Culte de Rameaux avec catéchumènes : Mon vêtement pour Jésus

Voici un culte pour tous les âges, préparé avec des catéchumènes pour les rameaux.

A préparer : Un bon nombre de modèles de vêtements en tissus ou en papier à distribuer lors du culte, ainsi que des tissus en grand à mettre par terre.

 

 

Accueil

Nous tous qui sommes ici, souvenons-nous que nous sommes tous, frères et sœurs, invités au même festin.

Pauvre ou riche, jeune ou vieux, malade ou bien portant,
triste ou joyeux, à nous tous sont données:
la vie, la joie et la paix en Jésus-Christ.

(silence )

Nous vous invitons à chanter le chant :

51/10, 1.2.3.  Laisse nous Seigneur (page 826)

Deux ouvriers sur les remparts de Jérusalem.

Personne 1 : (lu par …. )

Personne 2 : (lu par …. )

Personne 1 :

Vite, il arrive. Je l’ai vu sur un âne,

il est juste devant le portail de la ville.

Vite, allons-y.

Personne 2 :

Qui est-ce ? Qui est devant la porte ?

Personne 1 :

Celui qui sait changer le monde.

Celui qui sait nous aider.

Celui qui vient au nom de notre Dieu.

Viens, vite dépêchons-nous !

Personne 2 :

Tu es fou !

J’ai travaillé toute la journée pour réparer ce rempart. Je suis plein de mortier. Tu ne crois pas que je vais l’accueillir comme cela !?

Personne 1 :

Bien sure que si !

Des taches sur ton habit parlent bien de toi. Tu y vas tel que tu es. Tu n’as rien à cacher.

Personne 2 :

Ce n’est pas poli, tu sais !

Personne 1 :

Mais c’est honnête. De toute manière il n‘y a pas de temps à perdre. Alors, viens !

Narratrice: (lu par …. )

Ce jour là, encore, beaucoup d’autres personnes sont allées voir. Ils venaient tel qu’ils étaient. Leurs vêtements parlaient de ce qu’ils étaient en train de faire. Ils portaient sur eux la poussière de la rue ou l’odeur du repas, qu’ils étaient en train de préparer, ou celle des animaux avec lesquels ils vivaient.

Sous chaque tunique se cache une histoire, une personne, un vécu. Et voici tous ensemble pour accueillir le Seigneur qui arrive.

Louange (lu par …. )

Ensemble pour chanter, nos voix se sont accordées,

Nos cœurs le sont aussi. On est unis. 

Ensemble pour trouver des routes d’amitié

Où l’on peut s’écouter et se confier. 

Ensemble pour aimer, pour apprendre à regarder

La détresse et la faim de nos voisins.

Ensemble pour changer ce monde au cœur blessé,

Où l’on saura s’aimer et vivre en paix.

Ensemble nous venons vers toi Seigneur,

Pour t’accueillir,

Car tu nous accueilles tel que nous sommes,

Pour t’offrir nos vies,

Que tu connais si bien, 

Pour poser devant toi tous nos fardeaux

En reconnaissances pour toutes les fois

où tu es venu à notre aide.

Alléluia, Amen 

(silence)

Nous vous invitons à chanter le chant :

21/19, strophes 1 et 2  Seigneur, nous arrivons des ….

Narratrices : (lu   par … )

Quand les gens étaient venus ensemble, pour accueillir le Seigneur, ils se rendaient compte qu’ils ne savaient pas comment l’accueillir. Ils étaient venus tels qu’ils étaient. Ils n’avaient rien prévu. Alors comment faire ? Ils étaient plein d’attente et plein de reconnaissance vis-à-vis de lui, mais comment lui montrer ?

Alors les premiers ont commencé à arracher les branches des arbres pour décorer la rue.

Puis, il y a eu des gens qui ont enlevé leurs tuniques, une sorte de cape qu’ils portaient au dessus de leurs robes, et à les mettre sur le sol.

Comme s’ils voulaient  préparer un tapis pour le roi du monde qui arrivait.

Pour qu’il ne marche pas dans la poussière, pour que même son âne sur lequel il est assis ne marche pas dans la poussière.

lu par : …..

Mais ce n’est pas un tapis comme les autres, ce n’est pas le tapis rouge qu’on met pour les princes et empereurs, c’est un tapis fait par des tuniques, un grand patchwork de leurs histoires et de leur vécu.

Voici qu’ils soumettent devant Jésus

Leur joie

Leur angoisse

Leurs attentes

Leurs espérances

Leur honte par rapport aux échecs de leurs vies

Leur limite

Leurs fardeaux

… en bref

Tout ce qu’ils portaient avec eux.

(silence)

Nous vous invitons à chanter le chant : 33/34 Hosanna au plus haut des cieux

Les enfants mettent des tissus sur le chemin, c’est à dire dans le passage entre les bancs du temple :

Offrande I

Action : (lu par ….. )

Vous avez reçu une tunique, symbole de votre vécu.

(montrer un exemple de tunique)

 

 

 

 

 

Je vous invite  à la déposer sur le chemin ou de demander à un enfant de le faire à votre place.

(Musique)

Les enfants prennent les tuniques et les déposent sur le chemin (accrocher sur un support de liège ou de carton) :

 

 

 

 

 

 

Prions : (lu par …..

Nous vous invitons à la prière.

Nous voici, avec notre vécu et tel que nous sommes.

C’est tout ce que nous pouvons t’offrir.

Voici le patchwork de notre diversité.

Voici le patchwork de notre vie.

Nous comptons sur ton regard d’amour

Nous avons confiance en ta puissance face à nos faiblesses,

nous te confions nos vies, pour qu’elles deviennent les tiennes,

Pour qu’avec ton aide, elles servent pour le bien et non pour le mal,

Pour qu’ainsi ton Royaume commence avec nous.

Amen

Lecture  Mathieu 21, 1 – 11

1Jésus et ses disciples approchent de Jérusalem. Ils sont près de Bethfagé, vers le mont des Oliviers. Alors Jésus envoie deux disciples, 2en leur disant : « Allez au village qui est devant vous. Là, vous verrez tout de suite une ânesse attachée avec une corde, et son petit âne avec elle. Détachez-la et amenez-les-moi. 3On va peut-être vous dire quelque chose, vous répondrez : “Le Seigneur en a besoin.” Et on les laissera partir tout de suite. »

4Ainsi se réalise ce que le prophète a dit de la part du Seigneur :

5« Dites à la ville de Sion :

Regarde ! Ton roi vient vers toi ! Il est plein de douceur. Il est monté sur une ânesse et sur un ânon, le petit d’une bête qui porte des charges. »

6Les disciples partent et ils font tout ce que Jésus leur a commandé. 7Ils amènent l’ânesse et l’ânon. Ils posent des vêtements sur eux, et Jésus s’assoit dessus. 8Beaucoup de gens étendent des vêtements sur le chemin. D’autres coupent des branches d’arbres et ils les mettent sur le chemin. 9Les foules qui marchent devant Jésus et celles qui le suivent crient : « Gloire au Fils de David ! Que Dieu bénisse celui qui vient en son nom ! Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! »

10Quand Jésus entre à Jérusalem, toute la ville est bouleversée. Les habitants demandent : « Qui est cet homme ? » 11Les foules répondent : « C’est le prophète Jésus, de la ville de Nazareth en Galilée. »

Méditation: (lu par ….      )  Texte Mathieu 21. 1-11

Méditons sur les paroles de Dieu.

Ce jour, Jésus avait accepté de prendre ce chemin vers Jérusalem.

Il a traversé le portail sur le tapis des tuniques mises par terre.

Il y était allé au nom de tous ceux qui lui avaient prêté leurs vêtements.

Car en vérité, c’est ainsi qu’ils ont confié leurs vie à la sienne,

qu’ils ont lié leurs destin à son destin.

Quelques jours plus tard,  Jésus devra mourir, seul sur la croix.

Les soldats joueront pour  voir qui gagnera ses vêtements.  Jésus, sur la croix, sera dérobé.

Mais en vérité,  il porte les vêtements de chacun,  les vêtements de ceux qui avaient confiance en lui et en sa mission.

Une autre fois il avait dit :

« Je suis le chemin, la vérité et la vie … »

Ce jour là, à Jérusalem,  quand les gens sont venus pour l’accueillir  et lui ont  préparé le chemin, Jésus a continué son chemin et leur a montré ce que veut dire être « le chemin » :

En prenant avec lui nos attentes, nos besoins et tout notre être, pour nous donner une nouvelle vie et une nouvelle  espérance.

Au bout du chemin il n’y avait pas la croix, ni les soldats qui jouaient pour gagner les vêtements d’un condamné,

mais à la fin,  il y a la lumière de Pâques, de Jésus ressuscité, ressuscité au nom de tous ceux qui avaient partagé leur histoire avec lui.

L’église devrait être cela :

Des gens qui partagent leur vie comme les gens à Jérusalem ont mis leurs vêtements en commun,

Pour accueillir ensemble Jésus Christ, celui qui nous a montré que l’amour de notre Dieu est plus fort que tout, même plus fort que la mort.   Amen

(Silence)

Nous vous invitons à chanter le chant : 

44 / 16 , 1.2.3.  A toi nos coeurs  (page 674)

Annonces (Adulte)

Offrande II

Prière (lu par … )

Dieu notre père,

Nous voulons te remercier,

Car tu croises nos chemins et tu viens à notre rencontre.

Envoie-nous pour rencontrer les autres que nous côtoyons sur nos chemins. 

Aide nous à leur tenir la main, quand ils ont du mal à avancer,

Aide nous à être attentif à  l’autre.

Montre-nous comment  être une aide et non un obstacle sur la route vers ton royaume.

Nous voulons te remercier pour Jésus qui a osé prendre un chemin plein de risques et de souffrances pour le bien de tous.

Aide nous à ne pas reculer, devant nos missions et difficultés

mais à espérer que pour chacun de nous, au bout du chemin,  il y ait Pâques, une nouvelle vie, et non la désespérance.

Nous vous invitons à prier ensemble « Notre père ».

Notre Père

Bénédiction    (Adulte)

Chant :    62 / 84 , 1.4.   Seigneur garde nous (page 1009)




Prière du Soir avec Jonas

 

 

 

Prière du soir

– Musique pendant qu’on s’installe en cercle (sur des chaises).

– Chants

– Chacun reçoit une branche verte + une branche desséchée.

– Silence

La branche verte me fait penser au ricin de Jonas. Quand il était sous son ricin il a loué Dieu et il l’a remercié pour tout ce qu’il lui a donné.

Avec notre branche dans la main nous pouvons penser à tout ce pourquoi on aimerait dire « merci » à Dieu.

Si vous avez quelque chose en tête pour laquelle vous voulez dire « merci » à Dieu, vous vous levez et vous mettez votre branche verte au milieu du cercle.

Tu peux penser à ce qui t’a plu aujourd’hui, ce qui était agréable, ce que tu est content de l’avoir vécu.

Silence

« Seigneur, merci pour tout ce que nous avons pu vivre ensemble aujourd’hui. Merci pour l’amitié, le beau temps… ». Amen

L’autre branche, la branche desséchée me fait penser au ricin de Jonas le lendemain. Là Jonas se fâche.

Avec notre branche desséchée dans la main je vous propose de penser à quelque chose que vous regrettez de cette journée, par exemple à des paroles dures que vous avez dites à quelqu’un d’autre, des mots blessantes que quelqu’un vous a dit et que vous aimeriez oublier au plus vite, des moments où vous ne vous êtes pas sentis à l’aise.

Quand vous pensez à quelque chose vous pouvez prendre votre branche et le jeter derrière vous.

Silence

« Seigneur, nous avons pensé à des moments difficiles de notre journée. Nous te demandons « pardon » pour ce que nous avons fait et ce que nous regrettons. Pour les moments difficiles de la journée nous te demandons de nous aider à ne pas rester fâchés les uns contre les autres.

Tu nous aimes, comme tu as aimés tous les habitants de Ninive.

Sûr de ton amour nous voulons terminer notre journée en te demandant une nuit paisible et reposante.

Amen




Un noël à Strasbourg

« Un noël à Strasbourg » est un texte de la plume de Débora Mistretta (UEPAL). Le texte peut être lu  sous forme de prière ou joué  sous forme de tableau vivant durant la lecture. Il peut aussi être utilisé en guise de remise en question ( confession des pêché),  précéder une prière , ou servir de pièce de noël.

Scène  : Noël en ville.  Sur la scène : plusieurs personnes , des enfants de 7 ans à 11 ans. Ou des catéchumènes

  • Une maman,un papa et leurs enfants regardant autour d’eux le marché de Noël.
  • Un homme d’affaire au téléphone
  • Un homme avec beaucoup de paquets cadeaux à la main
  • Un mendiant
  • un vieillard
  • des marchands
  • Un étudiant
  • Un salutiste (Armée du Salut avec cloche)

MUSIQUE: “ Joy to the word the lord is come ” La chorale chante une chanson traditionnelle de Noël et diminue  doucement de ton lorsque le texte commence et que les gens rentrent doucement sur scène…

Clara : Bonjour! Enfin, plutôt, bonsoir tout le monde! Je viens d’un autre pays, pays où l’on ne se dit pas “Joyeux noël”. J’aimerai bien pouvoir dire un jours “Joyeux noël”, mais pour dire joyeux noël; il faudrait que je puisse savoir ce que c’est “noël” et aussi s’il est joyeux..

Un Noël à Strasbourg …

En voix off le texte est raconté.

« Strasbourg, capitale de Noël »Voilà ce qui est noté à l’entrée de ce célèbre marché de cette fière Strasbourg, ville lumière.

Alors, je suis partie m’y promener, je suis allée y faire un tour, un petit tour au marché de Noël. Comme il était noté « ville de Noël », je me suis mise à chercher Noël.

J’ai vu de grandes illuminations, des lumières colorées,

J’ai vu des gens parlant différentes langues,

J’ai senti l’odeur du pain d’épice, du vin chaud,

J’ai entendu le son de la flûte et de l’harmonica…

J’ai vu les papas, les mamans, les vieillards, les enfants, les étudiants, les touristes, les marchands…

J’ai senti, j’ai vu, j’ai entendu .

Et là, je me suis demandé : où est Noël ?

J’ai aussi vu le regard mal à l’aise des passants face aux sans abri demandant une pièce.

J’ai entendu le bruit des pièces dans le portefeuille des parents qui pensent ne pas pouvoir offrir un bon Noël à leurs enfants, j’ai entendu dire « joyeux Noël ».

“ Joyeux Noël, Joyeux Noël, Joyeux Noël. ”

Qui est joyeux? Qui est Noël?

Où sont les sourires, les cheminées chaudes et chaleureuses, les tapis rouges, les cadeaux scintillants sous les sapins, et la dinde appétissante?

J’ai trouvé! Dans les pubs! c’est dans les pubs! Dans les films, dans les panneaux publicitaires, dans les vitrines et magazines.   

J’ai vu les étudiants angoissés par leurs examens,

J’ai vu les adultes surmenés par toutes ces préparations,

J’ai vu les gens seuls,

J’ai vu les gens tristes d’être seuls,

J’ai entendu les disputes autour de la dinde,

J’ai vu les infirmiers, les pompiers, les cuisiniers, les pasteurs, les médecins travailler.

Où est Noël ?

 




Lumière où es-tu ?

« Lumière  où es tu? » est une  belle proposition de chœur parlé de Débora Mistretta (UEPAL). Ce texte peut être utilisé en guise de remise en question ( confession des pêché) et précéder une prière ou être une pièce de noël, narration Biblique. Lu ou joué. L’intérêt de la scène est de partir d’un fait de société pour aller vers l’annonce de l’Évangile.

Personnages : Une femme – Un homme  – Un journaliste  – Un jeune   – Un enfant

Les acteurs arrivent sur scène avec les personnages, et son histoire. Comme s’ils étaient face à une caméra, face au monde, face à Dieu. Concernant la mise en scène, ils sont assis comme dans une salle d’attente et chacun, à leur tour, s’avancent face au public pour parler.

Le chœur : Phrase qui peut être narrée, chantée, dictée, accompagnée d’un son musical comme l’orgue ou autre.

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, ce sont là de bien grands mots, pour un si petit  monde où chacun fait son nid.

Une femme « Je suis fatiguée, fatiguée de ces gens qui cours et cours partout, je suis fatiguée de ce temps qui passe ».

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, tu es bien connue, mais dis-moi, t’ai-je déjà rencontrée ?

Un homme «  Je n’ai pas le temps »

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, dans le monde tu dis tu es, je t’ai cherchée, je ne t’ai pas rencontrée, où es-tu ?

Un jeune  «  Que voulez-vous que je vous dise, je dois bosser, étudier, c’est comme cela, je n’ai pas le temps pour vos bêtises. Je dois continuer à avancer, peu importe les circonstances. Nora est enceinte, elle veut garder le petit. Et moi, et bien, je ne sais pas. Je n’ai pas grand-chose à dire de toute façon. C’est mon enfant, mais c’est son corps et puis, moi, je suis le père, et, je suis seul . »

Le chœur Oh, lumière et paix dans le monde, ce sont là de bien grands mots, pour un si petit monde où chacun fait son nid.

Un journaliste «  Ville détruite, ville bombardée, suicide, mort à annoncer, débats à continuer,  je ne dirai pas que le monde va mal, je dirai juste, j’ai besoin d’un café »

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, tu es bien connue, mais dis-moi, t’ai-je déjà rencontrée ?

Un enfant «  Papa s’est fâché avec maman. Maman pleure. Je ne sais pas pourquoi. Maman m’a dit d’aller dans la chambre de mon frère, mais il joue à l’ordinateur. Alors j’attends, et je voudrai consoler maman ».

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, dans le monde tu dis tu es, je t’ai cherchée, je  ne t’ai pas rencontrée, où es-tu ?

Lumière, ténèbres.

Une lumière n’a jamais autant brillé que dans l’obscurité.

«  Emmanuel » , Dieu est avec nous. Lorsque le vent souffle et que la pluie tombe, tu as toujours le choix d’allumer  ta bougie ou de la laisser, seule, éteinte. Ne la garde pas seule pour toi, car un feu réchauffe plus qu’une simple flamme.

Oh lumière ou es-tu ? Tu es avec nous «  Emmanuel » , Dieu est avec nous. Tu ne nous promets pas que tous les jours soient bonheur et gloire, mais tu nous donnes ta paix, ton Espérance, ton amour. Ce sont là de bien grands mots. Seuls ils ne sont que paroles envolées. Ensemble, ils déguisent de leurs plus beaux vêtements, de leurs plus belles couleurs. Ensemble, ils prennent vie par la prière, la communauté et le partage. Oh lumière où es-tu ?

Tu es la « Emmanuel », Dieu est avec nous.

Crédit : Débora Mistretta




Inviter – chant

Inviter, inviter, vous voulez m’inviter ?

Inviter inviter, à fêter Noël avec vous.

Les bergers, Jésus, Joseph et Marie

Les anges, les mages et tous ceux-ci

Ils parlaient vrai, ils parlaient Dieu

Un seul ennui, tout ça c’est vieux,

Mais cherche à mieux comprendre, viens avec nous l’attendre,

Ton Dieu s’est fait enfant, C’est NOEL maintenant.

 

Invité, invité, oui tu es invité

Invité, invité à fêter Noël avec nous

Entre sapins, guirlandes et tout ceci,

Ce serait triste qu’on l’oublie

Deviens prophète pour notre temps

Lève-toi  et marche car il t’attend

Viens chercher à mieux comprendre

Viens laisse-toi surprendre

Ton Dieu s’est fait enfant, C’est NOEL maintenant

 

Inviter, inviter, oui nous vous invitons

Inviter, inviter, à fêter Noël avec nous.

Nous, vous, toi et moi,

Nous n’aurons plus peur, Il est là

On dansera, on chantera, parce qu’il nous aime on aimera

Oui cherche à mieux comprendre, viens avec nous apprendre

Ton Dieu s’est fait enfant, c’est NOEL maintenant

Daniel Priss

partition du chant ici Inviter – partition




Notre Père qui es facétieux

Notre Père

qui es facétieux,

que ton rire soit débridé,

que ton sourire vienne,

que ton hilarité rayonne sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre blague de ce jour.

Pardonne-nous notre humour noir, comme nous pardonnons aussi à ceux  qui se prennent trop au sérieux.

Et ne nous laisse pas entrer en dérision, mais délivre-nous de la rigidité.

Car c’est à toi qu’appartiennent la joie, l’exubérance et l’humour, pour les siècles des siècles, amen.

Crédit : Comité de rédaction du Consistoire d’Ingwiller, UEPAL.