image_pdfimage_print

Aujourd’hui, nous voulons  mettre un agneau dans notre jardin !

Préparons

un agneau – voici une proposition assez facile à réaliser

Souvenons-nous

que la Pâques chrétienne est liée à la pâque juive où l’on se souvenait du passage des hébreux de l’oppression vers la Liberté. Ce jour-là, on sacrifiait des agneaux. Ils étaient le signe du passage de Dieu dans leur vie.
Pour les chrétiens, Jésus est comme l’agneau du sacrifice. Il suit la volonté du Père et donne sa vie pour le bonheur des hommes, pour que ceux-ci marchent vers la liberté des enfants de Dieu.

Lisons Jean 1;29-34

Prions

Seigneur les agneaux se laissent conduire par le berger car ils le connaissent et lui font confiance.
Seigneur fais-nous rentrer dans cette même Alliance : connaître que tu es notre Bon Berger

que tu vas donner ce qui est bon pour nous

que tu te soucies de chacun de nous.

Tu nous donnes un lieu de ressourcement,

ton amour et ton accompagnement.

Seigneur toi le berger tu connais nos petites pattes, nos yeux myopes et nos oreilles inquiètes nous avons besoin d’être de ton amour porté donne-nous de te laisser rentrer dans nos cœurs et nos têtes. Amen

Chantons

« Torrents d’amour et de grâce  » 

Partageons une tradition – le Lamala 

Le Lamala  (agneau en dialecte), est traditionnellement partagé en famille lors du petit déjeuner de Pâques en Alsace. Cette pâtisserie que vous pourrez préparer en fin de semaine, symbolise le sacrifice fait par Abraham à la demande de Dieu. Jésus est désigné comme l’agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde ce qui fait que les chrétiens partageaient un agneau au repas de pâques. Probablement aussi en souvenir du repas de la pâque juive. Par ailleurs, dès le XVIème siècle, on retrouve trace du Ochterlamala (agneau pascal).  En effet, durant les quarante jours du jeûne du carême les fidèles ne mangeaient pas d’œufs. Les ménagères et les boulangers devaient donc utiliser la grande quantité d’œufs accumulés lors de cette période. Ils le faisaient notamment en réalisant et en offrant des Lamala.

Quand nous mangerons le Lamala au matin de pâques, souvenons-nous de tout l’amour de Dieu envers nous.

Déposons l’agneau que nous avons fabriqué sur le plateau avec les rameaux

Il sera le mémorial de la sortie d’Egypte. Oui Dieu veut nous libérer de toutes nos idoles, de toutes nos servitudes, de toutes nos craintes.

Il sera le mémorial de Jésus venu vivre la même vie que nous avec ces joies mais aussi ses douleurs.

Il sera le mémorial de la présence de Dieu qui nous aime comme un berger et qui veut que nous ne manquions de rien. Il veut nous faire reposer dans de verts pâturages. Il nous dirige vers les eaux paisibles. Il restaure notre âme. Il nous conduit dans les sentiers de la justice à cause de son nom. Quand nous marchons dans la vallée de l’ombre de la mort, nous ne craignons aucun mal car il est avec nous. Ainsi le bonheur et la grâce sont avec moi. AMEN

Crédit : Isabelle Horber (UEPAL) – photos Pixabay et Elise Frohn