1

Kamishibaï maison : Luc 5, 1-11

Le théâtre de papier (« Kamishibaï » en japonais) présente une image au recto pour les spectateurs et un texte au verso. Le ravissement du public est garanti, le stress du narrateur moindre car la lecture est disponible au verso des planches.

Ci-dessous les étapes à suivre pour confectionner votre Kamishibaï :

Matériel :

  • imprimante + 8 feuilles blanches épaisses
  • plastifieuse + 8 feuilles de plastification (optionnel)

Première étape : fabriquer le kamishibaï

– Télécharger et imprimer sur le papier épais blanc, en recto-verso (reliure sur le plus petit côté),  : Luc 5 Pêcheurs d’humains
– Plastifier toutes les pages (optionnel)

Deuxième étape

Votre kamishibaï est prêt ! Il suffit de le mettre dans le bon ordre et de l’insérer dans le Butaï. On peut s’entraîner face à un miroir.
Bonne narration !

Découvrir

  • Confection d’un Butaï maison et la liste d’autres Kamishibaï à imprimer.

 

Crédit : Marie-Claire Helmlinger, Point KT.




Recension thématique : les 10 commandements

Venez découvrir toutes les différentes manières d’aborder les 10 commandements :

 Sketch et Prédication :
Célébration :
Fiches Bibliques :
Animations/ CinéKT :
Bricolage
Les 10 commandements détournés :

Crédit : Marie-Claire Helmlinger, Point KT

 




Saynète de Noël : Mamie à tout prix !

Une pièce de Débora Mistretta, écrite pour le spectacle de Noël 2022 à Boofzheim en collaboration avec Michael Zahner, Léore Schmidt, Jessica Wintenberger.

Résumé de la pièce :


La famille Schneider est une famille nombreuse, Alsacienne depuis des générations. Maman Nancy est mariée à Papa Stéphane. Ensemble ils ont eu trois enfants : Amanda, Tim, Dorian. Ils ont adopté Tony de l’âge de Dorian qui est l’enfant de la cousine et la meilleure amie de Nancy, malheureusement décédée trop tôt. Dans l’histoire, ils ne sont pas seuls. La sœur de Nancy, Carole et son fils Antoine sont souvent à la maison. Il y a aussi oncle Bernard l’unique frère de Carole et Nancy. On n’oublie pas Mamie Sidonie sans qui cette pièce de théâtre n’aurait pas eu lieu. La famille s’apprête à fêter Noël lorsqu’ils apprennent que Mami est atteinte de la maladie d’Alzheimer. L’objet de cette pièce tournera autour de cette question : Comment continuer à faire famille, fraternité et vivre les festivités de Noël avec la préoccupation de perdre un être cher ? Ensemble et avec l’aide de Dieu, peut-être la famille trouvera-t-elle une solution…

Crédit : Débora Mistretta (UEPAL), Point KT

 




Les étoiles entre elles, le soir de Noël

Vous êtes-vous déjà demandé ce que les étoiles se disent entre elles ?
En cette nuit de Noël, il nous est donné de rêver de ce qu’elles pourraient nous raconter.

Cette saynète a été écrite pour la veillée de Noël 2021 à l’église de Belmont par la pasteure Sophie Letsch.
Elle a été jouée avec 15 enfants. Mais le nombre de participants, à l’intérieur de chaque groupe d’étoiles, peut facilement être adapté.

Vous trouvez ci-dessous quelques images pour vous donner des idées sur la confection des costumes :

Le patron une fois découpé

A attacher de côté

 

Décoration à mettre sur la tête

Les étoiles entre elles, le soir de Noël

Narrateur : Vous avez remarqué qu’il y a des étoiles partout en ce temps de Noël : sur les sapins, sur les tables, aux fenêtres et sur les cartes de vœux. C’est beau. Ça brille. C’est festif.
Mais toutes ces étoiles de papier ou de plastique, même celles sur lesquelles on a collé des paillettes, n’égalisent pas la beauté des vraies étoiles. Connaissez-vous un plus beau spectacle que celui des étoiles qui scintillent dans la nuit claire ?
Certains savent apprécier la beauté des étoiles.
Il y a ceux qui sont passionnés et se retrouvent, bien équipés, pour pouvoir observer.
Il y a celles qui montent seules sur les sommets et s’allongent dans l’herbe pour les contempler.
Il y a toutes celles et tous ceux qui les admirent pour continuer, malgré tout, de rêver.
Oui, ils sont nombreux, ceux qui aiment regarder les étoiles.
Leur spectacle est si merveilleux. C’est facile de les regarder. Et si, en ce soir de Noël, il nous était donné de les écouter ?

Musique = Star Wars – Main Theme

Les grandes étoiles s’installent sur la scène pendant les premières secondes de la musique. On la baisse ensuite.
Les petites étoiles, Vénus et les étoiles filantes restent en coulisse.
GE7 est cachée en haut de la chair.

Tableau 1

GE1 : Mais qu’est-ce que tu brilles fort toi aujourd’hui ! Je suis hyper jalouse ! Comment tu fais pour avoir un tel éclat ?
GE2 : Je ne sais pas. J’ai tellement chaud ! J’ai l’impression que je vais exploser !
GE1 : Ah ouais mais t’es une étoile supergéante toi non ?
GE2 : Oui.
GE1 : T’as quel âge déjà ?
GE2 : 50 millions d’années.
GE1 : Ah ouais d’accord, c’est bientôt la fin pour toi !
GE2 : Oh ça va ! C’est pas bien de se moquer des vieux !
GE1 : Oui c’est vrai. Excuse-moi.
GE2: Je ne suis pourtant pas la plus vieille des étoiles ici…
GE3 : Ah oui la plus vieille c’est surement celle-là (désigne GE4). On ne sait même plus depuis quand elle est là !
GE4 : Ohlala mais qu’est-ce qu’on s’ennuie ! Qu’est-ce qu’on s’ennuie ! Qu’est-ce qu’on s’ennuie ! Il ne se passe jamais rien dans cet univers !
GE5 : Ben si attend, regarde, il se passe quelque chose là !
GE4 : Qu’est-ce que c’est ?
GE6 : C’est une nouvelle étoile !
GE4 : Ah ben voilà un peu d’animation ! Une nouvelle étoile, ça n’arrive pas souvent !
(Elle apparait en toussant.) GE7 : Bonjour (elle tousse encore)
GE5 : Ohlala ma pauvre. Tu viens juste de sortir de ton nuage interstellaire toi !
GE7 : Oui (elle tousse encore) c’était plein d’hydrogène et d’hélium là-dedans !
GE5 : Installe-toi parmi nous et respire un grand coup !
GE6 : Tu verras on est bien là.
GE7 : Merci.
GE4 : On est bien, on est bien… Moi je trouve qu’on s’ennuie quand même un peu ! enfin un peu. Beaucoup même.
GE1 : Et si on s’amusait à faire de nouvelles constellations ?
Tous : oui !

Tableau 2

Narrateur : Vous saviez, n’est-ce pas, que les étoiles forment des constellations ? Vous connaissez la grande Ourse, la petite ourse et peut être Cassiopée. Mais les étoiles s’amusent aussi parfois quand on ne les voit pas…

Musique = Star Wars – Main Theme
On éteint toutes les lumières pour ne garder que la lumière noire. Toutes les étoiles montent sur scène et  déambulent les unes derrière les autres.
Vénus apparait aussi et suit la scène de loin.

Narrateur : La fameuse constellation de la vague cosmique !
Les grandes étoiles se placent en ligne, se baissent et se relèvent les unes après les autres pour former des vagues. Les petites étoiles sont assises devant et font des vagues avec leurs bras.
Puis elles repartent déambuler dans l’église et se replacent toutes en ligne assis par terre.

Narrateur : Ou encore la surprenante constellation du maïs qui éclate !
Les étoiles sautent en l’air en ordre dispersé. Elles repartent déambuler puis forment deux groupes et se placent face à face.
Les étoiles se lancent une pelote de laine blanche. Chacun pince un morceau de fil d’une main et relance la pelote à qqun d’autre de façon à former une toile.

Narrateur : Et enfin l’étonnante constellation de l’étoile d’araignée !
Venus se faufile entre les nœuds de la toile. Fin de la musique. Les grandes étoiles rigolent. Vénus se place un peu à distance. Les petites étoiles et les étoiles filantes retournent en coulisse.

Tableau 3

GE1 : Qu’est-ce qu’on s’est amusés !
GE7 : Ah oui, la constellation du maïs qui éclate, fallait la trouver !
GE1 : Eh Regardez là-bas !
GE4 : C’est quoi encore ce truc ?
GE2 : Je l’ai déjà vue tout à l’heure ! Elle a essayé de s’incruster pendant qu’on dansait.
GE4 : C’est pas une étoile ça !
Vénus : Bonjour !
Tous : Bonjour…
Vénus : Vous avez raison, je ne suis pas une étoile mais presque !
GE1 : Mais qu’est-ce que tu racontes ! On ne peut pas être presque une étoile ! T’es une étoile ou t’en es pas une !
GE6 : T’es une planète non ?
Vénus : Oui ! Je suis Vénus. La planète la plus proche de la Terre. J’ai dit que j’étais presque une étoile parce que les humains m’appellent l’Etoile du Berger. Ils disent ça parce que, quand la nuit tombe, je suis le premier astre qu’ils voient briller.
GE4 : Les humains ? C’est quoi ce truc ? C’est nouveau ?
Vénus : Les humains sont les habitants de la Terre.
GE4 : Ah la terre ! c’est ce tout petit truc bleu qui tourne autour du soleil non ?
Vénus : Oui c’est ça !
GE3 : Ah oui elle est marrante cette planète-là, avec son satellite minuscule qui tourne autour d’elle.
Vénus : C’est la lune !
GE3 : Qu’est-ce que tu peux nous dire de la terre ?
Vénus : La planète Terre fait partie du système solaire et elle s’est formée il y a 4,54 milliards d’années.
GE1 : 4, 54 milliards d’années !! Ohlala autant dire hier ! Elle est vraiment toute jeune par rapport à nous.
GE4 : Bon et les humains alors, c’est quoi ce truc ?
Vénus : Les humains sont une des espèces qui vivent sur la planète terre. Ils sont apparus il y a 300 000 ans.
GE4 : Une des espèces ? Parce qu’il y en a d’autres sur cette planète ?
Vénus : Oui. Il y en 8,7 millions d’autres espèces vivantes sur la terre.
GE4 : Ah ouais d’accord. Donc tu nous parles d’une espèce qui vient tout juste d’apparaitre et qui vit parmi des millions d’autres sur un tout petit caillou bleu qui n’a même pas 5 milliards d’années ! En quoi c’est intéressant ?
Vénus : Oui c’est vrai qu’à l’échelle de l’univers les humains ne sont pas grand-chose. Un micro grain de poussière dans l’immensité du cosmos. Mais, voyez-vous, les humains ont une place particulière dans le cœur du créateur.
Tous : Le créateur ?
GE5 : Celui qui était là avant tout le reste ?
Vénus : Oui. Celui-là. Il a voulu que vous soyez là, en tout premier, pour marquer la nuit, les époques et les années. Les humains vous contemplent depuis des millénaires. Grâce à vous, depuis toujours, ils peuvent se repérer dans l’espace et dans le temps.
GE7 : Ah oui ? On est si importants pour eux ?
Vénus : Oui et ce n’est pas tout. Quand ils vous contemplent, ils réalisent la grandeur de l’univers. Alors ils peuvent voir plus loin que ce qui est juste devant eux. Et en vous voyant, ils peuvent penser au Dieu de l’infini qui s’intéresse à chacun d’eux, même s’ils sont tout petits.
GE4 : Ah ça pour être petits… Les humains sont minuscules.
Vénus : Oui, et pourtant, le créateur de l’infini aime chacun des humains.
GE7 : Ils doivent quand même être importants ces petits humains.
Vénus : Les humains vous aiment énormément. Quand ils vous voient scintiller dans leur ciel, leurs cœurs se réchauffent. Vous leur redonnez confiance et espérance.
GE3 : Mais pourquoi les humains ont-ils besoin d’espérance ? Il me semble que  les autres espèces ne se font pas autant de souci qu’eux ! Elles mangent, elles dorment, elles se reproduisent et profitent de la vie sans se faire de souci. C’est pas pareil pour eux ?
Vénus : Non ils sont un peu différents les humains. S’ils s’inquiètent autant, c’est parce qu’ils savent qu’ils ne sont pas grand-chose.

Musique =  La chevauchée des Walkyries, Wagner
Les 2 étoiles filantes entrent en scène et traversent l’église en courant dans tous les sens.

GE6 : Oh tiens ! Qu’est-ce que c’est que ça ?
GE7 : C’est mignon ces toutes petites trainées de lumières !
GE2 : Eh attention, t’as failli me rentrer dedans ! Ça va pas de faire des excès de vitesse comme ça !
EF : Nous sommes des étoiles filantes !
GE1 : Des étoiles ? Oh ben non, on ne peut pas vous laisser dire ça. Vous êtes juste des petits grains de poussière qui prennent feu en entrant dans l’atmosphère.
EF1 : Peut-être. Mais les humains nous appellent comme ça : étoiles filantes.
EF2 : Ils sont toujours contents quand ils nous voient.
GE4 : les humains, les humains… On ne va parler que de ces minus aujourd’hui ?
GE7 : Mais enfin tu vas arrêter de râler ?
GE3 : Laisse-les parler !
EF1 : Les humains aiment nous contempler. Pendant quelques nuits, au milieu de l’été on vient par centaines. On leur offre un spectacle grandiose !
EF2 : Et quand les humains nous voient, ils font un vœu.
GE7 : Un vœu ? Quel genre de vœux ?
EF1 : Ah ça, nous ne le savons pas.
Les grandes étoiles et les étoiles filantes retournent en coulisse.

Tableau final

Narrateur : Oui les humains font des vœux. Ils ont conscience qu’ils ne maitrisent pas tout. Et leur vie est parfois difficile. Ils sont fragiles. Parfois ils tombent malades. Et puis, ils finissent tous par mourir un jour et ils le savent bien. Parfois ils sont tristes ou désespérés. Parfois on leur fait du mal et ils font eux-mêmes du mal.
Le Dieu de l’infini a décidé de les créer libres. Libres de faire le mal ou le bien. Libres de se battre ou de se réconcilier. Libres de se venger ou de pardonner. Libres d’aimer ou de haïr. Libres de prendre soin de la terre ou de la détruire.
Et cette liberté, ils n’en font pas toujours bon usage.
Pourtant, malgré tout, le créateur les aime infiniment. Il a trouvé que l’humanité valait la peine d’être sauvée.
Voilà déjà des milliers d’années qu’il leur avait promis un sauveur.
Dans le vieux livre qui parle de lui, il était écrit qu’un enfant leur sera donné. Il recevra l’autorité d’un roi. On lui donnera pour nom : Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père pour toujours, Prince de la paix.
Il étendra son autorité et assurera une paix sans fin.
Il occupera le siège royal de David et dirigera son royaume.
Il l’établira et le rendra solide en faisant respecter le droit et la justice, dès maintenant et pour toujours.
Voilà ce que le SEIGNEUR de l’univers a promis de faire à cause de son brûlant amour. (d’après Esaïe 9, 5-6)

Chant de l’assemblée

Pendant le chant : mise en place de la crèche avec les figurants. Les petites étoiles se placent au-dessus de la crèche, debout sur un banc.
Les étoiles filantes s’asseyent à côté.

Narrateur : Cette nuit-là, le grand créateur de l’univers est venu lui-même sur la terre. Il s’est fait tout petit pour rejoindre l’humanité et lui montrer que personne ne serait jamais abandonné. Le Dieu de l’infini est venu dans la nuit. Dans la nuit du doute, la nuit de la peur et de la maladie. Dans la nuit de violence et de la mort. C’est là qu’il est venu. L’étoile du matin, celle qui annonce la fin de la nuit, c’est lui.

Scène finale

Les grandes étoiles s’approchent de la crèche avec Vénus.
GE6 : Que c’est beau !
GE1 : Alors c’est lui ? Ce petit être fragile et vulnérable ? Ce bébé ? C’est lui le sauveur de l’humanité ?
Vénus : Oui. Il est venu tout petit. Il est venu sans faire de bruit. Mais le Seigneur de la vie, c’est bien lui.
GE5 : Vous avez vu toutes petites étoiles autour de la crèche ?
GE1 : Mais qu’est-ce que vous brillez fort !
Petites étoiles : Ce n’est pas nous qu’il faut regarder.
GE1 : Mais qu’est-ce que vous racontez, une étoile c’est fait pour briller !
Petites étoiles : Non. Nous brillons pour qu’on puisse voir ce bébé.
GE7 : Mais oui regarde, ce sont elles qui éclairent toute la scène.
GE5 : Sans elles, on ne verrait rien de tout ça.
GE3 : Ses petites étoiles ne brillent pas pour elles-mêmes. Elles ont tout compris. Briller pour briller ça ne sert à rien. S’il n’y a rien à révéler, rien à montrer, notre lumière ne sert à rien.
Vénus : Cet enfant, Jésus, quand il a grandi a parlé très souvent de la lumière. Un jour, il a dit quelque chose de très important à tous ceux qui l’écoutait. Il a dit :
Petites étoiles : Vous êtes la lumière du monde !
Vénus : Exactement. C’est vous qui êtes la lumière du monde.
GE1 : Mais qui « vous » ?
Vénus : Et bien les humains. Tous les humains. Même ceux qui font des erreurs et ceux qui n’ont pas confiance en eux. Ils peuvent, tous, éclairer le monde. Ils peuvent, tous, partager l’amour et la paix.
GE6 : Quelle belle histoire !
GE7 : Merci de nous avoir fait découvrir l’humanité.
GE1 : On va retourner dans le ciel maintenant. Et on va continuer de briller.
GE3 : Oui de toutes nos forces ! Même si on est fatigués.
GE4 : Même si on est âgés.
GE2 : Même si on est découragés.
Tous : On continuera de briller pour montrer aux humains qu’il y a toujours de quoi espérer.

 Les étoiles se dispersent dans l’église.

Crédits : Sophie Letsch pour la saynète et les photos des costumes, (UEPAL), Nadine Beller (photo du soir de Noël), Point KT




Le petit Roi

Le petit Roi est un livre d’une vingtaine de pages qui raconte l’histoire de la nativité de Jésus.

Mais il y a une petite originalité !
Nous suivons Ayir, un petit âne, et son ami le bœuf, Aleph, étonnés de voir tant de monde sur la route du village de Bethléem.
Alors qu’ils suivent avec curiosité tous ces pèlerins, ils découvrent avec émerveillement le petit Jésus.
Nos deux compères ont une mission bien particulière : réchauffer l’enfant divin avec leur haleine bien tiède !

L’histoire, teintée d’humour et d’actualisation, se termine en offrant un beau lien entre la joie d’ouvrir des cadeaux et l’anniversaire du petit Roi.

Les visuels d’Ayir et de son ami Aleph sont magnifiquement dessinés par Anne Defréville. Ils sont visibles sur l’article d’Olivétan, voir le lien ci-dessous.
Les illustrations peuvent être un bon support pour entrer en dialogue avec les enfants.

Un livre de Marie Tibi, illustré par Anne Defréville paru chez Olivétan.

Crédit : Marie-Claire Helmlinger, Point KT