Jeu : les dominos du Sabbat

Le jeu des dominos se joue à 2, 3 ou 4 personnes.

Selon le nombre de joueurs, on ne distribue pas le même nombre de dominos : 2 personnes : 7 dominos chacun
3 ou 4 personnes : 6 dominos chacun

Le but du jeu est de se débarrasser de ses dominos, le premier qui n’en a plus a gagné !

Comment Jouer ? On doit poser les dominos à la suite les uns derrière les autres en les combinant (c’est-à-dire qu’un des côtés du domino que tu poses doit porter le même dessin que le domino sur la table).

Règles
  • Le premier domino du jeu posé  doit être un domino double (même dessin des 2 côtés).
  • Chaque joueur garde ses dominos cachés, hors de la vue des autres joueurs.
  • Les doubles sont placés perpendiculairement.
  • Lorsqu’un joueur n’a pas de domino à jouer il «boude», c’est-à-dire qu’il pioche dans la réserve des
    dominos qui n’ont pas été distribués.
  • S’il n’y a plus de pioche, le joueur arrête la partie, mais il n’a pas forcément perdu.
  • Si personne n’arrive à poser tous ses dominos, c’est celui à qui il en reste le moins qui gagne.

Télécharger les 4 planchesDominos du Sabbat

  • imprimer sur du papier épais,
  • découper en suivant les pointillés (et surtout pas sur les traits complets)
  • le titre de la planche est prévu pour être collé sur une grosse boite d’allumettes, pour bien ranger le jeu à la fin de la partie 🙂
Avant de commencer
  • Lire le document qui avait été étudié en classe (la page 2 propose les bonnes réponses – en rouge) le sabbat élève
  • Identifier ensemble tous les éléments visuels du jeu et rappeler leur symbolique aux enfants
    • réunir la famille autour du repas du Sabbat
    • le pain et le vin du Sabbat
    • verser le sel
    • lire la torah
    • allumer les bougies du Sabbat
    • chanter
    • se laver les mains
    • se revêtir du châle de prière
    • attendre le coucher du soleil
    • la coupe de vin
    • observer les premières étoiles

Crédit : Isabelle Horber (UEPAL) Point KT




Qui es-tu toi mon frère ? Chant de Daniel Priss

« Qui es-tu toi mon frère ? Tu me tends la main… »  le texte fait allusion à toutes ces situations de détresse  et de drames qui se passent sous nos yeux, alors que nous sommes des témoins impuissants.

La distance, la peur nous empêchent peut-être de tendre la main, mais que notre cœur lui, porte dans la prière notre frère et notre sœur, pour que l’élan du cœur nous redonne des forces d’aller vers ceux qui souffrent.

Ce chant a été primé en 2017 (Protestants en fête).

 

  • Entendre la chanson

 

  • Entendre la version instrumentale

 

Disponible chez Olivétan – « Vivre la Fraternité »

Crédit : Daniel Priss (UEPAL), Point KT




Vidéo de la narration de Noël

Narration de Noël,  toute en poésie, avec les figurines bibliques.

Crédits : photographies  de Karin Butterlin, Christian Kempf,  Christophe Meyer. Montage par Françoise Porceddu et Isabelle Zybelberg, AFiBi, Point KT




La grève des anges

« La grève des anges », conte de Noël et pour Noël de Daniel Priss, selon une suggestion de Jean-Marc Heintz. Plobsheim, le 24 décembre 2022

La décision était prise : aucun ange ne circulera ce 24 décembre.

Ne me demandez pas pourquoi cette date et pas une autre, c’est le pur hasard. Les anges restèrent à quai ce jour-là. Rien ne transita entre le ciel et la terre. Car les anges décidèrent de faire grève.

C’est la grève ! La grève des anges.

Faire l’aller-retour entre ciel et terre sur une échelle. C’était trop difficile et trop risqué !  Ce n’était plus des conditions de travail acceptables ! Parfois avec des températures effroyables, brûlantes ou au contraire glaciales.

Non, non, jouer au messager, au service de Dieu, ce n’était plus possible. Et le salaire…. n’en parlons pas, il se limite à quelques Alléluia !

Oui, les anges avaient décidé de faire grève et nous ne verrons pas d’anges dans nos campagnes !

Va, place-toi devant la porte du jardin d’Eden.
Va parler à Sarah, même si elle te rigole au nez
Va parler à Abraham, et hop, apporte-lui un bélier
Va et descends de ton échelle pour donner une rouste à Jacob
Va jouer au pyromane, allume un feu pour Moïse
Va causer à l’aînesse de Balaam
Va préparer un repas à Elie
Va parler à Ézéchiel.
Va calmer les lions dans la fosse de Daniel

Va, va, va…. Il y a des limites…. il n’y a pas marqué la poste ici !!!  dirent- ils en désignant leur front.

Non ce n’est plus possible… « Nous faisons grève !!! »

Et voici les anges se promenant avec des pancartes, scandant des slogans… certains voulant même se syndiquer.

Dieu de son coté, restait silencieux.

Puis, il murmura dans sa barbe :

« Si les anges font la grève….. Qui s’occupera de l’humanité ?  Je ne peux pas l’abandonner… Je ne peux pas les abandonner … »

Mais le vacarme céleste était devenu assourdissant, et chacun venait avec une nouvelle revendication.

Dieu était tiraillé entre l’inquiétude et le vacarme qui l’entourait. « Je vous comprends, mais comprenez-moi aussi. Nous ne pouvons pas abandonner la création. »

Mais, personne ne l’écoutait.

Il prit alors une décision.

« Soit, les anges font grève…Tant pis…. C’est moi qui irai à la rencontre de l’humanité. J’irai marcher sur leurs routes, j’irai croiser leurs regards, je me confronterai au soleil qui brûle la peau, à la chaleur qui sèche la gorge, aux cailloux qui heurtent les pieds…. Je vais être l’un d’entre eux, je vais connaître l’enfantement… »

Gabriel, un des jeunes anges qui était resté à l’écart de la manifestation, accepta de le précéder.

De leur côté, les anges continuaient à manifester, à revendiquer, ils étaient tellement pris dans leur élan qu’ils ne s’étaient pas aperçu du départ de Dieu…. Quand soudain l’un d’entre eux dit « Mais où est passé, Dieu ? »

En effet, la place qu’il occupait était vide. Le siège sur lequel il était assis, était vide….

Où est Dieu ?

La manifestation s’arrêta nette. Les pancartes furent abandonnées, et chacun se mit à la recherche de Dieu.

Où est Dieu ?
Où est Dieu ?

Ils se mirent à allumer des lanternes en plein jour pour chercher Dieu.

L’a-t-on perdu ? dit l’un d’entre eux.
S’est-il égaré ? dit un autre.
Ou bien se cache-t-il quelque part ?
A-t-il peur de nous ?
S’est-il embarqué ?
A-t-il émigré ?

L’angoisse était de plus en plus palpable, Dieu avait disparu.

L’un d’entre eux s’écria, la voix tremblotante :

Dieu est mort, nous l’avons tué – vous et moi!
Nous tous, sommes ses meurtriers !
Mais comment avons-nous fait cela ?

Chacun se tut, il n’était plus question de grève, il n’était plus question de revendication, il n’était plus question de rien… Dieu n’était plus là….

Ils se regardèrent hébétés, désespérés…. Dieu, serait-il mort ?  L’aurions-nous tué ?

Le silence se faisait de plus en plus lourd et angoissant. Certains se mirent à regretter le temps où il fallait voyager entre ciel et terre.

Plus personne n’était là pour dire : « va, va à la rencontre de l’humanité ».

Personne… personne…

Quand soudain, à l’extrémité, de l’échelle qui touchait le ciel, apparut le jeune ange Gabriel.

Nous avons perdu Dieu, il n’est plus… lui dirent-ils.

Gabriel, sourit.

« Mes amis, vous étiez tellement absorbés par votre manifestation, vos doléances, vos revendications….
Vous avez oublié de regarder autour de vous.
Dieu est allé à la rencontre de l’humanité.
Il s’en est allé pour annoncer la paix aux hommes de bonne volonté.
Il n’est pas mort, au contraire, il vient de naître dans la simplicité, il vient de revêtir un habit de fragilité.
Dieu s’est fait homme !
Pourquoi le cherchez-vous parmi les morts ?
Prenez vos lampes et suivez-moi. »

C’est ainsi que la multitude d’anges, descendit du ciel, croisa des bergers non loin de Bethléem, et cria à qui voulait l’entendre « Paix aux Hommes de bonne volonté ».

Crédits : Daniel Priss (UEPAL), Point KT, Illustration Pixabay




Recension des contes pour Noël

La magie d’un conte opère lorsque celui qui écoute  est emmené en voyage, déplacé… nous vous souhaitons de bons et beaux voyages  dans la sélection ci-dessous.

Contes de Noël en vidéo

Contes de Noël à écouter

Contes à lire

Crédits : Laurence Gangloff (UEPAL), Point KT, Pixabay