De Pâques à Pentecôte, le souffle en marche

Si tout s’était arrêté à la croix, nous garderions de Jésus une belle image, nous dirions de lui que c’était un grand homme, de ceux qui façonnent les sagesses pour que le monde tienne debout et que les hommes arrivent à vivre ensemble, qui croyait que Dieu et l’être humain pouvaient se rapprocher, construire ensemble.
Mais, si tout s’était arrêté à la croix, jamais nous n’aurions entendu parler de ce Jésus de Nazareth, mort dans un échec si cuisant, jamais nous n’aurions entendu parler du Dieu de Jésus-Christ, ce Dieu fou et faible d’amour au point de venir au milieu des hommes. Comme le dit Paul, notre prédication serait vaine, notre foi serait vide, nous n’aurions rien à annoncer, rien à espérer.
Mais nous croyons, nous espérons, que rien ne s’est arrêté à la croix, que Jésus-Christ était le fils du Dieu qu’il a prêché et défendu durant sa vie, qu’il est ce Dieu qui a consenti à donner sa vie et de mourir sur la croix, non pour satisfaire quelque dette contractée par les hommes, mais pour aller jusqu’au bout de son amour pour les hommes et de sa grâce, et qu’il est ce Dieu qui n’a jamais goûté la douleur de l’innocent, mais au contraire celui qui répare l’injustice et relève l’innocence mise en croix, la vie mise à mort.

Jésus n’a fait que cela durant toute son existence: mettre des humains debout, leur rendre le courage de vivre, le courage de construire, leur donner une place au milieu des autres. Jésus n’a fait que des gestes qui sauvent, des gestes qui donnent visage. Des gestes qui ressuscitent. Des gestes qui permettent d’aller dans la vie… Des gestes de lumière…
Aujourd’hui, nous qui sommes bénéficiaires de ces gestes, nous avons à être porteurs de cette lumière qui a déchiré la nuit, des témoins et des relais de cette vie qui a déchiré la mort, des passeurs de vie, dans nos paroles et dans nos actes, des passeurs de résurrection ! Etre de ceux qui montrent que la résurrection du Christ est à l’oeuvre dans les réalités humaines du monde d’aujourd’hui, ceci grâce à l’Esprit, au souffle qui s’est posé sur les disciples à la Pentecôte, et que nous avons nous aussi reçu, pour propager la parole et l’amour de Dieu à tous…

Crédit  : Point KT