Chorégraphie sur le Psaume 139

Le psaume 139 parle aux enfants. Une amie danseuse a imaginé un travail chorégraphique assez simple, en faisant appel à des gestes du quotidien. Ce psaume a d’abord été lu, puis dansé avec Morgane et les « petits loups » âgés entre  5 et 10 ans. Pour  marquer l’espace nous avons placé une bande bleue découpé dans du crépon et scotché en diagonale à travers la salle. Les enfants on travailler 2 heures et répété la chorégraphie juste avant le culte. Animation restituée par Evelyne Schaller, pasteure Uepal

PSAUME 139

Seigneur Dieu qui est

Tu lis dans mon cœur,

Quand ca va, quand ca ne va pas, Tu le sais

Tu sais où je vais, où je dors

Tu lis au plus profond de moi

Tu es le compagnon de toutes mes routes

Je n’ai pas commencé à parler

Que déjà tu avais compris ce que je voulais dire

Je suis enveloppé de ta tendresse

Sur mon épaule, se pose ta main, douce et ferme

Comment ferais-je pour me séparer de toi ? Ou devrais-je m’enfuir pour ne plus voir ton visage ?

Je vais au plus haut des cieux, et tu es là !

Je cours au plus profonds de la terre et tu es là

Je prends les ailes du soleil qui se lève

Je m’installe aux extrémités des mers

Là encore, c’est ta main qui me conduit

Cette main si tendrement posé sur moi.

Car c’est toi qui as eu cette idée que j’existe

C’est toi qui as brodé les plus petites cellules de mon corps

C’est toi qui m’as tissé dans le ventre de ma mère

Je suis tout ébloui par ce grand mystère

Je suis une merveille et une si belle aventure !

Et ce que je suis vraiment, toi tu le sais !

Car mon mystère est transparent pour toi, Car tu étais là lorsque je fus conçu dans le secret du désir

Et pétri avec la poussière des étoiles.

Chorégraphie  à partir du psaume 139 – Musique : Berlin de The Piano Guys   -Temps : 3 minutes 56 secondes

Matériel : cœurs en plastique rose selon le nombre des enfants, ballon cœur gonflé à l’hélium, panier (pour accrocher le ballon ; ce panier peut être remplis de ceours en papier qui seront distribués à la fin aux membres de l’assemblée cultuelle), ligne marquée par une bande de papier crépon bleue collée au sol pour former une diagonale partant du fond

Explication des temps d’expression dansée :

5×8 temps : une marche. Toutes les possibilités de marche sont acceptées. Marcher en avant ou en arrière, marcher lentement ou rapidement, sur le rythme de la musique ou contre celle-ci.

2 temps : salut avec la main

1×8 temps : marche

1×8 temps : arrêt. C’est un stop, on reste immobile, pieds joints.

1×8 temps : geste du quotidien. On fait un geste qu’on répète pendant ce moment-là. Le mouvement est un geste qu’on fait tous les jours. Comme par exemple : se coiffer, se laver, bailler, s’habiller, se brosser les dents.

1×8 temps : marche.

1×8 temps : arrêt.

1×8 temps : geste du quotidien.

1×8 temps : marche.

1×8 temps : arrêt.

1×8 temps : geste du quotidien.

1×8 temps : on récupère les cœurs dans un panier, des contacts se forment en allant former un cercle. Contacts : on se touche, on se cogne doucement, on se frappe une main, on touche une épaule avec son épaule,  pour ensuite former un cercle qui est placé dos au public.

1×8 temps : on se tourne face public et on montre le cœur en plastique que chaque enfant a dans sa main.

1×8 temps : le danseur le plus expérimenté (ou l’animateur) prend  le ballon-cœur qui est accroché au panier et le donne aux petits danseurs. Il part en diagonale du groupe.

3×8 temps : il entame un solo au sol, en ayant le regard projeté vers le groupe des petits danseurs qui l’observent. Les petits danseurs lâchent le ballon.

1×8 temps : course des petits pour se mettre sur la diagonale en commençant au fond de la scène.

4×8 temps : notion d’équilibre. Les enfants jouent sur la ligne de papier bleue qui marque la diagonale. Ils marchent en avant ou en arrière comme s’ils étaient sur un fil. Des mouvements de bras cherchant l’équilibre sont le plus souvent pratiqués par les enfants. Néanmoins les deux jambes ne sont pas forcément sur le fil (la ligne), une jambe ou toutes les deux peuvent être en l’air.

5×8 temps : jeu de contrepoids. On donne son poids à l’autre. On se laisse tomber dans les bras de l’autre. On porte quelqu’un pendant son saut, on porte quelqu’un sur son dos ou ses épaules. C’est un moment de complicité à deux.

1 temps : chute douce sans se faire mal.

5×8 temps : mouvements au sol. Beaucoup de douceur est attendue à ce moment là. On danse avec des ailes, en étant légère et gracieuse. Pour aider les enfants dans leur recherche du mouvement, on leur donne des mots. Par exemple : dansez comme si vous étiez des anges, des plumes. Caressez le sol. Soyez doux avec vous-même.

1 temps : chandelle pour se relever.

5×8 temps : mouvement des feuilles des arbres. Des balancés de bras et de jambes se font. On découvre le monde. C’est une approche libre et très personnelle, c’est chacun qui le ressent de sa propre manière. Rien n’est faux.

1×8 temps : se remettre en cercle assis au sol pour chanter.




Prière avec des pierres

Prière de repentance et pardon  avec des pierres  proposée par Virginie Moyat, EPUdF Poissy

 

Pâques

Les pierres de nos vies

Pour cette prière où nous nous tournons en confiance vers Dieu pour lui dire ce qui pèse dans nos vies, ce que nous ne faisons pas toujours comme il faut, j’aimerais utiliser ces pierres. Besoin d’enfants.

Nous avons de nombreuses pierres, qui chaque jour régulièrement nous empêchent de vivre de l’amour du Christ ou d’en rayonner.

Je pense à plusieurs pierres :

La pierre de la peur

La pierre de l’incertitude

La pierre de l’amertume

La pierre de la fatigue

La pierre de la colère

La pierre de l’oubli ou de l’indifférence

La pierre de la séparation, de l’isolement

La pierre de la bonne excuse pour ne rien faire

Quelles autres pierres ?

… de la culpabilité, de l’injustice, de la famille qui oppresse, des enfants qui exigent, de la maladie qui handicape, de la volonté de dominer, du passé qui impose, de la souffrance…

Vous voyez toutes ces pierres que nous mettons devant cette Bible, elles sont comme la pierre qui fermait le tombeau du Christ ; une fois entièrement recouvert, la Parole ne passe plus, la vie du Christ est interrompue.

Mettre une feuille entière de cailloux

C’est Pâques ! Comme la pierre du tombeau a roulé pour se mettre de côté, elles roulent et sont mises de côté, les pierres de nos vies ! enfants enlèvent délicatement

C’est Pâques ! Voyez avec quel geste de tendresse, quelle délicatesse cela est fait !

La Parole est de nouveau libre, la vie est de nouveau possible ! et elle en est bouleversée. Le Christ se fait vivant dans chacune de nos vies !




Écrire une prière de repentance avec des jeunes et la mettre en scène

Prière de repentance des KT, suivi du pardon proposée par Virginie MOYAT, EPUdF Poissy

matériel nécessaire :  cartons en papier, feutres, lunettes noires, nappe en papier 

 

 

 

 

Exclusion   

Jeu de scène associé :  8 catéchumènes avec un masque assis dans l’assemblée, qui se lèvent au fur et à mesure que leur visage est nommé / 8 catéchumènes sans masque, mais avec lunettes noires. 

Au début, les catéchumènes aux lunettes sont devant l’assemblée, à côté du lecteur, ils regardent leurs pieds.

Quand les autres catéchumènes (les masqués) approchent, ils les repoussent avec leurs bras dressés devant eux.

Au moment des paroles du pardon, les catéchumènes aux lunettes noires enlèvent leurs lunettes, lèvent les yeux, enlèvent les masques des catéchumènes et leur serrent la main, ou les embrassent, se serrent dans les bras, ou autre geste de jeunes…

Lecteur : Pendant les séances de KT, nous avons discuté des personnes vers qui nous ou d’autres personnes ne vont pas, puis nous avons symbolisé cette prière de repentance de cette manière : (texte écrit à partir d’une animation autour d’une nappe muette)

Père, pardon car

Parfois nous vivons avec nos lunettes noires, à ne regarder que nous-mêmes

Nous ne regardons pas, car nous ne les voyons même pas :

Ceux qui sont blessés par la vie : 2 masques

S’ils ont des cicatrices, c’est peut-être parce qu’ils se battent souvent ?

S’ils se mutilent, c’est qu’ils souffrent intérieurement et nous ne pouvons rien faire pour les aider

S’ils pleurent, c’est qu’ils sont tristes ou qu’ils ont mal : 4 masques

Père, pardon car

Parfois nous vivons avec nos lunettes noires, à ne regarder que nous-mêmes

Nous ne regardons pas :

Ceux qui sont différents de nous, qui nous sont étranges : 2 masques

Les handicapés

Car nous ne sommes pas habitués, nous avons peur, nous pouvons même nous moquer

Cela est difficile d’être différents car nous sommes moqués, cela fait mal

Père, pardon car nous ne voulons pas aller vers :

Ceux qui nous font peur car ils nous font penser à la mort :

Les gothiques,

Les fous, les drogués, les saouls, ils peuvent tuer, kidnapper, car ils ne réfléchissent plus

Les SDF, les anciens prisonniers car ils sont perdus

Tous ceux qui peuvent nous attaquer

Nous avons peur d’eux car nous n’avons pas envie de mourir, car nous ne savons pas ce que nous devenons après

Mais avec des adultes, nous pourrions peut-être essayer de les comprendre ?

Enfin, nous avons encore peur de ceux qui font de la politique et qui parlent de guerre ou qui ont des paroles racistes car nous avons peur pour notre avenir

Père, toi qui nous écoutes et qui est celui qui nous fais du bien, donne-nous cette parole qui nous libère et nous rend plus léger. Amen

Puis :

Père, tu nous dis : « Regarde aussi les autres, aime-les ! ou au moins respecte-les !

Ensemble, vous êtes mes enfants. »

Alors nous découvre que c’est beau de rencontrer

Ceux qui ne sont pas comme moi,

Ceux qui vivent autrement,

Ceux qui parlent un autre langage que moi

Et voient d’autres choses que moi.

Père,

Merci de nous ouvrir les yeux

Et de nous inviter toujours à nous accueillir,

Différents.   Amen




Prière acronyme Pentecôte

Voici une prière acronyme sur le thème de Pentecôte. Elle a été composée par des enfants …  à réécrire avec les plus âgés !   

 

 

 

Pendant que les disciples

Effrayés se tiennent enfermés

N’osant plus sortir ni ouvrir la porte,

Tu es là,

Esprit de Dieu

Coupant net toutes les peurs

Ouvrant grand les cœurs,

Transmettant à chacun l’assurance de ta présence,

Et ton amour éternel.




Prière pour la création

Prière pour accompagner un culte du temps de la création ou tout autre culte impliquant ce motif essentiel de la prière. Inspirée de la prière que Jésus a appris à ses disciples, reprenant le rythme et les motifs aux tons de la sauvegarde de la création. Auteur : groupe de prière du Guatemala. Site : www.voir-et-agir.ch/ texte-impulsion

Notre Père

Qui es dans la forêt, dans le désert, dans la mer et dans la ville

Que ta création soit sanctifiée

Elle qui se développe abondamment

Et se manifeste  pleine de vigueur et de vie.

Que ta sagesse nous atteigne afin de protéger la beauté que tu nous as confiée

Dans l’arc-en-ciel et dans la fleur

Dans l’eau et dans les terres fertiles

Dans le souffle chaud du soleil et dans la pénombre rafraichissante

Que ta volonté soit faite, pour que nous, qui sommes faits à ton image, acceptons les défis,

Puissions-nous nous préoccuper de la pérennité de ta création

Donne-nous le vert de chaque jour dans les champs, les déserts et dans le jardin terrestre qui se meurt.

Pardonne-nous d’être irresponsables et de ne pas nous occuper de la planète que tu nous as transmise

Que nous pardonnons aux pollueurs grâce à ton amour infini

Nous prions en ton nom

Pour qu’ils cessent toute dépravation envers ta création

Qui est la maison que partage toute l’humanité.

Ainsi soit-il.

Amen




La fraternité chez les apôtres

 

Sur le thème de la fraternité quelques paroisses d’Alsace ont imaginé des animations bibliques pour un rassemblement d’enfants entre 5 et 12 ans. Ici, la présentation d’une de ces animations proposées par Hélène Marx (UEPAL)

La vie des apôtres

Animation : tous assis autour de la table avec une  Bible ouverte. Nous voici assis, tous autour d’une même table, comme en famille ! Tous différents, mais d’une même famille… Les uns et les autres … Les uns avec les autres et chacun fait attention à l’autre… Quand l’un parle, les autres écoutent. Quand l’un dit « tu peux me passer le pain ? »,  l’autre répond. Car, en famille, on est attentif les uns aux autres !  Les grands veillent sur les petits, par exemple, on aide les parents, on met la table, on fait passer la corbeille à pain… Tout cela, vous connaissez, n’est-ce pas ?

Deuxième animation interactive : chacun présente sa famille et se situe dans la fratrie.  Combien de frères et sœurs (le plus grand, le plus jeune, au milieu). Chacun, chacune est invité à dire  ce qui et bien  entre frères et sœurs, ce qui est moins bien…

Introduction au texte biblique : Aujourd’hui, on va découvrir une famille un peu particulière….Ecoutez, je vais vous lire quelque chose dans la Bible, dans un livre qui s’appelle « les actes des apôtres » et vous me direz comment s’appelle cette famille … ce n’est ni la famille Dupont, ni la famille Muller

Lecture de Actes 2/ 42 -47

Travail sur ce texte : Tous étaient réunis autour de l’apôtre Pierre pour l’écouter leur parler de Dieu et expliquer la bible ; ils chantaient ensemble, ils priaient ensemble et ils mangeaient ensemble. Avez-vous deviné comment s’appelle cette famille ? Savez-vous que c’est une grande, grande famille ?  Il y a les chrétiens, (frères et sœurs catholiques, protestants, orthodoxes)  et puis les grands-parents-juifs – et puis  les cousins musulmans. ce sont les plus connus ( et bien plus loin ,  des arrière petits cousins  – hindouistes, bouddhistes  et tous ceux qui croient en Dieu  – ) et tous ensemble , on est  la  grande famille des croyants ! Une famille répartie  à travers le monde entier !! Chez nous, dans chaque ville et même presque dans chaque village, il y une maison particulière où on se réunit pour les fêtes de famille importantes comme le baptême, le mariage et pour prier Dieu : savez-vous comment s’appelle cette maison ?

Et on s’y réunit quel jour?

Oui, c’est le dimanche qu’on se retrouve à l’église et chacun vient avec son envie de retrouver les autres (et oui, on a plaisir à se retrouver dans une famille, pour se parler, échanger). Chacun vient avec des choses à partager ! Pas seulement des nouvelles mais aussi ses joies et ses chagrins ; alors on chante ensemble, et pour partager ses peines on prie ensemble.  Ensemble on écoute les promesses de Dieu … Puis on se réunit autour d’une table (qu’on appelle ? l’autel) pour partager du pain et du vin (ça s’appelle ?la sainte cène) Parfois, on se voit aussi en semaine pour prier, lire la bible ensemble, partager, préparer des fêtes, rendre des visites… Mais revenons à notre texte qui parle des apôtres. Dans la bible on nous dit que les croyants veulent  vivre comme une vraie famille dans laquelle on partage tout. Il ne faut pas, disent –ils, qu’il y ait parmi nous des riches et d’autres qui sont pauvres ! Il ne faut  pas, disent –ils, qu’il y ait parmi nous des gens qui ont un travail et d ‘autres qui sont au chômage. Il ne faut pas que les uns aient une belle famille et d’autres se retrouvent tout seul; ni que les uns aient beaucoup… de tout ! –beaucoup d’argent, beaucoup de temps –  beaucoup de forces et d’autres qui n’en ont  pas assez !

Pour réaliser cette belle idée des apôtres comment faire ?

Partager tout … Chacun apporte tout ce qu’il a (sa voiture, son ordinateur, son Smartphone, ses CD, ses DVD, ses livres,  son lave vaisselle, sa télé, son argent)  … mais aussi ses idées, ses talents, ses forces, sans oublier sa bonne humeur et on met tout ensemble. Les apôtres  répartissent pour donner à chacun ce dont il a besoin ! Car on n’a pas tous besoin des mêmes choses ! Quelqu’un qui va à son travail à pied n’a pas besoin d’argent pour acheter un billet de train ou un billet de tram… Quelqu’un qui gagne plus peut donner un peu à celui qui gagne moins et qui a une grands famille à nourrir…Quelqu’un qui a une voiture peut la prêter à celui qui n’en as pas…Et tant d’exemples de choses possibles, pouvez vous m’en donner d’autres ?

Pourquoi les croyants ont-ils voulu faire cela ?  Et bien parce que Jésus nous a appris à dire à Dieu « Notre Père » … Il nous dit ainsi que nous sommes tous frères et sœurs, qu’on est tous une grande  famille…Alors nous aussi, chacun avec ses moyens, ce qui lui est possible de partager ou d’imaginer de vivre un peu soit il autrement,  alors essayons de vivre  comme une famille dans laquelle on partage!

Activité : après ce travail sur le sens du texte et son message et le sens du partage comme une grande famille, les enfants réalisent un calendrier de la fraternité. Voir modèle proposé : à perforer  et relier par un joli ruban, pour signifier que la fraternité est un cadeau à vivre chaque jour. Chaque page du calendrier est dans une couleur différente .

  • Lundi : nous sommes unis. Pas toujours d’accord mais ce n’est pas une raison pour se fâcher! Il y a tant de raisons de remercier
  • Mardi : nous sommes une grande famille. Tans de frères et de sœurs, chic ! quel beau cadeau ! Je ne serai plus jamais seul !
  • Mercredi : nous voulons partager. La joie est multipliée par deux quand chacun est heureux !
  • Jeudi : au lieu de dire « c’est à moi », ouvre-toi !  Ne sais-tu pas qu’en donnant, tu recevras ?
  • Vendredi : l’autre est ton frère ou ta sœur !  Alors, ce qui est à moi, est aussi à toi ! on a plus quand on échange, qu’on se prête et qu’on donne !
  • Samedi : et quand on s’est disputé? Je peux faire un grand pas par-dessus la dispute et continuer à donner… mon sourire, mon amitié.
  • Dimanche : enfants d’un même Père, nous formons un cercle, nous tenons par la main et prions « Notre Père »

au dos du calendrier : la prière du « Notre Père »

Toutes les feuilles du calendrier de la fraternité