Jouer ensemble à Noël : le jeu du cadeau

Jouer ensemble à Noël, une idée pour créer du lien, rire, faire retomber la pression ou même la tension qui s’invitent parfois inopinément à la fête, partager des souvenirs, inclure ceux pour qui Noël est une fête chrétienne ou non, mêler les petits et les grands, accueillir des invités qu’on connait peu, et donner du sens à la fête.

Sur la suggestion de Théophile, 15 ans, voici une proposition d’animation familiale ou amicale autour de Noël.

Pour vivre ce jeu, chacun préparera par avance un cadeau, soit acheté, soit réalisé maison, soit sous forme de « bon pour… ». Si c’est un cadeau acheté, on prendra soin de fixer une somme indicative pour que tout le monde soit à l’aise. Enfin, le cadeau sera emballé de telle sorte qu’on ne puisse pas deviner de quoi il s’agit, plusieurs couches d’emballage sont bienvenues, boites, tissus, papier.

Pour pimenter le jeu et stimuler la créativité, on peut annoncer un thème avec lequel tous les cadeaux devront avoir un lien: une couleur (« Rouge »), une sensation (« Douceur »), une région (« Alsace forever »), une tradition familiale (« Chocolat »), une lettre (« C »).

Les cadeaux seront placés sous le sapin, on gardera le plus grand secret sur ce qu’ils contiennent, rien ne filtrera avant de jouer.

Les règles du jeu

S’installer en cercle, sur des chaises, fauteuils, canapés. L’idéal est de pouvoir se déplacer, mais ce n’est pas nécessaire.
On peut prévoir un plateau sur lequel lancer le dé, pour faciliter son lancer et sa circulation.
On se passe le dé, on le lance, et, en fonction du résultat, voici ce qui se passe :

6

Choisir un cadeau sous le sapin
ou échanger son cadeau avec celui de la personne de son choix, en lui disant un mot doux ou une bénédiction.
« Cher, chère…, tu es si … pour moi »… « Je te souhaite … »

5

Déballer une seule couche de son cadeau. Le palper, le secouer, et tenter de deviner ce qui se cache dedans.

4

Chanter une strophe de chant de Noël ou une comptine ou un slam (si on arrive à placer les mots « Du vieux tronc d’Isaïe », on a gagné le droit de relancer le dé). Le chant ou la comptine sont à usage unique, les participants suivants se creuseront la cervelle pour trouver une autre idée.

3

Raconter un souvenir joyeux, ou drôle, ou étonnant, vécu autour de la fête de Noël, en quelques mots.

2

Ouf, tranquille pour cette fois ! on passe le dé à son voisin.

1

Tous les joueurs et joueuses donnent en même temps leur cadeau à leur voisin ou voisine de droite, en criant « Joyeux Noël » !

Le temps de jeu est variable selon le nombre de personnes qui jouent et l’ambiance générée. On l’arrête quand on veut. Prévoir cependant un temps de troc final.

Pour donner du sens à ce moment de jeu, on peut échanger sur la manière dont on l’a vécu. Puis on peut s’offrir encore quelques cadeaux pour tous.

Le cadeau de quelques instants de silence

Le cadeau de la prière

Merci, Seigneur, pour la joie d’être ensemble
Merci pour ce que nous aimons vivre et partager à Noël :
Nous aimons…
Nous accueillir les uns les autres
Cuisiner, jouer de la musique, chanter
Rêver, emballer des cadeaux, raconter des histoires de Noël
Décorer le sapin et la maison aux couleurs de la fête
Merci parce que cette fête
Nous parle de toi
Et de ta tendresse pour tout être humain
De la joie que tu glisses dans nos vies,
Par-dessus toutes les déceptions ou les tristesses que nous pouvons traverser
Merci parce qu’à Noël, tu offres le cadeau de ton amour !

Le cadeau d’une Bonne Nouvelle pour tous

Luc 2/1-14
En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre.  Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie.  Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville.  Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléem, parce qu ‘il était de la maison et de la famille de David,  afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.  Pendant qu’ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva,  et elle enfanta son fils premier-né. Elle l ’emmaillota, et le coucha dans une mangeoire, parce qu ‘il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.  Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux.  Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande frayeur.  Mais l’ange leur dit: Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une mangeoire. Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant :  Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée !  

Le cadeau de chanter ensemble

Apprendre un chant sur Point KT  « Jour de Joie » composé par Daniel PRISS et facile à apprendre tous ensemble.
Ou chanter un chant traditionnel

  1. O nuit bienveillante, O nuit rassurante,
    Douce nuit du premier Noël !
    Jésus, ô mystère, Naît sur cette terre ;
    Chantons, chantons à l’Éternel !
  1. O nuit bienveillante, O nuit rassurante,
    Douce nuit du premier Noël !
    Jésus nous délivre, Jésus nous fait vivre ;
    Chantons, chantons à l’Éternel !
  1. O nuit bienveillante, O nuit rassurante,
    Douce nuit du premier Noël !
    Qu’au saint Roi des anges Montent nos louanges ;
    Chantons, chantons à l’Éternel !

Le cadeau d’une bénédiction reçue et partagée

On peut se dire un bénédiction personnelle,
Ou quelqu’un adressera cette bénédiction à tous
« Que le Dieu tout puissant en amour nous bénisse et nous garde,
qu’il fasse rayonner sur nous son visage, et nous donne sa joie, sa paix ! »

Crédits : Marianne RENAUD, Dynamique Jeunesse de l’UEPAL, point KT, crédit photo Tendancemode.net




Les Grandissants

Pourquoi lire les Grandissants de Marion MULLER COLARD, éloge de l’adolescence entretissé avec une lecture de la parabole du fils prodigue ?

Pour le plaisir d’abord. Et puis, peut-être, pour interroger et trouver un positionnement de parent d’ado. Ou de catéchète d’ado. Chez moi, les deux sont des affaires en cours qui s’entremêlent.

 

Tékitoi, l’Ado, le Grandissant ? Qu’est-ce que tu veux de moi ? Qu’est-ce que j’ai à te transmettre et qui t’encourages à être vivant? A être toi, vivant ?

Je peux te dire déjà, que, plus profond que mon agacement devant ton flegme, plus sérieux que ma surprise quand tu t’enflammes pour des trucs que je ne comprends pas, plus vrai que les certitudes que tu défends de toute ta fougue : je te considère. Profondément.

Je considère cette étape de ta vie de Grandissant, étape qui peut arriver à tout âge. J’ai de la considération pour ton courage de quitter ce que tu es en train de quitter. Et de la considération pour cette souveraineté que tu es en train de déployer. Je suis pleine de gratitude devant ton courage de vivre, d’expérimenter, et même si ça pique : de risquer

Mais toi, tu me demandes plus que de la considération.

Tu veux naître de l’intérieur.

Tu veux avoir pour être.

Tu veux. Et ce que tu veux, je ne le comprends pas vraiment. Mais je vois que c’est une force qui te met en mouvement.

Tu veux, pour que tu partes, que je reste, moi, à ma place.

Tu veux ta part de confiance. Tu veux que je te fasse confiance. Tu veux que je nous fasse confiance : tu peux recevoir la responsabilité de ta propre vie. Tu veux que je fasse confiance à ce Grand Vivant qui nous apprend tout de la vie, de ses échecs et des relevailles, en Jésus-Christ qui guérit, qui enseigne, qui prie, qui aime, qui dénonce, relevé de la mort, ressuscité, compagnon de toutes nos routes.

« Si je veux faire l’éloge de ce temps de l’adolescence, ce n’est pas seulement parce qu’il est nécessaire, mais parce qu’il est beau. Aussi beau qu’une naissance ».

Pour en découvrir un peu plus sur les Grandissants en vidéo

Crédits : Marianne RENAUD (UEPAL) – Point KT – photo Pixabay