Histoires de fraternité : le fils perdu et retrouvé

A partir du thème de la fraternité, quelques paroisses ont imaginé des animations bibliques pour un rassemblement d’enfants entre 5 et 12 ans. Ici , la présentation d’une de ces animation avec un cheminement biblique, expression plastique et temps de prière. (Autres animations disponibles : Joseph et la tunique déchirée, David et Jonathan). Proposition d’Evelyne Schaller, UEPAL.

Matériel : Bible : texte Luc 15, dessin d’un chemin balisé (dessiné sur une longue feuille en papier kraft), des craies grasses et des cailloux

Animation :

Le chemin sur papier kraft est déroulé sur la table. Sur ce chemin, on aura pu dessiné ou écrire quelques scènes – étapes de l’histoire.

On lit l’histoire du Fils prodigue

Questions  pour inviter à la discussion autour de l’histoire et permettre aux enfants de comprendre les étapes du cheminement.

Imaginons,

  •  que pense le frère aîné à la demande du plus jeune de recevoir sa part  d’argent de l’héritage ?
  • que pense le frère aîné lorsque son frère est parti très loin ?
  • que pense le plus jeune frère de son père et de son frère aîné lorsqu’il n’a plus rien à manger ?
  • que pense le frère aîné lorsqu’il apprend que son père a organisé une fête pour le retour du plus jeune frère ?

Expression plastique: à l’aide de craies grasses les enfants sont invités à compléter le paysage et les scènes imaginées lors de la question sur la partie du chemin qui concerne leur question. Les zones de dessin sur le chemin peuvent être ou non délimité par l’animateur.

Temps liturgique : pendant un temps de prière du Notre Père, les enfants sont invités à déposer des cailloux sur le chemin, là où la fraternité « fait mal », là où elle est difficile à vivre.




Solidarité avec le Liban et les enfants réfugiés syriens.

Voici le compte-rendu détaillé d’une journée catéchétique sur le thème de la Mission, vécue à Nîmes en solidarité avec le Liban et les enfants réfugiés syriens.  Collecte des documents par  Titia es-Sbanti (EPUdF). 

Journée catéchétique

Préparatifs  : mise en place de la sono, des micros, du  lecteur CD, installation du vidéo-projecteur (test), afficher la grande carte du Moyen-Orient. Poser sur les portes les affiches (prêtes) pour les ateliers. Installer  le « jeu de piste » en fonction du temps (la météo prévoit de la pluie),  accrocher les 3 drapeaux  (français, libanais, syrien).  Des accessoires pour l’ambiance orientale  (pas obligé, c’est juste si on en a, pour l’ambiance) : encens ?  robe longue, ? tunique ?  un « fèze » ? ( chapeau rouge  avec des pompons )

ACCUEIL des enfants  en mots (paix) et en couleur (ruban) « Shalom, salam, la paix soit avec toi. » Salutation des enfants en arabe, en Albanais et en  grec.

Chaque enfant dit d’ou il vient et reçoit un ruban de couleur, puis va se placer là  où se trouve la photo de sa paroisse. Chaque ruban a son code couleur  : ocre , bleu et vert. Pour les invités, on prépare  un ruban doré

PIQUE-NIQUE   Bénédicité en arabe

PRÉSENTATION DU LIBAN et de sa géographie, (5 minutes),  de la situation au Liban (10-15 minutes) puis de l’après-midi à travers le carnet  (5 minutes)

CONSTITUTION DES EQUIPES  :  Chaque groupe est accompagné d’un(e )moniteur (trice) qui reçoit sa feuille de route avec la succession des ateliers.

PRÉSENTATION  DES ATELIERS

  • ville de PALMYRE  Activité : répondre à la lettre d’un enfant syrien (lettre intégrée dans le carnet). Trophée : 1 stylo.
  • ville d’ALEP Activité :  réaliser un arbre à papillons matériel : tableau  Trophée : graine à semer. Les papillons sont prêts : sur place, chaque enfant devra écrire  un mot sur son papillon puis l’épingler  sur le tableau. Les responsables d’atelier  auront aussi une série de papillons à charger d’un mot et à fixer sur le tableau. Fiche détaillée ici 7. Atelier Papillon (détaillé)
  • ville de TYR Activité : préparer un grand plat de houmous que parents, enfants, monitrices, pasteurs dégusteront lors de l’apéritif qui suivra le culte. Trophée : la recette du houmous.
  • ville de MINYARA Activité : découvrir le texte de Jérémie 29 avec charades et illustrations pour retrouver les mots manquants. Fiche détaillée ici 8. Atelier Bible (détaillé)
  • ville de HOMS Activité :  jeu de piste pour sensibiliser aux conditions de vie dans les camps. Trophée : citation de Luther joliment illustrée. Fiche détaillée ici 9.Atelier JEU de PIste
  • ville de QAB ELIAS Activité : Danser sur une musique libanaise.Trophée : un CD avec de la musique libanaise.

 PRÉCISIONS : Durée de chaque atelier : 25 minutes. Si une équipe a un temps d’attente,  discuter la dernière page du carnet.

GOÛTER avec l’apport des gâteaux et boissons des familles

CULTE Après le culte, on sert un verre de l’amitié et des toasts avec l’houmous. Prévoir la boisson, les verres et toasts.

CULTE

Moment musical et Accueil ( explication, thème,..)

 Cantique:  761 « shema Israél »

 Louange

Cantique  n° 630 « Mon Sauveur, je voudrais  être une fleur .. »

 Prière d’illumination 

Lecture biblique : Jérémie 29/11-14 – lecture par 1 -2 enfants

« Oui, moi, le Seigneur, je connais les projets que je forme pour vous. Je le déclare : ce ne sont pas des projets de malheur mais des projets de bonheur. Je veux vous donner un avenir plein d’espérance. Vous ferez appel à moi, vous viendrez me prier, et je vous écouterai. Vous me chercherez, et vous me trouverez. Oui, je le déclare, moi, le Seigneur : si vous me cherchez de tout votre coeur, je me laisserai trouver par vous. Je vous rendrai votre ancienne situation, je vous rassemblerai de tous les pays et de tous les lieux où je vous ai chassés. Je vous ferai revenir ici, à l’endroit d’où je vous ai déportés ».

Projeter le texte en français pour les enfants et Jérémie 29 11-14 Arabe

Prédication :  Prédication Jérémie 29

Musique-danse

Offrande – pendant la collecte :  musique orientale

 

 

 

 

 

Intercession : nous utilisons la production de l’atelier d’écriture.

Le Notre Père : projeter en arabe en phonétique et en français. Voir ici le document NOTRE PERE Arabe – Français Le dire simultanément dans les 2 langues : une phrase chaque fois en arabe (et ceux qui se sentent !), puis la même phrase en français par l’assemblée.

Cantique 536/1, 2, 3, 4,5 « Seigneur tu cherches tes enfants»

Envoi-Bénédiction: En lien avec l’atelier Papillons (ALEP)  montrer à l’assemblée l’arbre  à papillons, (photo)

Idée de  geste  pour l’ENVOI : On ferait  un  lancer  de  papillons :  découper plein de  papillons (forme stylisée, simple) , et les lancer comme des confettis

Cantique 741/1, 2, 3, 4, 5 « Evenou shalom » 

 

 

 

 

Crédit : Titia Es-Sbanti (EPUdF)




La fraternité chez les apôtres

 

Sur le thème de la fraternité quelques paroisses d’Alsace ont imaginé des animations bibliques pour un rassemblement d’enfants entre 5 et 12 ans. Ici, la présentation d’une de ces animations proposées par Hélène Marx (UEPAL)

La vie des apôtres

Animation : tous assis autour de la table avec une  Bible ouverte. Nous voici assis, tous autour d’une même table, comme en famille ! Tous différents, mais d’une même famille… Les uns et les autres … Les uns avec les autres et chacun fait attention à l’autre… Quand l’un parle, les autres écoutent. Quand l’un dit « tu peux me passer le pain ? »,  l’autre répond. Car, en famille, on est attentif les uns aux autres !  Les grands veillent sur les petits, par exemple, on aide les parents, on met la table, on fait passer la corbeille à pain… Tout cela, vous connaissez, n’est-ce pas ?

Deuxième animation interactive : chacun présente sa famille et se situe dans la fratrie.  Combien de frères et sœurs (le plus grand, le plus jeune, au milieu). Chacun, chacune est invité à dire  ce qui et bien  entre frères et sœurs, ce qui est moins bien…

Introduction au texte biblique : Aujourd’hui, on va découvrir une famille un peu particulière….Ecoutez, je vais vous lire quelque chose dans la Bible, dans un livre qui s’appelle « les actes des apôtres » et vous me direz comment s’appelle cette famille … ce n’est ni la famille Dupont, ni la famille Muller

Lecture de Actes 2/ 42 -47

Travail sur ce texte : Tous étaient réunis autour de l’apôtre Pierre pour l’écouter leur parler de Dieu et expliquer la bible ; ils chantaient ensemble, ils priaient ensemble et ils mangeaient ensemble. Avez-vous deviné comment s’appelle cette famille ? Savez-vous que c’est une grande, grande famille ?  Il y a les chrétiens, (frères et sœurs catholiques, protestants, orthodoxes)  et puis les grands-parents-juifs – et puis  les cousins musulmans. ce sont les plus connus ( et bien plus loin ,  des arrière petits cousins  – hindouistes, bouddhistes  et tous ceux qui croient en Dieu  – ) et tous ensemble , on est  la  grande famille des croyants ! Une famille répartie  à travers le monde entier !! Chez nous, dans chaque ville et même presque dans chaque village, il y une maison particulière où on se réunit pour les fêtes de famille importantes comme le baptême, le mariage et pour prier Dieu : savez-vous comment s’appelle cette maison ?

Et on s’y réunit quel jour?

Oui, c’est le dimanche qu’on se retrouve à l’église et chacun vient avec son envie de retrouver les autres (et oui, on a plaisir à se retrouver dans une famille, pour se parler, échanger). Chacun vient avec des choses à partager ! Pas seulement des nouvelles mais aussi ses joies et ses chagrins ; alors on chante ensemble, et pour partager ses peines on prie ensemble.  Ensemble on écoute les promesses de Dieu … Puis on se réunit autour d’une table (qu’on appelle ? l’autel) pour partager du pain et du vin (ça s’appelle ?la sainte cène) Parfois, on se voit aussi en semaine pour prier, lire la bible ensemble, partager, préparer des fêtes, rendre des visites… Mais revenons à notre texte qui parle des apôtres. Dans la bible on nous dit que les croyants veulent  vivre comme une vraie famille dans laquelle on partage tout. Il ne faut pas, disent –ils, qu’il y ait parmi nous des riches et d’autres qui sont pauvres ! Il ne faut  pas, disent –ils, qu’il y ait parmi nous des gens qui ont un travail et d ‘autres qui sont au chômage. Il ne faut pas que les uns aient une belle famille et d’autres se retrouvent tout seul; ni que les uns aient beaucoup… de tout ! –beaucoup d’argent, beaucoup de temps –  beaucoup de forces et d’autres qui n’en ont  pas assez !

Pour réaliser cette belle idée des apôtres comment faire ?

Partager tout … Chacun apporte tout ce qu’il a (sa voiture, son ordinateur, son Smartphone, ses CD, ses DVD, ses livres,  son lave vaisselle, sa télé, son argent)  … mais aussi ses idées, ses talents, ses forces, sans oublier sa bonne humeur et on met tout ensemble. Les apôtres  répartissent pour donner à chacun ce dont il a besoin ! Car on n’a pas tous besoin des mêmes choses ! Quelqu’un qui va à son travail à pied n’a pas besoin d’argent pour acheter un billet de train ou un billet de tram… Quelqu’un qui gagne plus peut donner un peu à celui qui gagne moins et qui a une grands famille à nourrir…Quelqu’un qui a une voiture peut la prêter à celui qui n’en as pas…Et tant d’exemples de choses possibles, pouvez vous m’en donner d’autres ?

Pourquoi les croyants ont-ils voulu faire cela ?  Et bien parce que Jésus nous a appris à dire à Dieu « Notre Père » … Il nous dit ainsi que nous sommes tous frères et sœurs, qu’on est tous une grande  famille…Alors nous aussi, chacun avec ses moyens, ce qui lui est possible de partager ou d’imaginer de vivre un peu soit il autrement,  alors essayons de vivre  comme une famille dans laquelle on partage!

Activité : après ce travail sur le sens du texte et son message et le sens du partage comme une grande famille, les enfants réalisent un calendrier de la fraternité. Voir modèle proposé : à perforer  et relier par un joli ruban, pour signifier que la fraternité est un cadeau à vivre chaque jour. Chaque page du calendrier est dans une couleur différente .

  • Lundi : nous sommes unis. Pas toujours d’accord mais ce n’est pas une raison pour se fâcher! Il y a tant de raisons de remercier
  • Mardi : nous sommes une grande famille. Tans de frères et de sœurs, chic ! quel beau cadeau ! Je ne serai plus jamais seul !
  • Mercredi : nous voulons partager. La joie est multipliée par deux quand chacun est heureux !
  • Jeudi : au lieu de dire « c’est à moi », ouvre-toi !  Ne sais-tu pas qu’en donnant, tu recevras ?
  • Vendredi : l’autre est ton frère ou ta sœur !  Alors, ce qui est à moi, est aussi à toi ! on a plus quand on échange, qu’on se prête et qu’on donne !
  • Samedi : et quand on s’est disputé? Je peux faire un grand pas par-dessus la dispute et continuer à donner… mon sourire, mon amitié.
  • Dimanche : enfants d’un même Père, nous formons un cercle, nous tenons par la main et prions « Notre Père »

au dos du calendrier : la prière du « Notre Père »

Toutes les feuilles du calendrier de la fraternité

 

 




Annoncer l’Évangile là où on ne l’attend pas…

A gauche le texte biblique, à droite les « volets »

Lire quelques versets dans le livre des Actes et les questionner : voici une animation biblique pour les adolescents et les adultes, éveillant des possibilités d’actualisations et d’actions.
L’un des objectifs de cet exercice est de discerner comment l’apôtre Paul s’y prend pour annoncer l’Évangile dans un contexte pas du tout idéal !
Une actualisation avec une réflexion sur l’annonce de l’Évangile dans votre contexte sera une deuxième phase du travail, avec en troisième lieu, la mise en place d’une stratégie pour des petites actions locales concrètes où, suivant le modèle de l’apôtre, vous aurez réfléchi au discours particulier à tenir à propos de la Bonne Nouvelle, là où vous vivez…

Le texte : Actes des Apôtres 17.16-34
Selon votre groupe, a) soit vivre l’animation d’abord puis repréciser le contexte d’écriture et de réception du livre des Actes (Préférable sans doute), b) soit présenter le contexte du livre des Actes d’abord et l’animation ensuite.
Le texte vous est proposé dans la traduction Nouvelle Bible Segond (NBS).
Il est disponible pour l’animation (en pdf) ici: 2018_04-Actes 17
Il doit être imprimé pour chaque participant (pas de recto-verso).
La « colonne » de droite du tableau est découpée, au propre comme au figuré, en cellules, suivant les lignes horizontales.
La partie de gauche reste donc entière, la partie de droite se décompose en « volets » que vous pliez en deux et que vous fermez avec un petit bout de papier collant, de manière à ce que le texte de droite soit masqué.
(Prévoyez un peu de temps pour cette préparation, mais ça va assez vite.)
Le texte biblique est donc directement accessible.
Les commentaires et questions dans les cellules de droite restent masqués tant que le lecteur n’aura pas ouvert son petit volet.
En groupe (sous-groupe ou paires, selon le nombre de participants), lisez le texte, une cellule (gauche) à la fois. Après chaque temps de lecture, le volet correspondant au passage lu peut être ouvert. À l’animateur de décider s’il souhaite – ou pas – envoyer les participants vers un dictionnaire avant d’ouvrir le volet explicatif, pour ce qui est des mots moins connus.
Plusieurs volets proposent un questionnement ou un commentaire.
Des petits échanges vont naître à propos de ces questions et commentaires.
Laissez le temps à chacun de s’exprimer avant de poursuivre la lecture.
Après : La stratégie de Paul est subtile ! Dans votre contexte actuel, quelle stratégie, quel vocabulaire, seront utiles pour annoncer l’Évangile (sans nécessairement faire de prosélytisme…), dans le quartier, dans les lieux scolaires ? Sur quels éléments locaux existants dans la société qui vous entoure, pourrez-vous construire cette annonce ? Comment témoigner ? Comment annoncer avec conviction sans choquer, ni faire fuir nos contemporains ? … Suite à votre travail sur Actes 17, n’hésitez pas à aller plus loin, à l’exemple de Paul qui, trainé devant l’Aréopage, parvient à retourner la situation au profit de la Bonne Nouvelle, de l’appel au changement et à la conversion.

Quelques pistes de réponses/réactions/ »Et aujourd’hui, chez nous… ? »
« Paul pense-t’il réellement ce qu’il dit ? »… On peut en douter !
-« De quoi profite t’il pour annoncer l’Évangile malgré tout ? » De l’esprit religieux des habitants, même s’ils sont versés en mythologie et en adorations des idoles – du point de vue de Paul -, ils ont un penchant religieux dont Paul profite.
-« Que penser de ‘Vénérer sans connaître’? » Être en recherche, aspirer à… Espérer en… Doit-on connaître pour vénérer ? Et qu’est-ce que « connaître », dans la foi ? Qu’est-ce que ‘vénérer’ ? Pensons au gnosticisme qui fait concurrence à la foi dans la pensée de cette époque (et aujourd’hui !).
-Paul passe de « Dieu qui a fait le monde » à « C’est en lui que nous vivons »: il évoque le cosmos si cher aux grecs, puis la vie connue sur la terre, et ils se raccroche alors à une citation d’un poète grec probablement bien connu de ses auditeurs. Il tire des arguments en faveur de son raisonnement de la culture du lieu où il séjourne !
-« En quoi consiste la première étape du changement? » Paul repousse l’argument gnostique: la connaissance n’est pas celle dont les humains peuvent être fiers, la connaissance appartient à Dieu. Elle consiste en la manifestation de sa justice au temps qu’Il aura choisi.
-Paul ne cite pas l’homme Jésus, son ministères, ses paroles et ses actes. Il va droit au but de la question de la résurrection.C’est la question centrale de la foi chrétienne, qui se démarque de toute mythologie, de toute idolâtrie, de toute cosmologie, de toute aspiration gnostique.

Crédits Marie-Pierre Tonnon




découvrir Martin Luther King à travers le film SELMA

 

  Comment parler du pasteur Martin Luther King et du mouvement non violent pour la justice et contre le racisme en catéchèse ? Un seul film de long métrage existe à ce sujet: Selma (durée 2h08). Il était dans nos cinémas en 2014, mais on le trouve toujours sur DVD ou en location.

 

 

Résumé par minute par minute du film SELMA 

 

 

 

 

0:00  

Discours de MLK au moment quand il reçoit le prix Nobel de la paix en 1964.

Il accepte la distinction au nom de celles et ceux qui ont trouvé la mort dans des attentats racistes.

Le film montre ensuite des enfants dans une église qui meurent d’une explosion (allusion à une explosion qui détruit l’église baptiste du n°16 de la rue de Birmingham / Alabama en 1963, tuant quatre jeunes filles noires et blessant 22 enfants.)

6:00

Annie Lee Cooper (1910-2010) (Oprah Winfrey) tente de s’inscrire sur les listes électorales mais est refoulé par un simple employé qui d’ailleurs la tutoie et l’humilie.

> exemple de la ségrégation appliquée

8:00

Rencontre du président Johnson et de Martin Luther King. L’échange montre qu’ils sont d’accord sur la principe : La loi sur le droit de vote doit être appliquée, aussi dans les états du Sud, mais comment s’y prendre ? Etre plus patients pour ne pas provoquer des émeutes (Johnson) ou se montrer plus déterminé (MLK). MLK: « Le Sud ne peut pas attendre ».

> exemple de politique qui n’ose pas prendre position

12:40

MLK et des collaborateurs à Selma, Alabama

Préparation d’une action pour faire avancer les droits de la population afro-américaine

MlK est giflé par un homme blanc mais il garde son calme; ses amis disent à plusieurs reprises : « l’endroit  (Selma) « est vraiment idéal. »

> explique le choix du film de se concentrer sur ce lieu

15:07

Le président Johnson se concerte avec un responsable du FBI. MLK est de toute façon déjà sous surveillance (montré dans le film par l’écriture d’une machine à écrire qui résume des faits.) Maintenant on décide d’éténdre cette surveillance aussi à l’épouse dans le but de déstabiliser le couple et ainsi de calmer MLK.

16:00

La famille King reçoit  des coups de fil de menace. Echange du couple King sur les dangers qu’ils courent.

19:50

MLK téléphone à une amie pour être réconforté. Elle lui chante un gospel au téléphone.

On le voit ensuite en déplacement avec des collaborateurs.

24:30

Discours de MLK à Selma : résumé des injustices provoquées par la ségrégation et demande de droit de vote.

27:20 échange et discussion des collaborateurs sur le sens de leur action.

32:00 tentative de s’inscrire en masse sur les listes électorales au tribunal à Selma ; violence contre des manifestants non-violents ; Annie Lee, outrée, frappe le Shérif Jim Clark. Elle et d’autres responsables du sit-in sont mis en prison.

34:50

Discours de George Wallace, Gouverneur d’Alabamav (1919-1998) (Tim Roth)
défenseur de la ségrégation et de la suprématie blanche; les événements sont pour lui la preuve que la population noire est un danger pour la société 

36:30

MLK discute avec un ami dans la prison sur le sens de leur mission / moment de doute et de fatigue et de soutien réciproque

40:30

rencontre entre Malcolm X et Coretta Scott King, Malcom X propose son soutien que MLK refuse

44:00

George Wallace autorise une attaque contre un petit groupe de militants afro américain,

beaucoup de blessés et un jeune, J. Jackson,  meurt.

50:00

Discours de MLK aux obsèques de J. Jackson où il appelle de nouveau au combat pour la justice.

1:02:00

les gens de Selma sont prêts de marcher de Selma à la capitale de l’Etat à Montgomery pour réclamer justice ; bien que MLK décide de rester à la maison auprès de sa famille après une crise dans le couple

1:04: 00

La marche se met en place des deux côtés : manifestants qui s’entrainent à la non-violence et la police blanche qui se prépare au combat

1:07:00

la marche se met en route

un journaliste fait le commentaire en direct et devient témoin de la violence faite aux manifestants, les images sont envoyées en direct sur la télévision;  (attention les images peuvent choquer, mais c’est le sommet du film) à partir de là le destin va tourner car les Etats Unis sont sous le choc que de tels événement puissent se produire dans leur pays

1:15:00

de nouveau la question se pose : faut-il rester non-violent face à une telle violence et au grand nombre de victimes ?

1:16:30

MLK prend la parole: tous doivent être solidaires dans le combat contre l’injustice;

des milliers des personnes (noirs et blancs) se déplacent vers Selma   

1:18:00 Johnson essaie toujours de calmer les deux côtés; il veut éviter la marche

1:21:00 la deuxième marche se met en route avec MLK en première ligne et d’autres représentants de religions diverses avec lui

1:23:00 MLK ne fait pas confiance au calme de la police et convainc tout le monde à faire demi-tour sur le pont pour éviter de nouvelles victimes

1:29:00 deux blancs qui avaient assisté à la marche sont tués par des membres du KukuxKlan

1:31:00 MLK discute avec Johnson au téléphone : qui peut et doit intervenir ? MLK ou Johnson ?

1:38:00

MLK et d’autres devant le tribunal pour porter plainte contre les violences faites aux manifestants; le tribunal leur donne raison et donne son accord pour une marche officielle et légale de Selma à Montgommery

1:42:00 le gouverneur essaie de convaincre le président Johnson; enfin Johnson bouge et se met du côté des manifestants publiquement et soumet une loi qui oblige à ce que le droit de vote soit mis en place partout

1:48:00 La troisième marche se fait sous le regard des médias, soutenus par des nombreuses personnes sur place, blanc et noirs main dans la main et protégés par les militaires

Cette dernière séquence mélange des images du film et des vraies photos et scènes filmées de l’époque; le film montre aussi les adversaires, mais cette fois si démunis devant la foule et la protection du gouvernement

1:51:00

Discours de MLK devant le tribunal à Montgomery

C’est un résumé aussi de ce qui est obtenu et gagné

Derniers mots du film : Le Seigneur fait voir la Gloire, Gloire à Dieu, Alléluia, la vérité est le chemin de Dieu

Ensuite, c’est le générique du film avec la chanson

« Glory » qui a gagné l’Oscar 2015 et le Golden Globe 2015 de la meilleure chanson originale écrite et composée par John Legend and Common

Animation possible avec des catéchumènes et jeunes :

Le film Selma se prête pour travailler avec des jeunes sur le personnage de Martin Luther King et les enjeux autour du combat pour la justice pour la population afro américaine.

Pourtant il y a à mes yeux deux difficultés : Primo: Le film est long et connait, pour le voir avec un public jeune, quelques longueurs. Deuxio: Surtout au début du film, sans connaissance préalable au sujet, le spectateur va être perdu et ne comprendra pas le contexte.

Comment j’ai procédé moi avec un groupe de collégiens pour une durée de 75 minute de séance:

  • écrire les lettres MLK sur une grande feuille …est ce que cela vous dit quelque chose ?

(dans mon groupe non)

  • j’ai ajouté en dessous le nom entier : Martin Luther King

il y a eu vite des premières réactions :

ah oui, c’est celui qui a vécu il y a 500 ans! Ah non, ce n’est pas lui, ce n’est pas le même ! Lui, il était contre les racistes ! Non, ça c’était Nelson Mandela …etc etc .

j’ai noté quelques brides d’informations sur la feuille du papier et j’ai donné des premiers indications pour situer le personnage.

  • nous nous sommes donnés un temps de recherche : j’ai distribué diverses sources d’information : des BD qui racontent la vie de Martin Luther King, un article, des extraits de livre. Chacun ou parfois par deux ils sont consulté le matériel. des informations intéressantes étaient notées sur notre grand brouillon.
  • ensuite nous avons vu trois extraits du film (après explication et introduction dans le contexte du film) :

1) 6:00 à 8:00 

(Annie Lee Cooper (1910-2010) (Oprah Winfrey) tente de s’inscrire sur la liste de votant mais qui est refoulé par un simple employé qui d’ailleurs la tutoie et humilie.

> exemple de la ségrégation appliquée

> temps d’échange avec les jeunes pour lier cet extrait avec d’autres exemples de discrimination et de  ségrégation  qu’ils avaient trouvé dans leurs lectures

2) 1:04: 00

La marche se met en place de deux côtés: manifestants qui s’entraient à la non violence et la police blanche qui se prépare au combat

1:07:00

la marche se met en route

un journaliste fait le commenter en direct et devient témoin de la violence faite aux manifestants, les images sont envoyées en direct sur la télévision;  (attention les images peuvent choquer, mais c’est le sommet du film) à partir de là le destin va tourner car les Etats Unis sont sous le choc que des tels événement peuvent se produire dans leur pays

1:15:00

de nouveau la question se pose : faut il rester non violent face à une telle violence faite et vue les victimes que cela provoque ?

> temps de discussion avec les jeunes : quels sont vos réactions après ces images ? et puis la question : quel aurait été votre conseil dans cette situation ? que faire à leur place ?

j’ai ensuite résumé la suite / la deuxième marche et le demi tour des participants

puis vision de la dernière partie du film:

3)  1:38:00

MLK et d’autres devant le tribunal pour porter plainte contre la violence faite aux manifestants; le tribunal donne raison et donne l’accord pour une marche officielle et légale de Selma à Montgommery

1:42:00 le gouverneur essaie de convaincre le président Johnson; enfin Johnson bouge et se met de côté des manifestants publiquement et soumet une loi qui oblige à ce que le droit de vote soit mise en place partout

1:48:00 La troisième marche se fait sous le regard des médias, soutenus par des nombreuses personnes sur places, blanc et noirs mains dans la main et protégé par le militaire

cette dernière séquence mélange des images du film et des vraies photos et passages filmés de l’époque; le film montre aussi les adversaires, mais cette fois si démunis devant la foule et la protection du gouvernement

1:51:00

discours de MLK devant le tribunal à Montgomery

c’est un résumé aussi de ce qui est obtenu et gagné

derniers mots du film : le seigneur fait voir la Gloire , Gloire à Dieu alleluia , la vérité est le chemin de Dieu

(ensuite on passe sur le générique du film avec la chanson Glory)

> dans l’échange avec les jeunes nous avons surtout comparé la première et la deuxième marche : Qu’est ce qui a changé pour que cela a fonctionné cette fois ci ?

  • ils étaient plus nombreux
  • ils étaient solidaires entre diverses groupes de la société (diverses religions, diversité de couleurs de peau, des célébrités aussi qui se sont engagés … )
  • les médias ont mis de lumière sur l’injustice
  • ils étaient protégés par la loi (tribunal) et la force de l’armée (en cas où …) et par la prise de position (enfin) du président

quel argument ajoute MLK à la fin?  C’est pour la gloire de Dieu, lui a soutenu ce combat non violent

D’autres pistes d’exploration du film sont possibles. Pour ceci je conseille la fiche pédagogique sur http://www.e-media.ch/documents/showFile.asp?ID=6845.

Voici une liste de documents à consulter avec les enfants / jeunes :

  • Samuel Amedro / De Luther à Martin Luther King (2017) Editions Olivétan
  • Martin Luther King. Apôtre de la non-violence (2008) Croire Pocket
  • les chercheurs de Dieu Tome 14 (BD) (2002) Bayard Jeunesse
  • Teitelbaum, Helfand, Kumar / Martin Luther King JR. J’ai fait un rêve (BD) (2014)  Blue Lotus Prod
  • l’interview avec le Playboy (!) et d’autres textes de MLK sur

http://lunamia.free.fr/MLK_fichiers/ar_playboy.html

Christina Weinhold

 




Le baptême de Jésus

Voici un découlement de culte à 4 pattes proposé par Claire De Lattre-Duchet sur le thème du baptême de Jésus.Nous utilisons une marionnette appelée « Cumulus » représentant  un nuage (ou un coussin en forme de nuage). 

Introduction : Cette année, un petit nuage impertinent, Cumulus, (né de l’imagination de Laurence Gangloff) nous guide à la découverte des histoires bibliques. Il est présent à chaque célébration. Fabriqué en carton, coton d’un côté, gouttes d’eau en papier collées les unes sur les autres de l’autre, il est utilisé un peu comme une marionnette. (Photo ci-contre et en fin d’article)

Déroulement 

Prélude et Accueil : Le matin, nous disons : bonjour. A midi, nous disons : bon appétit. Le soir nous disons : bonne nuit. Au début du culte, nous disons : bienvenue à tous de la part de Dieu, bienvenue pour partager des histoires qui parlent de Dieu, des chants et des prières qui s’adressent à Dieu.

Cantique : Tout le monde est bien arrivé

Nous nous rassemblons autour de la Bible…  Vous le savez, dans la bible, il y a beaucoup de personnages qui nous parlent de Dieu. Nous avons rencontré Bartimée, Esaïe, Jonas, les amis de Jésus par exemple. Il y a aussi  des rivières, des lacs, la pluie, des puits, ce sont autant de lieux pour les histoires de la bible. Dis-moi Cumulus de quoi ou de qui vas-tu nous parler ?

  • Du Jourdain.
  • Ah ! …
  • C’est une rivière.
  • Pourquoi veux-tu nous parler du Jourdain ?
  • A cause de Jean qu’on appelle aussi parfois Jean-Baptiste !
  • Je comprends, alors si tu nous parles de Jean-Baptiste, d’abord on apprend sa chanson et après tu nous racontes.

Nous apprenons le chant : Préparez le chemin du Seigneur (Arc-en-ciel 323 – refrain)

Histoire en kamishibaï : Cumulus au Jourdain La marionnette Cumulus passe derrière le butaï comme s’il y entrait, on le retrouve ensuite sur chacune des images du kamishibaï. Les images ont été tirées et adaptées de Jean-François KIEFFER, « 32 images de l’évangile », n°2, 3 et 5

  1. Photo Kam1

En ce temps-là, Cumulus était un petit nuage curieux. Né sur les bords de la Mer Morte, il avait envie d’explorer le monde. En regardant bien, il remarqua une rivière qui venait se jeter dans la Mer Morte : c’était le Jourdain. Il décida de suivre le Jourdain pour voir d’où coulait l’eau de cette rivière.

 

 

  1. Photo Kam2

Bientôt, au bord du Jourdain, Cumulus vit un homme, tout seul. Cumulus s’approcha pour le regarder mieux : il vit que cet homme vivait là, au bord du Jourdain. Il n’avait pas de beaux habits et il ne mangeait pas grand-chose. Il parlait à Dieu parfois, il se taisait beaucoup comme pour écouter Dieu. Comme Cumulus était curieux, il décida de rester là, pour en savoir plus sur cet homme.

 

 

  1. Photo Kam 3

Et c’est ainsi qu’il apprit que cet homme s’appelait Jean. Cumulus vit que parfois d’autres hommes venaient voir Jean pour l’écouter parler de Dieu. Jean leur disait : « Préparez-vous car un autre que moi va venir ; il saura vous parler de Dieu mieux que moi. Préparez-vous à l’accueillir comme votre Seigneur. » Et puis Jean leur disait aussi : « Est-ce que tu penses à Dieu ? Est-ce que tu fais de la place dans ton cœur pour Dieu ? »

 

 

  1. Photo Kam4

Parfois Cumulus entendaient ceux qui venaient voir Jean dire : « Je veux aimer Dieu de tout mon cœur, je veux vivre comme Dieu veut. » Alors Jean descendait avec eux dans le Jourdain, il les trempait entièrement dans l’eau. Et leur disait : « Souviens-toi tous les jours que Dieu t’aime et aime-le à ton tour ! » Alors ceux qui avaient été plongés dans l’eau repartaient tout heureux parce qu’ils avaient confiance en Dieu.

 

 

  1. Photo Kam5

Un jour, Cumulus vit qu’un homme venait voir Jean. Il l’a remarqué car il n’était pas tout à fait comme les autres. Cumulus a entendu que cet homme s’appelait Jésus, mais surtout, il a entendu que ses amis l’appelaient souvent « Maître ». Et il a vu que Jean ne voulait pas aller dans l’eau avec lui. Il lui disait : « Toi, Jésus, tu n’as pas besoin que je t’explique des choses sur Dieu, tu le connais mieux que moi !» Mais Jésus a insisté, alors Jean est entré dans l’eau avec lui.

 

 

  1. Photo Kam6

Quand Jésus est sorti de l’eau, Cumulus a entendu une voix venant du ciel, bien loin au-dessus de lui, dire à Jésus : « Tu es mon Fils bien-aimé, je mets en toi toute ma joie. » Et Cumulus a vu l’Esprit de Dieu qui venait comme une colombe sur Jésus.

 

 

  1. Photo Kam7

Notre petit nuage a trouvé cela bien étrange et il a pensé : « Je suis curieux d’en savoir plus sur ce Jésus. Ce n’est pas n’importe qui puisque Dieu lui-même le reconnait comme son Fils. Je dois garder un œil sur lui, parole de nuage ! »

 

 

Chant : Préparez le chemin du Seigneur

Partage :  L’idée de ce temps est d’encourager un temps d’échange sur le thème du culte, à savoir le baptême, avec pour objectif premier d’être à l’écoute des enfants et de leur découverte de la foi. Voici en quelques lignes comment les choses ont été vécues lors de ce culte :  Une petite fille présente avait assisté, juste quelques semaines plus tôt, au baptême de son petit frère : je lui ai demandé si elle voulait bien nous raconter… ce qu’elle a fait avec grand plaisir. J’ai ensuite demandé aux enfants s’ils se souvenaient de leur baptême : ce n’était pas le cas. Spontanément l’un d’eux a demandé à sa mère où et quand il a été baptisé… les autres l’ont vite imité. Quand l’échange s’est arrêté, j’ai relancé en demandant à la première petite fille si elle se souvenait de certaines paroles dites au moment du baptême de son petit frère : elle avait retenu la formule « je te baptise » et (quelle chance !) la formule de bénédiction « Tu es mon enfant bien-aimé ». J’ai donc poursuivi en expliquant aux enfants que Dieu avait adressé à chacun d’eux cette même parole le jour de son baptême. Puis j’ai relancé la discussion sur les questions : Est-ce qu’il faut être grand pour être aimé de Dieu ? Est-ce qu’il faut être grand pour aimer Dieu ?

J’ai laissé les enfants s’exprimer librement. Il m’est difficile de rapporter le contenu de la discussion, mais j’en garde le souvenir d’un vrai moment d’échange qui a fait apparaître à quel point cette parole « Tu es mon enfant bien-aimé » fait sens pour ces petits.

Bricolage : fabrication des colliers « goutte d’eau »

Matériel :

  • feutres bleus
  • colle à paillettes
  • 1 goutte d’eau avec texte et 1 muette par enfant (préalablement découpées)
  • Ruban bleu
  • Ciseau
  • Agrafeuse
  • colle

PDF goutte d’eau avec texte et goutte d’eau vierge

Chaque enfant reçoit une goutte d ‘eau muette et une avec texte. Ils décorent la goutte d’eau muette (feutres et colle à paillettes). Pendant ce temps, couper et fixer à l’agrafeuse un ruban bleu (suffisamment grand pour que l’enfant puisse enfiler le collier par-dessus la tête) sur le côté blanc la goutte d’eau avec texte. Puis coller les gouttes dos à dos.

Prière : Seigneur, merci pour Jésus : il est ton fils bien-aimé, il nous parle de toi. Grâce à lui, nous savons que tu es un Père qui nous aime. Seigneur, merci pour l’eau de notre baptême qui  nous dit que nous sommes tes enfants bien-aimés. Apprends-nous à toujours t’aimer comme un père. Et comme Jésus-Christ nous l’a appris nous prions ensemble :…

Notre Père qui est aux cieux, Monter lentement les mains ouvertes devant soi.

que ton nom soit sanctifié, Retourner les mains vers le sol et les descendre jusqu’au niveau du torse

que ton règne vienne, Mains ouvertes vers le haut, ouvrir les bras vers la droite et gauche

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Ouvrir son bras gauche vers le sol, puis monter le bras droit en ouvrant la main, vers le ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, Les mains ouvertes devant soi,  en position réceptive

pardonne-nous nos offenses  Poser les poings fermés sur ma poitrine (non croisés)

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, Ouvrir les bras en les tendant en avant pour accueillir son voisin.

et ne nous laisse pas entrer en tentation,  Croiser les bras devant sa poitrine, comme pour me protéger.

mais délivre-nous du mal, Faire le geste de repousser le mal loin de soi.

car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire,  Mouvement des bras vers le haut, geste de louange et d’acclamation. Baisser les bras le long de mon corps.

pour les siècles des siècles. Amen.

Offrande :  La meilleure façon de dire merci, c’est de partager. Alors, Seigneur, pour notre jolie maison et pour tous nos jouets, pour nos habits et nos chaussures, pour la nourriture, nous te disons merci et nous donnons quelques sous pour ceux qui ont moins de chance que nous. Amen.

Bénédiction  Le matin, nous disons : bonjour. A midi, nous disons : bon appétit. Le soir nous disons : bonne nuit. A la fin du culte, nous disons : merci, au revoir, à bientôt, bonne route, que Dieu te bénisse !

Cantique : Tout le monde rentre à la maison

Postlude et Petit goûter

Crédit Claire De Lattre-Duchet (UEPAL)