Dorcas, une femme ressuscitée !

Dorcas revient à la vie

Introduction du thème

Saluer les enfants, prier et apprendre le chant qu’ils reprendront en fin de séance :

Cantique Alléluia 36/30 : Tu nous appelles à t’aimer   © Chorale du Butor 974 – Youtube

Les enfants, aimez-vous les animaux ? Avez-vous des animaux à la maison ? Lesquels ? Laisser les enfants répondre.

La Bible parle beaucoup des animaux, elle parle aussi de personnages qui portent des noms d’animaux :

  • Caleb = chien
  • Déborah = abeille
  • Houldah = taupe ou belette (2 Rois 22, 14)
  • Jonas = colombe
  • Dorcas = gazelle

Voici l’histoire de Dorcas, elle se trouve dans le Nouveau Testament.

Raconter l’histoire de Dorcas qui se trouve dans Actes 9, 36-42, à partir de la version Parole de vie. Les enfants qui sont plus grands (en catéchisme par exemple) peuvent la lire eux-mêmes :

À Joppé, il y avait une femme croyante appelée Tabita. En grec, on traduit ce nom par « Dorcas », ce qui veut dire « gazelle ». Elle passait tout son temps à faire le bien et à aider les pauvres. Un jour, elle tombe malade et elle meurt. On lave son corps et on le met dans une pièce en haut de la maison.

Les disciples de Joppé apprennent que Pierre est à Lydda, et Lydda n’est pas loin de Joppé. Alors ils envoient deux hommes pour dire à Pierre : « S’il te plaît, viens vite chez nous ! » Pierre part avec eux tout de suite. Quand il arrive, on le conduit dans la pièce en haut de la maison. Toutes les veuves s’approchent de lui en pleurant. Elles lui montrent les chemises et les vêtements que Dorcas faisait quand elle vivait encore.

Pierre fait sortir tout le monde, il se met à genoux et il prie. Ensuite, il se tourne vers le corps et dit : « Tabita, lève-toi ! » Tabita ouvre les yeux et, quand elle voit Pierre, elle s’assoit. Pierre lui prend la main et l’aide à se lever. Ensuite, il appelle les croyants et les veuves et il leur montre Tabita vivante.

Tous les habitants de Joppé apprennent ce qui s’est passé, et beaucoup se mettent à croire au Seigneur.

Qui est Dorcas ? C’est une croyante, disciple de Jésus notre Seigneur (le texte grec dit qu’elle est « mathétria », femme disciple). Dorcas habite à Joppé (c’est la ville actuelle de Jaffa en Israël).

Pourquoi les amis de Dorcas l’aiment beaucoup ? Elle coud des vêtements pour les plus démunis. Elle est très gentille, elle pense aux autres et les aide comme elle peut. Elle montre son amour pour Dieu (elle est croyante) en aimant son prochain.

Que lui est-il arrivé ? Elle est tombée malade, on n’a pas pu la soigner, et elle est morte. (Si un enfant pose la question de savoir pourquoi Dorcas est morte de maladie alors qu’elle croit en Dieu, on peut répondre que tout le monde peut tomber malade, même ceux qui croient en Dieu. Il faut bien prendre soin de sa santé et aller chez le docteur quand on est malade. La prière est une bonne chose, mais le docteur aussi !).

Qu’ont fait ses amis quand Dorcas est morte ? Ils ont fait appel à Pierre, pour qu’il vienne dire quelques mots d’encouragement, prier et l’enterrer, mais Pierre ne l’a pas enterrée, il l’a ramenée à la vie ! Mais attention, il n’y a pas de prière magique qui ressuscite les morts. En ces temps de pandémie Covid-19, nous voyons bien que les proches qui meurent ne ressuscitent pas, mais on peut se soutenir et se consoler mutuellement en priant les uns pour les autres.

1°) Encouragement pour ceux qui ont perdu un être cher :

La Bible raconte que Pierre a ramené Dorcas à la vie, c’est un miracle !

Pensez-vous que de tels miracles sont possibles ? Oui, non, pourquoi ? (Accueillir toutes les réponses des enfants avec respect, que ce soit oui, non, ou l’incertitude, laisser chacun développer ses arguments et résumer chaque point de vue).

Ce n’est pas facile ce que dit la Bible ici, surtout quand on a perdu quelqu’un qu’on aimait beaucoup et qui n’est pas revenu à la vie… On est très triste quand on perd son papi, sa mamie, son parent, son frère ou sa sœur, on voudrait qu’il/elle reste vivant pour toujours. C’est peut-être ce que raconte l’histoire de Dorcas qui meurt et revient à la vie : quand une personne que l’on aime meurt, elle reste vivante dans notre cœur, dans le souvenir que nous gardons d’elle, elle reste vivante à travers le bien qu’elle a fait (les amis de Dorcas montrent les vêtements qu’elle a confectionnés pour aider ceux qui en avaient besoin, ils n’oublieront jamais sa gentillesse pour les autres, l’amitié et la fraternité, les bons moments qu’ils ont passés avec elle).

2°) Pour les plus grands, notamment ceux qui préparent leur confirmation, et en particulier si l’on est dans la période du carême et de la Semaine Sainte, il est possible d’aborder la question de la résurrection qui est donnée en Christ Jésus, « le premier-né d’entre les morts » (Colossiens 1, 18), c’est-à-dire celui qui, par sa mort et sa résurrection, nous donne la garantie que nous ressusciterons au dernier jour. L’histoire de Dorcas est un témoignage de la réalité ou de la vérité de la résurrection. Pierre ressuscite Tabitha en disant exactement les mêmes mots que Jésus employa pour ressusciter la fille du Jaïrus : « Lève-toi » (Marc 5:41, Luc 8:54). Ensuite il saisit Dorcas par la main, autre geste de Jésus dans les récits de résurrection. Pierre imite le Christ, il se fait le canal par lequel la puissance de résurrection du Seigneur est communiquée à une disciple qui est morte. Et Dorcas, recevant cette puissance qui vient de Jésus, revient à la vie…

La foi chrétienne repose sur la croyance en Dieu et en Jésus-Christ qui est mort et ressuscité. Le baptême que vous avez reçu ou allez recevoir rappelle cela ; la sainte cène que nous prenons également.

Question : la résurrection pour vous, est-ce une chose qui vous amène à croire ou vous fait plutôt douter de Dieu et de Jésus-Christ ? Laisser l’échange se faire dans le respect des opinions, sans juger les propos des catéchumènes.

Dans le texte, toute la ville de Joppé apprend la résurrection de Dorcas, et nombreux se mettent à croire en Jésus. C’est un signe qu’ils reçoivent, un signe qui suscite la foi. Avez-vous parfois besoin d’un signe pour être encouragé dans la foi ? Les miracles racontés dans la Bible font-ils signe pour vous ?

À la fin de l’échange, le moniteur résume et rassemble les idées émises, en précisant que la réflexion de chacun est accueillie et a sa raison d’être.

3°) Aspect diaconal du texte :

Cette séance peut entrer dans la préparation d’un culte de la diaconie. Si la communauté a une entraide, un vestiaire, une banque alimentaire ou toute autre activité diaconale, on peut y associer les enfants :

  • Inviter les enfants (et leurs familles) à faire comme Dorcas en apportant vêtements, denrées alimentaires ou cadeaux de Noël pour les personnes en difficulté.
  • L’opération doit être préparée quelques semaines à l’avance et annoncée au culte et dans le journal paroissial, pour laisser aux fidèles le temps de se préparer. Un petit courrier peut être envoyé aux parents pour leur expliquer plus précisément ce qui est demandé.
  • Le jour du culte, vêtements, denrées ou cadeaux seront rassemblés dans des sacs propres devant la table sainte. Au moment de l’accueil, de l’offrande ou de l’intercession, on pourra proposer qu’un enfant accompagné d’un parent élève la prière à Dieu pour présenter tout ce qui a été donné et prier pour ceux qui ont apporté ce qu’ils pouvaient de chez eux. Cela témoignera que l’Église, à travers les enfants, s’efforce de vivre la Parole du Dieu qui nous invite, comme le dit la lettre de Jacques (1, 27), à prendre soin des orphelins et des veuves, entendez par là les personnes les fragiles, les personnes en difficulté.

Au cours de la séance de catéchèse, rappeler aux enfants que Dorcas signifie gazelle en grec. La gazelle est un animal agile et rapide, c’est la sprinteuse des steppes et des savanes qui peut courir plus vite que le lion, elle réussit même souvent à lui échapper !

C’est une très belle image pour faire comprendre aux enfants que Dieu nous demande d’être aussi empressés et efficaces, de réagir rapidement quand il s’agit d’aider ceux qui sont dans le besoin et même dans l’urgence. Parfois on traîne les pieds, on prend son temps, et finalement on ne fait rien, c’est vraiment dommage pour ceux qui souffrent ! 🙁

Mais quand on s’empresse de venir en aide à notre prochain dans la difficulté, cela réjouit le cœur de Dieu, et nous-mêmes sommes aussi très contents d’avoir fait une bonne action ! 🙂

On chante pour clore la séance.

Crédit : Ruth-Annie Coyault (EPUdF) – Point KT – Photos Pixabay.