Culte de souvenir des baptêmes

Culte de souvenir des baptêmes

Activité 1 : Lorsque les familles entrent dans l’église, les inviter à s’avancer vers l’autel et faire une photo avec l’appareil polaroid.  La photo sera ensuite valorisée lors du bricolage.Donner à chaque famille/personne présente des feuilles de couleur, un crayon, des ciseaux, colle, agrafeuse. Inviter chaque membre de la famille à poser sa main sur une des feuilles, tracer le contours et découper. Après le découpage des mains les deux parents, les enfants, les lier les uns aux autres, y ajouter la photo de la famille.

Décor Une corde positionnée sur le sol. Elle fait des méandres, symboles des temps de lumière et ceux d’obscurité de la vie. Les familles et personnes présentent sont invitées à positionner leur famille (photo et mains liées ) sur la corde; la lumière étant présente (symbolisée par une bougie)  dans les creux de nos chemins.

Prélude                                                                                                 

Dieu m’accueille. Cher enfant, chère maman, cher papa, chers parrain et marraine, papy, mamie, chers membres de la paroisse : tu es la, tu es le bienvenu/e. Profite de cette belle église pour vivre un temps de rencontre avec les personnes qui t’entourent et avec Dieu.  Car c’est lui, le Seigneur, qui est Père, Fils et Saint-Esprit qui t’accueille aujourd’hui pour ce culte un peu spécial où nous nous souvenons de notre baptême. Toi qui n’es pas baptisé, tu es aussi la/le bienvenu et tu as aussi pleinement ta place au milieu de nous et nous croyons que toi aussi tu es un enfant du Père. Que tu sois seul ou en famille, sois le bienvenu pour ce temps de fête et reçois en toi le souffle de l’Esprit d’amour…

Chant  : AL 21-08 ; 1-3 : C’est toi Seigneur, qui nous unis…

Je me place devant Dieu. Seigneur, je veux maintenant me placer devant toi en regardant ma vie : il y a beaucoup de belles choses, peut-être y-a-t-il aussi des choses difficiles à vivre. Je veux tout te dire, Dieu bon, ce qui me rend heureux, mais aussi ce qui me fait mal et ce qui me fait peur. Je te le dis dans le silence de mon cœur. Dieu bon, tu es là pour nous, notre vie devient belle lorsque nous sommes là les uns pour les autres. Tu es notre Père et nous sommes tes enfants. Chacun d’entre nous est important à tes yeux et tu nous aimes. Merci Dieu bon !

Chant  AL 14-03 ; 1 : Magnifique est le Seigneur !

Je deviens enfant de la lumière de Dieu. Jésus a dit : « je suis la lumière du monde » Tu sais ce que c’est la lumière ? Les lumières sur le sapin de Noël, les lanternes, les guirlandes, les étoiles, le soleil, les bougies de la couronne de l’Avent… Aujourd’hui, c’est une autre bougie qui est importante : ta bougie de baptême ! Tu vois la grosse bougie qui brûle là-bas : elle ressemble à la tienne mais elle est beaucoup plus grosse ! C’est la bougie de Jésus ! Jésus est la lumière du monde : il veut allumer ta bougie pour que toi aussi tu deviennes lumière ! Quand tu étais tout petit, on t’a dit que tu faisais partie de la famille de Jésus et tes parents ont promis de te parler de Jésus et de ce qu’il fait pour toi. Quelqu’un sait qui est Jésus ? Jésus est comme une bougie qui brûle dans la nuit : quand on le voit, on a plus peur et on se sent en sécurité et on a envie de briller comme lui. Lève-toi maintenant avec tes parents, tes parrains et marraines pour allumer ta bougie de baptême à celle de Jésus.
Les familles s’avanceront à tour de rôle.

Activité 2 : les enfants s’avancent, allument leur bougie au cierge pascal et déposent leur bougie sur l’autel, puis ils regagnent leur place.

Chant:  AL 14-03 ; 4 : Le nom du Seigneur est saint…

J’ouvre mon cœur à Dieu. Nous voulons ouvrir notre cœur à Dieu. Dieu bon, nous nous souvenons aujourd’hui de notre baptême. Nous savons que nous t’appartenons. Jésus est la lumière du monde et nous pouvons aussi offrir de la lumière aux autres, les aimer, les écouter, comme une bougie qui éclaire et qui rassure dans la nuit. Donne-nous la joie de la lumière et de la fête. Amen.

Chant  AL 14-03 ; 8 : Que puissance, honneur et gloire…

Dieu me parle. Esaïe 43 (extraits de 1-7)
Mais maintenant, ainsi parle le SEIGNEUR qui t’a créé, Jacob, qui t’a formé, Israël: Ne crains pas, car je t’ai racheté, je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi. 2  Si tu passes à travers les eaux, je serai avec toi, à travers les fleuves, ils ne te submergeront pas. Si tu marches au milieu du feu, tu ne seras pas brûlé, et la flamme ne te calcinera plus en plein milieu, 3  car moi, le SEIGNEUR, je suis ton Dieu, le Saint d’Israël, ton Sauveur… 5  Ne crains pas, car je suis avec toi, depuis le levant je ferai revenir ta descendance, depuis le couchant je te rassemblerai. 6  Au nord je dirai: « Donne », et au midi: « Ne retiens pas! Fais revenir mes fils du pays lointain et mes filles de l’extrémité de la terre, 7  tous ceux qui sont appelés de mon nom et que j’ai, pour ma gloire, créés, formés et faits!

Interlude

Dire ce que je crois de Dieu. Je crois que Dieu est mon papa du ciel. Il m’a fait ainsi que les animaux, les poissons, les oiseaux et les plantes. Il me donne mon corps, mes mains, mes yeux et tout ce dont j’ai besoin. Je crois que Jésus est sorti comme moi du ventre de sa maman. Jésus m’aime et il veut être mon ami. Il était sur une croix et il était mort, mais maintenant, il me donne la vie. Quand j’ai mal, Jésus me console.  Je crois que son Esprit me garde à la maison et à l’école et partout. Il visite les gens chez eux et à l’Eglise. Un jour l’Esprit va réunir tous ceux qui font confiance, même ceux qui sont déjà morts, et nous vivrons tous avec Dieu.

Chant : ARC 567 ; 1+3  Aujourd’hui, je pars dans la vie…

Activité 3 : Découpage des mains les deux parents, les enfants, les lier les uns aux autres, y ajouter la photo de la famille. Vous pouvez inscrire votre prénom sur votre main découpée. Si vous êtes venus en couple ou seul, vous pouvez peut-être proposer à vos voisins de former avec vous une « famille de foi » Faites-nous signe nous vous rejoindrons pour la photo !

Comprendre ce que Dieu veut me dire.  Vous connaissez le jeu « Si j’étais » Si j’étais un arbre, je serais… un platane parce qu’en été, il me donne de l’ombre… ou si j’étais un animal, je serais un oiseau, parce qu’il sait voler et que j’aime la liberté… si j’étais un objet, je serais une voiture car elle me permet d’aller en vacances avec mes parents…

Si toi tu étais un objet, que serais-tu ?

Moi, si j’étais un objet, je serais une bougie… Ma chambre est éclairée par une lampe électrique… mais des fois, j’aime bien allumer une bougie et je me réjouis de sa lumière. C’est une autre ambiance ! C’est comme si quelqu’un était là… je ne me sens plus seul dans ma chambre ! Quand je regarde cette petite flamme qui bouge comme si elle était vivante, je me dis… si j’étais un objet, je serais une bougie !

Une bougie ne peut pas s’allumer toute seule… Une bougie est faite pour briller… mais elle n’y arrive pas toute seule. Moi non plus, je ne peux pas briller par moi-même : d’autres doivent m’encourager, m’aider, me prendre par la main… c’est par et avec les autres que la lumière peut naître dans ma vie : avec mes parents, mes grands-parents, parrains et marraines, mes amis, et aussi avec les membres  de mon Eglise…

Vraiment, si j’étais un objet, je serais une bougie…Grâce à la bougie, la paix et le silence m’entourent… La bougie brûle en silence, sans bruit. Je regarde la flamme et je deviens calme. Je regarde la flamme et je pense, je me souviens, je prie, et je me dis…

Vraiment, si j’étais un objet, je serais une bougie…La bougie me donne lumière et chaleur…Une bougie n’éclaire pas beaucoup : il y a des coins qui restent dans l’obscurité, mais contrairement à la lumière électrique, c’est une lumière vivante. Elle bouge au moindre petit souffle et elle a besoin d’être protégée d’un coup de vent ! Une bougie ne réchauffe pas beaucoup : et pourtant sa chaleur réchauffe aussi les cœurs.Même si je suis petite ou petit, même si ma lumière n’est pas bien grande,  je veux rayonner un peu de ma lumière.

Vraiment, si j’étais un objet, je serais une bougie… La bougie brille et brûle : c’est pourquoi elle devient de plus en plus petite… La flamme fait fondre la cire de ma bougie et c’est grâce à la cire qui est brûlée que ma bougie donne sa lumière. Ma bougie ne reste pas la même : elle se transforme. Je pense à tout ce qui se transforme autour de moi, tout ce qui change : de l’hiver au printemps, de l’été à l’automne… Moi aussi, je change. Je ne reste pas toujours pareil. Je deviens. Je ne suis jamais fini. J’étais un bébé et je deviens un adulte.

Vraiment, si j’étais un objet, je serais une bougie… la bougie donne son énergie…Oui, une bougie qui ne donne pas son énergie reste belle, neuve et grande. Mais à quoi ça sert des bougies qui ne sont pas allumées et qui ne brillent pas ? Mieux vaut donner énergie, brûler sa cire, devenir une lumière pour les autres et ainsi trouver une raison pour vivre que de se protéger et de ne jamais bouger. C’est le rôle des bougies sur l’autel : pas simplement décorer l’église mais être là pour rappeler que Jésus a donné son énergie, sa vie pour nous.

Vraiment, si j’étais un objet, je serais une bougie… La flamme de la bougie s’élève toujours vers le haut…Elle ne brille pas une fois à droite, une fois à gauche, une fois vers le bas. Elle trouve toujours le même sens : vers le ciel. Et même si elle est agitée par le vent, elle retrouve la bonne direction : vers le ciel. Les gens disent : il faut s’adapter, il faut aller avec le temps… et moi je fais parfois pareil… La bougie, elle ne dirige sa flamme que vers Dieu : c’est vers lui qu’elle veut aller, c’est lui qu’elle veut suivre… vraiment, si j’étais un objet, je serais une bougie…

Activité 4 : Une corde positionnée sur le sol. Elle fait des méandres, symboles des temps de lumière et ceux d’obscurité de la vie.  Les familles et personnes présentent sont invitées à positionner leur famille ( photo et mains liées ) sur la corde; la lumière étant présente dans les creux de nos chemins.

Un proverbe chinois dit : « Allume donc une bougie au lieu de te plaindre de l’obscurité ». Seigneur, j’aimerais être comme une bougie que tu allumes et qui fait rayonner sa lumière autour d’elle. J’aimerais me diriger vers toi, toi qui m’offre ta lumière, c’est bien ce que tu me dis lorsque tu disais à tes amis « Je suis la lumière du monde. » C’est comme si tu me disais : Quel que soit le moment et le temps de ta vie,  ma présence dans ton cœur veut être comme une lumière, une clarté, qui éclaire ton chemin.

Chant 3 : AL 12-05 ; 1+4 : Le Seigneur seul est ma lumière…

Interlude + collecte de l’offrande   Offrir de l’argent, c’est un peu offrir de la lumière aux autres : un quart du budget de notre paroisse est destiné au soutien d’initiatives de développement, humanitaires à travers le monde ou de solidarité locale. Une corbeille passera dans les rangs : merci pour votre générosité !

  • Dieu plonge dans la vie avec moi par le baptême. 

Nous sommes tous devenus enfants de lumière, enfant de Dieu par le baptême de l’eau… L’eau nous lave, l’eau nous purifie, l’eau nous maintient en bonne santé, apaise notre soif, enlève ce qui est sale. Dieu, c’est celui qui enlève le mal qui s’encroûte en nous. Dieu nous console, nous donne le courage de vivre malgré tout, il nous donne son amour. L’eau peut aussi être dangereuse : dans l’eau, on peut aussi se noyer. Dieu a noyé le mal dans l’eau du baptême. Le mal, c’est être chacun pour soi, ne pas s’intéresser aux autres, les accuser et les mépriser. Le mal ne doit plus avoir de pouvoir sur nous. Dieu est plus fort que le mal, il nous aime tous, nous sommes tous ses enfants.

Les enfants viennent à tour de rôle avec leur famille au baptistère. Signe de croix : « Tu es baptisé, Dieu t’aime : tu es son enfant ! »

  • J’ouvre encore mon cœur à Dieu et aux autres.            

Seigneur, nous te prions Donne-moi la force de penser à toi et de vivre de ton amour. Montre-moi que je suis ton enfant, comme tous les autres qui vivent avec moi. Je te prie pour les gens qui ne comprennent pas que tu es un Dieu bon et que tu appelles chaque enfant, chaque adulte à venir vers toi. Je pense à tous ceux qui ont des problèmes dans leur famille, à l’école… Je te prie pour ma famille, pour ceux que j’aime…Je pense à tous ceux qui sont morts… Jésus nous a montré que tu es là pour nous comme une maman, comme un papa, à qui on a le droit de dire … Notre-Père…

  • Annonces : A la fin du culte nous ferons une photo de l’ensemble de vos familles faites de mains, puis si vous le souhaitez, n’hésitez pas à vous avancer pour emporter votre bricolage. A l’issue du culte, nous aurons plaisir à prolonger notre rencontre par un moment convivial dans la salle qui se trouve au rdch de la maison paroissiale à gauche en sortant de l’église.

Chant 4 : AL 62-86 ; 1-4 : Toi, lève-toi !

  • Dieu bénit et m’envoie.

Dieu toi qui es amour et qui nous accueille toutes et tous, petits ou grands, viens et bénis-nous. Approche-toi de nous et accompagne-nous sur nos chemins.Fais briller ta lumière sur notre visage et reste toujours avec nous, près de nous et en nous ! Vas donc et n’oublie pas, tu es un enfants de lumière !

Postlude

Crédit : Equipe pastorale de Colmar, UEPAL, mis en forme par Marc Fritsch




NOËL : QUEL ACCUEIL !

NOËL : QUEL ACCUEIL !

Spectacle fait à la paroisse de Lagny-Chelles-Marne, pasteure Laurence Berlot la Vallée le 11 décembre 2016

 

En bleu : le récitant (catéchumène)
En vert : le lecteur des textes bibliques de Luc et Matthieu (catéchumène)

1ÈRE PARTIE : Joseph, Marie, 2 hôteliers et l’aubergiste

Scène 1 : Marie et Joseph sont tranquillement installés chez eux, Marie tricote et Joseph lit son journal.

Joseph : dis moi Marie, je suis en train de lire dans le journal que tous les habitants de notre pays doivent aller se faire recenser !

Marie : ça veut dire quoi « recenser » ?
Joseph : ça veut dire « compter ». On compte tous les gens qui habitent dans le pays
Marie : ah bon ? et ça se passe comment ?

Joseph : chacun doit aller dans sa ville d’origine. Pour moi, ce serait Bethléem, car mon ancêtre David était de là.

Marie : mais c’est loin ça, et je dois aller avec toi ?
Joseph : oui, c’est important que chacun puisse être compté

Marie (très ennuyée) : mais tu te rends compte ? Si j’accouche en route ? Ma mère ne sera pas là pour m’aider !

Joseph : mais ne t’inquiète pas, une femme enceinte sera toujours bien accueillie !

Lecture de Luc 2/ 1-6

Scène 2 : Marie et Joseph sont en route.

Marie : je suis fatiguée Joseph, je t’avais bien dit que j’accoucherais en route

Joseph : ne t’inquiète pas, on va trouver une place à l’hôtel

Ils frappent à la porte d’un hôtel :

Joseph : On aimerait une chambre, ma femme va bientôt accoucher 1

L’hôtelier : mon hôtel est plein, mais peut-être aurez vous plus de chance un peu plus loin

Ils frappent à la porte du 2ème hôtel :
Joseph : On aimerait une chambre, ma femme va bientôt accoucher

L’hôtelier : mon hôtel est plein, mais allez voir à l’auberge, peut-être qu’ils auront une place

Ils frappent à la porte de l’auberge :
Joseph : Bonsoir est-ce que vous avez une chambre ? Ma femme est prête à accoucher. On a fait tous les hôtels de la ville !

L’aubergiste : Je n’ai plus de place, mais si vous voulez à côté, j’ai une étable, au moins vous serez au chaud.

Marie et Joseph se mettent dans l’étable, au milieu des animaux, et Joseph installe Marie confortablement.

Marie : tu vois bien Joseph, que les gens n’accueillent même pas une femme enceinte !

Joseph : c’est vrai Marie, mais j’ai confiance que tout va bien se passer. Notre Seigneur veille sur nous.

Lecture de Luc 2/ 7 :    Marie met au monde un fils, son premier enfant. Elle l’enveloppe dans une couverture et elle le couche dans une mangeoire car il n’y a pas de place pour eux à l’auberge.

Faire la nativité avec Marie, Joseph et Jésus (les personnages s’ajoutent au fur et à mesure)

Chant 32-29 : Il est né le divin enfant

2EME PARTIE : 3 bergers, un ange, un mouton
Luc 2/ 8 : Dans la même région, il y a des bergers. Ils vivent dans les champs, et pendant la nuit, ils gardent leurs troupeaux.

Les bergers sont rassemblés autour d’un feu. Ils mangent leur dîner.

Berger 1 : ça fait du bien, j’avais faim !
Berger 2 : Oui, il a fallu courir après les moutons pour les rassembler !

Berger 3 : (en regardant vers le ciel) : on dirait qu’il va y avoir une belle nuit, regardez toutes ces étoiles, pas un nuage !

Berger 1 : oui, mais il va faire froid, heureusement que nous avons un bon manteau

Berger 2 : c’est vrai, c’est grâce à vous que j’ai pu m’en acheter un bien chaud

Berger 3 : Il faut bien qu’on s’entraide, tu fais du bon travail.

Luc 2/ 9 : Un ange du Seigneur se présente devant eux. La gloire sur Seigneur les enveloppe de lumière, alors ils ont très peur.

Un ange s’approche d’eux dans la lumière d’un projecteur

Berger 1 : oh là là , qu’est ce que c’est que ça ?

Berger 2 : oh là là c’est qui ?

Berger 3 : mais qu’est ce qu’il va nous demander ? On n’a rien fait nous ! On veut juste être tranquilles !

L’ange : n’ayez pas peur ! Je viens vous annoncer une bonne nouvelle qui sera une grande joie pour tout votre peuple !
Aujourd’hui dans la ville de David un Sauveur est né pour vous. C’est le Christ, le Seigneur.

Voici comment vous allez le reconnaître : vous trouverez un petit enfant enveloppé dans une couverture et couché dans une mangeoire !

Chant de l’assemblée (les enfants restent en place) : 61-38 Gloire à Dieu au plus haut des cieux

Les bergers discutent entre eux.

Berger 1 : bon, qu’est-ce qu’on fait ?

Berger 2 : ben on y va !

Berger 3 : vous êtes sûrs ? Moi, je n’ai rien compris !

Berger 1 : oui c’est quand même très bizarre, je suis méfiant des choses bizarres

Berger 2 : Comment, mais c’est Dieu lui-même qui vient !

Berger 3 : Comment tu le sais ? C’est un bébé qu’on nous demande d’aller voir, pas un Dieu ni un roi ! En plus, il est dans une mangeoire, c’est qu’il est pauvre !
Comment voulez-vous que Dieu soit un pauvre ? Il ne sera jamais reconnu !

Berger 1 : c’est vrai ça, un Dieu pauvre ça n’existe pas !

Berger 2 : Peut-être qu’on n’y comprend rien, mais les anges sont venus nous le dire, alors c’est que nous aussi on est pauvre, et nous aussi on peut accueillir ce petit enfant qui sera peut-être le plus grand Seigneur de la terre !

Berger 3 : Ce serait incroyable que le Seigneur qu’on attend arrive maintenant ! Ce serait tellement bien. Bon, d’accord, on n’a rien à perdre, allons-y !

Les trois bergers se mettent en route, et s’agenouillent devant la crèche

Luc 2/ 16-20

Chant : 32-24 : sortez bergers de vos retraites

 

3ème PARTIE : les trois mages, Hérode, les grands prêtres
Les trois mages sont chez eux à regarder les étoiles. Ils se partagent une longue vue

Mage 1 : Quelle belle nuit ! Pas un nuage !
Mage 2 : Oui, c’est parfait pour regarder les étoiles !

Mage 3 : Après toute la pluie que nous avons eue, ça fait plaisir de passer enfin une nuit dehors !

Mage 1 : Dites, il y a une drôle d’étoile de ce côté là !
Mage 2 : laisse moi regarder ! Ah oui, elle est très grosse, et lumineuse, on ne l’a jamais vue avant !

Mage 3 : Si je regarde dans mon livre, une nouvelle étoile annonce la naissance d’un roi quelque part !

Mage 1 : Ah oui, mais où ?
Mage 2 : je ne sais pas, peut-être qu’en allant en direction de l’étoile on pourrait trouver ce roi ?

Mage 3 : Bon, on va se mettre en route pour un long voyage

Les mages arrivent à Jérusalem. Ils se rendent chez le roi Hérode

Mage 1 : Bonjour. Où est le roi des juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile se lever à l’est et nous sommes venus l’adorer.

Hérode sort de la pièce et va discuter avec les chefs des prêtres.

Hérode : Mais quelle est cette histoire de roi que ces gens viennent adorer ?

Chef des prêtres 1 : Je ne sais pas, est-ce le Messie, celui qu’on attend ?

Hérode : et où donc le Messie doit naitre ?

Chef des prêtres 2 : il doit naître à Bethléem en Judée

Chef des prêtres 3 : Oui, le prophète a écrit :

« Et toi, Bethléem, du pays de Juda, tu n’es sûrement pas la moins importante des villes de Juda. Oui, un chef va venir de chez toi, il sera berger de mon peuple, Israël »

Hérode revient parler avec les mages

Hérode : Je ne sais pas si cet enfant est dans la ville de Bethléem. Mais si vous le trouvez, venez me le dire et j’irai moi aussi l’adorer.

Les mages repartent

Hérode, à part : eh, eh, c’est une ruse ! Au lieu de l’adorer, j’irai le tuer !

Les mages discutent en chemin

Mage 1 : il était sympathique ce roi ?

Mage 2 ; je ne trouve pas, il y avait quelque chose de faux dans son regard.

Mage 3 : je suis d’accord avec toi, je n’ai pas eu l’impression qu’il avait envie d’accueillir ce nouveau roi.

Mage 1 : En fait, un autre roi, ça lui fait de la concurrence, il n’a pas intérêt à lui laisser la place !

Mage 2 : C’est vrai mais ce n’est qu’un enfant, ce n’est pas le moment d’avoir peur !

Mage 3 : Pour le moment oui, mais qui sait ce qu’il fera pour le peuple ce nouveau roi ?

Mage 1 : En tout cas l’étoile est là, et elle s’est arrêtée au dessus de cette étable. Bon c’est un peu étonnant pour un roi, ce n’est pas une place pour quelqu’un qui va diriger le pays, mais on peut toujours essayer.

Mage 2 : Allons y, nous avons des cadeaux à lui offrir !

Mage 3 : Oui, de l’or de l’encens et de la myrrhe !

Les mages entrent et se prosternent devant la crèche, ils donnent leurs cadeaux.

Lecture de Matthieu 2/ 11 et 12

Chant : 32-22 : O peuple fidèle

crédit : Laurence Berlot

 




Lumière où es-tu ?

« Lumière  où es tu? » est une  belle proposition de chœur parlé de Débora Mistretta (UEPAL). Ce texte peut être utilisé en guise de remise en question ( confession des pêché) et précéder une prière ou être une pièce de noël, narration Biblique. Lu ou joué. L’intérêt de la scène est de partir d’un fait de société pour aller vers l’annonce de l’Évangile.

Personnages : Une femme – Un homme  – Un journaliste  – Un jeune   – Un enfant

Les acteurs arrivent sur scène avec les personnages, et son histoire. Comme s’ils étaient face à une caméra, face au monde, face à Dieu. Concernant la mise en scène, ils sont assis comme dans une salle d’attente et chacun, à leur tour, s’avancent face au public pour parler.

Le chœur : Phrase qui peut être narrée, chantée, dictée, accompagnée d’un son musical comme l’orgue ou autre.

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, ce sont là de bien grands mots, pour un si petit  monde où chacun fait son nid.

Une femme « Je suis fatiguée, fatiguée de ces gens qui cours et cours partout, je suis fatiguée de ce temps qui passe ».

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, tu es bien connue, mais dis-moi, t’ai-je déjà rencontrée ?

Un homme «  Je n’ai pas le temps »

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, dans le monde tu dis tu es, je t’ai cherchée, je ne t’ai pas rencontrée, où es-tu ?

Un jeune  «  Que voulez-vous que je vous dise, je dois bosser, étudier, c’est comme cela, je n’ai pas le temps pour vos bêtises. Je dois continuer à avancer, peu importe les circonstances. Nora est enceinte, elle veut garder le petit. Et moi, et bien, je ne sais pas. Je n’ai pas grand-chose à dire de toute façon. C’est mon enfant, mais c’est son corps et puis, moi, je suis le père, et, je suis seul . »

Le chœur Oh, lumière et paix dans le monde, ce sont là de bien grands mots, pour un si petit monde où chacun fait son nid.

Un journaliste «  Ville détruite, ville bombardée, suicide, mort à annoncer, débats à continuer,  je ne dirai pas que le monde va mal, je dirai juste, j’ai besoin d’un café »

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, tu es bien connue, mais dis-moi, t’ai-je déjà rencontrée ?

Un enfant «  Papa s’est fâché avec maman. Maman pleure. Je ne sais pas pourquoi. Maman m’a dit d’aller dans la chambre de mon frère, mais il joue à l’ordinateur. Alors j’attends, et je voudrai consoler maman ».

Le chœur Oh lumière et paix dans le monde, dans le monde tu dis tu es, je t’ai cherchée, je  ne t’ai pas rencontrée, où es-tu ?

Lumière, ténèbres.

Une lumière n’a jamais autant brillé que dans l’obscurité.

«  Emmanuel » , Dieu est avec nous. Lorsque le vent souffle et que la pluie tombe, tu as toujours le choix d’allumer  ta bougie ou de la laisser, seule, éteinte. Ne la garde pas seule pour toi, car un feu réchauffe plus qu’une simple flamme.

Oh lumière ou es-tu ? Tu es avec nous «  Emmanuel » , Dieu est avec nous. Tu ne nous promets pas que tous les jours soient bonheur et gloire, mais tu nous donnes ta paix, ton Espérance, ton amour. Ce sont là de bien grands mots. Seuls ils ne sont que paroles envolées. Ensemble, ils déguisent de leurs plus beaux vêtements, de leurs plus belles couleurs. Ensemble, ils prennent vie par la prière, la communauté et le partage. Oh lumière où es-tu ?

Tu es la « Emmanuel », Dieu est avec nous.

Crédit : Débora Mistretta




A l’eau… quoi !

« A l’eau… quoi ! » est une proposition de culte pour la fête des récoltes et la fête paroissiale. Merci à Frédéric Gangloff, UEPAL.  Les numéros entre parenthèses indiquent la diapositive du diaporama à télécharger ici :  a l eau quoi.

 

(1) – Jeu d’orgue + Entrée des enfants avec fruits et légumes + les porteurs d’eau avec des arrosoirs.  Mot d’accueil pour la fête des récoltes etc.

(2) Noir

(3-6) – Chant des enfants de l’EDD : Ensemble, ensemble… + Assemblée

Ref: Ensemble, ensemble, Nous pouvons faire ensemble,  Ensemble, ensemble, Un monde nouveau

1-Ensemble pour chanter, nos voix sont accordées Nos cœurs le sont aussi, on est unis

2-Ensemble pour jouer, au lieu de s’isoler On peut tout inventer, mieux rigoler

3-Ensemble pour aimer, apprendre à regarder La détresse et la faim de nos voisins

4-Ensemble pour bâtir un plus bel avenir Plus juste et plus humain, sans guerre ni faim

(7) Noir

(8-10) – Louange des enfants, des catéchumènes et des paroissiens ! (Psaume 104)

Assemblée  : Seigneur, tu as placé ta demeure encore très haut

Enfants  : Les nuages te servent de char, tu surfes sur les ailes du vent !

KT : Tu as recouvert la terre des océans comme un manteau,

Assemblée : Tu conduis l’eau des sources dans les ruisseaux,

Enfants  : Elle se faufile entre les montagnes,

KT : Tous les animaux peuvent venir y boire et chacun y calme sa soif !

Assemblée : Du haut du ciel, tu fais pleuvoir sur les montagnes ;

Enfants : Tu fais attention à ce que la terre ait assez d’eau.

KT : Tu fais pousser l’herbe pour le bétail,

Enfants : Et les plantes que les humains cultivent.

Assemblée : Même les plus grands arbres ont l’eau qu’il leur faut,

Enfants : Et les plus petits oiseaux viennent y faire leur nid.

KT : Je veux te chanter toute ma vie tant que j’existerai !

Tous : Oui, je veux te dire merci, Seigneur, Alléluia !

 (11) Noir

(12) – Chant : 42/09 1+3 « Merci pour ce matin »

(13) Noir

(14) – Histoire d’Ô – Mon nom c’est H20, Yoh ! Yoh !

(15) 2 noyaux d’hydrogène plaqué sur un noyau d’oxygène. Suis l’eau, eau ! J’ai flotté dans la mer, entouré par des millions de compères !

(16) J’ai vu des poissons de toutes les couleurs !

(17) J’ai touché des méduses, c’est tout mou comme du beurre !

(18) J’ai vu des dauphins qui aiment sauter hors de l’eau ! Pour sentir le soleil briller sur leurs peaux ! Alors je me suis approchée de la surface,

(19) Et j’ai senti qu’on me tirait vers le haut et… C’est pas une farce ! J’en ai perdu des kilos, j’étais légère et transparente. Suis montée au ciel mieux qu’avec un parapente. Avec d’autres copines on se voyaient planer dans un nuage !

(20) Et le vent nous a fait avancer vers le large. D’abord c’était comme du coton, on n’y voyait goutte. Et puis je pensais distinguer, en dessous, une route ? C’était vert, jaune et marron, des forêts, et des près…

(21) Et puis on s’est pris en pleine face une montagne d’un peu trop près ! Mayde ! Mayde ! Ici H2O, la météo, vous nous recevez ? Dernier SOS à l’eau avant de m’écraser !

(22) Et j’vous assure qu’est-ce qu’on s’est bien éclatés ! Des millions de gouttes qui sur le sol se sont étalées ! J’ai vu une chèvre et une vache me rigoler au nez,

(23) Parce que l’herbe, grâce à nous, n’arrêtera pas de pousser !

(24) Une goutte d’eau ne fait pas un océan, mais chacune est précieuse et différente ! Quand elles s’entendent, c’est comme une eau qui devient vivante !

(25) Noir

(26) – Chant de la chorale : « Notre Dieu nous a tous créés »

(27) Noir

– H2 sans O

(28) C’est d’nouveau moi les potes, Yoh ! Yoh !

(29) Mais à force de traîner sur terre, suis devenu H2 sans O

(30) Même si j’ai l’air pure et qu’en me voyant, tu cliques sur j’aime !

(31)J’peux t’assurer que j’suis plus qu’une goutte amère et sans oxygène !

(32) Peut-être que tu as soif et que tu aimerais m’avaler !

(33) Mais fais gaffe, me bois pas ! Tu risques de l’regretter ! Si tu savais par quels endroits je me la suis coulée ! Des ruisseaux, puis des fleuves qui m’ont porté et j’suis complètement usée !

(34) Pour débarquer en pleine mer et patauger dans la marée noire

(35) Avec les poissons, au milieu des plastiques, gobelets et saleté en pleine poire ! En m’évaporant vers les hauteurs, comme j’manque d’air, j’me bouche le nez !

(36) Au secours, j’en peux plus des voitures, usines et fumées ; j’suis gazée, ça y est ! Suis pas la seule qui en a marre de suffoquer et qui essaye de surnager. Mes copines se font du souci pour leurs enfants. Qu’est-ce qu’on fait ?

(37) Sans air frais, c’est clair… Un jour ou l’autre, plus personne ne voudra de moi ! Qu’est-ce qu’on attend pour se redonner de l’air, ma foi !

(38) Chacune est précieuse et différente ; ensemble on peut nettoyer les eaux !

(39) Grâce à toi, suis pas dans la totale déprime ! J’vais les retrouver mes vieux O !

(40) Noir

(41) – Prière de repentance  O grand jardinier ! Tu as créé les cieux et la terre ! Pardonne-nous d’oublier que nous ne sommes pas éternels ! Juste des passants qui doivent léguer une terre à leurs enfants ! Pardonne-nous de prendre si rarement nos responsabilités ! On a du mal à gérer ! On se dit : « Après nous le déluge ! » Avec patience, tu accordes graines et fruits de génération en génération ! C’est fou ce qu’une petite graine dans le sol peut faire avec de l’air, de l’eau et de l’attention ! Pardonne-nous de pas voir un miracle dans chaque vie et de ne pas la préserver ! Pardonne-nous d’oser nous croire capables d’aimer par nos propres forces, Pardonne-nous de pas vouloir aller vers les autres, par peur ou préjugés ! Une goutte + une goutte+ une goutte fait un océan ; à nous d’y croire !

(42) Noir

( 43-44) – Chant : 602. 1+2 « O prends mon âme »

(45) Noir

– Comme des ronds dans H20

(46) Yeah ! Les petites gouttes, grâce à vous, j’ai retrouvé mes vieux os !

(47) On s’est tous retrouvés à former un étang. Yoh ! Yoh ! Quand soudain, après une pierre tombée dedans, un rond surgit !

(48) Un deuxième, un troisième, puis un quatrième le suivit

(49) L’onde de choc a déplacé un moustique aux pattes fines et le genre super plat

(50) Hors de portée de la langue du crapaud et de son estomac

(51) Dans le même élan monsieur Libellule fut projeté dans les bras de madame. Sans ce petit coup de pouce, jamais il n’aurait osé lui déclarer sa flamme. Le premier rond vient de se jeter sur la rive et ses petites perles de vie…

(52) Sont venus arroser une petite fleur qui reprit goût à la vie. Le second rond souleva un moucheron en train de boire la tasse

(53) Echouant sur un brin d’herbe, il se sécha et s’envola reprendre sa place ! Que de vies sauvées ou de chemins difficiles évités par quelques ronds dans l’eau !

(54) Mais c’est bien toutes les petites gouttelettes qui ont permis ces changements de fond !

(55) Déjà il y a 2000 ans, un certain Jésus avait jeté des pavés dans la mare ! Les ronds déclenchés ont changé le monde et libérés tous ceux qui en avaient marre !

(56) Avec Jésus, les gouttelettes d’eau

(57) sont devenues des stars, tu t’souviens ! Lors d’une méga teuf,

(58) il les a même transformées en vin ! Alors toi-aussi, petite goutte précieuse

(59) et chacune si différente ! Jette toi à l’eau ! Jésus compte sur toi, sur nous, pour faire des ronds…

(60) A l’eau… Quoi ?

(61) Noir

(62-63) – Répons : 271. 1+2 « Louange et gloire à ton nom »

(64) Noir

(65) – Remise de la Bible aux KT de première année

(66) Noir

(67) – Apocalypse 22, 1-5

(68) Répons : 181.  1erstrophe + refrain

(69) Noir

(70) Jean 4, 5-15

(71) Répons : 181.  2ème strophe + refrain

(72) Noir

(73) Message

(74) – Geste liturgique symbolique Courte explication : les pasteurs mettront de l’eau sur le front des enfants, jeunes, paroissiens qui le souhaitent avec un signe de croix, les monitrices qui le souhaitent pourront passer dans les rangs de l’assemblée pour l’asperger. Il faudrait voir pour les récipients (il en faudrait bien 6-7).

(75) Noir

(76-82) Pendant le geste symbolique, chant de l’assemblée + chorale 41/09 « Vous, créatures du Seigneur » (toutes les strophes, suivant le temps)

(83) Noir

(84)- Chorégraphie avec chant des enfants

BRILLE (Génération passionnée)

Hey, hey… Ahah ahah ah ( 2x) –  Que ta lumière brille devant les hommes

Pour qu’ils voient tes bons fruits, hey – Loue ton père dans les cieux

Que ta lumière brille devant les hommes yeah Que ta lumière brille devant les hommes

(85)Noir

(86-88) – Annonces/offrande 

(89) Noir 

(90) – Chorale : « Leite mich, Herr »  ou « Gloria Patri » 

(91) Noir 

(92) – Prière d’intercession : enfant + monitrice + KT + pasteur

  • 1 enfant du Club: Nous te confions Seigneur les eaux que tu nous as confiées et celles polluées par nos industries, notre agriculture et notre consommation.
  • Monitrice : Nous te confions les populations qui manquent d’eau et qui n’ont accès qu’à une eau impropre. Seigneur donne-nous soif d’une plus grande justice environnementale.
  • KT : Nous te confions les personnes en situation de responsabilité, nous comme citoyen, les personnes qui dirigent les villes, les régions, les états. Donne-leur tous un vrai souci de ta création, un vrai souci du manque de respect pour le patrimoine naturel que tu nous confies, et de résister aux lobbies de toutes sortes !
  • KT : Seigneur notre Dieu, nous prions pour les responsables engagés dans des projets qui font jaillir comme des fontaines les signes de ton Royaume : sois avec eux chaque jour.
  • Pasteur : Nous prions pour notre communauté, afin que chacun y trouve une place : invités au festin, parfois boiteux, infirmes et pauvres, nous venons tels que nous sommes, pour te rendre grâce, en pensant aussi à ceux qui ne peuvent être parmi nous ce matin. A l’occasion de ce culte en familles, nous te remettons tout spécialement les jeunes et les enfants de notre communauté. Que toutes les générations chantent ta louange…

Puis introduire le Notre Père.

(93) Noir

(94-95)- Chant 631. 1+2 « Toi qui dispose » (mél. tradi.)  + 1 (mél. Gospel)

(96) Noir

 (97) – Bénédiction avec aspersion de l’assemblée : La paix profonde de la vague qui bouge soit sur vous (aspersion) La paix profonde de l’air qui circule soit en vous (souffle d’air) La paix profonde du calme de la terre soit sur vous (silence) La paix profonde des astres brillants soit sur vous (lumière) La paix profonde du Père, Fils et St Esprit soit sur vous et en vous (croix)- amen

Crédits Frédéric Gangloff, UEPAL




Les coutumes de Noël

Célébration de Noël permettant de passer en revue toutes les traditions régionales de Noël…

Musique

Accueil (dialogue 1 adulte /1 enfant)

– (ADULTE) Soyez toutes et tous les bienvenus ce soir…et Salut ! ça va ?

– (Enfant) Non,  ça ne va pas… j’en ai assez d’attendre ; (attitude lasse, impatiente..) il faut toujours attendre… attendre qu’il fasse beau pour sortir… attendre qu’il fasse moins beau pour regarder la télé… attendre le train… attendre l’heure du repas pour manger… attendre que les choses changent, attendre son anniversaire, attendre les copains, attendre les vacances, et en ce moment la mode c’est d’ATTENDRE NOEL ! alors j’ai bien compris qu’ils essayent de me faire passer la pilule avec leur calendrier de l’Avent … mais bon… MOI… je dois quand –même attendre ;

– (ADULTE) oui tu as raison…, c’est parfois dur d’attendre… mais parfois quand on attend, on a le temps de se préparer et de faire plein de choses pour mieux en profiter le jour J… Regarde toutes ces traditions de Noël … tranquillement, nous préparons la fête, en décorant, en dégustant, en chantant, en préparant le sapin, en invitant des amis, en préparant des cadeaux, en en fabriquant soi-même… j’ai bien besoin d’un mois pour faire tout ça !

– (Enfant) tu le sais, moi je ne suis pas d’ici, vous voudriez pas m’en dire un peu plus sur vos traditions de Noël ?

Chant 1 de l’assemblée 

Prière

Il faut toujours attendre !

Et pourquoi pas tout de suite ?

Seigneur, je n’aime pas attendre tu sais.

Et pourtant, toi tu as pris le temps de naître, de grandir, de devenir homme.

Toi, tu nous donnes le temps.

Aide-moi à profiter de chaque jour, de chaque heure que tu m’offres.

Aide-moi à ne pas oublier que chaque jour est unique, que chaque jour est comme un cadeau que tu me fais ! Alors MERCI !

COURONNE DE L’AVENT

 (ADULTE) – chez nous à la maison, on allume chaque dimanche une bougie de la couronne de l’Avent. Et ça y est, comme les 4 sont maintenant allumés, je crois que Noël n’est plus très loin !

– oui, mes parents aussi font ça… je me demande d’où ça vient cette idée ?

(ADULTE) – je sais, dimanche ils m’ont raconté que la couronne de l’Avent a été inventée en Allemagne par un pasteur en 1839. Il s’occupait d’orphelins, et au mois de décembre ils n’arrêtaient pas de lui demander quand serait Noël –un peu comme nous je crois– il fabriqua  donc une couronne en bois, sur laquelle il fixa – vingt petits cierges rouges et quatre grands cierges blancs. Chaque matin du mois de décembre, une petite bougie de plus était allumée et, à chaque dimanche, une grande bougie blanche.

(un adulte/KT) oui tu as raison … et ma grand-mère m’a racontée que cette tradition est arrivée en Alsace entre les deux guerres mondiales, grâce aux groupes de jeunes protestants.

Chant 1 des enfants : Dis maman pourquoi

  • les 4 bougies (les catéchumènes)   – les chanteurs restent en place  Chaque bougie a une signification :

– la 1ère bougie rappelle que Dieu a pardonné à Adam et Eve leur désobéissance et leur a permis de vivre : c’est la lumière du pardon, la lumière de l’espérance.

– la 2e bougie rappelle l’histoire d’Abraham qui a choisi de suivre les chemins de Dieu : c’est la lumière de la confiance.

– la 3e bougie rappelle que David, dans les hauts et les bas de sa vie, n’a cessé de louer Dieu : c’est la lumière de la joie.

– la 4e bougie rappelle que le message de Noël est un message de paix, comme l’ont annoncé les prophètes : c’est la lumière de la paix.

Chant 2 des enfants : ah si tout le monde pouvait chanter

Les bredele et les noix

-(ADULTE)  moi pour attendre Noël, ce que j’adore c’est : manger des bredele de toutes les sortes ! au dessert ou au goûter avec un bon chocolat chaud.

– j’adore en faire avec ma maman et ma mamie le samedi !

(ADULTE) – tu vois, je me demande aussi qui a eu la superbe idée d’inventer ça ? tu sais toi ? parce que ça, c’est une super idée, vraiment !!!

– peut-être aussi un pasteur allemand ? (mdr)

(un adulte/KT) A ce sujet il y a une légende, les enfants ! Lorsque les anges ont annoncé aux bergers que le sauveur allait naître cette nuit-là, les bergers ont couru à Bethléem le plus rapidement possible et ils oublièrent qu’ils avaient mis du pain à cuire dans le four. A leur retour, la pâte était devenue sombre – mais les gâteaux qu’ils sortirent du four sentaient délicieusement bons et avaient un goût de miel ! Dans leur joie, ils les partagèrent avec tous ceux qu’ils ont rencontrés cette nuit-là. Et en souvenir de ce miracle, ils prirent l’habitude de faire cuire chaque année à Noël de petits gâteaux sucrés.

– mais pourquoi les fait-on en forme d’étoile, de cloche, de sapin… aujourd’hui ?

(un adulte/KT) à votre avis ?

– ah mais l’étoile, c’est peut-être pour se rappeler l’étoile qui a guidé les mages jusqu’à la crèche ?

– et le sapin, ça nous rappelle celui qui trône dans nos maisons, cet arbre de vie qui traverse l’hiver.

– oui, et les bottes, ce sont celles du Père Noël à mon avis !

– et les cloches, ce sont celles de l’église, qui nous invite à célébrer la naissance de Jésus le 24 au soir

– A l’école du dimanche, la monitrice a raconté l’autre jour que, dans le temps, on utilisait beaucoup d’amandes et de noix pour les bredele. Et on expliquait aux enfants  que ces fruits étaient une image pour la Parole de Dieu.

– comment ça ?

– c’est une coquille dure sans valeur qui renferme un fruit bon à manger.

– ça me fait penser à la Bible moi, un livre dur et difficile à ouvrir mais avec quelque chose de bon pour nos vies à l’intérieur,

– et moi, ça me fait penser à la mangeoire en bois dans l’étable à Béthléem qui accueillera le Sauveur du monde.

Musique (de Noël)

Le sapin de Noël

(ADULTE)  – Moi ce que je préfère à Noël, c’est le sapin ! (> le montrer)

– moi aussi, surtout le décorer et allumer ses lumières le soir en rentrant de l’école.

(ADULTE) – tous les arbres perdent leurs feuilles, sauf le sapin qui reste vert – même en hiver !

– mon grand-père m’a raconté qu’avant, ce n’était pas des guirlandes électriques qu’on allumait, mais de vraies bougies. Mais le sens est le même : c’est pour dire que Jésus est venu dans le monde pour ECLAIRER les hommes.

(un adulte/KT) je crois que le permier sapin de Noël est apparu à Strasbourg au 16e siècle, il était décoré avec des pommes, des bredele et des hosties. Il servait dans les saynètes de Noël qui étaient joué devant les églises. A l’époque, il représentait l’arbre du paradis dont Adam et Ève ont mangé le fruit défendu. Cette histoire raconte que l’homme a découvert qu’il avait une limite : il ne sait pas toujours ce qui est bien ou mal. Mais avec la naissance de Jésus, quelque chose de neuf est possible : Dieu est devenu un bébé puis un homme. Et si on reste accroché à lui, comme les branches sont accrochés au sapin, on peut porter de beaux fruits. Oui, tu vois, peut-être que là où ce n’est pas toujours facile ou naturel pour nous, on peut trouver avec Dieu le chemin où la bonté, l’espérance, la paix sont possibles.

Chant 3 de l’assemblée 

Le Saint-Nicolas et Christkindel

– Pour moi, le plus dur c’est d’attendre les cadeaux…

(ADULTE) – ah, mais tu m’y fais pensé, nous n’avons pas encore parlé du Père Noël ! Savais-tu que son ancêtre, c’est le Saint-Nicolas? J’ai appris cela à l’école. C’était un évêque qui vivait au 4e siècle et qui était très généreux. Un soir de Noël, alors qu’il voulait remettre de l’argent à un homme très pauvre et qu’il se demanda de quelle manière discrète il pourrait le faire, il trouva cet homme endormi près du feu éteint Il monta alors sur le toit et jeta des pièces d’or dans la cheminée. Il pensait qu’elles tomberaient aux pieds du dormeur, mais les pièces tombèrent dans les chaussettes qu’il avait mises à sécher près du feu.

– (adulte) Mais vous savez, à l’époque- ce n’était pas comme aujourd’hui. Bien souvent, nous les enfants protestants, on était souvent frustré de ne pas recevoir de cadeaux à la saint-Nicolas comme les copains catholiques. Du coup, chez nous c’était le Christkindel qui venait nous apporter les cadeaux le soir de Noël. vous la connaissez ? elle rappelle l’enfant Jésus qui apporte les dons de Dieu aux hommes.

oui/non..

– (adulte) C’est une jolie jeune fille tout de blanc vêtue, parée d’une couronne dorée faite de branches de sapin et ornée de 4 bougies et tenant en main un bâton avec une étoile.

La bûche

juste avant Noël, chez nous il y a une autre tradition pour préparer la fête : c’est la bûche de Noël et je la fais avec papa. Ben oui, chez nous, c’est papa qui cuisine.

(ADULTE)- elle a quelle goût cette année ta bûche ?

– au chocolat bien sûr !

– chaque année, papa me raconte que la bûche de Noël vient des celtes et des gaulois. A l’époque, chaque famille brûlait une grosse bûche et on lui attribuait toutes sortes de vertus : protection de la maison et de la famille, abondance des récoltes, etc. … c’était un genre de porte-bonheur- tu vois!

– bon, moi, je préfère celle qui se mange !

Chant 3 des enfants : Sahn’r s’Kindel uf em stroh

La Crèche

(ADULTE) – j’aime bien installer la crèche avant Noël.

– Chaque année, je la ressors du coffre avec ma petite sœur, et on s’amuse à placer tous les personnages.  l’installer

– oui, c’est trop beau, et ça nous rappelle ce qui s’est passé d’extra-ordinaire cette nuit-là.

(un adulte/KT)  c’est Saint-françois d’Assise qui a fait joué la 1ère crèche vivante dans une grotte au 13e siècle. En plus des personnages et des animaux, il avait pris soin d’ajouter des plantes, pour montrer que c’est la création entière qui est associée à la naissance de Jésus. Puis, quelques temps après, ce sont les crèches miniatures telles que nous les connaissons qui se sont développées.

L’histoire de Noël

(un adulte/KT) Mais dites-moi un peu, Noël, c’est quoi au juste ? une période de fête, un peu d’attente, des traditions charmantes et de bonnes choses à manger ? mais je ne crois pas que ce n’est que ça ! A quoi servent toutes ces traditions, sinon de nous dire quelque chose du sens de Noël – comme nous venons de le voir?

– Moi ce qui me plait, c’est que toutes les bougies qu’on allume en décembre veulent dire que le Dieu qui vient à Noël est un Dieu de lumière.

– au KT, on a découvert que la véritable histoire de Noël, pas celle du Père Noël et de ses lutins hein, mais la VERITABLE histoire de Noël se trouve dans la Bible.

– Attend ! Attend !

– Attend, quoi, encore !!!

– Attend, je vais vous la lire : Luc 2, 1 à 14 (ZEBIBLE)- à 2 voix 

Prière et Notre Père

A Noël, Seigneur, Nous allumons des bougies, Nous cherchons à mettre de la lumière au cœur de l’hiver, Au cœur de nos nuits. Mais la vraie lumière c’est toi. Dans l’obscurité de nos peurs et de nos malheurs, de nos fatigues et de nos peines, Une lueur d’espoir germe … Dans les ténèbres de la violence et de la mort, La clarté d’une joyeuse nouvelle grandit … Notre lumière, c’est toi. Comme les mages et les bergers, Nous voudrions nous mettre en route Nous voudrions nous approcher.  Et nous voudrions rester là, auprès de toi. Car la vraie lumière, c’est toi. Comme les bergers et les mages, Ta lumière nous attire, Nous sortons de l’obscurité, Nos routent tournent, Et nous voyons apparaître derrière l’enfant, Le Dieu vivant. Car la vraie lumière, c’est toi. Et comme les bergers et les mages, Tu nous renvoies sur nos routes, Par un autre chemin. Nous savons que nous marchons vers la lumière, Car tu es la lumière, Toi, Jésus qui nous fait connaître le Père, Toi qui nous as appris à prier et nous nous levons pour cela : Notre Père…

Annonces (sur la feuille)

Chant 4 de l’assemblée : Stille Nacht/Voici Noël 

Bénédiction Le Christ nous dit : “Vous êtes la lumière du monde… 
Que votre lumière brille devant les hommes.” (Mt 5:14-16) Que notre lumière brille ainsi
par notre parole et par nos actes. Que Dieu nous bénisse et nous soutienne dans notre témoignage.  Allez, dans sa paix et dans sa joie, Amen.

 POSTLUDE

Verre de l’amitié

Crédit : Agathe Douay




Je vous apporte une bonne nouvelle…

Célébration de Noël en deux temps : à l’intérieur de l’église puis à l’extérieur. Marie et Joseph découvrent le monde, deux mille ans après la naissance de Jésus…

Prélude à l’orgue

Chant 1 des enfants : Peuples de l’Univers 

Accueil
Soyez toutes et tous les bienvenus
L’année  touche presque à sa fin. Marie et Joseph ont bien vieilli depuis cette nuit de Noël… et les choses ont tant changé…Ce soir, depuis leurs nuages… Marie et Joseph regardent le monde des hommes. Ce soir Marie te Joseph vont nous raconter à nouveau l’histoire de cette nuit-pas-comme-les-autres, une nuit qui a tout changé, afin qu’elle continue d’illuminer le cœur des hommes.

Chant 1 de l’assemblée : Quand s’éveilleront nos cœurs ARC 315, 3 strophes

Lieu 1 : A l’église Marie est installée à table (type table haute de bar) dans le chœur en train de lire un magazine, Joseph arrive.

Marie : Alors joseph, tu as fait une bonne balade ?

Joseph : Oui, et toi tu fais quoi ?

Marie : Je regarde des catalogues de noël.

Joseph : Ah oui, dans quelques jours les hommes fêtent Noël !

Marie : Quelle histoire ! tu te rappelles, Joseph ? À l’époque, il n’y avait ni voiture, ni bus, ni train  pour se déplacer ; c’était à pied ou à dos d’âne. La société a bien évolué depuis !

Joseph : Oui, même pour les recensements, aujourd’hui tout est plus simple avec l’informatique. À l’époque, il fallait se déplacer, écrire sur des parchemins…

Marie : Oui, et où devions-nous nous rendre déjà? Ah oui, Bethléem ! cela faisait une trotte depuis  Nazareth.

Joseph : Oui, le voyage était bien long, la naissance de notre enfant approchait, il n’y avait pas d’ambulance et notre âne n’avait pas de gyrophare.

Marie : Et il n’y avait pas de clinique moderne où on pouvait bénéficier d’une anesthésie

Joseph : Oui les choses ont changé, tient ça va être l’heure des informations.

Joseph met la TV en route  ( un des enfanst joue le journaliste sur fond du Journal Télé de 20h) : images de scène de guerre, crise, individualisme, monde dirigé par l’économie, famine car pas de partage des richesses et des biens de la terre…  les 3 films ont été réalisés durant les séances de préparation avec et par les enfants et projeté sur écran le soir-même

Joseph éteint la TV (avec télécommande pointée sur l’écran)

Joseph : Tu vois Marie, cela fait vingt siècles que notre fils Jésus est venu leur apporter un message de paix, et ils sont toujours à se battre !

Arrivée d’un ange 

Ange : Salut Marie, Salut Joseph ! Dites donc, vous en faites une tête, cela me rappelle presque- il y a un peu plus de 2 000 ans- quand je vous ai annoncé la naissance de Jésus. Qu’est ce qui ne va pas ?

Joseph : Ne m’en parle pas, je viens de regarder le journal télé, et pour une veille de Noël il n’y a pas beaucoup de bonne nouvelles.

Marie : Mais il subsiste un espoir quand-même, souviens toi Joseph,  par exemple, il y a presque un siècle, des lumières se sont allumées dans la nuit…  as-tu entendu parler de « la trêve de noël » ?

Joseph : La quoi ? La trêve de noël ?

Ange : Oui, par exemple le soir de Noël 1914, pendant la guerre, dans de multiples endroits du front les armes se taisent, les soldats pensent à leurs familles, ils oublient pour quelques minutes de se battre et finissent par fraterniser. Ceux qui étaient ennemis quelques heures avant, chantent Noël, partagent leurs repas, jouent ensemble… Le temps d’une nuit pas comme les autres, la nuit de Noël. Noël le jour où les humains fêtent la naissance de Jésus est aussi un symbole de paix, une lumière dans la ténèbre, cette lueur d’espoir qui nous dit  qu’on peut trouver le pardon et la paix.

Joseph : Ceux qui se battent peuvent trouver un moyen de se réconcilier s’ils acceptent de regarder l’autre comme un frère et non comme un ennemi.

Ange : Oui, Noël, la fête de la naissance de Jésus est une occasion d’inviter les  hommes à se réconcilier, et à se réjouir ensemble, plutôt que de se déchirer.

Chant 2 des enfants: « Tu es la plus belle » (ARC 779)

Ange : D’ailleurs, comme  c’est bientôt noël sur terre, les hommes doivent être en plein préparatif, voyons cela.

Marie rallume La Tv (avec télécommande): un journaliste (enfant) fait un reportage sur les traditions de Noël et le sens du sapin de Noël chez un vendeur de sapin du village

Marie éteint la TV (avec télécommande):

Joseph : Le sapin par-ci, le sapin par-là…. On a l’impression qu’il y en a que pour le sapin

Ange : Le sapin, que l’on trouve dans nos maisons comme arbre de noël symbolise la vie éternelle, le renouveau après le solstice d’hiver

CHANT 2 de l’assemblée : Mon beau sapin AL 54/08, 3 strophes

Joseph : Et Jésus alors ?

Marie remet la TV (avec télécommande): reportage sur les pains d’épices en Alsace

Joseph : Mmmhhh, cela me donne faim

Marie : Ben quand il s’agit de manger, tu es toujours le premier !

Joseph : Cela me rappelle les pains aux épices que l’on mangeait lors des repas de fête, mais avec tout cela, on n’a toujours pas parlé de Jésus.

Ange : Bon, si c’est comme cela, voyons ce que je peux faire, (l’ange scrute l’assemblée)  Bon, je ne vois pas de bergers,  il me faut des témoins

Marie : Il y a tous ces gens qui sont venus nous voir ici ce soir dans cette église…

Ange : Bon d’accord (l’ange se tourne vers le public) Ne craignez point, car je vous apporte une bonne nouvelle qui réjouira beaucoup tout le peuple ; Cette nuit dans la ville de David, est né pour vous un Sauveur, c’est le Christ le Seigneur, Et voici le signe qui vous le fera reconnaitre : vous trouverez un petit enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche.

Chant 3 des enfants: Du haut de la montagne (AL 56/03)

Enfant : Allons voir si ce que l’ange nous a dit est vrai, regardez là-bas, Voici la lumière qui va nous guider. Un enfant porte une étoile au bout d’une perche, traverse l’église, l’assemblée est invitée à suivre l’étoile et à sortir de l’église. INTERLUDE sur le thème de Noël traditionnel les enfants qui jouent marie/joseph/bergers se mettent en place dehors autour des animaux et de la crèche en bois

Lieu 2 : devant le préau avec la crèche vivante

CHANT 3  de l’assemblée:  Ihr Kinderlein Kommet EG 43, 3 strophes – devant la crèche vivante (veau, moutons, des enfants)

TEXTE biblique: Matthieu 1, 18 à 23 par un adulte 

Joseph : Comme nous étions jeune à l’époque !

Marie : Oui,  comme j’étais belle, cette naissance me rendait radieuse !

Chœur parlé : (2 enfants)

C’est Noël !
L’enfant Dieu vient chez nous !
Il vient pour toi, pour moi.
Il vient pour ceux qui sont pauvres comme les bergers :
Ceux que l’on rejette parce qu’ils sont différents,
Ceux qui sont seuls, sans famille, sans ami.
Jésus est né !
La lumière de Dieu éclaire le monde !
Son amour et sa paix illuminent la terre :
Tous les hommes, les femmes, les enfants sont ses bien-aimés !

Chant 4 des enfants : Kinderlied fer d’Wiehnachte 

Prière (2 adultes) 

Merci, Père très bon, pour l’enfant de Noël
Il est lumière qui brille dans notre nuit.
Merci pour les anges que tu nous envoies
et qui nous disent de ta part le sens de notre vie.
Merci pour les bergers
qui ont su se mettre en route et t’accueillir.
Dieu, notre Père, parce que nous croyons en ta lumière,
nous osons te prier pour ceux qu’étouffe la nuit du monde.
Nous te prions
pour ceux qui sont pris par la guerre et qui ont peur,
pour les enfants séparés de leurs parents,
pour ceux que la pauvreté a jeté sur les routes de l’exil,
pour ceux que la maladie a enfermé dans la souffrance.
Pour tous les humains qui sentent la nuit les remplir,
nous te prions, Seigneur, afin que ta lumière brille pour eux,
que la voix des anges chantent pour eux aussi,
et qu’ils partagent la joie des bergers.
Ouvre leurs yeux et les nôtres à ta véritable lumière.

Et ensemble nous prions : Notre Père…

Un enfant invite l’assemblée à un moment convivial de partage à l’extérieur (L’ange ?)
Et comme noël est une fête de partage, partageons quelque bredeles, pain d’épices et une boisson chaude pour se réchauffer : vin ou jus chaud

Crédit : Agathe Douay