image_pdfimage_print

En ce dimanche des rameaux, rentrons dans la semaine sainte

Hier nous étions dans le désert, le sable de nos soucis s’insinuait entre nos orteils.

Mais parfois le sable est un petit grain qui nous fait prendre une autre direction. Jésus a été un tel petit grain de sable. Il a bousculé les habitudes, il a balayé les idées fausses, il a pardonné les péchés, il a annoncé l’amour de Dieu.

Que nous sachions faire de la situation actuelle un grain de sable pour plus de solidarité.

Préparons

– des rameaux (si possible découpés dans du papier vert) et un stylo par personne

Regardons

et méditons avec cette vidéo 

Prions

Seigneur nous venons à toi tels que nous sommes

avec notre vécu, nos craintes et nos joies.

Nous venons à toi, cherchant peut-être un roi

et ne comprenant pas que tu viens simplement au côté de chaque homme.

A Jérusalem autrefois, en nos maisons aujourd’hui

donne-nous de trouver avec cette liturgie

assez de foi pour t’acclamer

pour trouver des routes d’amitié.

Donne-nous d’être ensemble pour apprendre à regarder,

ensemble pour changer ce monde au cœur blessé.

Écoutons une narration

(inspirée du culte des Rameaux  )

Les gens de Jérusalem étaient venus ensemble pour accueillir le Seigneur. L’un avait encore les mains pleines de la farine avec laquelle il faisait le pain. L’autre avait sa tunique tachée du chantier sur lequel il travaillait. Certains portaient sur eux la poussière de la rue ou l’odeur du repas qu’ils étaient en train de préparer, ou celle des animaux avec lesquels ils vivaient.  Ils se rendaient compte qu’ils ne savaient pas comment l’accueillir. Ils étaient venus tels qu’ils étaient. Ils n’avaient rien prévu. Alors comment faire ? Ils étaient plein d’attente et plein de reconnaissance vis-à-vis de lui, mais comment lui montrer ?

Alors les premiers ont commencé à arracher les branches des arbres pour décorer la rue. Puis, il y a eu des gens qui ont enlevé leurs tuniques, une sorte de cape qu’ils portaient au-dessus de leurs robes, et à les mettre sur le sol. Comme s’ils voulaient  préparer un tapis pour le roi du monde qui arrivait. Pour qu’il ne marche pas dans la poussière, pour que même son âne sur lequel il est assis ne marche pas dans la poussière. Mais ce n’est pas un tapis comme les autres, ce n’est pas le tapis rouge qu’on met pour les princes et empereurs, c’est un tapis fait par des tuniques, un grand patchwork de leurs histoires et de leur vécu. Voici qu’ils soumettent devant Jésus : leur joies, leurs angoisses, leurs attentes, leurs espérances, leur honte par rapport aux échecs de leurs vies, leurs limites, leurs fardeaux … en bref, tout ce qu’ils portaient avec eux.

Déposons notre vécu au pied de Jésus en l’écrivant sur les feuilles des rameaux (recouvrir le jaune par le vert des rameaux après avoir écrit notre vécu). Ainsi le désert devient vert, car nous nous sommes rapprochés de Jésus.

Lisons : Mathieu 21;1-11

Chantons

Que la grâce de Dieu soit sur toi Pour t’aider à marcher dans ses voies. Reçois tout son pardon et sa bénédiction. Va en paix, dans la joie, dans l’amour.

Crédits : Isabelle Horber (UEPAL) –  photos Pixabay et Elise Frohn