Raconte-moi… le mal

Le mal est un sujet difficile, qu’on a parfois peur d’aborder au catéchisme, parce qu’il nous questionne, parce qu’il n’y a pas de réponse parfaite ni définitive et qu’en tant que catéchète, il nous faut accepter ces failles dans notre foi. Mais c’est une question qui se pose tôt ou tard à tout croyant, donc à nos catéchumènes aussi, alors autant leur donner matière à réflexion… J’ai choisi de l’aborder en commençant, comme j’aime le faire, en racontant.

1. L’histoire de Caïn et Abel au kamishibaï
Caïn et Abel Kamishibaï bibliques – Editions Passiflore

2. S’interroger
Partager le grand groupe en petits groupes de 3 ou 4 catéchumènes.
Chaque groupe doit discuter sur les questions suivantes et présenter ses réponses (ou l’absence de réponse) au grand groupe :
Que se passe-t-il de mal dans l’histoire que vous venez d’entendre ?
Selon vous qui est responsable ? Pourquoi ? (justifiez votre point de vue)
Si les groupes proposent des réponses divergentes, on peut en discuter en grand groupe.

3. Étudions le texte de plus près (travail en grand groupe)
A partir du document 1 jusqu’au cadre orange (« Par l’histoire de Caïn et Abel… ») : Document 1

4. Quelle solution ?
Partager le grand groupe en petits groupes de 3 ou 4 catéchumènes.
Chaque groupe doit préparer un sketch qui raconte l’histoire de Caïn et Abel en proposant une fin qui permet d’éviter le meurtre (donc fin différente du texte biblique à partir du verset 7).
Préparation en petits groupes et présentation en grand groupe

5. Conclusion : (travail en grand groupe)
A partir des sketches et des solutions proposées pour éviter le meurtre, discussion en grand groupe autour des questions suivantes :
Quelles solutions Caïn aurait-il pu trouver pour éviter d’en venir au meurtre ?
Que pouvons-nous en conclure sur les moyens qui nous permettent d’éviter le mal dans nos relations humaines ?
On pourra écrire les conclusions sur le document 1 (bas de la 2ème page)

6. Transition : est-ce que tout le mal est causé par les humains ?
Travail oral en grand groupe : essai de lister ce qui fait mal (on pourra écrire sur un tableau), puis distinguer ce qui d’origine humaine et ce qui ne l’est pas (en soulignant avec des couleurs différentes). On constatera que parfois, il peut être difficile de trancher : même les catastrophes dites « naturelles » ont souvent une part humaine (par exemple les inondations : lorsqu’elles sont catastrophiques, c’est souvent que les humains ont construit en zone inondable, réduit les zones d’écoulement et d’absorption des eaux….)
Conclusion (orale) : les humains causent beaucoup de mal, mais pas tout le mal. Comment vivre avec ça ?

7. Et Dieu dans tout ça ?
Temps de discussion et questionnement libre : comment croire en Dieu dans un monde où le mal existe ? Est-ce que l’existence du mal nous empêche de croire en Dieu ? …
L’existence du mal, surtout lorsqu’il n’a pas de cause humaine, interroge la foi et les croyants. Et probablement n’y a t-il pas de réponse, en tout cas pas de réponse complète ou parfaite.
Travail sur le Document 2.

8. Lire le témoignage de Marie-Christine : dans Antoine Nouis, Les cahiers du caté, tome 2, pp. 62-63
Je trouve ce témoignage (mais on pourra en trouver d’autres) intéressant à plus d’un titre :
– D’abord, l’autrice y raconte son parcours de vie marqué par l’épreuve et son cheminement d’une foi d’enfant à une foi d’adulte en passant par des temps de doutes, voire de rejet de Dieu. Je trouve toujours enrichissant que les catéchumènes puissent entendre que la foi ne va pas toujours de soi, mais que les croyants peuvent aussi douter, changer, grandir, tomber et être tout de même accompagné de Dieu.
– Ensuite, l’autrice dit très bien que la présence de Dieu l’a aidée à vivre son épreuve et a embelli sa vie. Dieu ne supprime pas le mal, ni la souffrance, mais il nous aide, nous soutient, nous porte…

9. Élargir le thème : Qu’est-ce qui aide à lutter contre le mal et la souffrance ?
S’engager, faire le bien : trouver du sens à sa vie !
Travail en petits groupes sur 4 grands témoins : Document 3. Puis chaque petit groupe présente au grand groupe la personnalité qu’il a rencontrée.
Travail sur le Document 4 : on pourra lire ensemble les textes et en discuter, en revanche la réponse aux questions est individuelle et personnelle. L’animateur pourra passer parmi les catéchumènes et discuter individuellement avec eux de ce qu’ils ont écrit (ou pas écrit) : pour certains adolescents, il peut être difficile de se trouver des qualités. Ils sont à un âge où ils manquent de confiance en eux. La discussion avec un adulte bienveillant et qui les connait pourra les aider.

10. Une petite histoire pour terminer…
On pourra terminer avec cette parabole :
« Dis-moi combien pèse un flocon de neige ? » demande une mésange à une colombe sauvage.
« Rien de plus que rien » fut la réponse.
« Dans ce cas-là, je dois te raconter une histoire merveilleuse, reprit dit la mésange. J’étais assise sur une branche de sapin, près du tronc, quand il a commencé à neiger tout doucement, sans tempête, comme dans un rêve, sans la moindre violence. Comme je n’avais rien d’autre à faire, j’ai compté les flocons de neige qui se déposaient sur les brindilles et les aiguilles de ma branche.
Il y en avait exactement 3 741 952. Quand le flocon suivant s’est déposé – rien de plus que rien, comme tu dis – la branche s’est cassée. »
Ayant dit cela, la mésange s’enfuit.
La colombe, une autorité en la matière depuis le temps de Noé, se mit à réfléchir à cette histoire quelques instants et murmura :
« Peut-être manque-t-il une seule personne pour que LA PAIX se fasse dans le monde ! »
Version à distribuer aux catéchumènes : Document 5

 

Crédit Claire de Lattre-Duchet

 

 

 




Un temps de jubilé pour la Terre

Un temps de jubilé pour la Terre

Déclinaison catéchétique du thème 2020 de la saison de la Création : un temps de jubilé pour la terre.
Plus d’informations et là. 

Doc 1 : (à télécharger)

Lire le texte et répondre aux questions (en grand groupe). Constater que ce qui posait problème au temps d’Esaïe nous pose toujours problème. Faire remarquer que la plupart des problèmes sont d’origine humaine : la pauvreté, la violence, l’injustice…

• Imaginer une terre idéale : dessiner et décrire par groupe de 2 ou 3.

• Présentation au grand groupe et débat.
Selon les contributions des jeunes, on pourra faire remarquer tout ce qui dépend de nous les humains, pour être amélioré.

Mes catéchumènes ont imaginé une terre nouvelle avec des forêts, des animaux, des cabanes dans les arbres, des cascades d’eau pure, une humanité solidaire, sans violence ni injustice… Réjouissant !!!!

Doc 2 : (à télécharger)
Lecture du premier texte et discussion à partir du texte 1 : d’accord / pas d’accord
Lecture de la parabole : appel à notre responsabilité → est-ce qu’il est facile d’agir, de parler pour plus de justice sociale, pour plus de protection de l’environnement ? Pourquoi ? Quels sont les freins ?
Lecture de la prière

• Raconter Lévitique 25/1-25 : Récitdoc

• Réflexion en petits groupes autour de trois questions :
Qu’est-ce qui surprend dans cette histoire ? Qu’est-ce que choque dans cette histoire ?
Quels avantages voyez-vous au repos de la terre tous les sept ans et au jubilé tous les cinquante ans (pour la nature, pour les humains) ?

• Présentation au grand groupe et débat notamment autour des thèmes :
prendre conscience que la terre appartient à Dieu et non aux humains (et en général on fait plus attention à ce qui nous est prêté !), prendre conscience de la générosité de la Terre (il y assez pour tous si on partage plus justement !), prendre conscience de l’injustice de notre système socio-économique où les riches deviennent toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres…

• Illustrer le Psaume 104 (Doc 3) avec des dessins ou des images (Doc4), puis le dire ensemble.

Crédit : Claire de Lattre-Duchet (UEPAL) – Point KT




Raconte-moi… la prière

J’aime raconter les histoires : je racontais naturellement aux enfants de l’école biblique ou lors de cultes pour tout-petits ou lors des cultes de famille ou même lors de prédications narratives. Mais pas au catéchisme. Je n’y avais jamais réfléchi, jusqu’à ce que mon fils aîné commence le catéchisme et m’interroge. Pourquoi ? Parce que les différents matériels catéchétiques en ma possession ne le proposent pas, parce que je voulais encourager mes catéchumènes à lire leur bible et découvrir les textes par eux-mêmes et non par le prisme de mon récit.

Mais en y réfléchissant, est-ce qu’entendre une histoire ne peut pas donner envie de la lire ? Est-ce que les histoires bibliques n’ont pas été faites avant tout pour être racontées ? Est-ce que la liberté de raconter que je prenais en tant que prédicatrice n’était pas aussi envisageable au catéchisme ? Est-ce que je ne me leurrais pas en espérant que mes catéchumènes auraient une lecture personnelle des textes bibliques alors que leur niveau de lecture et/ou de compréhension (surtout du symbolique) est souvent problématique ?
Alors, j’ai voulu essayer avec un thème qui d’habitude ne passionne pas mes catéchumènes : la prière. Et non seulement, ils ont écouté l’histoire (vraiment écouté !), mais ils se sont impliqués beaucoup plus dans les échanges et discussions qui ont suivis. Petit retour d’expérience…

Démarche :

– La parabole du pharisien et du publicain racontée sous forme de kamishibaï
Textes (d’après Luc, 18/9-14) :
1. Certains croyaient être justes et ils méprisaient les autres. Pour eux, Jésus raconte cette histoire.
2. Deux hommes vont au Temple de Jérusalem pour prier. L’un est pharisien : il respecte toutes les lois et tous les commandements contenus dans la loi de Moïse et dans la tradition du peuple de Jésus. L’autre travaille pour les Romains : il collecte l’argent des impôts et des taxes.
3. Le pharisien se met devant. L’employé des impôts, lui, reste derrière.
4. Le pharisien s’adresse à Dieu et dit : « Je te remercie Seigneur, parce que je ne suis pas comme les autres. Les autres sont voleurs, injustes ou bien ils ne sont pas fidèles à leur femme…
5. Moi, je ne suis pas comme cet employé des impôts. Je jeûne deux fois par semaine et je te donne le 10ème de tout ce que je gagne. »
6. L’employé des impôts, lui n’ose même pas lever les yeux vers le ciel. Il se frappe la poitrine pour demander pardon à Dieu et il dit : « Seigneur, prends pitié de moi, pardonne-moi de ne pas vivre selon ta volonté. »
7. Jésus dit pour conclure :
« Je vous le dis, l’employé des impôts rentre chez lui et Dieu le regarde avec bienveillance. Mais ce n’est pas le cas du Pharisien. »
Images 1, et 3 à 7 basées sur : http://www.freebibleimages.org/illustrations/pharisee-tax-collector/
Image 2 : Dessin du temple de Jérusalem

– A partir de cette histoire : Qu’est-ce que la prière ? Travail d’abord en binôme, puis en grand groupe, sur le document suivant : Prierdoc.

– Après discussion en grand groupe, rédaction de la conclusion : Prier, c’est s’adresser à Dieu, mais en fait, prier c’est un peu dialoguer car celui qui prie s’adresse à Dieu, se présente devant Dieu dans la réalité de sa vie, et il peut le faire parce qu’il sait que Dieu l’aime, l’écoute et lui répond.

– Qu’est-ce qu’on dit dans la prière ? Discussion en grand groupe sous forme de « brain storming » : on note sur un tableau tout ce qu’on peut dire dans la prière : dire merci, demander pour soi, pour les autres, demander pardon, pleurer… L’objectif est que les catéchumènes se rendent compte de la liberté offerte dans la prière. Prier ce n’est pas seulement réciter une prière apprise par cœur, ce n’est pas non plus dire ce qu’on croit que Dieu veut nous entendre dire, c’est être vrai devant lui.

– Mettre en lien ce que les catéchumènes proposent comme contenu de prière avec les noms traditionnels des prières : la louange (c’est la prière où nous admirons Dieu pour ce qu’il est et pour ce qu’il a fait) ; l’action de grâce (c’est la prière où nous remercions Dieu) ; la confession du péché (c’est la prière où nous lui confions tout ce qui pèse sur notre conscience et lui demandons pardon) ; la confession de foi (c’est l’expression de notre confiance) ; l’intercession (c’est la prière où nous demandons quelque chose à Dieu les uns pour les autres) ; le Notre Père : la prière que Jésus-Christ a enseignée à ses disciples.

Dans la prière, on peut aussi dire à Dieu notre colère, notre tristesse, notre angoisse, nos désirs, nos espoirs… Dieu peut recevoir et comprendre toute chose.

– Et après ? On peut poursuivre sur la question de l’exaucement (voir par exemple le témoignage de Martin Luther King dans Les cahiers du caté, tome 2, p. 14 d’Antoine Nouis)




Bateau de papier

Pour illustrer les voyages de l’Apôtre Paul, voici un joli bateau à fabriquer avec les enfants.

Matériel pour chaque enfant 

  • Les deux faces et le fond du bateau imprimés sur papier cartonné : bateau
  • La voile du bateau imprimé sur du papier ordinaire : voile
  • Un bouchon de champagne ou de cidre
  • Un pic à brochettes en bois
  • Colle, ciseaux, ficelle, feutres ou crayons de couleur

Mode d’emploi :

Découper les deux faces du bateau. Les colorier ou les décorer. Découper le fond du bateau et plier sur les pointillés. Coller les faces du bateau sur le fond en s’aidant des points de repère.

Coller la proue et la poupe.

Fabriquer le mât : Faire un trou au centre du bouchon à l’aide d’un tournevis ou d’un poinçon. Y enfoncer le bâton à brochette. Couper pour que le mât fasse environ 15 cm.

Fixer un morceau de 13 cm en croix, avec de la ficelle ou du raphia.

Découper la voile. Plier sur les pointillés et coller le rabat afin de la fixer au mât.

Coller le bouchon dans le fond bateau et bonne « navigation »!

Crédit : Claire de Lattre-Duchet (UEPAL) – Point KT




Toujours plus?!

Toujours plus ?!

Un culte pour réfléchir sur nos fonctionnements personnels et collectifs, pour déposer nos craintes et être encouragés!

Matériel :
Un arbre peint sur un grand carton
Post-it en forme de fleurs
Crayons
Panneaux avec des slogans vus dans les marches pour le climat

Préparation : Les textes des chœurs parlés ont été préparés avec les enfants de l’Ecole du Dimanche, les catéchumènes et des jeunes de la paroisse

Déroulement

• Prélude  et Accueil :
Je vous souhaite à tous et toutes la bienvenue dans cette église au nom du Seigneur, notre Dieu.
Au cours de ce culte, nous voulons nous prendre du temps pour  remercier Dieu pour la beauté et la générosité de sa Création, prendre le temps aussi pour réfléchir sur le rôle que Dieu nous a donné dans sa Création : l’admirer, la cultiver, la garder, en être responsable comme nous sommes responsables de nos frères et sœurs humains. Temps pour la Création, temps de réflexion, temps de prière, d’action, de protestation… au service et pour la gloire du Seigneur notre Dieu, Créateur de toute chose et Père de tous.
(tiré de Saison de la Création 2019, Toucher et être touché)
C’est lui qui vous souhaite la bienvenue pour ce culte.
Nous nous retrouvons ce matin en communion avec toute la création, nature puissante et fragile, féconde et bénie. Dieu, créateur et accompagnateur de nos vies et de notre monde, nous attend et nous accueille.
Nous voici invités à la louange et à la prière pour toute la Création, ce monde qui est autour de nous, en nous, et que nous connaissons parfois si peu.
Nous voici invités à l’écoute et la communion, enfants d’un même Père, nous sommes unis les uns aux autres et au monde pour toujours sous son soleil. Amen.

• Cantique : Laisse-nous, Seigneur, entrer (A 51-10/1-3)

• L’homme riche : (d’après Luc 12/16-21)
Voix 1 : Jésus raconte cette histoire :
Un homme riche a des terres qui produisent une bonne récolte.
Il se demande : « Qu’est-ce que je vais faire ? Je n’ai pas assez de place pour mettre ma récolte. »

Voix 2 : Il veut tout pour lui !
Voix 3 : Il ne pense qu’à lui !
Voix 2 : Il veut toujours plus !
Voix 3 : Il n’a rien compris !

Voix 4 : Alors, il se dit :
« Je vais démolir mes greniers et en construire de plus grands. J’y mettrai toute ma récolte et mes richesses. Ensuite, je me dirai : tu as là beaucoup de richesse, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange bois et amuse-toi ! »

Voix 2 : Il veut tout pour lui !
Voix 3 : Il ne pense qu’à lui !
Voix 2 : Il veut toujours plus !
Voix 3 : Il n’a rien compris !

Voix 5 : Mais Dieu lui dit :
« Tu es fou ! Cette nuit, tu vas mourir. Et tout ce que tu as mis dans tes greniers, qui va l’avoir ? A quoi ça te servira?! »

Voix 6 : Il voulait tout pour lui !
Voix 7 : Il ne pensait qu’à lui !
Voix 6 : Il voulait toujours plus !
Voix 7 : Il n’avait rien compris !

• Interlude

• Plus ou plus ?
Voix 1 (adulte) : Cet homme riche dont parle Jésus, c’est nous en fait … ou en tout cas, nous lui ressemblons beaucoup ! Nous aussi nous en voulons toujours plus :
Voix 2 : Plus de jouets !
Voix 3 : Plus de vêtements !
Voix 4 : Plus de récoltes !
Voix 5 : Plus de rendements !
Voix 6 : Plus de productivité !
Voix 7 : Plus de richesses !
Voix 8 : Plus de pouvoir d’achat !
Voix 9 : Plus d’argent !
Voix 10 : Plus d’un tas de machins dont on n’a pas vraiment besoin…
Voix 11 : Sans oublier le dernier smartphone à la mode!

Voix 1 (adulte) : Nous sommes fous… Si nous mourons, qui aura ce que nous aurons accumulé ?
A quoi ça nous servira ?

Voix 9 : La planète n’en peut plus !
Voix 10 : La Création souffre…
Voix 11 : Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme.
Voix 1 (adulte) : Et nos enfants sont dans la rue…

Manifestation silencieuse des enfants : les enfants défilent dans l’église avec les panneaux

• Prière : Prier en vérité (quelques phrases tirées de : Saison de la Création 2019, Toucher et être touché)
Seigneur, ce matin nous voulons avoir le courage de la lucidité sur nous-mêmes et notre façon de vivre :
C’est vrai, Seigneur, notre ignorance et notre orgueil, notre avidité et notre égoïsme ont abîmé ce monde que tu as créé pour le bonheur et pour la vie.
Tu as voulu faire de nous des partenaires, les gardiens et les jardiniers de ta Création. À quel moment l’avons-nous oublié ?
Pardonne-nous quand nous exploitons au lieu de cultiver, quand nous ravageons et anéantissons au lieu d’être les gardiens du foisonnement béni de ton jardin.
Pardonne-nous lorsque nous nous comportons comme des souverains absolus et égocentriques de ce monde, alors que tu en es le seul Seigneur et que nous n’en sommes qu’une infime partie.
Pardonne-nous lorsque nous ne reconnaissons pas ton amour à l’œuvre dans la terre fertile, dans l’eau qui arrose les sillons et la graine que tu fais germer et grandir.
Pardonne-nous lorsque nous ne voyons pas tes bénédictions dans le goût des fruits et le parfum des fleurs, dans la douceur des pluies et les couleurs de l’arc-en-ciel. Amen

• Chant : Maître des grands espaces (A 45-18/1-3)

• Prière : Remettre nos peurs
Quand je vois les terres agricoles se réduire comme peau de chagrin devant le béton et le bitume, je m’inquiète en me demandant ce que nous mangerons demain.

Quand je vois les espaces naturels sacrifiés pour le profit et l’argent, j’ai envie de pleurer sur ces chefs d’œuvre que la nature avait si patiemment construits.

Quand je vois mes frères et sœurs humains chassés de chez eux par les dérèglements climatiques, je suis triste pour eux et j’ai peur que ce soit mon tour, un jour.

Quand je vois la terre malade des pesticides, l’eau empoisonnée, l’air de moins en moins respirables, je me sens impuissant et désemparé.

Quand je vois tous les combats à mener pour que, demain, la vie soit encore possible et belle sur cette terre, j’ai peur de manquer de force et de courage.

Ces peurs, ces inquiétudes, ces découragements, ces colères, qui pourraient nous conduire au désespoir ou à la violence, nous te les remettons, Seigneur, pour que tu nous guides vers un chemin de vie. Amen

• Chant : Mon âme se repose en Dieu

• Ce que nous faisons :
Aujourd’hui, bien des voix s’élèvent pour dire que la terre, notre maison, la Création que le Seigneur nous a confiée est abîmée et en danger. Beaucoup d’entre nous ont entendu, compris et veulent agir.
Je suis sûre que parmi vous beaucoup font au moins un petit geste pour réduire les déchets, pour économiser l’énergie… un petit geste pour la planète. Je vais faire passer ces petits post-it (post-it en forme de fleur) et des crayons et je vous invite à écrire sur ce post-it un exemple de petit geste que vous faites. Et si vraiment vous ne faites rien, réfléchissez, trouvez quelque chose que vous pourriez faire et ensuite, vous écrivez sur le post-it ce que vous vous engagez à faire.

Au travail…

Les enfants ramassent les post-it et les collent sur l’arbre.

• Interlude

• Regarder vers le Christ :
Finalement, il y a beaucoup de petits gestes… et ce n’est déjà pas rien. Ce sont les petits ruisseaux qui en se rassemblant forment un jour les grandes rivières.
Mais nous savons que ce n’est pas encore assez : ce sont des changements plus profonds dans notre manière de pensée et dans notre mode de vie, qu’il nous faut opérer. Comment ?
Nous enfermer dans une culpabilité stérile ne servirait à rien.
Baisser les bras non plus… Alors ?
Musique de Mission impossible
Mission impossible, peut-être pas. Mission difficile, ça oui. Alors regardons vers le Christ qui nous ouvre des chemins de vie :

Voix 1 : Lorsque des gens inquiets pour aujourd’hui et demain interrogent Jésus, il leur répond de contempler les lys des champs et les petits oiseaux…
Voix 2 : Pour voir, dans la beauté de la Création, l’amour de Dieu à l’œuvre.
Voix 3 : Contempler.

Voix 1 : Lorsque Jésus prend un morceau de pain ou une gorgée d’eau, il remercie d’abord Dieu…
Voix 2 : Parce que dire merci, c’est recevoir toute chose comme un don et non comme un dû, comprendre qu’on en est bénéficiaire et non propriétaire.
Voix 3 : Dire merci.

Voix 1 : Lorsque Jésus parle des relations humaines, il insiste sur la solidarité, la fraternité, le partage, le souci de l’autre, l’amour.
Voix 2 : C’est notre vocation d’humain, notre vocation de chrétien, notre vocation d’enfant de Dieu et notre responsabilité.
Voix 3 : Partager.

Voix 1 : Contempler
Voix 2 : Dire merci
Voix 3 : Partager…

• Chant des enfants : Merci

• Prière : (Saison de la Création 2019, Toucher et être touché)
Dieu de la création et de la vie, nous voulons te dire merci pour le choix que tu nous donnes entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction. Sans relâche, tu nous invites à choisir la vie, afin que nous puissions vivre, nous et nos enfants et les enfants de nos enfants. Tu nous rappelles qu’il est encore possible de faire le choix de la vie, en suivant ton grand commandement d’amour. De choisir la vie et d’y mettre toute notre énergie. (D’après Deutéronome 32.15–20.)

Seigneur, rappelle-nous de nous émerveiller chaque jour de la beauté de la nature. Aide-nous à prendre conscience du fragile équilibre qui régit la biodiversité dont nous ne sommes qu’une petite part.

Merci, Seigneur, pour toutes les merveilles de ta Création : merci pour la couleur des fleurs et le goût des fruits mûrs, merci pour le chant des oiseaux et le souffle du vent, merci pour la chaleur du soleil et la fraicheur des pluies, merci pour l’immensité des montagnes et l’ombre des forêts. Merci pour la vie !

Fais grandir en nous la détermination à respecter toute forme de vie et à prendre notre part de responsabilité dans la transformation du monde. Donne-nous un regard critique et constructif sur notre mode de vie.

Mets en nous le réalisme, la créativité et le courage dont nous avons besoin pour convertir nos consciences, changer nos modes de vie, porter des projets alternatifs, produire les changements nécessaires à la survie de notre terre et de notre humanité.

Ne laisse pas le fatalisme ni le défaitisme venir à bout de nos convictions. Ne laisse pas les obstacles atteindre notre espérance et notre engagement pour la sauvegarde de ta Création et le respect de la vie.
Et comme Jésus-Christ nous l’a enseigné, nous disons ensemble…

• Notre Père
qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous soumets pas à la tentation,
mais délivre-nous du mal,
car c’est à toi qu’appartiennent
le règne, la puissance et la gloire,
pour les siècles des siècles. Amen.

• Cantique : Psaume de la Création

• Annonces

• Offrande

• Prière d’offrande
Seigneur, nous te remettons notre offrande. Par nos dons, nous te disons merci pour tous les biens dont tu as comblé et nous partageons un peu de ce que nous avons avec nos frères et sœurs moins chanceux. Amen.

• Cantique : A 36-30 (modifié)

• Etre encouragé :
Toutes ces fleurs (post-it) sur cet arbre sont autant de petits gestes, aucun n’est suffisant, mais chacun est important. Alors en sortant, je vous invite à en prendre un, en choisir un et à vous laisser interpeller, encourager, inspirer pour essayer de faire ce qu’un autre que vous fait déjà et que vous pouvez peut-être faire aussi à l’avenir.

• Envoi et bénédiction : (d’après Saison de la Création 2019, Toucher et être touché)
Allons, comme des gens qui attendent l’aurore, puis le jour qui n’en finit plus. Allons, simples comme des enfants, prudents comme des sages ; allons et ne tremblons pas. Allons pour aimer la terre et ses vivants, avec au fond de nous l’éclat de l’amour, la chaleur de la joie, et la lumière de l’espérance.
Recevez la bénédiction de la part du Seigneur.
Que votre cœur se repose dans l’immense amour du Père. Que les années, les saisons et les heures ne puissent s’écouler sans vous rapprocher de lui. Que parole et silence ne vous séparent jamais de nos frères et sœurs. Et que sur la terre, vous soit toujours donné un cœur qui aime Dieu, ses enfants et sa Création toute entière. Amen.

Crédit : Claire De Lattre-Duchet (UEPAL) pour Point KT