découvrir Martin Luther King à travers le film SELMA

 

  Comment parler du pasteur Martin Luther King et du mouvement non violent pour la justice et contre le racisme en catéchèse ? Un seul film de long métrage existe à ce sujet: Selma (durée 2h08). Il était dans nos cinémas en 2014, mais on le trouve toujours sur DVD ou en location.

 

 

Résumé par minute par minute du film SELMA 

 

 

 

 

0:00  

Discours de MLK au moment quand il reçoit le prix Nobel de la paix en 1964.

Il accepte la distinction au nom de celles et ceux qui ont trouvé la mort dans des attentats racistes.

Le film montre ensuite des enfants dans une église qui meurent d’une explosion (allusion à une explosion qui détruit l’église baptiste du n°16 de la rue de Birmingham / Alabama en 1963, tuant quatre jeunes filles noires et blessant 22 enfants.)

6:00

Annie Lee Cooper (1910-2010) (Oprah Winfrey) tente de s’inscrire sur les listes électorales mais est refoulé par un simple employé qui d’ailleurs la tutoie et l’humilie.

> exemple de la ségrégation appliquée

8:00

Rencontre du président Johnson et de Martin Luther King. L’échange montre qu’ils sont d’accord sur la principe : La loi sur le droit de vote doit être appliquée, aussi dans les états du Sud, mais comment s’y prendre ? Etre plus patients pour ne pas provoquer des émeutes (Johnson) ou se montrer plus déterminé (MLK). MLK: « Le Sud ne peut pas attendre ».

> exemple de politique qui n’ose pas prendre position

12:40

MLK et des collaborateurs à Selma, Alabama

Préparation d’une action pour faire avancer les droits de la population afro-américaine

MlK est giflé par un homme blanc mais il garde son calme; ses amis disent à plusieurs reprises : « l’endroit  (Selma) « est vraiment idéal. »

> explique le choix du film de se concentrer sur ce lieu

15:07

Le président Johnson se concerte avec un responsable du FBI. MLK est de toute façon déjà sous surveillance (montré dans le film par l’écriture d’une machine à écrire qui résume des faits.) Maintenant on décide d’éténdre cette surveillance aussi à l’épouse dans le but de déstabiliser le couple et ainsi de calmer MLK.

16:00

La famille King reçoit  des coups de fil de menace. Echange du couple King sur les dangers qu’ils courent.

19:50

MLK téléphone à une amie pour être réconforté. Elle lui chante un gospel au téléphone.

On le voit ensuite en déplacement avec des collaborateurs.

24:30

Discours de MLK à Selma : résumé des injustices provoquées par la ségrégation et demande de droit de vote.

27:20 échange et discussion des collaborateurs sur le sens de leur action.

32:00 tentative de s’inscrire en masse sur les listes électorales au tribunal à Selma ; violence contre des manifestants non-violents ; Annie Lee, outrée, frappe le Shérif Jim Clark. Elle et d’autres responsables du sit-in sont mis en prison.

34:50

Discours de George Wallace, Gouverneur d’Alabamav (1919-1998) (Tim Roth)
défenseur de la ségrégation et de la suprématie blanche; les événements sont pour lui la preuve que la population noire est un danger pour la société 

36:30

MLK discute avec un ami dans la prison sur le sens de leur mission / moment de doute et de fatigue et de soutien réciproque

40:30

rencontre entre Malcolm X et Coretta Scott King, Malcom X propose son soutien que MLK refuse

44:00

George Wallace autorise une attaque contre un petit groupe de militants afro américain,

beaucoup de blessés et un jeune, J. Jackson,  meurt.

50:00

Discours de MLK aux obsèques de J. Jackson où il appelle de nouveau au combat pour la justice.

1:02:00

les gens de Selma sont prêts de marcher de Selma à la capitale de l’Etat à Montgomery pour réclamer justice ; bien que MLK décide de rester à la maison auprès de sa famille après une crise dans le couple

1:04: 00

La marche se met en place des deux côtés : manifestants qui s’entrainent à la non-violence et la police blanche qui se prépare au combat

1:07:00

la marche se met en route

un journaliste fait le commentaire en direct et devient témoin de la violence faite aux manifestants, les images sont envoyées en direct sur la télévision;  (attention les images peuvent choquer, mais c’est le sommet du film) à partir de là le destin va tourner car les Etats Unis sont sous le choc que de tels événement puissent se produire dans leur pays

1:15:00

de nouveau la question se pose : faut-il rester non-violent face à une telle violence et au grand nombre de victimes ?

1:16:30

MLK prend la parole: tous doivent être solidaires dans le combat contre l’injustice;

des milliers des personnes (noirs et blancs) se déplacent vers Selma   

1:18:00 Johnson essaie toujours de calmer les deux côtés; il veut éviter la marche

1:21:00 la deuxième marche se met en route avec MLK en première ligne et d’autres représentants de religions diverses avec lui

1:23:00 MLK ne fait pas confiance au calme de la police et convainc tout le monde à faire demi-tour sur le pont pour éviter de nouvelles victimes

1:29:00 deux blancs qui avaient assisté à la marche sont tués par des membres du KukuxKlan

1:31:00 MLK discute avec Johnson au téléphone : qui peut et doit intervenir ? MLK ou Johnson ?

1:38:00

MLK et d’autres devant le tribunal pour porter plainte contre les violences faites aux manifestants; le tribunal leur donne raison et donne son accord pour une marche officielle et légale de Selma à Montgommery

1:42:00 le gouverneur essaie de convaincre le président Johnson; enfin Johnson bouge et se met du côté des manifestants publiquement et soumet une loi qui oblige à ce que le droit de vote soit mis en place partout

1:48:00 La troisième marche se fait sous le regard des médias, soutenus par des nombreuses personnes sur place, blanc et noirs main dans la main et protégés par les militaires

Cette dernière séquence mélange des images du film et des vraies photos et scènes filmées de l’époque; le film montre aussi les adversaires, mais cette fois si démunis devant la foule et la protection du gouvernement

1:51:00

Discours de MLK devant le tribunal à Montgomery

C’est un résumé aussi de ce qui est obtenu et gagné

Derniers mots du film : Le Seigneur fait voir la Gloire, Gloire à Dieu, Alléluia, la vérité est le chemin de Dieu

Ensuite, c’est le générique du film avec la chanson

« Glory » qui a gagné l’Oscar 2015 et le Golden Globe 2015 de la meilleure chanson originale écrite et composée par John Legend and Common

Animation possible avec des catéchumènes et jeunes :

Le film Selma se prête pour travailler avec des jeunes sur le personnage de Martin Luther King et les enjeux autour du combat pour la justice pour la population afro américaine.

Pourtant il y a à mes yeux deux difficultés : Primo: Le film est long et connait, pour le voir avec un public jeune, quelques longueurs. Deuxio: Surtout au début du film, sans connaissance préalable au sujet, le spectateur va être perdu et ne comprendra pas le contexte.

Comment j’ai procédé moi avec un groupe de collégiens pour une durée de 75 minute de séance:

  • écrire les lettres MLK sur une grande feuille …est ce que cela vous dit quelque chose ?

(dans mon groupe non)

  • j’ai ajouté en dessous le nom entier : Martin Luther King

il y a eu vite des premières réactions :

ah oui, c’est celui qui a vécu il y a 500 ans! Ah non, ce n’est pas lui, ce n’est pas le même ! Lui, il était contre les racistes ! Non, ça c’était Nelson Mandela …etc etc .

j’ai noté quelques brides d’informations sur la feuille du papier et j’ai donné des premiers indications pour situer le personnage.

  • nous nous sommes donnés un temps de recherche : j’ai distribué diverses sources d’information : des BD qui racontent la vie de Martin Luther King, un article, des extraits de livre. Chacun ou parfois par deux ils sont consulté le matériel. des informations intéressantes étaient notées sur notre grand brouillon.
  • ensuite nous avons vu trois extraits du film (après explication et introduction dans le contexte du film) :

1) 6:00 à 8:00 

(Annie Lee Cooper (1910-2010) (Oprah Winfrey) tente de s’inscrire sur la liste de votant mais qui est refoulé par un simple employé qui d’ailleurs la tutoie et humilie.

> exemple de la ségrégation appliquée

> temps d’échange avec les jeunes pour lier cet extrait avec d’autres exemples de discrimination et de  ségrégation  qu’ils avaient trouvé dans leurs lectures

2) 1:04: 00

La marche se met en place de deux côtés: manifestants qui s’entraient à la non violence et la police blanche qui se prépare au combat

1:07:00

la marche se met en route

un journaliste fait le commenter en direct et devient témoin de la violence faite aux manifestants, les images sont envoyées en direct sur la télévision;  (attention les images peuvent choquer, mais c’est le sommet du film) à partir de là le destin va tourner car les Etats Unis sont sous le choc que des tels événement peuvent se produire dans leur pays

1:15:00

de nouveau la question se pose : faut il rester non violent face à une telle violence faite et vue les victimes que cela provoque ?

> temps de discussion avec les jeunes : quels sont vos réactions après ces images ? et puis la question : quel aurait été votre conseil dans cette situation ? que faire à leur place ?

j’ai ensuite résumé la suite / la deuxième marche et le demi tour des participants

puis vision de la dernière partie du film:

3)  1:38:00

MLK et d’autres devant le tribunal pour porter plainte contre la violence faite aux manifestants; le tribunal donne raison et donne l’accord pour une marche officielle et légale de Selma à Montgommery

1:42:00 le gouverneur essaie de convaincre le président Johnson; enfin Johnson bouge et se met de côté des manifestants publiquement et soumet une loi qui oblige à ce que le droit de vote soit mise en place partout

1:48:00 La troisième marche se fait sous le regard des médias, soutenus par des nombreuses personnes sur places, blanc et noirs mains dans la main et protégé par le militaire

cette dernière séquence mélange des images du film et des vraies photos et passages filmés de l’époque; le film montre aussi les adversaires, mais cette fois si démunis devant la foule et la protection du gouvernement

1:51:00

discours de MLK devant le tribunal à Montgomery

c’est un résumé aussi de ce qui est obtenu et gagné

derniers mots du film : le seigneur fait voir la Gloire , Gloire à Dieu alleluia , la vérité est le chemin de Dieu

(ensuite on passe sur le générique du film avec la chanson Glory)

> dans l’échange avec les jeunes nous avons surtout comparé la première et la deuxième marche : Qu’est ce qui a changé pour que cela a fonctionné cette fois ci ?

  • ils étaient plus nombreux
  • ils étaient solidaires entre diverses groupes de la société (diverses religions, diversité de couleurs de peau, des célébrités aussi qui se sont engagés … )
  • les médias ont mis de lumière sur l’injustice
  • ils étaient protégés par la loi (tribunal) et la force de l’armée (en cas où …) et par la prise de position (enfin) du président

quel argument ajoute MLK à la fin?  C’est pour la gloire de Dieu, lui a soutenu ce combat non violent

D’autres pistes d’exploration du film sont possibles. Pour ceci je conseille la fiche pédagogique sur http://www.e-media.ch/documents/showFile.asp?ID=6845.

Voici une liste de documents à consulter avec les enfants / jeunes :

  • Samuel Amedro / De Luther à Martin Luther King (2017) Editions Olivétan
  • Martin Luther King. Apôtre de la non-violence (2008) Croire Pocket
  • les chercheurs de Dieu Tome 14 (BD) (2002) Bayard Jeunesse
  • Teitelbaum, Helfand, Kumar / Martin Luther King JR. J’ai fait un rêve (BD) (2014)  Blue Lotus Prod
  • l’interview avec le Playboy (!) et d’autres textes de MLK sur

http://lunamia.free.fr/MLK_fichiers/ar_playboy.html

Christina Weinhold

 




« 2DAY » : ZE web série

Après ZeBible, version papier, voici son film interactif « L’autre expérience » et son extension sur Facebook, l’Alliance biblique française (ABF) récidive en proposant un nouvel outil pour rafraîchir l’image de la Bible.  Cette websérie est une initiative de Zebible, un partenariat interconfessionnel porté par l’Alliance biblique française.

La websérie 2day est une première en France « 2day » met en scène des lycéens dans leur vie quotidienne.

Destinée aux jeunes de 15 à 20 ans, la série s’inspire des films cultes « Retour vers le futur » et « Un jour sans fin », et d’une culture geek et cinéma propre aux jeunes. Elle raconte l’histoire de Quentin, lycéen impopulaire, doté un matin d’un formidable pouvoir: vivre chaque journée deux fois. Au fil des épisodes le jeune homme va utiliser cette capacité et apprendre à le faire de façon intelligente. La tentation est grande d’en profiter, mais le messager de ces nuits va l’aider à assumer avec sagesse ses responsabilités.

Une réalisation très professionnelle, avec des dialogues au ton décalé. La websérie se découpe en six épisodes de huit minutes, disponibles tous les samedis pendant six semaines.

Les aventures de Quentin abordent des thèmes de réflexion propres à l’adolescence tels que les relations amicales et amoureuses, l’image de soi, la force des apparences, la maîtrise de sa vie, le sens du bien commun et la mort. À la fin de chaque épisode de 2DAY, l’internaute est invité à visionner 2NIGHT. Un âne un peu excentrique nommé Jean-Baptiste (l’inspiration est biblique) propose au héros des pistes de réflexion pour faire ses choix et surtout un verset de la Bible à méditer.

Très professionnelle dans sa réalisation, avec des dialogues au ton décalé, la websérie poursuit l’ambition de ZeBible de montrer aux jeunes, chrétiens ou pas, comment la Bible peut les rejoindre dans leur quotidien et leurs questionnements. La collaboration entre chrétiens de différentes confessions (protestants, catholiques et orthodoxes) autour de l’ABF dure depuis neuf ans. 175 000 € récoltés auprès des institutions ecclésiastiques, de particuliers et des partenaires de l’ABF ont permis de mener à bien le projet. Si la websérie rencontre du succès, elle devrait se prolonger. L’ABF espère développer bientôt son application smartphone pour rejoindre les jeunes directement dans leur poche.

http://www.webserie-2day.com/




Film « La Forteresse »

imagesFilm et débat autour de : « La forteresse », de Avinash ARUN, film indien, ours de cristal au festival de Berlin. La démarche présentée à a été expérimentée avec des enfants de 9-12 ans, lors des journées « enfance » de PEF 2017 à Strasbourg.Proposition de Catherine Ulrich

Thèmes développés

  • la fraternité humaine, au-delà du vernis culturel.
  • grandir, suite à des épreuves (déménagement, trahison de l’amitié, deuil).

 

Les jeunes acteurs présentent un jeu très expressif et incarnent leur personnage avec beaucoup de sensibilité et de finesse. L’histoire est présentée dans un cadre et des paysages authentiques, avec un sens du détail et de l’évocation qui touchent les jeunes spectateurs s’identifiant alors facilement à cette équipe de garçons. Le sous titrage n’est pas gênant et permet aux enfants de bien rentrer dans la différence culturelle. Contrairement aux dessins animés où l’action est rapide et les expressions caricaturées, ce film fait l’éloge d’une certaine lenteur et d’une belle délicatesse. Le film peut être projeté dans son intégralité ou en trois étapes, avec des coupures, si on ne dispose pas de suffisamment de temps et qu’on souhaite en ménager pour les échanges avec les enfants.

 

Temps d’introduction

  • Se connaître : faire le jeu de la pelote (5-10 mn)

Matériel : une pelote de laine

Le groupe s’assied en cercle avec l’animateur. Chacun dit son prénom. On lance ensuite la pelote à un membre du groupe en disant son prénom. Chacun lance la pelote à quelqu’un, en gardant à chaque fois le fil dans une main, de manière à ce que tous soient finalement reliés par le fil de laine.

Faire remarquer qu’un tel lien, invisible, relie tous les êtres humains. Comment le nomme t’on ? Les participants proposent leurs réponses. On peut les guider pour faire ressortir le terme « fraternité ».

Ce terme est écrit par un enfant sur une affiche, ainsi que les mots déjà évoqués.

  • Repérage de l’Inde sur une carte ou un globe (5 mn)

Un globe gonflable, facilement transportable, permet de réaliser ce temps d’une manière ludique : les enfants s’envoient la « balle » et montrent à chaque fois l’Inde.

 

Étapes autour du film (environ 1 heure)

  • Présentation : En Inde, la maman de Chinmay, 11 ans, a été mutée pour un travail dans une toute petite ville au bord de la mer. Son papa est mort récemment. C’est difficile pour le garçon, car il vient d’une grande ville, Pune, où il était très bon élève. En Inde, les meilleurs élèves ont une bourse : les parents touchent une somme d’argent quand les enfants réussissent bien leurs examens en fin d’année.

 

  • Projection première partie : 8 mn à 23 mn : le premier jour d’école, la pêche au serpent, le cours de math, le projet de course à vélo.

– Discussion :

Quel est le caractère de Chinmay ? : timide, craintif, travailleur, sensible, pas habitué aux manières des garçons de son école,

Aurais-tu aimé être à la place de Chinmay ? Pourquoi ? Comment aurais-tu réagi ?

– Recherche par groupes :

Matériel : ardoises blanches et feutres, pour permettre l’expression de tous et les petites discussions internes au groupe.

Sur l’ardoise, par groupe de trois, noter :

D’un coté, trois différences entre notre mode de vie et celui de Chinmay : l’uniforme, la nourriture, la langue, l’écriture, la religion

De l’autre coté, trois ressemblances entre nous et Chinmay : le besoin d’amitié, la timidité, l’envie de réussir à l’école, le désir de s’intégrer à un groupe…

Montrer les ardoises aux autres groupes.

 

  • Projection seconde partie : 32mn à 44mn20 : le nouveau vélo, la course, la forteresse, l’abandon des amis.

Discussion : possibilité de distribuer la parole et de favoriser l’écoute à l’aide d’un objet symbolique de parole, par exemple un objet décoratif indien (éléphant …)

Que s’est-il passé ? Qu’a ressenti Chinmay ?

Pourquoi Chinmay change t’il de place à l’école ?

Comment imaginer la suite ?

Pouvons-nous parfois ressentir la même chose ?

Peut-on se sentir proche de Chinmay, malgré toutes les différences ?

C’est la fraternité.

 

  • Projection troisième partie : 59 mn 15 à la fin : l’examen, l’invitation des amis à la maison, l’annonce de la mutation, le plongeon, discussion au bord de l’eau, déménagement.

Discussion libre.

Temps de conclusion (5mn) Compléter l’affiche(sur laquelle le mot « FRATERNITE » a été écrit)  avec les mots ou des dessins.

Catherine ULRICH




Raconter l’histoire de Noé à l’aide des ombres chinoises

arche crédit photo

Voici un outil pour raconter l’histoire de l’arche de Noé. Le matériel nous est envoyé de l’école biblique de Bergerac. Merci à Sylvie ANDRE TERRAMORSI !

 

 

L’animation est bien simple. Montrez le film et lisez ce texte qui va avec.  Allez hop, on monte à l’arche!

Noé

Dieu est triste. Le monde magnifique qu’il avait créé est en ruine. Les gens se battent entre eux et deviennent méchants.
Il ne reste plus qu’un seul homme bon. Il s’appelle Noé. Il a une femme et trois grands enfants, Sem, Cham et Japhet

Dieu parle à Noé : « Je vais détruire toute la vie sur la terre ! Mais je promets de te sauver, toi et ta famille. Tu dois construire un grand bateau en bois, avec trois étages et une porte sur le côté. Enduis-le de goudron pour le protéger de l’eau car je vais inonder la terre ! Fais embarquer toute ta famille et deux animaux de chaque espèce vivant sur la terre. Nous les sauverons. Prends à manger pour ta famille et les animaux. »

Noé fait ce que Dieu lui dit et construit un gigantesque bateau à trois étages.
Noé a 600 ans lorsque l’inondation survient. Comme Dieu l’a commandé, il embarque un mâle et une femelle de toutes les espèces d’animaux.

Puis il monte dans le bateau avec sa famille et Dieu ferme la porte.

La pluie commence à tomber et l’eau recouvre la terre. Le bateau flotte et Noé crie à ceux qui sont à bord : « Tenez bon ! Dieu prendra soin de nous ». Il pleut pendant 40 jours et 40 nuits. La terre est inondée, il n’y a plus rien à voir : Plus d’arbres, plus de champs, plus de maisons, plus de gens. Tout a été balayé.

Alors Dieu fait souffler un grand vent, la pluie cesse et l’eau commence à baisser. Puis enfin, le sommet d’une montagne apparaît.
Noé envoie d’abord un corbeau dehors mais il revient car il y a encore de l’eau partout. Puis Noé envoie une colombe mais elle revient aussi car elle ne trouve pas d’endroit où poser ses pattes. Sept jours plus tard, Noé renvoie la colombe et cette fois, elle revient avec un rameau d’olivier dans le bec. Elle a trouvé un arbre ! Il attend encore 7 jours, renvoie la colombe et cette fois-ci, elle ne revient pas. La terre est sèche.

Alors Dieu dit à Noé : « Quitte le bateau, toi, ta famille et tous les animaux. Remplissez la terre d’oiseaux et d’animaux ayez des enfants et peuplez la à nouveau. »
Dieu bénit Noé et sa famille et il crée un magnifique arc en ciel :
« Cet arc en ciel est le signe de mon alliance avec les hommes, le signe de ma promesse. Il n’y aura plus jamais de grande inondation pour détruire la vie. Je te fais cette promesse à toi et à tous les êtres vivants. »

Sylvie ANDRE TERRAMORSI
Catéchète de Bergerac et membre du SNC.



Luther le FILM : un livre d’accompagnement pour son usage en catéchèse

Le DVD « Luther » se prête bien pour un usage en catéchèse. Voici quelques informations qui peuvent être utiles.

Capture d’écran 2017-02-20 à 21.28.09 crédit photo de DVD Luther

(d’après une idée de « Bundeszentrale für politische Bildung/bpb » / Filmheft …un livre d’accompagnement pour son usage dans l’enseignement allemand.)

Pour commander le DVD dans la version francophone  cliquez ici

Introduction:   

Le Film « Luther » date de 2003. C’est une production allemande, mais le scénario a été écrit par des scénaristes hollywoodiens, expérimentés dans des films pour grand public. Le choix de Joseph Fiennes pour le rôle principal de Martin Luther souligne le fait que nous n’avons pas à faire à un documentaire historique, mais à une mise en scène cinématographique, avec au centre le personnage de Martin Luther, présenté comme un héros vivant tout un panel d’émotions : sa peur de la mort et du diable, sa peur de ne pas réussir, sa colère contre toute injustice, son engament à côté des faibles, son combat intérieur et extérieur contre des adversaires dans la politique et dans l’église, mais aussi le soutien ou l’incompréhension de ses amis, la défense de ses convictions … et vers la fin du film, un peu « d’amour dans les près» avec Katharina de Bora.

Le Luther « théologien » disparait presque derrière le drame de Luther « révolutionnaire ».  Malgré tout, le film peut être un bon outil en catéchèse. Il nous aide à rencontrer quelques protagonistes de la Réforme et à en faire apparaitre les étapes importantes. Le film est bien rythmé et permet de faire des coupures à l’aide de la démarche proposée ci-après pour approfondir quelques thèmes.

Certaines séquences vont si vite et résument tellement les épisodes que des clés de compréhension sont nécessaires : par exemple, il n’est pas dit explicitement que Luther traduit la Bible, ni pourquoi, ni ce que cela représentait à l’époque. Dans le film, on le voit juste en train d’écrire et de demander de meilleurs dictionnaires. En catéchèse, on devrait peut être ouvrir une parenthèse qui aborde ce point plus largement. 

Le film par séquences: 

I Martin Luther entre au monastère  (00:00-00:07)

En peu de temps sont ici rassemblés d’une façon très dense et presque sans dialogues : le serment que fait Martin Luther d’entrer au monastère s’il sort vivant de la tempête, la consécration de Luther comme ecclésiastique, sa première messe (par nervosité il renverse un peu du vin de l’eucharistie), le conflit avec son père qui lui reproche son choix de quitter la vie civile, le jeune Luther au monastère qui se sent persécuté par le diable et l’arrivée du vicaire général Johann von Staupitz qui s’adresse à Luther pour la première fois dans le film par son nom: « Frère Martin ».  Ces débuts très mouvementés montre un Martin Luther en quête de vie spirituelle, mais mal compris par sa famille, et qui trouve un premier lieu d’accueil et d’apaisement dans le personnage de Johann von Staupitz. 

II  Le voyage à Rome (00:07-00:12)

Luther est en pèlerinage à Rome. Contrairement au début de la première séquence, on voit ici un Luther détendu et confiant, heureux de pouvoir aller à Rome. Encore une séquence presque sans paroles. Le spectateur du film est amené à découvrir la Rome de l’époque avec tout ce qui peut irriter le jeune moine Luther : des prêtres et des moines dans les bras de prostituées, un chevalier en armure d’or qui traverse la ville à cheval à toute allure sans attention pour les personnes dans les rues, le pape Jules II, un flot de marchands de médailles de saints pour toutes circonstances de la vie, la visite payante des reliques sans le temps de pouvoir s’y recueillir et la vente des indulgences. Luther lui même va acheter une indulgence pour son grand-père, décédé, et fait pénitence en montant à genou les escaliers de la basilique. Arrivé en haut, en observant la foule autour de lui, il chiffonne le papier qu’il vient d’acheter et le jette.

III  Luther comme enseignant et prêtre à Wittenberg (00:12-00:27)

La troisième séquence est une interprétation du vécu de Luther. Il est de retour au Monastère d’Erfurt, mais visiblement le voyage et ce qu’il a vu l’ont beaucoup perturbé. Il s’en ouvre à Staupitz qui l’envoie à la faculté de Wittenberg pour étudier la théologie. Lors d’un cours avec l’enseignant Karlstadt, on parle de la doctrine selon laquelle il n’y a pas de salut hors de l’église. Dans son ministère de prêtre, il rencontre la pauvreté, notamment la situation d’une mère avec une enfant handicapée. Il accompagne aussi une famille dont le fils s’est suicidé : contre tout règlement, il l’enterre lui-même au cimetière pour montrer que Dieu pardonne, et qu’il vaut mieux avoir pitié face à la souffrance que de rester figé sur une stricte application de la loi. Dans une prédication, il développe sa conviction qu’en Jésus Christ Dieu a montré qu’il ne reste pas sur la colère et la punition, mais qu’il veut sauver et pardonner. Il y a aussi un dialogue sur le commerce des reliques, détesté par Luther.

IV La situation politique, économique et au sein de l’église de Rome  (00:27-00:37)

Le spectateur assiste à la présentation, en grande pompe, du nouveau pape Leon X, qui va devenir l’adversaire principal de Luther. Grâce à un échange entre le cardinal Cajetan et le nonce papal Jérôme Aléandre, on apprend que les papes se comportent de plus en plus en acteurs du pouvoir publique, et moins en hommes de la foi : ils engendrent des enfants, s’entourent de maitresses, se passionnent pour la chasse, la corrida ou la guerre … plus que pour l’état de l’Eglise. On apprend aussi qu’un certain Johann Tetzel est envoyé par l’évêque de Mayence qui s’est endetté pour pourvoir s’acheter le titre de cardinal. Par la vente des indulgences,  il espère rembourser la dette. Dans la séquence suivante, on voit avec quel succès Tetzel agit. Il met en place un spectacle impressionnant, mettant sous le yeux des gens les horreurs du purgatoire. Quand Luther apprend que même la pauvre mère citée auparavant a acheté un telle indulgence pour sa fille handicapée, il lui rend l’argent et la supplie de faire confiance en Dieu uniquement. Le conflit entre Luther et Tetzel est inévitable.

V Luther attaque la vente des indulgences  (00:37-01:03)

Luther affiche donc ses thèses contre la vente des indulgences.  Sans qu’il le sache, ses thèses vont être copiées et diffusées grâce à l’imprimerie dans toute la région. Le commerce des indulgences rencontre une forte baisse et provoque des réactions. Luther doit discuter avec Cajetan, qui représente le pape, à Augsburg. On voit un Martin Luther qui insiste sur ses convictions. En tant que porte-parole du pape, Cajetan est tiraillé entre son admiration pour les connaissances de Luther et son agacement devant son attitude.  Malgré tout, l’affaire devient politique et Luther est convoqué au rassemblement des princes électeurs à Worms.  Le prince Fréderic le Sage négocie auprès de Charles V pour des mesures de sécurité concernant Luther. Il est d’ailleurs montré de plus en plus comme un autre protecteur et une figure paternelle pour Luther. La fin dramatique de la séquence met en parallèle l’autodafé des écritures de Luther par ses adversaires et Luther qui brule de son côté la bulle du Pape qui lui demandait de revenir sur « ses erreurs ».

VI Luther à la diète de Wormes defend sa position  (01:03-01:18)

Deux fois, Luther comparait devant l’empereur et les princes et il finit par plaider et dire : je ne peux pas autrement.  Le film montre un Charles Quint dépassé par la situation, mais poussé par le légat du Pape  à se montrer ferme contre Luther et les princes qui semblent le soutenir. Les caméras montrent aussi  la foule du peuple rassemblé au même endroit devant le palais qui observe attentivement ce qui se passe et qui soutient Luther par des cris et des chants. Le film donne l’image d’une révolution qui se révèle autour de son personnage.

VII  La Bible, Les guerres des paysans,  Katharina … (01:18-01:42)

Beaucoup d’événements sont résumés ici en peu de temps :  Luther se retrouve kidnappé et se réfugie à la Wartburg, se faisant passer pour un chevalier. On le montre ici dans une sorte de grenier en train de traduire la bible, comme s’il était dans une autre monde.  En parallèle, on voit des villes dévastées et en ruine, des foules qui entrent dans des églises pour y détruire toute représentation (« Bildersturm »). Luther descend enfin de la forteresse de la Wartburg pour voir lui même et ne peut que constater la dévastation qu’il regrette profondément. Court dialogue entre lui et Karlstadt qui montre leur désaccord. Karlstadt : « Mais c’est ce que tu nous as enseigné. On accomplit ton oeuvre. » Luther : «Ce n’est pas cela que je voulais ».  L’image du Luther doux et paisible est ici soulignée par l’arrivée de Katharina de Bora. En chantant, elle lui fait des avances.  A la fin de la séquence, on met en parallèle la mort du pape Leon X et la mort d’un ami et collaborateur de Luther, condamné à mort pour hérésie.

VIII Augsburg 1530  (01:42-02:01)

Charles V et Aléandre tentent encore une fois de persuader les princes d’interdire la traduction de la Bible et de persécuter les « prêtres reformés ». Cette proposition ne trouve pas de majorité. Les princes qui y résistent se regroupent autour de Melanchthon qui fait savoir: « Nous avons écrit ce qui nous unit dans notre foi. » 

Luther se promène en amoureux avec Katharina dans la nature, décor idyllique. Il lui dit à quel point il est heureux de leur amour l’un pour l’autre. Arrive un chevalier, juste assez loin pour laisser un peu de suspense : Est-ce le signe que le bonheur des deux amoureux va être mis à l’épreuve??? Non, le chevalier s’approche et on reconnait Melanchthon qui apporte une bonne nouvelle: « Martin, nous avons réussi! » Dernière phrase du film.  La caméra montre une dernière fois Luther, tout content et apaisé, puis un texte de fin résume la suite de la Réforme et conclue en ces termes : Aujourd’hui plus 540 Millions de personnes célèbrent le culte protestant tel que Martin Luther l’avait l’imaginé.      FIN   

idée d’animation 1 :  Liste de personnages    

Après la vision du film :

a) donner des fiches A5 aux enfants / jeunes avec descriptif du personnage mais sans image : à eux de trouver la photo du film qui va avec la description

b) compléter avec d’autres observations et informations

c) faire d’autres fiches pour d’autres personnes : Karlstadt, Melanchthon, Spalatin …

  • Martin Luther (Joseph Fiennes)

images (12) credit photo

images credit photo

1483 – 1546 :

études de droit / monastère / théologien … réformateur

 






  • Johann von Staupitz  (Bruno Ganz)

Johann_von_Staupitz credit photo

images (7) credit photo

est un théologien et professeur d’université allemand, vicaire général de l’ordre des Augustins en Allemagne et supérieur de Martin Luther à un tournant de sa vie spirituelle. Il est présenté ici comme « le père que Luther n’avait pas » : à l’écoute, compréhensif, présent et de bon conseil dans des moments décisifs. Il fut considéré comme ayant eu une grande influence sur Luther et sur la Réforme protestante.

 




Girolamo Aleander (Jonathan Firth)

220px-Aleander,_Hieronymus credit photo

images (3) credit photo

Représentant du pape dans le conflit avec Martin Luther. Il essaie de convaincre Charles V de prendre au sérieux le danger de la cause défendue par Luther et de le faire taire une fois pour toute.

  • Johann Tetzel  (Alfred Molina)

images (2) credit photo

téléchargement credit photo

Mène avec succès une grande campagne de vente d’indulgences.

Leo X. (Uwe Ochsenknecht)

images (10) crédit photo

jacopo-del-conte-bildnis-von-papst-leo-x-giovanni-de-medici crédit photo

Le pape en face de Luther. Il veut faire taire « un petit moine » mais doit constater qu’il a à faire à tout un mouvement. 

Thomas Cajetan  (Mathieu Carrière)

images (11) crédit photo

cajetan crédit photo

Cardinal, envoyé pour interroger Martin Luther. Il finit par se laisser impressionner par ses arguments.

Friedrich der Weise / Fréderic le Sage (Sir Peter Ustinov)

images (1) crédit photo

images (13) crédit photo

Prince électeur de Saxe. En possession de la plus grande collection de reliques,  le conflit avec Martin Luther semble inévitable, mais il devient son protecteur principal.

Katharina von Bora (Claire Cox)

images (6) crédit photo

katharina crédit photo

 

Fuit le monastère dans un tonneau de poisson et devient l’épouse de Martin.

idée d’animation 2:  Thèmes     

Voici quelques thèmes d’observation à distribuer avant le visionnage du film …. au choix / par groupe :

  observer les émotions de Luther : peur, colère, compassion … quel événement provoque quelle émotion ?

  se concentrer sur les relations et caractéristiques des personnes : 

Luther et son père

Luther et von Staupitz

Luther et Cajetan

Luther et Karlstadt

– noter les villes dont il est question … plus tard à l’aide d’internet ou d’une fiche ajouter les années et établir ainsi des étapes de la vie de Luther




Frontière

Un film d’animation de Christian Fischer (Films pour un seul monde, 5’28 »)

Ce film est un petit bijou d’animation pour lancer un débat, relancer une discussion, conclure un moment de partage…

Deux personnages, légèrement différents, marchent en regardant leurs pieds, et se rencontrent. Mais ils ne s’entendent pas, et commencent à construire des murs, de plus en plus vite, de plus en plus frénétiquement, démesurément.

Je vous laisse découvrir le résultat…!

Les thèmes abordés: la frontière, l’accueil de l’autre, la différence, l’égoïsme, la solitude, le racisme, l’exil, la fuite en avant, etc.

A regarder et à utiliser de suite…

Ce film est disponible sur support VHS, dans votre centre de documentation catéchétique si vous en avez un à proximité. Sinon, il se trouve en bonne qualité sur https://vimeo.com/7813449