La femme de l’aubergiste

« La femme de l’aubergiste » est une narration traduite en français par Christiane Klett d’après un texte allemand écrit par Maria Herrmann. La narration peut s’illustrer à l’aide de figurines bibliques : voir Fiche d’utilisation La narration peut être utilisée dans le temps d’après Noël ou le temps de Carême… ou dans le cadre d’une fête paroissiale, modèle de feuille de culte : Fête paroissiale Sexagésime ordre culte

A la porte d’entrée de l’auberge on avait frappé. J’étais à mes casseroles ; les clients étaient affamés… Je ne savais plus où donner de la tête …La maison était pleine à craquer ; jamais ça n’a été le cas avant et jamais plus après… J’entends à nouveau frapper à la porte. « N’y va pas, Myriam ! » me lança mon mari. « Nous n’avons vraiment plus de place pour personne ! »

Il avait raison…

Nous avions étalé des matelas dans tous les coins pour la nuit, partout… car je ne savais pas dire non. Je trouvais toujours une solution. Je n’abandonnais jamais…Et maintenant, je ne pouvais pas faire autrement que de dire non… J’en étais malade.

Il me fallait pourtant, à tout prix, voir qui se trouvait devant la porte. Je courus vers l’entrée et déjà la voix pleine de colère de mon mari m’atteignait : « Myriam, c’est bien clair ! Personne ne passera plus par cette porte ! »  Je le connais. Cette fois-ci je ne pouvais pas faire autrement que de lui obéir…

Si seulement je n’étais pas allée voir ! Ma vie aurait été plus sereine par la suite.

Il y avait un jeune couple, dehors. Ceux-là pouvaient bien dormir à la belle étoile. Mais derrière eux, dans leur ombre, se tenait un voyageur qui soutenait sa femme, épuisée et à bout de forces. L’enfant qu’elle attendait, allait naître encore cette nuit-là. C’était évident … J’étais désespérée; sur le pas de la porte, je hochais les épaules et secouais la tête pour dire non. Les larmes me coulaient et je ne pouvais les essuyer… Hésitante, je refermais la porte derrière moi.

« Qu’as-tu ? » me demanda mon mari, plus tard . « Tu es si silencieuse. Je ne te connais pas du tout comme ça ! Les clients  veulent qu’on s’occupe d’eux, Myriam ! » Je me détournais. Il n’aurait de toute façon rien compris. Nous sommes tellement différents …

L’enfant est né malgré tout.

Evidemment les enfants viennent quand c’est le moment. La voisine leur avait mis son étable à disposition. Ce fut une drôle de nuit, la fois-là. Impossible de dormir ! Il y avait un remue-ménage pas possible. J’entendais marcher en pleine nuit. Le lendemain on se racontait que les bergers étaient venus pour voir l’enfant et le saluer comme le messie, comme le prince de paix pour le monde.

Et moi, je l’avais renvoyé ! La paix, j’en aurais eu bien besoin. Pour sûr, certains m’envient. Ils pensent qu’une femme d’affaires a la vie facile. Elle gagne beaucoup d’argent. Ah oui, l’argent ! Je donnerais tout mon argent pour cette paix que cet enfant doit apporter…

Depuis cette fameuse nuit, je me suis  souvent prise du temps pour les clients dans l’espoir de rencontrer une fois encore cet enfant. Mais il ne viendra plus chez moi. Je l’ai renvoyé jadis, avant même sa naissance. Il ne viendra pas chez moi, s’il devait encore une fois revenir à Bethléem.

S’il était né dans ma maison, là oui… Ces gens sont d’ailleurs repartis très vite, la fois-là. C’est curieux, comme ils étaient pressés… Le petit venait pourtant juste de naître !… Vit-il encore ?Il me faut penser à beaucoup de choses et j’en oublie plus d’une. Mais cette nuit-là, je ne l’oublierai jamais Elle ne me sort pas de la tête !…

Les années ont passé depuis et je vieillis de plus en plus. J’apprends à reconnaître mes limites, les limites de l’âge.A présent, ce n’est plus mon mari qui me freine. Toujours à nouveau, il arrive des moments où je dois me dire à moi ou à d’autres : « J’aimerais bien, mais je ne peux pas ».

30 années et plus se sont passées depuis cette fameuse nuit…

A Jérusalem, on se prépare pour la fête de la Pâque. Cela fait marcher nos affaires. J’aimerais bien me joindre à la foule et aller avec tous ces gens à Jérusalem. Mais je ne peux me le permettre. Qui ferait le travail à ma place ? Dans peu de jours et ce sera la fête là-bas…

Est-ce qu’on n’a pas frappé à la porte ? Celle-ci s’ouvre. Un jeune homme entre, il a la trentaine ou un peu plus. Il me regarde. Je le regarde à mon tour avec de grands yeux étonnés. Ma bouche, avant même que je réalise ce que je fais, dit : « Es-tu le roi des Juifs, le prince de paix ? » « Oui, je le suis » me dit-il. « C’est ici que je suis né ». « Oui, maître ! » lui répondis-je hésitante et triste et toujours pleine d’étonnement. « Oui, mais pas chez moi ! Pas dans ma maison. L’auberge était pleine à craquer. Je n’avais plus de place pour toi, vraiment plus, il faut me le croire ! » Et de nouveau mes larmes se mettent à couler…

« Je sais » me dit-il, « je sais ». C’est bien la raison pour laquelle je suis venu. Je sais que cela t’a fait souffrir jusqu’à aujourd’hui. Tu aimerais tant et tu ne peux pas. Toujours à nouveau. Crois-tu que je ne sais pas ce que c’est ? » Il s’approche et parle avec une voix douce : » J’aimerais tant encore vivre avec les humains et pour eux – avec toi et pour toi et pour tous ceux qui m’attendent. Ce ne sera pas possible. La mort m’attend. Mon temps est révolu. Le compte à rebours a commencé. La croix m’attend déjà à Jérusalem.

Ici, je suis né ; pas dans ta maison, certes, pas chez toi. Mais je suis né pour toi et pour tous les humains qui sont accablés et qui souffrent. Une vie durant tu as désiré me rencontrer. J’étais toujours là. Tu as vécu dans le stress et la mésentente et cela t’attristait. Et pourtant j’ai toujours été ta paix. Je ne suis pas né chez toi, mais pour toi et en toi, et je vais aller donner ma vie pour toi. Tu as la paix en moi ! »

Puis il s’en alla dans la nuit aussi discrètement qu’il était venu. Je suis là et je pleure ; ça m’a fait du bien. Une grande sérénité descend sur moi…

Modèles de signets à imprimer signets Afibi

Traduction en français par Christiane Klett  (Formatrice Afibidu texte allemand écrit par Maria Herrmann.




Tel que je suis, je suis aimé

Voici une animation autour du thème de la promesse tenue, mais aussi de la venue de Jésus.

Télécharger l’animation ici tel que je suis, je suis aimé




Le parfum du « scandale » Jean 12,1-10

Chœur parlé sur Jean 12, 1-10 : Le parfum du « scandale » proposé par Frédéric Gangloff (UEPAL).

Narrateur : Nous sommes six jours avant la Pâque juive et Jésus monte vers Jérusalem. Il fait étape dans le village de Béthanie, pas loin du mont des oliviers…Il vient visiter Lazare, celui qu’il avait ressuscité des morts et ses deux sœurs Marthe et Marie. Un dîner de gala est organisé en son honneur avec ses disciples…Marthe supervise…En ces temps-là, on ne s’asseyait pas sur des chaises pour manger. La table avait la forme d’un U et les invités étaient étendus sur des lits, la tête près de la table et les pieds à l’opposé !

Marthe : Repose-toi Maître, tu es chez des amis ! Tu dois être bien fatigué par ce long chemin et à cause de tous les pièges montés contre toi. Tu leur fais peur ! Pas plus tard que hier, j’ai entendu, de la bouche d’une servante du Temple, qui est la cousine germaine de ma voisine, que les grands prêtres cherchaient une occasion pour t’arrêter et …

Invité : Silence ! n’importune pas le maître avec des ragots de femmes…Personne n’osera lever la main sur lui après ce qu’il a fait ! Il est trop célèbre à présent ! Ils ne voudront pas mécontenter la foule ! Ils ont trop besoin d’elle pour rester en place. Ecoute-les là dehors, maître, ils t’acclament, ils te vénèrent !

Judas : Oui Rabbi, il a raison ! C’est demain qu’il faut que tu agisses et que tu te révèles comme le messie de l’Unique, béni soit son saint nom ! Prends le commandement du peuple et nous nous soulèverons contre l’envahisseur romain. Nous sommes prêts à te suivre et à établir ton royaume de Dieu sur terre !

Pierre : Modère ton impatience Yehoudah et laisse le maître reprendre quelques forces. Nous aviserons après le repas. J’ai moi-même emporté quelques armes et des provisions pour la lutte finale. Elles risquent de nous servir. Nous ne sommes plus très loin du but. Avec la résurrection de Lazare, le rabbi a frappé les esprits et convaincu les derniers sceptiques. C’est bientôt Pâque et les Romains vont être occupés à assurer la surveillance du parvis du Temple. Le moment idéal pour agir ! Qu’en penses-tu Lazare ?

Lazare : Je ne sais plus très bien…Depuis que je suis revenu de la mort à la vie c’est comme si j’avais vécu une nouvelle naissance non-violente…

Invité : Allez Lazare, ne sois pas un tel rabat-joie ! Je trouve que tu as un moral d’outre-tombe ! Ha !Ha !Ha ! MDR… Ce soir c’est le grand soir ! demain le maître va faire son entrée triomphale dans Jérusalem. Je me suis occupé des derniers détails. Il y aura foule ! En attendant, buvons à notre succès ! A la vie !

Narrateur : Soudain, Marie, entra dans la salle en portant un vase contenant une livre de nard pur c’est un parfum de grand prix. Elle l’ouvrit et le répandit sur les pieds de Jésus. Puis, elle défit ses cheveux et les utilisa pour essuyer ses pieds. Bientôt toute la maison fut remplie de l’odeur de ce parfum enivrant…

Maître de maison : Que fais-tu là, femme insensée ! Non seulement tu oses nous importuner pendant le repas en nous imposant ta présence, mais en plus tu m’insultes ! Crois-tu que le maître a besoin que tu lui parfumes les pieds une seconde fois ? Avant de prendre place, mes serviteurs les lui ont déjà lavés dans de l’eau parfumée, pour les débarrasser de la poussière du voyage. Va-t-en ! Avant que je ne donne l’ordre à mes serviteurs de te jeter dehors !

Pierre : Voyons Marie ! Comment peux-tu t’exhiber ainsi devant les regards de tous ces hommes en des moments pareils ! Allons ! Reprends-toi et remets tes cheveux sous ton voile ! Tu nous fais honte ! Penses-tu que le Rabbi a l’esprit à batifoler alors qu’il est devant la mission la plus importante de sa vie ! Va plutôt aider ta sœur à la cuisine ! Et ne commence pas à pleurer comme une madeleine !

Judas : C’est bien les femmes ! Toujours à dépenser l’argent n’importe comment pour des choses accessoires plutôt que d’économiser pour les bonnes œuvres de la « paroisse ». Quel gaspillage ! J’aurai pu le revendre le double et cet argent aurait soulagé bien des malheureux !  Le rabbi ne nous a-t-il pas enseigné, par ses paroles et ses actes, d’aider notre prochain et surtout les plus pauvres ?

Marthe : Arrête de te donner en spectacle devant tous ces hommes ! Tu ne vas pas me refaire le coup de la dernière fois. Cela m’étonnerai que le maître accepte. Tu vas te faire blâmer et nous avec…

Jésus : « Laissez-là et vous, arrêtez de vous scandaliser pour rien ! Depuis le temps que vous voyagez avec moi, que vous m’écoutez, que vous me voyez agir, que vous partagez mes repas et mes projets, n’avez-vous toujours pas compris ? Aura-t-elle toujours une longueur d’avance sur vous ? L’heure n’est pas à la charité raisonnable mais à ce geste fou. Cette odeur de parfum est une odeur de mort. Elle a fait cela en vue de mon embaumement… »

Judas : Je ne comprends pas Rabbi…N’as-tu pas toi-même dit qu’il fallait s’occuper des pauvres, des rejetés et des brebis égarées d’Israël ? Comment peux-tu tolérer un tel gaspillage ? Et puis, qui parle de mort ici ? Tu n’as jamais été aussi populaire ! Le peuple te suivra et nous aussi jusqu’à la mort !

Jésus : « Judas, Judas, mon fidèle ami ! La colère te fait passer à côté de l’essentiel. Des pauvres, vous en aurez toujours. Mais Marie a fait un acte prophétique symbolique ; une œuvre belle et immédiate. C’est une œuvre d’amour et non de l’aumône. C’est ma présence qu’elle recherche avant tout et comme je ne suis plus là pour longtemps, elle fait bien ! Tout le monde s’occupe de ma mort qui est le prix de votre vie ! Je suis sûr que tu comprendras cela Judas ! Ils croient tous pouvoir me manipuler, mais c’est encore moi qui choisi l’heure de ma mort !

Pierre : Maître, comment peux-tu parler de partir et de nous laisser ! C’est maintenant que nous avons besoin de toi, nous avons tout quitté pour toi !

Marthe : Maintenant je comprends pourquoi il m’avait dit ces paroles bizarres quelques jours auparavant : « Je suis la résurrection et la vie ; celui qui croit en moi, même s’il meurt vivra et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ! »

Crédit : Frédéric Gangloff – photo Image de Miguel Á. Padriñán pixabay.com




Le tombeau vide

« Le tombeau vide » est une narration de Machtfeld DEDIEU parue dans « Tu diras à tes enfants… »  sous la direction de Richard Gossin et son équipe. La narration a été adaptée par Christiane Klett, pour une utilisation avec les figurines bibliques. Les mots en gras* sont expliqués ici quelques mots de vocabulaire

 Mise en scène : tous les enfants sont assis au sol (sur des coussins) et sur le premier rang des bancs. Antje, Liana et Audrey se tiennent près de Myriam et ont leur étiquette avec le texte dans la main (télécharger ici Les étiquettes à découper )

Myriam C’est la veille des vacances de Pâques dans l’école d’un village d’Alsace et l’excitation règne. Antje discute avec ses copines Liana et Audrey de leurs projets, pendant cette dernière récré.

Liana:  « Vous savez ce qu’on va faire en cours de morale? Cela va être super ! On va peindre des œufs de Pâques !  »

Audrey et Antje, qui vont en cours de religion, sont un peu jalouses. Elles ont une question :

Audrey : c’est quoi au juste, Pâques ?

Antje :  tu sais, toi ?

Avec les figurines bibliques nous allons raconter l’incroyable histoire de Pâques : texte lu, puis les 3 jeunes filles se rassoient à leur place.

Une triste journée est en train de se terminer. On est à Jérusalem et c’est la fin du sabbat*, le jour de repos pour les Juifs. Le soleil est couché et les gens sortent encore faire quelques courses

Trois amies, Marie de Magdala, Marie et Salomé sortent également faire un achat très particulier…

(3 autres jeunes filles s’emparent chacune d’une figurine et présentent les trois femmes avec de grands foulards blancs, en signe de deuil, et lisent le texte ci-dessous. Lorsqu’il est question des fils, ceux-ci se manifestent l’un après l’autre, après avoir entendu leur nom de la bouche de la mère, en se levant et en tenant la figurine à bout de bras. Anticiper ce moment en donnant aux 3 garçons une figurine en main et l’étiquette de texte avant la présentation des 3 femmes)

1ère femme : « Je suis Marie.  Je viens de Magdala (le même pays que Jésus), c’est pourquoi on m’appelle Marie de Magdala. Jésus m’a guérie d’une grave maladie. »

2ème femme :  » Je suis une autre Marie, souvent appelée « L’autre Marie ». J’ai un fils appelé Jacques. »

Jacques : « C’est moi! Je suis Jacques, le petit, le mineur ! »

 3ème femme : « Je suis Salomé et mes fils s’appellent, l’un Jacques

Jacques, fils de Salomé « C’est moi ! Je suis Jacques le grand, le majeur ! »

3ème femme …et l’autre fils s’appelle Jean

 Jean : « C’est moi ! Je suis Jean, celui que Jésus aimait tant ! »

(Les garçons vont poser leur figurine au milieu des disciples sur le baptistère.)

Les trois femmes vont acheter des aromates pour préparer une pommade très parfumée avec laquelle on embaume le corps*  d’un être cher qui est mort. C’est une coutume du pays.

 

Aller avec les 3 femmes (jeunes filles portant chacune une femme) vers l’échoppe, en expliquant les aromates. Puis expliquer l’expression « embaumer un corps*« . Les enfants, assis au sol et sur le premier banc, se lèvent et suivent du regard le cortège. Au retour des femmes des tiges d’encens sont tendues vers les paroissiens et une corbeille d’herbes aromatiques peut circuler.

 C’est Jésus qui est mort, celui qu’elles ont suivi partout. Les femmes sont bouleversées. Elles veulent aller demain à la tombe, pour être avec lui et embaumer son corps*.

Les 3 figurines femmes sont déposées à gauche sur l’autel.

C’est dimanche. Au petit matin, Marie de Magdala, Marie et Salomé se mettent en route avec leurs aromates soigneusement préparés. Le tombeau de Jésus se trouve en dehors de la ville, creusé dans le rocher. Des hommes forts ont roulé une grosse pierre* devant. En marchant, la tête baissée, elles discutent entre elles de ces affreux moments. Elles auraient tant voulu que Jésus soit resté en vie. Elles sont à la fois tristes et en colère* -« Pourquoi quelqu’un comme Jésus a dû mourir ? Il était bon pour ceux qui souffraient. Il les remettait sur le chemin de la vie. »

Mais d’un coup elles s’arrêtent de parler en pensant à la tombe. La pierre* ! Comment peuvent-elles rouler cette énorme pierre ? Elles sont découragées ; il ne leur reste plus qu’à rentrer. Mais, il y a cette envie grandissante qui les pousse: V O I R…

Les figurines avancent jusqu’à proximité de la pierre

Mais quoi ? Se sont-elles trompées d’endroit ? L’énorme pierre n’est plus devant. Qui l’a enlevée ? Maintenant n’importe qui peut entrer ! Le cœur battant elles s’approchent. Elles approchent. Soudain, elles s’arrêtent comme foudroyées : un homme en habit blanc* éblouissant est assis à l’entrée de la grotte.

Elles pensent bien qu’il ne se trouve pas là par hasard, c’est un messager.

Que va-t-il leur annoncer ? Que va-t-il leur annoncer?  C’est quoi « être ressuscité » ?

 

Les figurines sont à présent devant l’ange et l’une d’elle se penche pour regarder dans l’intérieur de la tombe

Pas question de partir, l’homme a bien vu leur angoisse. – N’ayez pas peur ! Je sais que vous cherchez Jésus, celui qu’on a mis sur la croix. Il s’est relevé. Regardez, il n’est plus ici. Ne restez pas là. Allez, prévenez Pierre et ses amis, dites-leur que Jésus est vivant ! Il vous attend! Il vous l’a même dit…

Remettre les 3 femmes sur la gauche de l’autel, serrées l’une contre l’autre

Elles sont terrifiées. Elles s’enfuient et courent pour s’enfermer à la maison. Elles sont terrifiées, elles s’enfuient. Petit à petit, la tristesse fait place à la joie.

Déplacer les 3 femmes (les bras levé au ciel et leurs foulards blancs glissés au sol…) avec les trois jeunes filles vers le baptistère où se trouvent les disciples

Alors cette joie les pousse à aller voir Pierre et elles lui crient : « Il est vivant ! Christ est vraiment vivant, nous le croyons ! »

 

 

Myriam 

À la sortie de l’école Audrey et Antje tout excitées retrouvent Liana. Elles ne laissent aucune chance à Liana de montrer quoique ce soit. Elles lui crient :

Audrey :  « Laisse tomber tes œufs ! Il est vivant !

Antje : Christ est vraiment vivant, nous le croyons ! »

Tous les enfants redisent en chœur, deux fois, ce texte (projeté aussi au mur). L’orgue  entonne la mélodie de la ronde qui suit :  (le texte est projeté au mur). Le tout peut être joué et chanté aussi par l’assemblée 5 à 6 fois de suite. Pour la ronde finale, tous les enfants se tiennent par la main et durant l’Alléluia font un tourniquet par deux. Texte chanté par tous et dansé par les enfants, projeté au mur et joué à l’orgue avec élan à compléter en cercle 2 ou 3 fois, puis en ribambelle dans le couloir central avec retour, un cercle puis fin.

 

« Christ est vivant – oui – Jésus est bien vivant, nous le croyons, nous le croyons (bis)

 Christ est vivant – oui – Jésus est bien vivant, c’est ce que nous croyons vraiment ! »

Alléluia !(répété 5 à 6 fois)

 

Crédit photos  : Christiane Klett




Je, tu, il, elle … lave

Voici une belle proposition de  veillée pascale. Merci à la pasteure Titia Es-Sbanti (EPUDF) pour son partage !

Introduction 

  • présentation générale. La veillée pascale fait partie des séances catéchétiques des enfants et ados. Elle s’inscrit  dans le cadre du thème catéchétique choisi pour l’année et que nous avons intitulé :  «  Quand la foi s’expose ... »
  • Textes bibliques : Les textes retenus qui balisent l’année sont principalement les gestes audacieux des prophètes, envoyés pour interpeller, éveiller, susciter, bousculer, faire une brèche avec des gestes qui parlent et des paroles en actes.., nous invitant à devenir des témoins à notre tour, et à ..oser.

Nous avons  joué avec le double sens du verbe  « exposer /s’exposer » :

  1. dimension de publication  : exprimer en public (ex : faire une exposition )… et s’exprimer en public (risquer une parole)
  2. dimension de vulnérabilité : s’exposer au regard des autres,  leur jugement… et être fragilisé , mis à nu, à découvert, sans filet..

avec une dimension prophétique pour les 2. Les gestes prophétiques nous conduisent  jusqu’à Jésus dont le geste retenu est le lavement des pieds parce que nous arrivons à Pâques. Il nous a semblé intéressant de « zoomer » là-dessus, pour une fois, plus que sur la crucifixion ou le tombeau vide.

Pour info : Les séances de caté au Mas des abeilles sont mensuelles et placées le samedi soir (16h-18h suivi du culte et repas) pour fidéliser les familles. Elles rassemblent tous les âges : de l’éveil biblique (4-6 ans) au caté adulte en passant par l’école biblique (7-10 ans) et le caté ado (11-14 ans). Le but est de mobiliser un maximum de familles à cette veillée,  sachant que c’est un weekend de 3 jours, (donc il y aura moins de familles), et que la plupart ne viendront pas le lendemain, jour de Pâques.

Le défi à relever sera donc de « concentrer »  le message de Pâques sur ce samedi soir. S’ ajoute la différence d’âge qui fait que les plus jeunes enfants ne resteront pas jusqu’à point d’heure , par conséquent il faut bien penser le temps et le déroulement de la veillée . Ainsi, nous aurons comme objectif de vivre  le message de Pâques à l’intérieur du culte-veillée. Ce culte ne doit pas être long,  et ne se présentera pas sous  sa forme habituelle.

Objectifs/message théologique…découvrir que Jésus est SERVITEUR, venu pour servir et non pour être servi. C’est une image sans doute « nouvelle » car Jésus est le plus souvent vu comme un Maître, un « Seigneur » avec des serviteurs-disciples  qui lui obéissent. DU coup, il sera intéressant de travailler sur l’image de Dieu : Jésus n’est ni  un Maître ni un « chef » ni  un « roi »  majestueux, ni « seigneur »  ni dominant.

Démarche : quelques idées 

  • Une veillée inter-génération où petits et grands  pourront rester .
  • l’idée est de  découvrir le récit de Jean 13  au fur et à mesure (de le « déplier »…, d’entrer dans cette ambiance particulière. Puis de proposer un  geste  au milieu (?) de la veillée : non pas de laver les pieds mais les mains (= une actualisation plus pertinente pour les jeunes ).
  • Ce geste se présentera comme une invitation, donc facultatif : viendront ceux qui le souhaitent => il faudra le présenter avec tact (!).
  • Important : penser la disposition de la salle de temple, les mouvements, déplacements, etc. , comment on  « amène » ce geste , comment vivre une ambiance recueillie, solennelle,  sans être austère pour autant.Il faudra prendre soin des aspects pratiques, matériels  car ils seront au service du message. 2-3  personnes se placeront à un endroit du temple, serviette au bras, à côté d’une bassine d’eau. Prévoir un doux moment musical pendant ce temps (flûte ? violon ? ) ainsi qu’une ambiance tranquille, recueillie, sereine, avec, pourquoi pas, des silences.
  • Mouvements : il y a ceux qui se lèveront  pour recevoir le geste, il y a ceux qui voudront rester à leur place, il y a ceux qui regarderont la scène.. etc..
  • il y aura à voir  et à entendre =>   vidéo-projeter  au fur et à mesure des images du lavement des pieds  à travers l’histoire de l’art : en guise de support de méditation, qui montre combien ce geste de Jésus a marqué l’histoire du christianisme, et vient, à travers les siècles, jusqu’à nous.
  • La suite :  faire un repas « pascal » avec ceux qui  resteront après le culte… et ainsi vivre une veillée pascale un peu différente que  d’habitude :  c’est-à-dire pas  centrée sur la victoire du Ressuscité  (et donc : pas de « A toi la gloire « ). C’est une question d’accent :  nous proposons de vivre  le sens de « Pâques »  comme  PASSAGE : celui de la « nuit » à l’aurore..

Pour prendre en compte  les plus petits…

  • Dessins du récit,  avec bulle à colorier : télécharger ici  dessin à colorier et remplir
  • Avant le début de la veillée, préparer un panneau à trous avec la scène biblique. Les enfants sont invités à passer leur tête et leur pied  (voir photo ci-dessous) :  c’est amusant et cela permet de se rappeler de l’histoire d’une autre façon.

Culte

  1. Accueil liturgique et introduction – transition :
  • évocation de  Luc 22 (Jésus entame la Cène et les disciples vont se disputer..) ce qui permet d’introduire les qualificatifs donnés à Jésus.
  • évoquer l’absence de récit de Cène chez Jean.
  • On connait  Jésus avec un certain nombre de titres dont on l’a affublé … citer, SAUF un seul resté danss l’ombre… (ne pas dire « serviteur », car  il faudra le découvrir)

2. Raconter l’histoire  de Jean 13 sans texte, rien qu’avec la parole et les gestes (en s’asseyant sur la chaise du personnage indiqué à chaque  fois qu’on le fait parler.)

le conteur raconte l’histoire et  joue tous les personnages :  narrateur, Jésus, Pierre,  disciple (3 chaises seulement). Pour que les plus petits puissent suivre, fabriquer des écriteaux sur chaque chaise  avec « Jésus », « disciple »transition inductive : musique puis quelques  mots indirects

Transition : Un bain de pied  qui plonge Pierre dans une rude épreuve : Seigneur, ta majesté  t’oblige  à ne pas me laver les pieds, et à rester en haut, comme elle m’impose à moi de rester plus bas que toi. Pierre tient à une figure de Seigneur qui ressemble…à un seigneur Svp ! Pierre serait certainement prêt à laver les pieds de Jésus…mais non pas à ce que Jésus lui lave les pieds ! Il faut que chacun reste à sa place, sinon comment est ce qu’on s’y retrouverait ??

Dans presque TOUS les tableaux de l’histoire d’art qu’on a vus défiler tout à l’heure, on reconnaît  la gêne de Pierre au geste de ses mains. Cette gêne peut se comprendre : il est difficile d’être bousculé  dans ce qui nous semblait être une évidence…. Pour Pierre , le raisonnement est simple  : le Seigneur est en haut et  lui, Pierre ,est en bas. Or  le Seigneur lui dit que c’est lui qui sert, et donc que c’est lui qui est en bas, alors Pierre ne sait plus , il se dit : mais moi , je suis où ?  => confusion ,tourment, perplexité.

On peut imaginer tout ce qui traverse l’esprit de Pierre, le temps que Jésus arrive jusqu’à lui avec sa bassine  et son tablier :  en une fraction de seconde, plus rien ne tient. Angoisse  due à la perte des repères,  dissolution des certitudes. La  représentation que Pierre se fait de Dieu lui-même est remise en cause, bousculée….Or,  Jésus ne lui demande pas de « faire » mais d’être (avec le Seigneur)..
Lavez-vous…= Lavez-vous les pieds les uns les autres, Il s’agit de mettre l’autre en valeur, de l’honorer, même s’ il ne le sait pas, même s’il ne  l’aurait pas accepté.

Interlude musical  

3.  Le geste symbolique

Les « serviteurs » verseront l’eau d’une cruche sur les mains de chaque personne, et l’eau tombera dans une grande  (et jolie) bassine (jolie) : cela évite le problème de l’ eau qui se salit vite. Il faudra alors 2 serviteurs par « poste » : celui qui verse l’eau et celui qui savonne. Bien choisir ceux qui vont laver les mains.,  et proposer un roulement. Si on prévoit 50 personnes, cela nous fera  4 bassines et 2 personnes à chacune, soit 8 personnes. Et environs  5 passages par bassine. Les serviteurs mettront un tablier de travail , sobre, (qui ne ressemble pas à un tablier de cuisine !)

Expliquer  tranquillement comment ça va se passer :

  • on  va transposer  le geste des pieds en geste des mains car aujourd’hui, dans nos sociétés occidentales, ce qu’on fait en arrivant chez quelqu’un c’est demander à pouvoir se laver mes mains.
    – Ce geste est une invitation, il doit être volontaire. Il sera fait avec du  savon.
  • Pendant ce temps  des mains qui se lavent les unes les autres, (c’est un moment plein d’émotion , il faut le savoir ! ) on invite les paroissiens qui le souhaitent à écrire un mot pour exprimer  leur ressenti : sur la nappe en papier (eux sont assis à des tables). A Nîmes, voici quelques bribes que nous avons pu récupérer de la nappe en papier :

  

 

4. Temps recueilli On termine  par un temps recueilli (prière des mains et le Notre Père) et  Bénédiction,  puis on enchaîne vers un  Repas  frugal ,ponctué de courtes  lectures

  • Lecture progressive  d’extraits/versets sur le thème de la lumière et de l’obscurité et la nuit.
  • On aura déjà dressé  la table. Tout doit être déjà  prêt dans une ambiance feutrée. L’idée étant de partager quelque chose de frugal, dans le silence et l’écoute, et tout cela doit nous amener progressivement vers l’espérance de la lumière de Pâques qui est devant nous.
  • Chaque lecture sera « annoncée » par une « phrase musicale » (pour retenir l’attention)  et sera suivie de l’allumage d’un lumignon.
  • On allume une bougie au fur et à mesure de la lecture (versets).
  • A la fin du repas, nous ferons, symboliquement,  sortir nos lumières  de nos tables.

 

Liste du Matériel  

  • jolies bassines en cuivre,  (pas de plastique !)
  • prévoir des serviettes (petits carrés),
  • des jarres  ou cruches pour renouveler l’eau : voir qui va assurer le roulement (changer l’eau)
  • du savon, des petites tables
  • un pagne pour Jésus qui soit vite mis et vite enlevé, pour faciliter la gestuelle du conteur qui alternera les personnages en racontant le récit.
  • de grands tabliers pour les « laveurs » de mains. Choisir des tons neutres (pas d’habits multicolores car l’habit doit être au service du message)
  • 3  chaises +  3 écriteaux avec : « Jésus »,   « disciples, « Pierre »,  accrochés sur  chaque chaise
  • une table  : pas trop haute, pour exprimer la convivialité du repas ; on peut rajouter 1-2 chaises en plus, pour illustrer les disciples à table..
  • bougies dans des photophores ou des pots en verre
  • désigner un passeur de diapo : au fur et à mesure
  • -dessins et devinettes,coloriage pour les plus petits : tapis, feutres et..
  • préparer versets sur lumière/obscurité (lecture au repas)
  • instrument de musique pour la transition entre le temps 1 (raconter le récit) et le temps 2 (le geste).

 

Pour clore la veillée  :

  • phrase musicale
  • Ranger les serviettes mais on laisser les cuvettes  jolies  sur la table basse pour laisser un signe de ce qui s’est passé  .
  • Prière d’intercession  arriverait juste après, et  par exemple, on se donnerait la main. Exemple de parole de prière : « voici nos mains, ouverte, tendues, des mains qui ont donné et reçu,.. « 

Que la vie soit courte ou longue, Que notre entourage soit auprès ou au loin, Que nos mains sont en plein santé ou fragiles,Tes mains calleuses, Tes mains aimantes, viennent saisir les nôtres.Une fois encore, Seigneur,  tes mains sont là, elles créent,Elles nous surprennent,  elles nous questionnent Tes mains ne sont jamais fatiguées,   ni à court d’idées. Quand nous croyons que tout est perdu Quand nous capitulons,   quand l’épreuve est là, c’est encore entre Tes mains  que nous nous remettons.Leur douceur et leur force  viennent nous relever  comme au premier matin de Pâques.

Mains ouvertes,  Mains tendues, Mains qui se croisent et qui s’enlacent comme des témoins des mains d’un Autre Qui jamais ne se reposent, Elles reconnaissent,  soutiennent, saisissent, et relèvent les mains de ceux  qui n’ont pas ou plus la force d’en faire autant.Merci Seigneur, pour la  puissance d’amour de tes mains.

Auteur de cette prière : pasteur Marc SCHAEFFER, paru dans le mensuel de la région  Occitanie, anciennement « Cévennes – languedoc- roussillon « ,  « Le CEP ».

  • Paroles de Bénédiction  Dieu bénit nos mains qui donnent et qui reçoivent, ces mains qui ont  essayé de dire la tendresse de Dieu pour tous, etc etc..
  • Important : on  essaye de rester  un  instant ensemble,  et de garder encore le contact  de nos  mains (c’est le côté  « les uns, les autres. ») :  Nous parlerons  et commenterons ce moment , pour que les paroissiens ne les retirent  pas trop tôt.

Crédit : Titia Es-Sbanti (EPUDF)