Kamishibaï maison : Luc 5, 1-11

Le théâtre de papier (« Kamishibaï » en japonais) présente une image au recto pour les spectateurs et un texte au verso. Le ravissement du public est garanti, le stress du narrateur moindre car la lecture est disponible au verso des planches.

Ci-dessous les étapes à suivre pour confectionner votre Kamishibaï :

Matériel :

  • imprimante + 8 feuilles blanches épaisses
  • plastifieuse + 8 feuilles de plastification (optionnel)

Première étape : fabriquer le kamishibaï

– Télécharger et imprimer sur le papier épais blanc, en recto-verso (reliure sur le plus petit côté),  : Luc 5 Pêcheurs d’humains
– Plastifier toutes les pages (optionnel)

Deuxième étape

Votre kamishibaï est prêt ! Il suffit de le mettre dans le bon ordre et de l’insérer dans le Butaï. On peut s’entraîner face à un miroir.
Bonne narration !

Découvrir

  • Confection d’un Butaï maison et la liste d’autres Kamishibaï à imprimer.

 

Crédit : Marie-Claire Helmlinger, Point KT.




Kamishibaï maison : lettre aux Ephésiens 1

Le théâtre de papier (« Kamishibaï » en japonais) présente une image au recto pour les spectateurs et un texte au verso. Le ravissement du public est garanti, le stress du narrateur moindre car la lecture est disponible au verso des planches.

Le bricolage proposé ici est au format A4 (pour utiliser l’imprimante).

Matériel :

  • imprimante + 5 feuilles blanches de papier épais  + 6 feuilles de papier couleur
  • cutter + carton
  • plastifieuse + 11 feuilles de plastification

Première étape : fabriquer le kamishibaï

– Imprimer sur le papier épais blanc, en recto, toutes les planches de dessins :Ephesiens1
– Découper au cutter toutes les parties hachurées (le cadre blanc doit toujours être présent)
– Faire la page de titre.  Télécharger  le texte biblique Découper et coller comme indiqué sur les feuilles de couleur préalablement préparées
– Plastifier toutes les pages

Deuxième étape

Votre kamishibaï est prêt ! Il suffit de le mettre dans le bon ordre en alternant page de couleur et page blanche. Il faut commencer par une page de couleur puis continuer par une page blanche… Normalement toutes les pages de couleurs sont impaires et toutes les pages blanches sont paires. Glisser les planches dans le bon ordre, dans le butaï (pour voir la fiche technique, cliquer ici )… s’entraîner en face d’un miroir (pour voir les images) et une fois que l’on se sent prêt : raconter ! Attention : lors de la manipulation, retirer seulement les pages de couleur. Ainsi, le récit et les dessins découpés prendront de la profondeur au fil de la lecture. 

Voir la vidéo

 

Découvrir la collection des kamishibaï en cliquant ici

Crédits : Laurence Gangloff (UEPAL) et Marie-Claire Helmlinger (vidéo), Point KT




Les ouvriers de la dernière heure

Le théâtre de papier (« Kamishibaï » en japonnais) présente une image au recto pour les spectateurs et un texte au verso pour le narrateur. Le ravissement du public est garanti, le stress du narrateur est moindre car la lecture est disponible au verso des planches.

Le bricolage proposé ici est au format A4 (pour utiliser l’imprimante) – en noir et blanc pour que jeunes et moins jeunes puissent  être associés à cette création de mise en couleurs.

Matériel : imprimante + 12 feuilles de papier épais pour les dessins en noir et blanc  + feutres ou gouaches ou crayons

Première étape

Imprimer sur du papier épais, en recto-verso, toutes les planches de dessins : Matthieu 20 Noir et blanc A4

Deuxième étape

Mettre en couleurs les dessins; toutes les techniques sont possibles : crayons, feutres, gouaches, aquarelles, crayons gras, pastels, papiers déchirés-collés… Pour ces dessins, j’ai utilisé ma boite de peinture à l’aquarelle
Voir mon exemple

Pour une meilleure lecture de cette parabole, voici les codes couleurs adoptés : Matthieu 20 en couleurs Matthieu 20 en couleurs

  • Le jaune, c’est pour Jésus
  • Le rouge, c’est pour Dieu, et pour les symboles du Royaume de Dieu (un cœur ouvert, contenant l’humanité) ; le chiffre « 1 » (il représente le contrat de départ) ; la grappe de raisin, l’intendant et le point d’interrogation final.
  • le vert, c’est pour le maître de la maison, propriétaire de la vigne
  • les ouvriers sont dans un dégradé de marrons, du plus clair au plus foncé. Les derniers ouvriers étant en noir.
  • Le point d’interrogation des ouvriers de la première heure, est en noir. Ils remettent en question leur contrat de travail en se comparant aux derniers arrivés. Et pourtant, le maître de la maison est fidèle au contrat de départ…c’est pour cela que le chiffre 1 est comme en balance avec le point d’interrogation noir.
  • Le dernier dessin illustre une balance, symbole de la justice, non pas celle des hommes, mais de celle de Dieu

Troisième étape

Glisser les planches dans le bon ordre, dans le butaï (pour voir la fiche technique, cliquer ici )… s’entraîner en face d’un miroir (pour voir les images) et une fois que l’on se sent prêt : raconter !

Découvrir la collection des kamishibaï cliquer ici

Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL) Point KT




Une graine de moutarde : bricolage communautaire

Proposition d’un bricolage réalisé à l’occasion du culte des moissons et en lien avec la parabole de la graine de moutarde (Marc 4). Le culte s’est déroulé dans une paroisse d’Alsace (Hautepierre). L’animation se passait en même temps que le culte.

 

 

Le point de départ : un triptyque figurant un arbre, préparé à l’avance. On pourrait croire qu’il est mort (le tronc est de couleur noire sur fond bleu).
Le matériel nécessaire préparé en amont  :

  • 3 toiles (120 x 40 cm), peinture acrylique : bleu, blanc, noir, pinceau, préparer les crochets au dos
  •  découpées dans des papiers épais des feuilles d’arbre, des nids, des oiseaux (couleurs des feuilles de papier épais : vert, brun, orange)

Après avoir entendu la narration de la graine de moutarde (Évangile de Marc 4), les enfants sont invités à quitter le culte avec la représentation de l’arbre, tandis que les adultes restent pour méditer et répondre à la question : comment participer au royaume de Dieu ? (ils écrivent leurs réponses sur les oiseaux). Quant aux enfants, ils réentendent la parabole et expliquent ce qu’ils ont aimé ou compris de cette parabole. Puis ils collent les feuilles et les nids (nous avons utilisé des pistolets à colle).

Après avoir présenté l’arbre à la communauté, ceux qui le voulaient, pouvaient placer leur oiseau dans les nids, pendant que des oiseaux (en bois blanc) étaient collés. Ils figurent ceux qui vont venir agrandir la communauté.

Au final, l’arbre mort porte la vie…
Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL) Point KT

 




Kamishibaï maison : Marc 4 Une graine de moutarde

Voici un  kamishibaï maison (théâtre de papier) à partir du texte de Marc 4, en lien avec la graine de moutarde. Cette proposition de création est au format A4 et indique pour la mise en couleurs, l’utilisation d’aquarelles. Petits et grands peuvent être associés à cette création qui nécessite peu de matériel.

Matériel : imprimante (pour les dessins en noir et blanc + textes) + papier épais + peintures + pinceaux + eau. On peut bien sûr dessiner soi-même, sans être obligé d’imprimer. Veiller à respecter une marge de 3 cm de chaque côté.

Première étape

Télécharger et imprimer les planches de dessins : Marc 4 Noir et blanc
(Recto-verso, reliure sur le plus petit côté). Utiliser du papier épais

Deuxième étape

Mettre en couleurs; toutes les techniques sont possibles : crayons, feutres, gouaches, aquarelles, crayons gras, papiers déchirés-collés. Quelques explications

  • Planche 2 : Jésus est représenté en jaune et il explique aux disciples (dont les vêtements sont couleur de terre) combien l’amour de Dieu est grand et beau et bon (code couleur : le rouge !)
  • Planche 3 : le royaume de Dieu est représenté comme un grand cœur (celui de Dieu) où chacun à sa place. C’est pour cela que le cœur n’est pas fermé… il est rouge sur fond jaune, car ce sont les paroles de Jésus.
  • Planche 4 : j’ai voulu montrer la toute petite graine (elle est minuscule) J’ai hésité entre représenter une loupe ou une flèche pour montrer la graine…
  • Planche 5 : la graine commence à pousser. C’est une « drôle » de graine : j’ai voulu représenter une racine qui ne se rapproche en rien des études botaniques.
  • Planche 6 : l’arbre accueille tous les oiseaux. A l’horizon, des oiseaux arrivent, et il seront les bienvenus, car l’arbre est à mettre en parallèle avec le cœur de la planche 3, c’est pour cela que l’on peut affirmer qu’ils seront les bienvenus.
  • Télécharger le kamishibaï colorisé marc 4 colorisé
  • Télécharger les diapositives pour un culte : marc 4 colorisé avec texte

 

Troisième étape

Glisser les planches dans le bon ordre et dans le butaï (fiche technique ici )… s’entraîner en face d’un miroir (pour voir les images) et une fois que l’on se sent prêt : inviter au « spectacle » !

Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL), Point KT




Un homme avait deux fils…

« Un homme avait deux fils » est une parabole de Matthieu 21, mise en image selon la technique du Kamishibaï ( = théâtre de papier).

Fabrication du Kamishibaï

Le bricolage est au format A4 (pour utiliser l’imprimante) et propose l’utilisation des peintures (gouaches)  – mais toutes les formes de créativité sont possibles. Petits et grands peuvent être associés à cette création qui nécessite peu de matériel.

Matériel : imprimante + 12 feuilles de papier A4 épais + peintures + pinceaux + eau . On peut bien sûr dessiner soi-même, et recopier le texte biblique, sans être obligé d’imprimer. Dans ce cas, veiller à respecter une marge de 3 cm de chaque bord de la feuille.

Les étapes

  • Télécharger le dossier Matthieu 21
  • Imprimer  toutes les  planches en mode « Recto-Verso, reliure sur le plus petit côté » et en « noir et blanc »
  • Mettre en couleurs les dessins; toutes les techniques sont possibles : crayons, feutres, gouaches, aquarelles, crayons gras, pastels, papiers déchirés-collés…Collage de feuilles mortes
  • Laisser sécher, éventuellement plastifier les planches.
  • Glisser les planches dans le butaï (pour voir la fiche technique, cliquer ici )… s’entraîner en face d’un miroir (pour voir les images) et une fois que l’on se sent prêt : inviter au « spectacle » !

Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL) – Point KT