Coloriage communautaire pour Noël ou jeudi saint

Introduction

Vous connaissez sans doute le petit jeu qui consiste à plier une feuille A4 en 4 dans le sens de la largeur. Le premier dessine un couvre-chef sur la première partie, la replie et  donne  la feuille au suivant qui dessine la tête en dessous, et ainsi de suite. Le résultat donne de fabuleux dessins d’êtres humains extraordinaires. Voir l’exemple icimodèle du dessin en 4 parties

Ce principe peut s’utiliser pour un dessin collectif et communautaire pour une fête de Noël, une célébration de jeudi saint ou pour d’autres occasions. La préparation peut se faire uniquement à distance !

Étape 1 : préparation

Choisir et imprimer un coloriage de la scène voulue (crèche, Sainte Cène, ou tout autre chose). Le coloriage doit être suffisamment complexe, pour permettre d’être colorié en différentes couleurs et suffisamment grand pour permettre à plusieurs familles/personnes d’ajouter leur pierre à l’édifice commun. Deux exemples d’images possibles :

Étape 2 : mise en œuvre

Définir la liste des participants et, en conséquence, le nombre de couleurs. Chaque participant se voit attribuer une couleur (pour un ordre possible, voir étape 3).

Chacun peut colorier avec sa couleur, en même temps pour une très grande image, sinon à tour de rôle. Pendant le temps de confinement il n’est pas nécessaire de se voir pour la mise en œuvre. Il est possible d’envoyer le coloriage avec les instructions à la première famille qui colorie des parties avec la couleur indiquée. La famille prend en photo le résultat et l’envoie à la personne qui récolte les différentes photos pour en faire un montage.

Ensuite, elle envoie le résultat à la 2e famille, en incluant les mêmes instructions. Et ainsi de suite jusqu’à la fin de la chaîne. Attention : en fonction de la vitesse d’envoi des familles (et les délais postaux), la mise en œuvre peut-être longue. C’est donc un travail pour tout le temps de l’Avent ou du carême. Pour garder le dynamisme, il est sans doute utile d’ajouter un délai d’envoi pour chaque famille.

Étape 3 : le résultat

Une fois toutes les photos reçues, on les met ensemble dans un diaporama qui montre l’évolution du dessin d’une famille à l’autre.

Pendant la visualisation, on peut chanter avec les enfants, une variante « spécial Noël » du cantique « La terre chante les couleurs » (Cantique Arc en Ciel 725 / Alléluia 51/21). A chaque couleur évoquée on passe la photo suivante, qui montre le dessin avec la couleur mentionnée en plus (famille 1 a colorié en rouge, famille 2 a ajouté du vert,…). Évidemment on peut adapter l’ordre des couleurs en fonction de la réalisation de l’œuvre collective.

Noël brille de mille couleurs, Que Dieu a mises dans nos cœurs.
Couleur rouge, couleur rouge, nous dessinons Noël
Couleur vert, couleur vert, nous dessinons Noël

Noël brille de mille couleurs, Que Dieu a mises dans nos cœurs.
Couleur jaune, couleur jaune, nous dessinons Noël
Couleur ocre, couleur ocre, nous dessinons Noël

Noël brille de mille couleurs, Que Dieu a mises dans nos cœurs.
Couleur bleu, couleur bleu, nous dessinons Noël
Couleur terre, couleur terre, nous dessinons Noël

Noël brille de mille couleurs, Que Dieu a mises dans nos cœurs.
Couleur gris, couleur gris, nous dessinons Noël
Couleur noir, couleur noir, nous dessinons Noël

Noël brille de mille couleurs, Que Dieu a mises dans nos cœurs.

Pour la version « jeudi saint / Pâques » on peut changer le texte :

Le jour de Pâques a des couleurs, Que Dieu a mises dans nos cœurs.
Couleur rouge, couleur rouge,  nous dessinons ensemble
Couleur vert, couleur vert, nous dessinons ensemble

Variante 1

Au lieu de proposer, à la base, un coloriage, il peut être tout aussi intéressant – en fonction de l’âge des enfants – de proposer une page blanche à la première famille, qui commence un dessin, colorié et enrichi par les suivants.

Variante 2

Au lieu d’attribuer une couleur à chaque famille, pour aller plus vite et éviter des coupures dans la chaîne des envois, il est également possible de couper l’image en morceaux, d’envoyer un morceau à chaque famille/personne en demandant de le colorier. A réception des morceaux (le jour de la fête ou en amont) chacun.e découvre le résultat dont sa contribution est une petite pierre.

Variante 3

De la même manière que pour le coloriage, un groupe/une paroisse peut décider de faire une œuvre collective sur un autre support : du patchwork où chacun travaille un thème commun sur un carré d’un format prédéfini… Les variantes sont multiples.

Crédits : Marlies Voorwinden, EPUdF- Point KT




Calendrier de l’avent perpétuel

Ce calendrier de l’avent peut devenir  intemporel. Pour que ce but soit atteint, il s’agira de se prendre le temps de le fabriquer, de le décorer et de le personnaliser le plus possible. L’idée m’a été soufflée par Catherine K. qui avait fabriqué ce calendrier avec sa maman alors qu’elle était une petite fille. C’est devenu un objet précieux pour elle !

Matériel : 25 fiches bristol vierges, perforatrice, ruban, feutres, ciseaux, colle, Bible

Mise en œuvre

Sur la première fiche bristol, écrire « Premier dimanche de l’avent » – y recopier un verset biblique, et décorer la fiche. Sur la seconde fiche, écrire « lundi » et procéder de même jusqu’à la 22e fiche qui sera le 4e dimanche de l’avent. La 23e fiche sera pour la nuit de Noël (24 décembre) et la 24e fiche sera pour le 25 décembre, jour de Noël. La dernière deviendra la première : la page de titre (voir la photo ci dessous)  On peut aussi décider de numéroter les fiches plutôt que de leur attribuer un jour.  Perforer, classer les fiches dans le bon ordre et passer le ruban. Le calendrier est prêt !

Voici quelques propositions de versets bibliques, inspirés de la lecture continue des chapitres 57 à 66 du livre d’Esaïe et Luc 1 versets bibliques

Ci dessous, quelques photos, pour montrer qu’il n’y a aucune limite à la créativité !

    

Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL) Point KT – photos Catherine K.

 




Calendrier de l’avent D-confiné

Voici une proposition de fabrication de calendrier de l’avent à faire en famille (ou seul) … il s’adapte à toutes les situations puisque nous remplissons nous-mêmes les cases… Le principe est de se fixer pour soi ou en famille, un objectif pour chaque jour. Le calendrier couvrira la période  du dimanche 29 novembre 2020  (soit 4 dimanche avant Noël), au dimanche 27 décembre.

Comment construire le calendrier? Il y a deux étapes de fabrication 1) celle des activités à imaginer  et 2) celle de la présentation finale

Etape 1 Imaginer les activités

Sur une page blanche, tracer un tableau à 3 colonnes. Dans la première, écrire les jours (commencer par Dimanche), puis les dates et enfin une activité. Pour faciliter la tâche, choisir un type d’activité par jour. Par exemple

  • Dimanche : Allumer la bougie de l’avent et prier
  • Lundi : Challenge personnel ou familial !
  • Mardi : Se prendre le temps de lire une nouvelle ou un conte de Noël
  • Mercredi : Sortir ! Marcher 1 heure. Chaque mercredi, à un autre moment de la journée, pour admirer l’environnement et la lumière !
  • Jeudi : Bricoler ou décorer la maison
  • Vendredi : Se prendre le temps de lire le texte biblique (chapitres 1 et 2 de Luc)
  • Samedi : Défi culinaire !

Exemples  2020 calendrier de l’avent D-confiné

Le même calendrier avec des liens vers les bricolages, recettes, contes, prières…  calendrier de l’avent D-confiné avec liens

Etape 2 la mise en valeur du calendrier.

  • Première option : découper les petites bandes du calendrier de l’avent D-confiné, et accrocher ce calendrier dans un endroit visible de la maison. Chaque jour, arracher la bandelette correspondante et mettre en œuvre (style petite annonce d’étudiant)

  • Deuxième option : réutiliser le calendrier en tissu de l’an passé et remplir les petites poches avec nos papiers découpés (on peut même ajouter des friandises dans les poches)

  • Troisième option : découper les bandelettes et les coller sur une bande de papier plus large (ou écrire directement, à la main), pour en faire des petits rouleaux. J’ai utilisé un bloc à papier que j’avais depuis très longtemps (mais on peut aussi utiliser du papier brouillon). Penser à numéroter les rouleaux.

Crédits : Laurence Gangloff (UEPAL) – Point KT




Kamishibaï maison : Luc 16, 1-9

Voici une narration utilisant la technique du Kamishibaï (dire ka-mi-shi-baï). Ce mot japonais pourrait être traduit par « théâtre de papier ». Les images sont imprimées de façon à ce que les spectateurs voient l’image présentée  (au recto) tandis que le conteur peut lire le texte imprimé (au verso).  Le glissement des images est facilité lorsqu’elles sont présentées dans un castelet (ou « butaï « ). Cliquer ici pour découvrir la fiche de fabrication du castelet  et tous les récits disponibles au téléchargement.

  1.  vidéo (2 mn 26′) pour donner un aperçu du résultat final
  2.  Méditation biblique de Frédéric Gangloff (avec utilisation des images) : cliquer ici Trois manières, au moins, de lire une parabole
  3. Fabriquer soi-même le kamishibaï en téléchargeant le fichier et en le colorisant. Le papier est au format A4 (pour utiliser l’imprimante) et propose l’utilisation des peintures  – mais toutes les formes de créativité sont possibles. Petits et grands peuvent être associés à cette création qui nécessite peu de matériel.

Fabrication

  • Matériel : imprimante + 7 feuilles de papier épais pour une impression recto-verso (ou 14 feuilles pour recto simple ) + peintures + pinceaux + eau + colle + 7 feuilles cartonnées (facultatif). On peut bien sûr dessiner soi-même, sans être obligé d’imprimer. Dans ce cas, veiller à respecter une marge de 3 cm de bordure de la feuille.
  • Première étape : imprimer (en recto-verso si possible – choisir la fonction « reliure sur le bord le plus petit »)  toutes les  planches de dessins en noir et blanc disponibles ici Luc 16 Kamishibai a illustrer def
  • Deuxième étape : mettre en couleurs  ; toutes les techniques sont possibles : crayons, feutres, gouaches, aquarelles, crayons gras, pastels, papiers déchirés-collés…
  • Troisième étape : si les feuilles n’ont pas été imprimées en recto-verso, c’est le moment d’assembler les planches et de  les coller sur le papier cartonné (si possible). Le recto de chaque planche est notifié en bas à droite (et en petite police de caractère) tandis que le verso de chaque texte est indiqué en haut et en grand.
  • Quatrième étape :  glisser les planches dans le bon ordre dans le butaï (pour voir la fiche technique, cliquer ici )… s’entraîner en face d’un miroir (pour voir les images) et une fois que l’on se sent prêt : inviter au « spectacle » !

Crédits : Laurence Gangloff (UEPAL) – Point KT




Le galet des Rois !

Noël 2020 sera… différent de ceux que nous avons connus depuis 75 ans. La troisième guerre mondiale est engagée contre le corona virus Covid 19. Nous allons la gagner, c’est sûr, mais en attendant, comment allons-nous fêter Noël et l’Épiphanie dans ce contexte ?

Et si on préparait des galets des Rois pour le temps de l’Avent ?

Matériel nécessaire : galets (ou cailloux, ou morceau d’ardoise, de poterie ou même de bois), crayon gris, couleurs acryliques résistantes à l’eau, pinceau et vernis, (mais moins écologique), marqueur indélébile, ou marqueur doré/argenté, chaussures de marche.

Vous avez peut-être vu cette belle initiative consistant à déposer anonymement sur les trottoirs et les chemins, des galets/cailloux décorés, destinés à embellir un peu notre quotidien ? Un dessin, un mot, un souhait, un prénom se laissent découvrir et emporter au hasard des promenades. On ne sait pas qui a dessiné, on ne sait pas qui a emporté, c’est un peu d’amour semé et récolté sans rien attendre en retour ! N’est-ce pas là, pour nous chrétiens, une belle manière de partager l’Évangile dans le temps de Noël ?

Prenons notre support : une matière naturelle qui peut trouver sa place dans l’écologie au cas où notre galet resterait longtemps là où nous l’avons déposé. Utilisons d’abord le crayon gris pour établir notre modèle. Qu’allons-nous dessiner ? Des sapins, des cadeaux et des pères Noël « comme tout le monde » ? Ou plutôt un bébé Jésus dans sa mangeoire, une crèche, trois mages en chemin, un poisson-ICHTUS… ?
Qu’allons-nous écrire ? « Joyeux Noël » comme tout le monde ou « Noël béni » ? Un verset biblique ? Jean 13.34 ; un proverbe -positif-du livre des Proverbes (15.30/ 16.21/ 19.2/ 19.17/ 26.20…); Matthieu 4.4 ; une béatitude Mt 5 ;… Les premiers mots d’un verset ou d’un passage plus long, avec sa référence : « Des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem… » Mt 2.1.
Utilisons alors la couleur résistante à l’eau (ou vernie). Laissons sécher. Enfilons nos chaussures de marche et partons chaque jour d’Avent déposer nos galets des Rois : ils embelliront les chemins et feront sûrement plaisir à un promeneur de passage en lui rappelant le sens de Noël.

Crédits: Lezimagina’tifs du Corona – Point KT –

  

 




Kamishibaï maison : bâtir sur le roc

« Bâtir sur le roc » est une narration utilisant la technique du Kamishibaï (dire ka-mi-shi-baï). Ce mot  japonais pourrait être traduit par « théâtre de papier ». Les images sont imprimées de façon à ce que les spectateurs voient l’image présentée  au recto et le conteur peut lire le texte imprimé au verso.  Le glissement des images est facilité lorsqu’elles sont présentées dans un castelet (ou « butaï « ). Cliquer ici pour découvrir la fiche de fabrication du castelet  et tous les récits disponibles au téléchargement.

  1.  vidéo (1 mn 25′) pour donner un aperçu
  2.  Méditation biblique à partir des images du  Kamishibaï : cliquer ici méditation en images pour Point KT
  3. Fabriquer soi-même le kamishibaï en téléchargeant le fichier et en le colorisant. Le papier est au format A4 (pour utiliser l’imprimante) et propose l’utilisation des peintures  – mais toutes les formes de créativité sont possibles. Petits et grands peuvent être associés à cette création qui nécessite peu de matériel.
  • Matériel : imprimante ( 7 feuilles de papier pour une impression recto-verso ou 14 feuilles pour recto simple. Si le papier est épais, c’est encore mieux) + peintures + pinceaux + eau + colle + 7 feuilles de papier épais (facultatif). On peut bien sûr dessiner soi-même, sans être obligé d’imprimer. Dans ce cas, veiller à respecter une marge de 3 cm de chaque bord de la feuille.
  • Première étape : imprimer (en recto-verso si possible) toutes les  planches de dessins en noir et blanc disponibles ici Matthieu 7 bâtir sur le roc
  • Deuxième étape : mettre en couleurs les dessins; toutes les techniques sont possibles : crayons, feutres, gouaches, aquarelles, crayons gras, pastels, papiers déchirés-collés…
  • Troisième étape : si les feuilles n’ont pas été imprimées en recto-verso, c’est le moment les coller sur du papier épais. Le recto de chaque planche est soit un titre, soit un dessin et le verso, le texte.
  • Quatrième étape :  glisser les planches dans le bon ordre, dans le butaï (pour voir la fiche technique, cliquer ici )… s’entraîner en face d’un miroir (pour voir les images) et une fois que l’on se sent prêt : inviter au « spectacle » !

vidéo 

Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL) – Point KT