Raconte-moi… le mal

Le mal est un sujet difficile, qu’on a parfois peur d’aborder au catéchisme, parce qu’il nous questionne, parce qu’il n’y a pas de réponse parfaite ni définitive et qu’en tant que catéchète, il nous faut accepter ces failles dans notre foi. Mais c’est une question qui se pose tôt ou tard à tout croyant, donc à nos catéchumènes aussi, alors autant leur donner matière à réflexion… J’ai choisi de l’aborder en commençant, comme j’aime le faire, en racontant.

1. L’histoire de Caïn et Abel au kamishibaï
Caïn et Abel Kamishibaï bibliques – Editions Passiflore

2. S’interroger
Partager le grand groupe en petits groupes de 3 ou 4 catéchumènes.
Chaque groupe doit discuter sur les questions suivantes et présenter ses réponses (ou l’absence de réponse) au grand groupe :
Que se passe-t-il de mal dans l’histoire que vous venez d’entendre ?
Selon vous qui est responsable ? Pourquoi ? (justifiez votre point de vue)
Si les groupes proposent des réponses divergentes, on peut en discuter en grand groupe.

3. Étudions le texte de plus près (travail en grand groupe)
A partir du document 1 jusqu’au cadre orange (« Par l’histoire de Caïn et Abel… ») : Document 1

4. Quelle solution ?
Partager le grand groupe en petits groupes de 3 ou 4 catéchumènes.
Chaque groupe doit préparer un sketch qui raconte l’histoire de Caïn et Abel en proposant une fin qui permet d’éviter le meurtre (donc fin différente du texte biblique à partir du verset 7).
Préparation en petits groupes et présentation en grand groupe

5. Conclusion : (travail en grand groupe)
A partir des sketches et des solutions proposées pour éviter le meurtre, discussion en grand groupe autour des questions suivantes :
Quelles solutions Caïn aurait-il pu trouver pour éviter d’en venir au meurtre ?
Que pouvons-nous en conclure sur les moyens qui nous permettent d’éviter le mal dans nos relations humaines ?
On pourra écrire les conclusions sur le document 1 (bas de la 2ème page)

6. Transition : est-ce que tout le mal est causé par les humains ?
Travail oral en grand groupe : essai de lister ce qui fait mal (on pourra écrire sur un tableau), puis distinguer ce qui d’origine humaine et ce qui ne l’est pas (en soulignant avec des couleurs différentes). On constatera que parfois, il peut être difficile de trancher : même les catastrophes dites « naturelles » ont souvent une part humaine (par exemple les inondations : lorsqu’elles sont catastrophiques, c’est souvent que les humains ont construit en zone inondable, réduit les zones d’écoulement et d’absorption des eaux….)
Conclusion (orale) : les humains causent beaucoup de mal, mais pas tout le mal. Comment vivre avec ça ?

7. Et Dieu dans tout ça ?
Temps de discussion et questionnement libre : comment croire en Dieu dans un monde où le mal existe ? Est-ce que l’existence du mal nous empêche de croire en Dieu ? …
L’existence du mal, surtout lorsqu’il n’a pas de cause humaine, interroge la foi et les croyants. Et probablement n’y a t-il pas de réponse, en tout cas pas de réponse complète ou parfaite.
Travail sur le Document 2.

8. Lire le témoignage de Marie-Christine : dans Antoine Nouis, Les cahiers du caté, tome 2, pp. 62-63
Je trouve ce témoignage (mais on pourra en trouver d’autres) intéressant à plus d’un titre :
– D’abord, l’autrice y raconte son parcours de vie marqué par l’épreuve et son cheminement d’une foi d’enfant à une foi d’adulte en passant par des temps de doutes, voire de rejet de Dieu. Je trouve toujours enrichissant que les catéchumènes puissent entendre que la foi ne va pas toujours de soi, mais que les croyants peuvent aussi douter, changer, grandir, tomber et être tout de même accompagné de Dieu.
– Ensuite, l’autrice dit très bien que la présence de Dieu l’a aidée à vivre son épreuve et a embelli sa vie. Dieu ne supprime pas le mal, ni la souffrance, mais il nous aide, nous soutient, nous porte…

9. Élargir le thème : Qu’est-ce qui aide à lutter contre le mal et la souffrance ?
S’engager, faire le bien : trouver du sens à sa vie !
Travail en petits groupes sur 4 grands témoins : Document 3. Puis chaque petit groupe présente au grand groupe la personnalité qu’il a rencontrée.
Travail sur le Document 4 : on pourra lire ensemble les textes et en discuter, en revanche la réponse aux questions est individuelle et personnelle. L’animateur pourra passer parmi les catéchumènes et discuter individuellement avec eux de ce qu’ils ont écrit (ou pas écrit) : pour certains adolescents, il peut être difficile de se trouver des qualités. Ils sont à un âge où ils manquent de confiance en eux. La discussion avec un adulte bienveillant et qui les connait pourra les aider.

10. Une petite histoire pour terminer…
On pourra terminer avec cette parabole :
« Dis-moi combien pèse un flocon de neige ? » demande une mésange à une colombe sauvage.
« Rien de plus que rien » fut la réponse.
« Dans ce cas-là, je dois te raconter une histoire merveilleuse, reprit dit la mésange. J’étais assise sur une branche de sapin, près du tronc, quand il a commencé à neiger tout doucement, sans tempête, comme dans un rêve, sans la moindre violence. Comme je n’avais rien d’autre à faire, j’ai compté les flocons de neige qui se déposaient sur les brindilles et les aiguilles de ma branche.
Il y en avait exactement 3 741 952. Quand le flocon suivant s’est déposé – rien de plus que rien, comme tu dis – la branche s’est cassée. »
Ayant dit cela, la mésange s’enfuit.
La colombe, une autorité en la matière depuis le temps de Noé, se mit à réfléchir à cette histoire quelques instants et murmura :
« Peut-être manque-t-il une seule personne pour que LA PAIX se fasse dans le monde ! »
Version à distribuer aux catéchumènes : Document 5

 

Crédit Claire de Lattre-Duchet