y eut pas de matin

A Et pas de soir, au 4ème jour avant la fin…

C Et l’humain avec un grand H, mais toujours aussi transparent dit : « Il faut constituer une nouvelle religion,

D L’une de celle qui nous liera enfin ensemble comme une grande nation

A Qui nous débarrassera de toutes ces anciennes reliques en ISME,

B Tiens ! Pour changer ! On la nommera laïcisme !

A Et il n’y eut pas de matin

B Et pas de soir, au 3ème jour avant la fin…

C Et finalement le grand H transparent dit : « Donnons-leur des images à adorer, des pièces et des billets à vénérer ;

D Le flous, le fric, le pognon pense comme nous pensons,

A Sent comme nous sentons

B Parce qu’il a l’odeur du gain,

A Qu’il hait comme nous haïssons et tue comme nous tuons. Ça il le fait bien !

C Et il n’y eut pas de matin

D Et pas de soir, au 2ème jour avant la fin…

A Au dernier jour, il n’y eut plus de second tour,

B Car le climat était devenu particulièrement malsain, un vrai four !

C Sans compter qu’il avait largement dépasser les fameux trois degrés.

D Encore des mensonges et des chiffres trafiqués.

A L’humain n’existait plus depuis fort longtemps, tellement transparent et inconsistant sur la fin…

B Il a été remplacé par une nouvelle race particulièrement bien adaptée à tous les changements : l’inhumain.

C Et pendant ce temps Dieu vit ce que l’inhumain avait défait…

D Plus de soir, que la nuit et encore moins le matin…

C Cela valait-il la peine de le laisser libre de son destin ?

D « Et pourtant si c’était à refaire, je ferai de même » dit-il non sans pleurer !

A N’avait-il pas dit, il y a fort longtemps, en un royaume fort lointain : « Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix,

B Mais je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Ne soyez pas inquiets, ne soyez pas effrayés. »

C Car heureux ceux qui créent la paix sans honte

D Autour d’eux et en eux même à la fin du monde

A Car Dieu les enverra planter des pommiers

B Et Même si les poires risquent de pousser !

C Ces artisans feront tout pour qu’il y ait encore un soir et un matin

D Et cela commence par nous ; c’est dans nos mains !

Frédéric Gangloff