Joseph …de nouveau réconcilié

Joseph : de nouveau réconcilié avec l’aide de Dieu (Genèse 37 – 49) 

crédit image: Pascale ROZE

Un après-midi des écoles bibliques du consistoire Boucles de la Seine Ouest / EPUDF région parisienne.

 

 

 

Le déroulement : 

12:15           Pique-nique  tiré du sac et jeux 

13:45     Accueil 

14:00     Récit de Joseph et chants 

14:30 à 16:30   Ateliers de découvertes 

16:30     Goûter et présentation du chant de la journée aux familles 

17:00     Fin et retour à la maison

Les étapes plus détaillées : 

  • Accueil et Conte

Nous avons aménagé un décor dans la salle où étaient accueillis les enfants. D’un côté un mannequin habillé de façon orientale, une tente nomade et un puits. De l’autre côté des colonnes avec une décoration égyptienne, signifiant le palais du pharaon. 

 

 

 

 

 

 

 

Enfants et adultes présents ont reçu un livret pour l’après-midi, dans lequel ils trouvent les paroles du chant, ainsi que des pages à remplir au fur et à mesure des ateliers.

livre contenu noir et blanc


Nous avons commencé par chanter tous ensemble : « Seigneur, nous arrivons des quatre coins de l’horizon ». https://youtu.be/xKpYf_XT5xQ

Ensuite, assez vite, une conteuse biblique, Liliane COLAU, nous a présenté toute l’histoire de Joseph et de ses frères. 

Voici la narration biblique qu’elle met gentiment à notre disposition. 

HISTOIRE DE JOSEPH Liliane C

Après la narration, nous avons formé des groupes d’environ 5 à 8 enfants accompagnés d’adultes pour les faire tourner dans les ateliers. 

 

 

 

  • Les  Ateliers 

Astuce : Un animateur est désigné pour dispatcher les groupes vers les ateliers. Il indique à chaque groupe par quel atelier commencer. Il circule dans les ateliers pour annoncer le temps qu’il reste (20 minutes maxi dans chaque atelier) et leur annonce l’étape suivante. 

Le fil rouge : Dans chaque atelier, les enfants ont une robe à coller dans leur livret. Les tuniques changent au fil de l’histoire : la tunique colorée au départ, va être tachée ensuite, changée contre une tunique égyptienne, etc.

  1. Joseph et ses frères  :  Gen 37, 2 – 12 

1Jacob s’installa au pays de Canaan, dans la région où son père avait séjourné. 2Voici l’histoire des fils de Jacob. Joseph était un adolescent de dix-sept ans. Il gardait les moutons et les chèvres en compagnie de ses frères, les fils de Bila et de Zilpa, femmes de son père. Il rapportait à son père le mal qu’on disait d’eux. 3Jacob aimait Joseph plus que ses autres fils, car il l’avait eu dans sa vieillesse. Il lui avait donné une tunique de luxe. 4Les frères de Joseph virent que leur père le préférait à eux tous. Ils en vinrent à le détester tellement qu’ils ne pouvaient plus lui parler sans hostilité.

5Une fois, Joseph fit un rêve. Il le raconta à ses frères, qui le détestèrent encore davantage.6« Écoutez mon rêve, leur avait-il dit : 7Nous étions tous à la moisson, en train de lier des gerbes de blé. Soudain ma gerbe se dressa et resta debout ; toutes vos gerbes vinrent alors l’entourer et s’incliner devant elle. » — 8« Est-ce que tu prétendrais devenir notre roi et dominer sur nous ? » lui demandèrent ses frères. Ils le détestèrent davantage, à cause de ses rêves et des récits qu’il en faisait.

9Joseph fit un autre rêve et le raconta également à ses frères. « J’ai de nouveau rêvé, dit-il : Le soleil, la lune et onze étoiles venaient s’incliner devant moi. » 10Il raconta aussi ce rêve à son père. Celui-ci le réprimanda en lui disant : « Qu’as-tu rêvé là ? Devrons-nous, tes frères, ta mère et moi-même, venir nous incliner jusqu’à terre devant toi ? » 11Ses frères étaient exaspérés par lui, mais son père repensait souvent à ces rêves.

  1. un retour sur le récit : les enfants sont invités avec le matériel proposé à illustrer ce qu’ils ont entendu. Les plus petits dans le groupe font l’étape des étoiles ou des gerbes, les plus grands écrivent dans les bulles. 
 

un carton bleu, puis le soleil, la lune et des étoiles découpés 

que les enfants placent

face au verset biblique mis à leur disposition

 

un carton avec un champs et un ciel bleu, des gerbes de blé (des spaghetti coupés et mis ensemble) pour illustrer le verset biblique

une feuille blanche, des pions dont un avec une robe colorée, les enfants remplissent les bulles de textes en indiquant ce que pensent les frères de Joseph

Bricolage :  Chaque enfant décore une tunique pour la coller ensuite dans son livret.  

 

 

 

 

 

2)  Joseph jété au  puit et vendu  Gen 37, 12 – fin 


12Les frères de Joseph se rendirent dans la région de Sichem, pour y faire paître les moutons et les chèvres de leur père. 13Un jour Jacob dit à Joseph : « Tes frères gardent le troupeau près de Sichem. Va les trouver de ma part. » — « Oui, père », répondit Joseph. 14Jacob reprit : « Va voir s’ils vont bien, ainsi que le troupeau. Puis tu m’en rapporteras des nouvelles. »  (…) 

18Ceux-ci le virent de loin. Avant qu’il les ait rejoints, ils complotèrent de le faire mourir,19se disant les uns aux autres : « Hé ! voici l’homme aux rêves ! 20Profitons-en pour le tuer. Nous jetterons son cadavre dans une citerne et nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré. On verra bien alors si ses rêves se réalisent. » 21Ruben les entendit et décida de sauver Joseph. « Ne le tuons pas ! » dit-il. 22Puis il ajouta : « Ne commettez pas un meurtre ; jetez-le simplement dans cette citerne du désert, mais ne le tuez pas. » Il leur parlait ainsi afin de pouvoir le sauver et le ramener à son père.

23-24Dès que Joseph arriva près de ses frères, ils se saisirent de lui, le dépouillèrent de sa belle tunique et le jetèrent dans la citerne. — Cette citerne était à sec, complètement vide. —25Puis ils s’assirent pour manger. Ils virent passer une caravane d’Ismaélites, qui venaient du pays de Galaad et se dirigeaient vers l’Égypte. Leurs chameaux transportaient diverses résines odoriférantes : gomme adragante, baume et ladanum. 26Juda dit à ses frères : « Quel intérêt avons-nous à tuer notre frère et à cacher sa mort ? 27Vendons-le plutôt à ces Ismaélites, mais ne touchons pas à sa vie. Malgré tout, il est de notre famille, il est notre frère. » Ils donnèrent leur accord. 28Mais des marchands madianites, qui passaient par là, tirèrent Joseph de la citerne. Ils le vendirent pour vingt pièces d’argent aux Ismaélites, qui l’emmenèrent en Égypte. 29Lorsque Ruben alla regarder dans la citerne, Joseph n’y était plus. Ruben, désespéré, déchira ses vêtements, 30revint vers ses frères et s’écria : « Joseph n’est plus là ! Que vais-je faire maintenant ? »

31Les frères égorgèrent un bouc, prirent la tunique de Joseph et la trempèrent dans le sang. 32Ensuite ils l’envoyèrent à leur père avec ce message : « Nous avons trouvé ceci. Examine donc si ce n’est pas la tunique de ton fils. » 33Jacob la reconnut et s’écria : « C’est bien la tunique de mon fils ! Une bête féroce a déchiqueté Joseph et l’a dévoré. » 34Alors il déchira ses vêtements, prit la tenue de deuil et pleura son fils pendant longtemps. 35Tous ses enfants tentèrent de le réconforter, mais il refusa de se laisser consoler ; il disait : « Je serai encore en deuil quand je rejoindrai mon fils dans le monde des morts. » Et il continua de le pleurer.


Animation:  

Pour notre atelier, nous avons relu (dans une Bible pour enfants) le récit de Joseph jeté par ses frères dans la citerne,  puis vendu aux marchands, tout en faisant colorier des taches rouges sur la tunique découpée de Joseph. 

Puis construction de puits en Kapla, soit individuel, soit un grand puits collectif. 

Et une bonne dizaine de questions D’ACCORD/PAS D’ACCORD sur cette partie du récit, réponses orales avec les grands et avec assiettes en carton décorées d’un sourire sur une face et d’une croix rouge sur l’autre pour les groupes plus jeunes pour que ce soit plus ludique.

On terminait en faisant remarquer que Dieu était avec Joseph dans toutes les situations.

 

3) Joseph chez Potiphar et prison Gen 39 et 40 

Gen 39, 1Les Ismaélites qui avaient emmené Joseph en Égypte le vendirent à un Égyptien nommé Potifar. Ce Potifar était l’homme de confiance du Pharaon et le chef de la garde royale. 2Le Seigneur était avec Joseph, si bien que tout lui réussissait. Joseph vint habiter la maison même de son maître égyptien. 3Celui-ci se rendit compte que le Seigneur était avec Joseph et faisait réussir tout ce qu’il entreprenait. 4Potifar fut si content de lui qu’il le prit à son service particulier ; il lui confia la responsabilité de sa maisonnée et l’administration de tous ses biens. 5Dès lors, à cause de Joseph, le Seigneur fit prospérer les affaires de l’Égyptien ; cette prospérité s’étendit à tous ses biens, dans sa maison comme dans ses champs. 6C’est pourquoi Potifar remit tout ce qu’il possédait aux soins de Joseph et ne s’occupa plus de rien, excepté de sa propre nourriture. Joseph était un jeune homme beau et charmant.

  • robe égyptienne simple de serviteur / un Joseph de nouveau souriant 

7Au bout de quelque temps, la femme de son maître le remarqua et lui dit : « Viens au lit avec moi ! » — 8« Jamais, répondit Joseph. Mon maître m’a remis l’administration de tous ses biens, il me fait confiance et ne s’occupe de rien dans sa maison. 9Dans la maison, il n’a pas plus d’autorité que moi. Il ne m’interdit rien, sauf toi, parce que tu es sa femme. Alors comment pourrais-je commettre un acte aussi abominable et pécher contre Dieu lui-même ? » 10Elle continuait quand même à lui faire tous les jours des avances, mais il n’accepta jamais de lui céder. (…)

17Elle raconta là son mari: « L’esclave hébreu que tu nous as amené s’est approché de moi pour me déshonorer. 18Mais dès que j’ai crié et appelé, il s’est enfui en abandonnant sa tunique à côté de moi. » 19Lorsque le maître entendit sa femme lui raconter comment Joseph s’était conduit avec elle, il se mit en colère. 20Il fit arrêter et enfermer Joseph dans la forteresse, où étaient détenus les prisonniers du roi. Joseph se retrouva donc en prison.

Animation : 

Jeu : Coller une image égyptienne en double sur du carton et découper des parts identiques. Le jeu consiste par groupe de deux à reconstituer au plus vite son image. Qui est plus rapide ? 


L’image permet de découvrir et d’identifier la mode égyptienne. 

 

 

 

 

 

 

Bricolage : 

Les enfants reçoivent deux modèles de tuniques neutres. A eux de décorer une tunique façon égyptienne et l’autre façon prisonnier suivant les modèles mis à leur disposition. 

 

 

 

 

 

 

Echange : Les animateurs reviennent avec les enfants sur cette partie de l’histoire. C’est un mensonge qui a fait que Joseph se retrouve en prison. Ce n’est pas juste. 

4) Joseph premier ministre : Gen 41, 1 – … et  37 – 57 … il permet la vie 


Joseph sait interpréter des rêves : il ne boude pas de son destin, mais essaie encore de faire ce qui est possible … c’est cela (avec l’aide de Dieu) qui le fait sortir 

1Deux ans plus tard, le Pharaon fit un rêve : il se trouvait au bord du Nil, 2il vit sortir du fleuve sept belles vaches bien grasses, qui se mirent à brouter l’herbe de la rive. 3Puis sept autres vaches affreusement maigres sortirent à leur tour du fleuve et rejoignirent les premières sur la rive ; 4les vaches maigres dévorèrent les vaches grasses. A ce moment, le Pharaon se réveilla.  5Il se rendormit et fit un second rêve : il voyait sept beaux et gros épis de blé qui poussaient sur la même tige. 6Ensuite poussèrent sept autres épis, tout rabougris et desséchés par le vent du désert. 7Les épis rabougris engloutirent les épis beaux et bien remplis. Alors le Pharaon se réveilla et se rendit compte qu’il avait rêvé.

8Dès qu’il fit jour, le Pharaon tout inquiet fit appeler tous les devins et les sages d’Égypte. Il leur raconta ce qu’il avait rêvé, mais personne ne put lui dire ce que cela signifiait. 9Alors le chef des échansons déclara : « Majesté, je vais rappeler mes fautes passées. 10Un jour, tu t’étais mis en colère contre le chef des boulangers et contre moi, et tu nous avais enfermés dans la prison du chef de la garde royale. 11Nous avons fait tous les deux un rêve la même nuit, chaque rêve ayant son propre sens. 12Dans la prison se trouvait avec nous un jeune esclave hébreu, qui était au service du chef de la garde. Nous lui avons raconté nos rêves, et il nous en a donné le sens, en expliquant à chacun son propre rêve. 13Eh bien, les choses se sont passées exactement comme il nous l’avait prédit : on m’a rétabli dans mes fonctions, et le chef des boulangers a été pendu. »

(…) 25Joseph dit au Pharaon : « Tes deux rêves ont le même sens. Dieu t’avertit ainsi de ce qu’il va faire. 26Les sept belles vaches et les sept beaux épis représentent sept années. C’est donc un seul rêve. 27Les sept autres vaches, chétives et affreuses, et les sept épis rabougris, desséchés par le vent, représentent aussi sept années, mais des années de famine.28C’est bien ce que je te disais : Dieu t’a montré ce qu’il va faire. 29Ces sept prochaines années seront des années de grande abondance dans toute l’Égypte. 30Ensuite, il y aura sept années de famine, qui feront perdre tout souvenir de l’abondance précédente. La famine épuisera le pays. 31Elle sera si grave qu’on ne saura plus ce qu’est l’abondance. 32Ton rêve s’est répété sous deux formes semblables, pour montrer que la décision de Dieu est définitive et qu’il ne va pas tarder à l’exécuter. 33Alors, que le Pharaon cherche un homme intelligent et sage, et lui donne autorité sur l’Égypte. 34Nomme aussi des commissaires chargés de prélever un cinquième des récoltes du pays pendant les sept années d’abondance.35Qu’ils accumulent des vivres pendant les bonnes années qui viennent, qu’ils emmagasinent sous ton contrôle du blé dans les villes, pour en faire des réserves. 36L’Égypte aura ainsi un stock de vivres pour les sept années de famine, et le pays échappera au désastre. »

37La proposition de Joseph parut judicieuse au Pharaon et aux gens de son entourage ;38le Pharaon leur dit : « Cet homme est rempli de l’Esprit de Dieu. Pourrions-nous trouver quelqu’un de plus compétent que lui ? » 39Puis il dit à Joseph : « Puisque Dieu t’a révélé tout cela, personne ne peut être aussi intelligent et sage que toi. 40Tu seras donc l’administrateur de mon royaume, et tout mon peuple se soumettra à tes ordres. Seul mon titre de roi me rendra supérieur à toi. 41Je te donne maintenant autorité sur toute l’Égypte. » 42Le Pharaon retira de son doigt l’anneau royal et le passa au doigt de Joseph ; il le fit habiller de fins vêtements de lin et lui passa un collier d’or autour du cou. 43Il le fit monter sur le char réservé à son plus proche collaborateur, et les coureurs qui le précédaient criaient : « Laissez passer ! » C’est ainsi que le Pharaon lui donna autorité sur toute l’Égypte.

(…) 

53En Égypte les sept années d’abondance prirent fin. 54Alors commencèrent les sept années de famine, comme Joseph l’avait annoncé. La famine s’étendit à tous les pays, mais en Égypte il y avait des réserves de vivres. 55Quand les Égyptiens commencèrent à souffrir de la faim, ils réclamèrent au Pharaon de quoi manger. Celui-ci répondit à l’ensemble de la population : « Adressez-vous à Joseph et faites ce qu’il vous dira. » 56La famine devint générale dans le pays. Joseph fit alors ouvrir les entrepôts et vendre du blé aux Égyptiens. Puis la famine s’aggrava encore en Égypte. 57On y venait aussi de tous les pays pour acheter du blé à Joseph, car la famine sévissait durement partout.


Animation

 

Jeu : Course-relais. Cet atelier en plein air permet aux enfants de se défouler un peu. 

Joseph reçoit une nouvelle et belle tunique de Pharaon et devient fonctionnaire sur toute l’Egypte.

Deux boîtes contenant chacune une tunique, un collier, une ceinture et une couronne sont placées l’une à côté de l’autre à même distance d’une ligne de départ. Le groupe se sépare en deux colonnes distinctes. Le premier de chaque colonne part vers sa boîte pour y prendre un objet, le rapporte au deuxième qui repart avec l’objet pour en prendre un autre, le donne au troisième qui repart avec les deux objets pour un autre ainsi de suite… jusqu’à vider la boîte. Le dernier se retrouve avec les quatre éléments qu’il doit enfiler et peut se faire aider par son équipe. Le premier habillé a gagné ! Ce jeu a pu se faire plusieurs fois pour permettre à chaque enfant de se costumer.

Bricolage : Dessiner la tunique avec ses atours sans oublier la bague reçue de Pharaon.

 5) Joseph et la réconciliation : Gen 45 

1Alors Joseph, incapable de contenir son émotion devant les gens de son entourage, leur ordonna de sortir. Ainsi était-il seul avec ses frères quand il se fit reconnaître d’eux. 2Mais il pleurait si fort que les Égyptiens l’entendirent, et que la nouvelle en parvint au palais du Pharaon. 3Joseph dit à ses frères : « C’est moi Joseph ! Mon père est-il encore en vie ? » Mais ses frères furent tellement saisis qu’ils furent incapables de lui répondre. 4« Approchez-vous de moi », leur dit-il. Ils s’approchèrent. Joseph reprit : « C’est moi Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour être emmené en Égypte. 5Ne vous tourmentez pas et ne vous faites pas de reproches pour m’avoir vendu ainsi. C’est Dieu qui m’a envoyé ici à l’avance, pour que je puisse vous sauver la vie. 6Il y a déjà eu deux années de famine dans le pays, mais pendant cinq années encore on ne pourra ni labourer la terre ni récolter les moissons. 7Dieu m’a donc envoyé dans ce pays avant vous, pour que vous puissiez y avoir des descendants et y survivre ; c’est une merveilleuse délivrance. 8Ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais Dieu. Et c’est encore lui qui a fait de moi le ministre le plus puissant du Pharaon, responsable du palais royal et administrateur de toute l’Égypte. 9Maintenant dépêchez-vous d’aller dire à mon père : “Voici le message que t’adresse ton fils Joseph : Dieu a fait de moi le maître de toute l’Égypte. Viens chez moi sans tarder. 10Tu t’installeras dans la région de Gochen avec tes enfants, tes petits-enfants, ton bétail, moutons, chèvres et bœufs, et tous tes biens. Tu seras ainsi tout près de moi. 11Ici je te fournirai des vivres, pour toi, ta famille et tes troupeaux, afin que vous ne manquiez de rien, car il y aura encore cinq années de famine.”  »  12Et Joseph ajouta : « Vous voyez bien, et toi en particulier, Benjamin, que c’est moi qui vous parle. 13Allez donc dire à mon père quelle importante situation j’occupe en Égypte, et racontez-lui tout ce que vous avez vu. Ensuite dépêchez-vous de l’amener ici. » 14Joseph se jeta au cou de Benjamin, et tous deux s’embrassèrent en pleurant. 15Joseph pleurait aussi en embrassant ses autres frères. Alors seulement ils osèrent lui parler.

Animation: 

  • Retour sur le récit : Joseph invite à la table et partage la nourriture.  Il invite à voir le bien et non le mal. C’était mauvais qu’il soit vendu et envoyé vers l’Egypte, mais finalement Dieu en a fait un bien : Joseph peut aider les autres.
  • Jeu : Course et parcours avec 11 gobelets remplis d’eau, qui arrive avec le plus d’eau à la fin ?

 

 

 

 

 

 

  • Bricolage :  Décorer sa propre tunique et puis la partager avec quelqu’un du groupe.

 

6)  Apprentissage Chant de Joseph  sur air   « Seigneur, nous arrivons … »   


Un atelier était réservé à l’apprentissage du chant de Joseph. 

Pour cela, nous avons donné un autre texte sur l’air de « Seigneur nous arrivons des 4 coins de l’horizon »

Refrain :

Joseph, tu es ami, parfois banni, c’est ça ta vie, 

oh quelle aventure, 

Joseph, tu restes ami, tu rends ravi, c’est ça aussi, 

grâce à ton Dieu. 

1- Joseph est le fils préféré de Jacob

Vêtu d’une tunique aux multiples couleurs

Ses frères le détestent pour les rêves qu’il fait

Et jaloux décident, 

de le faire disparaître.

2- Joseph est jeté dans une grande citerne

Joseph est vendu comme un simple esclave

Sa belle tunique déchirée et tâchée

Et se retrouva chez Monsieur Potiphar. 

3- Une jolie tunique, en mission sans misère, 

A cause d’un mensonge ira en prison

Ecoute les rêves et sait les expliquer, 

Avant d’écouter les rêves du Pharaon

4- Joseph a raison, 

sept années de famine

Joseph a raison pour celles d’abondance

Pharaon le nomme aux plus hautes fonctions

Et un jour ses frères s’inclinèrent devant lui

5- Joseph est ému en voyant Benjamin

Raconte à ses frères

toute la vérité

Dieu l’avait choisi pour leur sauver la vie

Jacob, sa famille, 

sont à nouveau amis. 

(texte : Solen Ricard et Christina Weinhold )

 

FIN :   Goûter et présentation du chant de la journée aux familles 




Intouchables

Tout les oppose et il était peu probable qu’ils se rencontrent un jour, et pourtant. Philippe, un riche aristocrate devenu tétraplégique après un accident de parapente va engager Driss, un jeune homme d’origine sénégalaise tout droit sorti de prison, comme auxiliaire de vie à domicile. Pourquoi lui ? Tout simplement parce qu’il ne regarde pas Philippe avec le même regard de pitié que les autres candidats…

fiche d’animation catéchétique proposée par Nadia Savin :  cinekt-intouchables




Le grand partage

Un hiver pire que jamais. Le gouvernement publie un décret obligeant les citoyens français les mieux logés à accueillir chez eux pendant la vague de froid leurs concitoyens en situation précaire. A l’heure du Grand Partage, un vent de panique s’installe à tous les étages dans un immeuble très chic de la capitale.

Nadia Savin propose une fiche d’animation catéchétique cinekt-grand-partage




La famille Bélier

Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte…

fiche d’animation catéchétique par Nadia Savin cinekt-famille-belier




Quelques symboles chrétiens : des symboles ouverts et des points de rencontres

Animation-découverte, ou étude biblique, ou encore sujet pour la prédication, nous vous proposons ici une observation de quelques symboles chrétiens, symboles qui nous amènent à la rencontre avec le Christ, avec Dieu et avec notre prochain.

Le symbole, petit rappel : Prenez un objet cassable (poterie, vase, feuille de papier…) et cassez-le soigneusement en plusieurs grands morceaux, en fonction du nombre de personnes présentes. Si les participants sont nombreux, prévoyez plusieurs objets différents. Chaque participant reçoit un morceau de l’objet. C’est un symbole ! Dans 1 an*, 10 ans, 20 ans, même si chacun a vieilli, changé de coiffure ou de lunette, en remettant les morceaux les uns avec les autres et en reconstituant le puzzle de l’objet entier, tous les participants d’aujourd’hui pourront se reconnaître et se souvenir de ce jour !
*Organisez des retrouvailles l’année prochaine, et que chacun amène son morceau d’objet !
Un symbole, à l’origine, est donc une partie d’un tout utilisée comme signe de reconnaissance entre des personnes.
Aujourd’hui, on emploie le symbole dans le langage parlé, écrit, artistique, publicitaire, … pour associer deux idées : un cœur représente l’amour ; un jingle publicitaire suffit à évoquer l’objet de la publicité ; une expression métaphorique renvoie à un concept ; etc.
Dès l’origine du christianisme, certains dessins ont représenté le Christ et son message. Mais plutôt que de dessiner un personnage – ce qui n’était pas admis dans le judaïsme -, ce sont des symboles qui ont été élaborés.

Quelques symboles chrétiens (et après ce rappel, l’usage que l’on va en faire) : Vous les trouvez sur le net, mais ils sont aussi faciles à dessiner ou à faire dessiner.

La croix : une ligne verticale traversée par une ligne horizontale aux deux tiers de sa hauteur.
La verticalité nous renvoie à la fois à ce qui est tout en bas… et à ce qui est tout en haut ! Souvent, nous disons : « L’homme en bas et Dieu en haut », mais on peut nuancer : les soucis de la vie qui nous rabaissent, les espérances qui nous grandissent, etc. Les participants à votre séance auront des choses à dire sur cette verticalité.
L’horizontalité peut symboliser les relations entre les humains, une ligne chronologique du temps…
La croix est souvent résumée à la verticalité de Dieu (spiritualité, espérance) et l’horizontalité de l’humanité.
NB : la croix n’est pas un crucifix : la Réforme nous a rappelé que le christ n’est pas un homme attaché souffrant sur une croix, mais bien le Ressuscité vivant parmi nous et en nous ; la croix ne souffre pas de son absence, elle rayonne de sa résurrection !

La croix orthodoxe russe : aux deux lignes transversales verticale et horizontale ont été ajoutées deux petites lignes. Au dessus, le rappel du chef d’accusation contre Jésus INRI (Jésus de Nazareth, roi des Juifs), et en dessous, une ligne oblique dont l’une des significations renvoie aux larrons crucifiés à côté de Jésus. L’un, à la fin de sa vie, a reconnu en Jésus le serviteur de Dieu innocent et souffrant, et de par cette sorte de confession de foi, a reçu la promesse du salut. La ligne oblique l’envoie vers le haut, symboliquement. L’autre larron n’a pas fait ce chemin de reconnaissance, et la ligne oblique l’envoie vers le bas, symboliquement.

Ichtus, le poisson : votre site préféré vous propose plusieurs articles à propos de Icthus, n’hésitez pas à les consulter ! Acronyme de Iêsous Christos Theou Uios Sôtêr « Jésus-Christ fils de Dieu sauveur », c’est un symbole vite dessiné et vite effacé sur le sable, bien utile pour les chrétiens persécutés…
On le trouve auto-collé sur de nombreuses voitures, et non, il ne signifie pas – ou pas que – « Pêcheur d’homme ».

Le Chrisme : Plus ancien que le christianisme, composé des lettres grecques X (chi) et P (rho), il indiquait que quelque chose était utile, de bonne augure, positif : une bonne nouvelle, quoi ! Le P changé en I (iota) associé au X (chi) et représente Jésus-Christ Ἰησοῦς Χριστός. Le chrisme est le « monogramme du Christ »
On lui associe l’Alpha et l’Oméga en majuscules ou en minuscules, en référence à l’Apocalypse de Jean, 1,8 et 22,13 où il est dit du Seigneur qu’il est l’Alpha et l’Oméga, celui qui est, qui était et qui vient, le premier et le dernier, le commencement et la fin, avec tout ce qu’il y a entre les deux…
Une erreur à corriger : ce n’est pas Jésus qui dit de lui-même qu’il est l’Alpha et l’Oméga, comme on l’entend très souvent.
Tous ensemble, les lettres du chrisme et l’alpha et l’oméga forment le verbe archô ἄρχω qui signifie ‘je commande, je dirige, je guide’

NB: nous n’avons pas utilisé la croix huguenote qui mérite une séance à elle toute seule. Mais si vous le voulez/pouvez, n’hésitez pas à l’insérer dans l’animation. Elle est aussi plus ‘moderne’. Sa symbolique nécessite un développement bien préparé.
Pour d’autres symboles, consultez aussi ici

Animations: Nous vous proposons, à partir de ces symboles très anciens, une observation des formes et les commentaires suivants :

  1. Les lignes qui composent ces dessins sont des lignes ouvertes. On peut les prolonger dans l’une ou l’autre direction. Toutes ces directions peuvent être toutes les réalités de nos chemins de vies et toutes les réalités de la présence de Dieu dans nos chemins de vies. Ces directions peuvent être les horizons d’où nous venons et vers lesquels le Christ nous envoie.
    Après avoir décrit et expliqué les symboles proposez un temps de méditation et de prière, puis proposez une activité créative à partir des symboles dessinés par les participants (un symbole au choix, plusieurs symboles…) et dont chacun prolongerait une ou plusieurs lignes à sa manière, avec sa créativité, confession de foi artistique.
    Si les participants sont d’accord, exposez les œuvres réalisées, insérez-les dans le journal paroissial…
  2. Chaque symbole a au moins un point de croisement ou de changement de direction (comme le nez de l’ichtus). Considérons un instant ces points comme des points de rencontres : rencontre avec Dieu, avec le Christ, rencontre avec notre prochain, la communauté-église, avec l’Église du Christ, avec d’autres communautés chrétiennes et/ou d’autres confessions…
    Proposez un temps de méditation et de prière sur le thème de ces points de rencontres. Utilisez les créations déjà réalisées au point 1.
  3. Assemblez les deux idées : lignes prolongées et points de rencontres. Chaque participant réalise une expression artistique de sa foi avec lignes et points. Les réalisations peuvent servir de point de départ pour un (autre) moment méditatif et de prière ; elles peuvent être exposées, avec la permission des participants, ou insérées dans le journal paroissial. Un parcours méditatif peut être organisé dans votre lieu de culte, les œuvres placées de manière à susciter le cheminement et des chaises permettant des pauses. Pensez à placer une bougie ou quelques simples fleurs, qui sans détourner les yeux du dessin, forment une petite mise en scène propice au recueillement. Ajouter un poème, une confession de foi en mots, si vous pensez que c’est utile, et en fonction des charismes des participants…
    Crédits Marie-Pierre Tonnon



Voyage au temps de la Renaissance

L’Eglise Protestante Unie de Poissy, sa pasteure Virginie Moyat et les catéchètes, nous présentent cette sortie, destinée aux catéchumènes, au Château d’Écouen, musée national de la Renaissance. musée de la renaissance

C’est un voyage au temps de la Renaissance qui rend plus vivant les aspects et le contexte de la Réforme, notamment les guerres de religion.

Le musée se situe à 25 km dans le nord de Paris, département de Val d’Oise (95). Même si cette sortie ne se prête pas pour tous les groupes de France et de Navarre, vu la distance, elle peut malgré tout donner des idées et certains matériaux proposés ci joint peuvent être utilisés aussi dans d’autres cadres.

Voici un lien vers un cahier utile pour une découverte ludique du musée:  Le Château d Ecouen

Voici une proposition d’un jeux de cartes autour des personnages de la Renaissance.  cartes à jouer personnages de la renaissance

Instructions pour le jeux :

âge: les KT (12-15 ans). Pour un groupe de 1 (ou enlever des personnages, ou rajouter d’autres personnes: Marie de Médicis, Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret…)

thème: les guerres de religion (si possible à coupler avec la visite du château d’Ecouen( 95), appartenant à Anne de Montmorency)

matériel: le jeu de cartes à imprimer (14), une table

durée : 1 heure  

comment: debout

1- chacun reçoit une carte et découvre qui il est pendant 5 min. Il ne doit pas montrer sa carte.

2- les enfants vont à la recherche de leur famille en allant demander aux autres, les uns après les autres. Ils ne montrent pas leur carte, mais il cherche sa sœur, sa mère, son mari, etc… en donnant son nom.

3-chaque famille constituée se présente aux autres familles (3 familles: les Montmorency auquel appartient Gaspard II de Coligny, les Guise, la famille royale de Henri II et Catherine de Médicis), en donnant son nom, en expliquant ce qu’il a fait:  ou en lisant ou en résumant;

Un seul n’aura pas de famille: Henri IV (choisir l’enfant adéquat!). Prendre le temps de bien lire sa fiche aussi et expliquer qu’il remonte à la plus grande famille, celle de St Louis, dont descend aussi la famille de Valois (Henri II)

4-redire ensemble quels événements de l’histoire on a entendu et les mettre dans l’ordre ensemble (ils relisent leur fiches au besoin mais ils peuvent tout trouver tout seuls): la St Barthélémy (1572), le massacre de Wassy (1562), l’édit de Nantes (1598)

5-poser les cartes sur une table de manière à remettre les personnes dans l’ordre chronologique, et par famille, comme un arbre généalogique. Une colonne pour les familles (on commence par les rois successifs), puis on met à droite et à gauche chacune des 2 autres familles. Cela permet de conclure en disant de nouveau tout ce qu’on sait.

6-chacun peut reprendre sa carte et la garder pour soi (ce qu’ils voulaient absolument faire!)

Auteurs du matériel : Virginie Moyat et Ony ‌Lovasoa