Les ouvriers de la dernière heure

Le théâtre de papier (« Kamishibaï » en japonnais) présente une image au recto pour les spectateurs et un texte au verso pour le narrateur. Le ravissement du public est garanti, le stress du narrateur est moindre car la lecture est disponible au verso des planches.

Le bricolage proposé ici est au format A4 (pour utiliser l’imprimante) – en noir et blanc pour que jeunes et moins jeunes puissent  être associés à cette création de mise en couleurs.

Matériel : imprimante + 12 feuilles de papier épais pour les dessins en noir et blanc  + feutres ou gouaches ou crayons

Première étape

Imprimer sur du papier épais, en recto-verso, toutes les planches de dessins : Matthieu 20 Noir et blanc A4

Deuxième étape

Mettre en couleurs les dessins; toutes les techniques sont possibles : crayons, feutres, gouaches, aquarelles, crayons gras, pastels, papiers déchirés-collés… Pour ces dessins, j’ai utilisé ma boite de peinture à l’aquarelle
Voir mon exemple

Pour une meilleure lecture de cette parabole, voici les codes couleurs adoptés : Matthieu 20 en couleurs Matthieu 20 en couleurs

  • Le jaune, c’est pour Jésus
  • Le rouge, c’est pour Dieu, et pour les symboles du Royaume de Dieu (un cœur ouvert, contenant l’humanité) ; le chiffre « 1 » (il représente le contrat de départ) ; la grappe de raisin, l’intendant et le point d’interrogation final.
  • le vert, c’est pour le maître de la maison, propriétaire de la vigne
  • les ouvriers sont dans un dégradé de marrons, du plus clair au plus foncé. Les derniers ouvriers étant en noir.
  • Le point d’interrogation des ouvriers de la première heure, est en noir. Ils remettent en question leur contrat de travail en se comparant aux derniers arrivés. Et pourtant, le maître de la maison est fidèle au contrat de départ…c’est pour cela que le chiffre 1 est comme en balance avec le point d’interrogation noir.
  • Le dernier dessin illustre une balance, symbole de la justice, non pas celle des hommes, mais de celle de Dieu

Troisième étape

Glisser les planches dans le bon ordre, dans le butaï (pour voir la fiche technique, cliquer ici )… s’entraîner en face d’un miroir (pour voir les images) et une fois que l’on se sent prêt : raconter !

Découvrir la collection des kamishibaï cliquer ici

Crédit : Laurence Gangloff (UEPAL) Point KT