Poisson en récup’art

Pour illustrer l’un des récits de pêche miraculeuse par exemple, voici un poisson à fabriquer à partir d’un bouteille plastique.

Matériel :
Une bouteille d’eau en plastique par enfant
Un corps de poisson imprimé sur papier épais (modèle ici : poisson gabarit )
Peinture
Gommettes rondes

A préparer d’avance :
Couper le haut de la bouteille au cutter et faire deux entailles (on y insèrera le corps du poisson).

Avec les enfants :
Peindre le goulot de la bouteille qui sera la bouche du poisson. Coller les gommettes pour faire les yeux du poisson.

 

Découper et décorer le corps du poisson à la peinture ou au feutre (des deux côtés).

 

 

 

 

Assembler ensuite le poisson en insérant le corps du poisson dans la fente de la bouteille.

On peut ensuite suspendre ce poisson ou si on en fait plusieurs, les fixer sur un grand filet, les réunir pour un mobile…

 




prière avec des pierres

Prière de repentance et pardon  avec des pierres 

proposée par Virginie Moyat, EPUdF Poissy

 

Pâques

Les pierres de nos vies

Pour cette prière où nous nous tournons en confiance vers Dieu pour lui dire ce qui pèse dans nos vies, ce que nous ne faisons pas toujours comme il faut, j’aimerais utiliser ces pierres. Besoin d’enfants.

Nous avons de nombreuses pierres, qui chaque jour régulièrement nous empêchent de vivre de l’amour du Christ ou d’en rayonner.

Je pense à plusieurs pierres :

La pierre de la peur

La pierre de l’incertitude

La pierre de l’amertume

La pierre de la fatigue

La pierre de la colère

La pierre de l’oubli ou de l’indifférence

La pierre de la séparation, de l’isolement

La pierre de la bonne excuse pour ne rien faire

Quelles autres pierres ?

… de la culpabilité, de l’injustice, de la famille qui oppresse, des enfants qui exigent, de la maladie qui handicape, de la volonté de dominer, du passé qui impose, de la souffrance…

Vous voyez toutes ces pierres que nous mettons devant cette Bible, elles sont comme la pierre qui fermait le tombeau du Christ ; une fois entièrement recouvert, la Parole ne passe plus, la vie du Christ est interrompue.

Mettre une feuille entière de cailloux

C’est Pâques ! Comme la pierre du tombeau a roulé pour se mettre de côté, elles roulent et sont mises de côté, les pierres de nos vies ! enfants enlèvent délicatement

C’est Pâques ! Voyez avec quel geste de tendresse, quelle délicatesse cela est fait !

La Parole est de nouveau libre, la vie est de nouveau possible ! et elle en est bouleversée. Le Christ se fait vivant dans chacune de nos vies !




écrire une prière de repentance avec des jeunes et la mettre en scène

Prière de repentance des KT, suivi du pardon 

proposée par Virginie MOYAT, EPUdF Poissy

matériel nécessaire :  cartons en papier, feutres, lunettes noires, nappe en papier 

 

 

 

 

Exclusion   Jeu de scène associé :  8 catéchumènes avec un masque assis dans l’assemblée, qui se lèvent au fur et à mesure que leur visage est nommé / 8 catéchumènes sans masque, mais avec lunettes noires. 

Au début, les catéchumènes aux lunettes sont devant l’assemblée, à côté du lecteur, ils regardent leurs pieds.

Quand les autres catéchumènes (les masqués) approchent, ils les repoussent avec leurs bras dressés devant eux.

Au moment des paroles du pardon, les catéchumènes aux lunettes noires enlèvent leurs lunettes, lèvent les yeux, enlèvent les masques des catéchumènes et leur serrent la main, ou les embrassent, se serrent dans les bras, ou autre geste de jeunes…

Lecteur : Pendant les séances de KT, nous avons discuté des personnes vers qui nous ou d’autres personnes ne vont pas, puis nous avons symbolisé cette prière de repentance de cette manière : (texte écrit à partir d’une animation autour d’une nappe muette)

Père, pardon car

Parfois nous vivons avec nos lunettes noires, à ne regarder que nous-mêmes

Nous ne regardons pas, car nous ne les voyons même pas :

Ceux qui sont blessés par la vie : 2 masques

S’ils ont des cicatrices, c’est peut-être parce qu’ils se battent souvent ?

S’ils se mutilent, c’est qu’ils souffrent intérieurement et nous ne pouvons rien faire pour les aider

S’ils pleurent, c’est qu’ils sont tristes ou qu’ils ont mal : 4 masques

Père, pardon car

Parfois nous vivons avec nos lunettes noires, à ne regarder que nous-mêmes

Nous ne regardons pas :

Ceux qui sont différents de nous, qui nous sont étranges : 2 masques

Les handicapés

Car nous ne sommes pas habitués, nous avons peur, nous pouvons même nous moquer

Cela est difficile d’être différents car nous sommes moqués, cela fait mal

Père, pardon car nous ne voulons pas aller vers :

Ceux qui nous font peur car ils nous font penser à la mort :

Les gothiques,

Les fous, les drogués, les saouls, ils peuvent tuer, kidnapper, car ils ne réfléchissent plus

Les SDF, les anciens prisonniers car ils sont perdus

Tous ceux qui peuvent nous attaquer

Nous avons peur d’eux car nous n’avons pas envie de mourir, car nous ne savons pas ce que nous devenons après

Mais avec des adultes, nous pourrions peut-être essayer de les comprendre ?

Enfin, nous avons encore peur de ceux qui font de la politique et qui parlent de guerre ou qui ont des paroles racistes car nous avons peur pour notre avenir

Père, toi qui nous écoutes et qui est celui qui nous fais du bien, donne-nous cette parole qui nous libère et nous rend plus léger. Amen

Puis :

Père, tu nous dis : « Regarde aussi les autres, aime-les ! ou au moins respecte-les !

Ensemble, vous êtes mes enfants. »

Alors nous découvre que c’est beau de rencontrer

Ceux qui ne sont pas comme moi,

Ceux qui vivent autrement,

Ceux qui parlent un autre langage que moi

Et voient d’autres choses que moi.

Père,

Merci de nous ouvrir les yeux

Et de nous inviter toujours à nous accueillir,

Différents.   Amen




Rendons gloire à Dieu notre Père

Très beau chant composé par Alain BURNAND, publié avec autorisation de l’artiste. Les jeunes aiment beaucoup !

  1. Rendons gloire à Dieu notre Père, bénissons notre rédempteur, et que l’Esprit Saint nous libère de la tristesse et de la peur.
  2. Que la joie de Dieu nous habite, que la paix de notre Seigneur, ici bas jamais ne nous quitte mais qu’elle éclaire notre cœur.

La partition ici Rendons gloire à Dieu




Ce que j’ai vu

« Ce que j’ai vu », chant de noël de Daniel VERMEILLE (Mission Populaire Évangélique), fait de nous des témoins actifs de cette naissance. Publié avec autorisation.

  1. J’ai vu dans la nuit une étoile qui semblait me parler. J’ai vu dans la nuit une étoile qui voulait m’entraîner. Je l’ai suivie pendant des heures. Précédant mes moutons jusqu’à une simple demeure et là dans la maison,
  2. j’ai vu entre le bœuf et l’âne, un homme, un artisan. J’ai vu près de lui une femme penchée sur un enfant. Et moi, je restais là, tout bête, sans trop vouloir bouger. C’était une bien étrange fête pour nous autres les bergers.
  3. J’ai vu entrer trois personnages venus d’on ne sait où. J’ai vu, paraît-il, des Rois Mages qui tombaient à genoux. C’était très extraordinaire d’être ainsi réunis, les pauvr’ et les grands de la terre devant ce petit nid.
  4. J’ai vu grandir une espérance avec les yeux du cœur. J’ai vu ce qu’une humble naissance apportait de chaleur. Pendant cette nuit mémorable, sentant confusément qu’il se produisait dans l’étable un grand événement.
  5. J’ai vu par delà cette crèche celui qui doit venir. j’ai vu s’entr’ouvrir une brèche éclairant l’avenir. J’avais du soleil plein la tête, j’étais au rendez-vous. Celui qu’annonçaient des prophètes, était là, parmi nous.

La partition ici Ce que j’ai vu

Le texte du chant ici ce que j’ai vu 2




Drapé d’un manteau de lumière

« Drapé d’un manteau de lumière » est un très beau chant de Daniel VERMEILLE (Mission Populaire Évangélique) d’après le psaume 104. La répétition du « oui, oui » permet une participation au chant par les tous petits. Publié avec autorisation.

  1. Drapé d’un manteau de lumière, oui, oui, tu as fait les cieux et la terre, oui, oui. Sur l’aile du vent tu avances, oui, oui, dans les yeux de la mer tu danses, oui, oui !

REFRAIN Je veux te chanter, c’est le signe de ma foi, je veux te chanter, j’ai ma foi en toi.

2. Tu fais jaillir la fraîche source, oui, oui, des oiseaux tu guides la course, oui, oui, tu es dans l’herbe des campagnes, oui, oui, et dans le torrent des montagnes, oui, oui !

3. Tu as fait l’homme à ton image, oui, oui, lui donnant la terre en partage, oui, oui, elle est nourrie de tes richesses, oui, oui, et qui chaque matin, renaissent, oui, oui !

4. Tu es dans le pain que l’on mange, oui, oui, et dans le fruit des vendanges, oui, oui. Tu es dans l’aube qui s’éveille, oui, oui, tu es la vie et ses merveilles, oui, oui !

La partition ici Drapé d’un manteau de lumière




Prière acronyme Pentecôte

Voici une prière acronyme sur le thème de Pentecôte. Elle a été composée par des enfants …  à réécrire avec les plus âgés !   

 

 

 

Pendant que les disciples

Effrayés se tiennent enfermés

N’osant plus sortir ni ouvrir la porte,

Tu es là,

Esprit de Dieu

Coupant net toutes les peurs

Ouvrant grand les cœurs,

Transmettant à chacun l’assurance de ta présence,

Et ton amour éternel.




Noé

Le chant « Noé » de Daniel VERMEILLE (Mission Populaire Évangélique) pourrait être comparé au texte biblique pour mettre en évidence la poésie apportée  par l’artiste. Partition publiée avec autorisation.

  1. Quand Noé sentit sur son front tomber la première goutte, il comprit que Dieu lui disait : « Allons, c’est le moment ; préparez-vous il faut partir pour une longue route, ce monde est mort voici venu le grand chambardement. Que ton épouse et tes enfants soient sauvés du naufrage, prends avec toi un couple de tous les êtres vivants. Un nouveau monde vous attend tout au bout du voyage, soyez confiants, n’ayez pas peur et en avant ». Marche marche jusqu’à l’arche tu verras, tout ira bien. Marche, marche, Patriarche, tu verras, tout sera bien.
  2.  Quarante jours, quarante nuits, le ciel ouvrit ses vanne, changeant tout’ l’humanité en cimetière marin. Par la colère d’un Dieu jaloux, qui juge et qui condamne, des millions d’hommes vont mourir. Il n’en restera rien. Noé regardait en pleurant ce monde disparaître  : « Ne restera-t-il donc que moi avec mes animaux? » . « Regarde devant toi » dit Dieu, « Car la vie va renaître. tu ne finiras pas tes jours sur ce bateau »
  3. Quand la colombe s’en revint, pantelante et frileuse, Noé sentit monter en lui le découragement. Quand la colombe s’en revint, frétillante et joyeuse un rameau d’olivier  au bec, quel grand soulagement : tout allait bientôt refleurir, les prés et les campagnes. Hommes et bêtes, enfin unis, pourraient rire et danser. De sont inutile bateau, échoué sur la montagne. Dieu souriant lui dit : « Tout va recommencer ».

Partition NOE, page 1 ici NOE partition page 1

 

 

 

 

Partition NOE, page 2 ici NOE partition page 2

 

 




Moïse

Le chant de Daniel VERMEILLE ( Mission Populaire Évangélique) présente une partie de la vie de Moïse… c’est un bon moyen mnémotechnique  pour retenir en chanson ! Publié avec autorisation

Refrain : courage Moïse, ton Peuple suit tes pas vers la terre promise ou tu n’entreras pas

  1. Les arrachant aux mains de Pharaon, tu les as conduits, accompagné de ton frère Aaron, jusqu’à leur patrie. Pour eux les flots se sont ouverts soudain, leur livrant passage. Ils sont partis tous en battant des mains pour leur long voyage.
  2. Ils ont crié en réclamant du pain, tu les as nourris. Ils ont eu peur d’assumer leur destin, et ils t’ont trahi. Ils ont voulu se fabriquer sans toi un Dieu qu’on adore, et se sont tous prosternés avec joie devant un veau d’or.
  3. Seul, face à Dieu, tu as traduit sa voix au mont Sinaï, en leur donnant les tables de la loi pour règle de vie. Bientôt le jour tant attendu viendra, où bénis du ciel, ils vivront au pays où coulera le lait et le miel.

Dernier refrain : courage Moïse, ton Peuple est arrivé sur la terre promise, ton oeuvre est achevée.

Partition ici Moïse

Texte ici Moïse texte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le fils prodigue

Le fils prodigue est en très beau chant de Daniel Vermeille (Mission Populaire Évangélique) – à lire avec les adolescents, sans oublier de relire le texte biblique de Luc 10 ! Publié avec autorisation.

  1. Je reviens du bout du monde, fatigué des trahisons, las de ma vie vagabonde, je reviens à la maison
  2. En partant vers l’aventure, je rêvais de paradis, n’ai reçu que des blessures, et connu que des taudis
  3. J’ai noyé mon héritage, dans l’ivresse de mes nuits, recevant pour tout partage, la pesanteur de l’ennui
  4. Me voici devant la porte où mon père doit venir, j’aimerai tant faire en sorte, qu’il oublie ses souvenirs
  5. Le seul bonheur que j’envie, ce n’est ni l’or ni l’argent, mais de partager la vie du plus pauvre de ses gens
  6. Il est là, il me regarde éperdu et silencieux, je reçois comme une écharde, la lumière de ses yeux
  7. Puis il crie « C’est jour de fête, allons tuer le veau gras! » – Je relève un peu la tête et il me prend dans ses bras

 

 

la partition ici  Le fils prodigue