Veillée avec les anges

Veillée de Noël avec les anges : Bientôt Noël ? Le premier Noël… alors, au ciel, les anges se préparent ! Veillons avec eux…

 Déroulement :

Prélude

Accueil :
(d’après Charles Singer, Semailles, Edition du Signe, 1999, p.49)
Soyez, tous et toutes, les bienvenus pour cette veillée de Noël où Dieu nous invite et nous appelle…
Il nous invite et nous appelle, en cette nuit semblable à tant d’autres obscurités, à reconnaître l’irruption de l’espérance au cœur de l’inquiétude humaine.
Dans les chants de ses anges, il nous invite et nous appelle à entendre chanter son projet de salut pour l’humanité.
En cet enfant de la crèche semblable à tant d’autres enfants enroulés dans leurs langes, il nous invite et nous appelle à reconnaître son amour bouleversant.
Dans cet enfant de fragilité semblable à tant d’autres enfants reposant tout contre leur mère, il nous invite et nous appelle à le reconnaître lui, Dieu, déposé dans le berceau de l’humanité. Amen.

Cantique : O nuit bienveillante (Alléluia 32-23/1, 3 et 4)

Scène 1 : Oh oh Gaby, Gaby
Les « anges » se regroupent pendant le chant de l’assemblée à droite de l’autel et se placent comme une chorale.

Musiquange : Oh là là, ça ne va pas du tout. C’est une catastrophe ! Vous chantez comme des casseroles ! On ne sera jamais prêt à temps ! Mais qu’est-ce que je vais dire au patron ? J’étais tellement heureux quand il m’a confié cette mission. Je l’entends encore quand il m’a dit : Musiquange, je compte sur toi pour préparer le chœur des anges pour cette occasion très spéciale.
Il compte sur moi. Je suis désespéré ! Mais où sont vos voix angéliques ?! Je n’ai entendu que des casseroles ! Même un chœur de canards sauvages chanterait mieux que vous !
Bon, on arrête-là pour aujourd’hui, revenez demain pour répéter ! Et entrainez-vous sérieusement d’ici-là ! Sinon, je ne réponds plus de rien !

Curiange : Ben dis donc ! Qu’est-ce qui lui arrive à notre chef ?! On n’a quand même pas si mal chanté !

Angeronchon : Moi, j’aime pas chanter !

Curiange : Oui, Angeronchon, on sait ! Mais ce que je ne comprends pas c’est pourquoi Musiquange est si contrarié, on dirait toi ! Il nous demande toujours de bien chanter les louanges de Dieu, mais en ce moment, il est tellement exigeant !

Angeronchon : Moi j’aime pas quand le chef est exigeant !

Curiange : Eh Tchatange ! Tu sais ce qu’il a, toi, notre chef de chœur ?

Tchatange : Evidement ! Tu ne sais pas ?! Tout le ciel en parle !

Angeronchon : Moi, j’aime pas quand tout le ciel parle !

Curiange : Tout le ciel parle de quoi ?

Tchatange : Nous nous préparons à chanter pour une occasion très spéciale ! C’est pour ça que Musiquange est un peu sur les nerfs.

Curiange : Mais c’est quoi cette occasion très spéciale ? ! Dis-moi…. Allez, accouche !

Tchatange : Ah non, c’est pas moi qui vais accoucher ! Dieu a choisi quelqu’un d’autre pour ça !

Curiange : Mais qu’est-ce que tu racontes ?! Je comprends rien !

Angeronchon : Moi, j’aime pas quand on comprend rien !

Tchatange : Viens, Curiange, Gaby est le mieux placé pour t’expliquer !

Angeheureux : J’peux venir aussi ? S’t’plait ! C’est sûrement une bonne nouvelle et j’adooore les bonnes nouvelles !

Tchatange : Oui, tu peux venir aussi Angeheureux… Mais t’es obligé de sourire tout le temps comme ça ?

Angeronchon : Moi, j’aime pas quand on sourit sans arrêt !

Angeheureux : Je fais pas exprès. Je suis heureux, alors j’ai le sourire, la banane, la frite, la pêche…

Tchatange : Si seulement, c’était contagieux et que tu pouvais donner un peu de ta banane à Angeronchon ou à Musiquange.

Angeronchon : Moi, j’aime pas la banane !

Tchatange : Qu’est-ce que je disais !

Angeronchon : Et j’aime pas qu’on me critique !

Curiange : Et, ne vous disputez pas ! Bon, on va voir Gaby ?! J’aimerai bien savoir moi !

Tchatange : Avec tout ça, je ne l’ai pas vu partir ? Va savoir sur quel nuage, il est maintenant ! Gaby ?! Gaby ?! Il a eu tellement de travail ces derniers temps, il doit faire une sieste quelque part… Gaby ?! Gaby ?!

Les autres anges avec lui : Gaby ?! Gaby ?! Gaby ?! Gaby ?!

Gabriel (depuis la tribune de l’orgue) : Gabriel, je m’appelle Gabriel ! C’est pas compliqué quand même : Gabriel ! Ca rime avec ciel ! Ca fait plus sérieux quand même !

Tchatange : Gabriel, si tu veux… mais Gaby, c’est affectueux… On te cherchait…

Gabriel : Oui, ça j’ai entendu et les cieux tout-entiers aussi ! Mais vous me cherchiez pourquoi ?

Tchatange : Ben c’est à cause de ce que tu m’as raconté. Curiange, Angeheureux et Angeronchon, ils voudraient bien savoir aussi… alors je me disais…

Gabriel : Tchatange, toujours aussi bavard, incapable de tenir ta langue…

Tchatange : On a la tchatche, ou on ne l’a pas… Mais Curiange comprend pas pourquoi Musiquange est sur les nerfs avec nous à la chorale… Alors si tu lui expliquais…

Gabriel : Je vois… j’arrive !
Gabriel descend de la tribune et rejoint les autres.

Cantique : Voici Noël, ô douce nuit (Alléluia 32-30/1, 3, 4 mais dans la strophe 1 on remplace « Allons donc tous avec les mages, Porter à Jésus nos hommages » par « Allons donc tous avec les anges, Chanter au Seigneur nos louanges »)

Scène 2 : Ange ou cigogne ?
Gabriel : Bon alors, je vais commencer par le début. Il y a quelques mois, le grand patron m’a envoyé au Temple de Jérusalem, pour parler à un prêtre du nom de Zacharie. Je devais lui annoncer que sa femme Elisabeth n’était pas stérile comme on le disait et que même si elle n’était plus toute jeune, elle allait avoir un fils qui s’appellerait Jean.

Angeheureux : Oh un bébé ! Quelle bonne nouvelle !

Tchatange : Et il t’a cru tout de suite, Zacharie, quand tu lui as annoncé cette naissance ?

Gabriel : Bien sûr que non ! Il m’a dit que sa femme et lui étaient trop vieux pour avoir un enfant. Alors je lui ai cloué le bec : il sera muet jusqu’à la naissance de son fils. Ca lui apprendra à trop parler et à mettre en doute la parole d’un envoyé de Dieu ! Non mais !

Curiange : Mais depuis quand les anges annoncent la naissance des enfants ? On n’est pas des cigognes !

Angeronchon : Moi, j’aime pas les cigognes !

Gabriel : Mais cet enfant n’est pas n’importe quel enfant : il s’appellera Jean et il sera celui qui doit préparer le peuple à la venue du Sauveur, du messie que Dieu a promis à son peuple !

Curiange : Et c’est pour la naissance de Jean qu’on va chanter ?

Tchatange : Mais t’es presqu’aussi bavard que moi, Curiange !

Angeheureux : Chut ! Ecoutons la suite !

Gabriel : Non, on ne va pas chanter pour la naissance de Jean. Car ça, ce n’était que le début ! Après ça, Dieu m’a envoyé au fin fond de la Galilée, dans un bled perdu, Nazareth, chez une jeune fille du nom de Marie, fiancée à un charpentier du nom de Joseph. A elle aussi, je devais annoncer la naissance d’un fils.

Curiange : C’est ce que je disais, le patron nous confond avec les cigognes !

Gabriel : Mais non, Curiange… Et de toute façon, annoncer cette naissance, c’était un grand honneur pour moi ! Car cet enfant, c’est le Messie, le Sauveur que Dieu a promis à son peuple et que le peuple attend depuis si longtemps. Cet enfant, c’est le Fils de Dieu !

Angeheureux : Quelle bonne nouvelle ! J’adoooore les bonnes nouvelles !

Curiange : Je ne comprends plus rien ! Pourquoi est-ce que Dieu t’envoie à Nazareth ? Avec tout le respect que je lui dois, il s’emmêle pas un peu les pédales le patron ? C’est pas à Bethléem qu’il doit naître le Messie ? Eh Google-ange !

En haut de la chair, Google-ange se lève

Google-ange : Que dois-je chercher ?

Curiange : Où le sauveur doit-il naître ?

Google-ange tourne les pages de sa bible…

Google-ange : Livre du prophète Michée, chapitre 5
Le Seigneur dit : « Et toi, Bethléem Ephrata, tu es un petit village parmi ceux des clans de Juda. Pourtant, celui qui doit gouverner Israël, je le ferai sortir de chez toi. Il appartient à une famille très ancienne. » Le Seigneur va abandonner son peuple pendant un certain temps. Ensuite, le jour viendra où la femme qui doit accoucher aura un fils. Ceux qui seront encore en vie après l’exil viendront rejoindre les autres Israélites. Et lui, le chef annoncé, il se lèvera et il sera leur berger par la puissance du Seigneur, par la présence glorieuse du Seigneur son Dieu. Les gens de son peuple vivront en sécurité. En effet, sa puissance s’étendra jusqu’au bout du monde.
C’est lui qui donnera la paix.
En chair, Google-ange se rassoit

Angeheureux : A mon avis, le patron sait ce qu’il fait !

Gabriel : Tout à fait ! Mais je dois dire quand même qu’il n’a pas choisi la facilité !

Angeronchon : Moi, j’aime pas la facilité !

Tchatange : Alors le patron et toi, vous êtes d’accord là-dessus ! Quand on y réfléchit un peu quand même, il aurait pu choisir une femme mariée, dans une famille importante et respectée de Jérusalem. Pour Marie, c’est pas simple quand même ! Avoir un bébé avant d’être mariée… Ca craint ! Ils ne rigolent pas les humains avec ça ! Sa famille pourrait la jeter dehors, son fiancé pourrait penser qu’elle l’a trompé et la faire condamner à la lapidation…

Angeheureux : A mon avis, le patron sait ce qu’il fait !

Gabriel : En tout cas, comme elle était très troublée, j’ai essayé de la rassurer. Je lui ai dit que Dieu l’aime. Je sais qu’il la protègera et lui donnera la force de faire face.

Angeheureux : A mon avis, le patron sait ce qu’il fait !

Les autres anges : Oui, on a compris !

Tchatange : Attention Angeheureux, on va finir par t’appeler Angeradoteur !

Curiange : Bon et alors ? Elle a dit quoi, Marie ?

Gabriel : « Je suis la servante du Seigneur. Que Dieu fasse pour moi, ce que tu as dit ! »

Curiange : Alors, elle est d’accord… Il va naître ce bébé… et donc, c’est pour la naissance de cet enfant qu’on va chanter ?

Angeronchon : Moi, j’aime…

Tchatange : Attention à ce que tu vas dire, toi ! On parle du fils de Dieu là !

Angeronchon : Euh, oui, justement… j’allais dire : Moi, j’aime le fils de Dieu !

Les autres anges : Ah !

Gabriel : Oui, Curiange, nous allons chanter pour la naissance du Fils de Dieu…

Tchatange : C’est pour ça que Musiquange est un peu sur les nerfs…

Angeheureux : Il veut que ce soit bien ! Vraiment bien !

Tchatange : Quand on parle du loup… enfin de l’ange…

Musiquange : Mes anges ! Répétition générale ! Allons au travail !

Cantique : Roi des rois (Arc-en-ciel 262)

Musiquange dirige l’assemblée comme une chorale, fait chanter en canon, ronchonne (« Bon y a encore du boulot !!! Va falloir faire mieux !! »)…

A la fin du chant, P’tiange arrive en courant dans l’allée et rejoint les autres.

Scène 3 : Le chœur des anges
Musiquange : P’tiange !!! Mais d’où tu viens toi ?! Tu as raté la répétition générale ! Ce n’est pas sérieux ! On ne sera jamais prêt si chacun vient quand il a le temps !

P’tiange : J’étais en mission pour le patron !

Musiquange : En mission ?

P’tiange : Oui. Je suis allé voir Joseph dans son sommeil…

Musiquange : Joseph, qui c’est celui-là ?

Gabriel : C’est le fiancé de Marie. Il est de la famille du roi David.

Curiange : Eh P’tiange, tu lui as dit quoi à Joseph ?

P’tiange : Je lui ai dit qu’il devait épouser Marie.

Gabriel : Joseph est un homme juste, il va faire ce que Dieu lui commande, épouser Marie et adopter l’enfant. Grâce à lui, le Messie va naitre dans la famille du roi David.

Curiange : C’était prévu comme ça ? Google-ange…

En chair, Google-ange se lève et tourne les pages de sa bible

Google-ange : Livre du prophète Esaïe, chapitre 11
Un fils sortira de la famille de Jessé, le grand-père de David, comme une jeune branche sort d’un vieux tronc. Une nouvelle branche poussera à partir de ses racines. L’esprit du Seigneur reposera sur lui. Il lui donnera la sagesse et le pouvoir de bien juger.

En chair, Google-ange se rassoit

Angeheureux : Je vous l’avais bien dit ! Le patron sait ce qu’il fait ! Et il tient parole ! Quelle bonne nouvelle ! Quelle grande nouvelle, nous allons chanter pour les hommes !

Tchatange : Tu as raison ! Au travail mes frères, au travail ! Il faut que notre chant soit parfait pour ce jour si important !

Narrateur : Je ne sais pas si les anges ont encore travaillé longtemps pour atteindre la perfection, car bien sûr, c’est là pure fantaisie, mais une fantaisie où l’essentiel est dit : Dieu tient parole et donne à son peuple le Messie promis. Par amour, Dieu se fait père, Dieu se fait proche, Dieu se fait homme. Quelle déclaration d’amour de Dieu pour nous les humains !
Et en tout cas, cette nuit-là… les anges…. Les anges dans nos campagnes ont entonné…

Cantique : Les anges dans nos campagnes (Alléluia 32-27)

Prière d’intercession : (d’après Francine Carillo dans Traces vives, pp. 147-48)
Béni sois-tu, Dieu notre Père !
Dans l’enfant qui vient à nous en cette nuit de Noël, c’est de naissance et de vie que tu nous parles !

Mais cette naissance et cette vie ne vont pas sans peine et pour que notre prière soit vraie, nous te confions maintenant la vérité de nos cœurs :
Ce désir de vivre pleinement Noël et nos questions pour cette fête,
Cette envie d’être dans la foi et nos résistances à croire,
Cette soif de relations vraies et nos difficultés à vivre avec les autres.

Toutes ces contradictions qui nous habitent, nous les déposons devant toi, Seigneur,
non pour que tu les effaces, mais pour que tu les retournes en chemin de vie.

Donne-nous d’accueillir la douceur de Noël et permets qu’en nos visages, il y ait assez de lumière pour ceux qui sont dans l’ombre !

Donne-nous d’accueillir la paix de Noël et permets qu’en nos cœurs, il y ait assez de paix pour ceux qui sont dans la révolte !

Donne-nous d’accueillir la tendresse de Noël et permets qu’en nos cœurs, il y ait assez de tendresse pour ceux qui sont dans la solitude et le deuil !

Car alors, nous serons des anges, c’est-à-dire tes envoyés, tes messagers en ce monde.
Au nom de ton Fils de lumière, né parmi nous pour qu’il fasse clair dans nos vies.
Et comme il nous l’a enseigné, nous prions ensemble…

Notre Père qui est aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal,
car c’est à toi qu’appartiennent
le règne, la puissance et la gloire,
pour les siècles des siècles. Amen.

Annonces

Offrande

Prière d’offrande :
Seigneur, merci pour tout ce que tu nous donnes et merci pour la joie d’offrir. Reçois notre offrande comme un signe de notre reconnaissance et de notre engagement pour l’annonce de ton Evangile et la solidarité avec nos frères et nos sœurs humains. Amen.

Cantique : Il est né le divin enfant (A 32-29)

Envoi et bénédiction : (d’après Liturgie de l’ERF, livret fêtes, p. 8)
Les anges ont chanté la Bonne nouvelle.
Les bergers ont pris le chemin de la crèche.
Nous voici témoins de la vie donnée, nous voici appelés à devenir des anges, c’est-à-dire des envoyés, des messagers de Dieu.
Annonçons la présence de Dieu, proclamons la paix au monde !
Il est né, celui qui est Prince de la paix ! Il est né celui qui est lumière de monde !

La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint-Esprit soient avec vous et tous. Que Dieu vous bénisse et vous garde dans la paix et la joie de Noël ! Amen.

Crédit : Claire de Lattre-Duchet




Les apprentis du mage

 » LES APPRENTIS DU MAGE » est une narration  de noël proposée par Marthe Balla, formatrice de Figurines bibliques de l’association AFIBI

Il était une fois, dans un lointain pays de l’orient, un mage très renommé pour ses grandes connaissances et sa bonté. Un jour, deux jeunes gens vinrent chez lui.  « Maître, nous venons de très loin, nous avons beaucoup entendu parler de vous et nous voudrions apprendre avec vous à devenir de bons mages ! » dirent-ils ensemble.  Le mage hésita, puis décida de les mettre à l’épreuve. A chaque question les deux jeunes donnèrent, en même temps, la même réponse. Alors le mage les prit tous les deux pour apprentis.

Ce n’était pas tous les jours facile : il y avait tant de choses à apprendre, les noms et les vertus des plantes, comment guérir les maladies, reconnaître une eau bonne à boire et beaucoup d’autres choses encore. La seule chose que les apprentis n’aimaient pas c’était l’étude des étoiles : retenir le nom et la place de toutes ces étoiles leur paraissait impossible et aussi un peu inutile. Alors, pour les encourager le mage leur dit « Si vous trouvez une étoile que je ne connais pas encore vous aurez une belle récompense ! »

A partir de ce moment ils n’allèrent plus se coucher sans avoir étudié le ciel. Bien des fois ils couraient vers le maître en disant : « Venez voir cette étoile », et le maître riait en leur montrant sa carte du ciel et en leur disant le nom de l’étoile. Bientôt ils en surent presque autant que le mage.

Un soir, ils se demandaient s’il n’était pas impossible qu’il y ait une nouvelle étoile et leur regard fut attiré vers l’ouest. Ensemble ils tendirent les doigts en disant, toujours ensemble : cette fois, j’en suis sûr, cette étoile là n’était pas là hier ! Ils allèrent chercher le maître. Celui-ci regarda longuement l’étoile et finit par dire :  » Vous avez gagné, c’est une nouvelle étoile, elle annonce la naissance d’une personne très importante…. Je vous ai promis une récompense et je tiens mes promesses, que désirez-vous ? »

-Vous irez sûrement voir cette personne importante, emmenez-nous !

Leur chemin fut long, très long, mais un soir l’étoile brilla au-dessus d’une maison d’un petit village nommé Bethléem. Ils entrèrent, trouvèrent l’enfant et le mage lui offrit des cadeaux. Le lendemain matin, le mage appela ses apprentis et leur dit : « Nous devons partir très vite par un autre chemin, l’enfant est en danger ». Les apprentis hochèrent la tête et répondirent : « Nous savons, nous avons fait le même rêve. Ton chameau est prêt. Allons vers Jéricho et remontons le Jourdain, le roi Hérode ne nous cherchera pas sur ce chemin là, et nous pourrons voyager de nuit…. »

Ils firent ainsi et arrivèrent près du lac de Galilée. Le soir au moment de partir, les apprentis s’approchèrent du mage et lui dirent : « Maître, tu as été un très bon maître pour nous, mais cet enfant, nous voudrions savoir ce qu’il deviendra. Permets-nous de nous installer à l’ouest du lac, nous trouverons un village et deviendrons pêcheurs. »

Le mage accepta et contourna le lac par l’est pour rentrer chez lui. Les apprentis se dirent l’un à l’autre : « Nous ne devons pas nous faire remarquer, prenons des noms d’ici, moi je m’appellerai… et pour une fois ils ne dirent pas la même chose…l’un dit Jean, et l’autre Zébédée…. Ils trouvèrent sur leur route un village de pêcheurs et y furent accueillis comme des amis rentrés d’un très, très long voyage, ils s’y installèrent. Bientôt ils se marièrent, eurent des enfants, Jean fut père de Simon et André, et Zébédée de Jacques et Jean….

Environ 30 ans plus tard Simon et André, et Jacques et Jean furent les premiers à suivre celui qui était né, une nuit à Bethléem, quand une nouvelle étoile avait brillé.

Crédits : Marthe Balla – photo AFIBI




L’amour de Dieu s’est manifesté aujourd’hui

« L’amour de Dieu s’est manifesté aujourd’hui  » est une saynète de noël pour 16 personnages  (par ordre d’apparition)  : mages 1 + 2 + 3 , Hérode, Scribe, bergers 1 + 2 + 3 + 4, passants 1 + 2 + 3 + 4 + 5, Marie, Ange. Crédit : Evelyne Schaller, UEPAL.


Scène 1 : les mages,  Hérode et un scribe

Mage 1 : Du fin fond de l’Orient nous l’avons vu ! Quoi ? Qui ? La plus belle … la plus grande…La plus brillante

Mage 2 : la plus étrange…. La plus…

Mage 3 : allons faisons simple : la comète chevelue qui annonce un événement majeur !!

Mage 1 : Et cet événement devrait se dérouler chez toi, oh majestueux roi de Palestine !

Mage 2 : oui, nous avons quittés nos observatoires en Orient et sommes venu, fissa à dos de chameau pour aller à la recherche de ce grand roi qui vient de naître

Hérode : ici ? À Jérusalem ? Dans ma ville ? Dans mon palais ? Non mais vous rigolez ?? De vos recherches je n’ai aucune connaissance

Mage 1 : Voilà que nous voyageons depuis des mois, et tu nous dis qu’il n’est pas né chez toi ?? Pas un de tes fils caché peut être ?? Allons voyons, tu es sûr ?? Réfléchis !

Hérode : non vraiment je vous assure, pas de fils, ni même de fille par ici ! Mais…je suis intéressé… voire même très intrigué par cette naissance ! Par l’annonce de l’être exceptionnel que vous a révélé votre comète extraordinaire

Mage 3 : Mais où chercher ? Peux-tu nous aider ?

Hérode : je vais me renseigner auprès des scribes ! Ils ne lisent pas le ciel mais quantités d’ouvrages anciens !

Hérode : Scribe-chef, viens par ici, as-tu là des éléments scripturaires qui corroborent cette lecture des astres au firmament ?

Scribe : oui, il s’agit là d’une prophétie : Israël, sur toi régnera un grand, de la lignée du roi David… euh…je continue ?

Hérode : oui !

Scribe : il ; il naîtra en Judée, à Bethléem, de là vient aussi David, qui y était berger !

Hérode : dites-moi, messieurs les mages, quand est apparue cette princesse du ciel avec ses cheveux argentés ? De cela il y a quelques mois ? Ou quelques années ?

Mage 3 : (se tournant vers un autre mage en chuchotant) Et nous avons répondu, naïf, crédules, sans aucun fard, nous avons tout dit à ce vieux renard

Mage 2 : et nous lui avons même promis de revenir à Jérusalem pour lui donner l’adresse, le nom du père de la mère, et même le téléphone, si on avait pu,

Mage 1 : soit disant qu’il voulait aussi aller l’adorer, mais qu’aujourd’hui, à l’heure de notre visite, il n’avait pas le temps !!

Chœur parlé : Jésus dit : je suis la lumière du monde. Celui qui me suis ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.

Scène 2 : Rencontre avec les bergers

Mage 3 : et nous voila parti pour Bethléem ! Ah les livres qui disent tout ! Des prophéties ! Michée, Esaie, Jérémie, Zacharie…grands et petits prophètes de l’Ancien Testament

Mage 1 : bien sur ! Le Nouveau n’est pas encore écrit. Ou tout juste les premiers mots : parole ! Lumière !

Mage 2 : holà bergers, vous qui êtes de ce lieu, savez-vous où ce trouve le prince, le roi de la paix ? Nous savons qu’il est né : deux preuves : étoile et ancien testament !

Berger 1 : la maison vous la trouverez facile ! C’est la deuxième à droite après avoir tourné d’ici à gauche !

Berger 2 : mais rassurez vous, on en vient tout juste : vous entrez facilement, pas de laisser passer, pas de cérémonie, pas de révérence ! C’est des gens simples comme tout !

Chœur parlé : Jésus possédait depuis toujours la condition divine mais il n’estimait pas devoir paraître comme l’égal de Dieu. Il est devenu semblable aux hommes. Il a accepté de vivre dans l’humilité, vivant comme les hommes, pleurant, souffrant et un jour, mourant comme un homme

Scène 3 : Les gens du dehors (passants)

Passant 1 : (au berger) aller pousse-toi de là, tu ferais mieux de rentrer plutôt que de faire des confidences à ces étrangers ! N’importune pas ces nobles visiteurs par tes histoires dingues d’enfant seigneur !

Passant 2 : vois-tu, je ne crois pas qu’il soit possible en ces temps que Dieu vienne ici bas, comme un petit enfant. C’est de la pure invention humaine !

Passant 3 : allez, retournez à vos moutons, faites votre boulot au lieu de faire des témoignages de sots

Passant 4 : j’ai le courage de mes opinions, moi, et je vais vous dire (s’adresse à l’assemblée) cette histoire du petit enfant n’a jamais retenu mon attention !

Passant 3 : oui, l’arbre de Noël, les décorations, les cadeaux en plastiques, en métal ou en bois, font partie de tout ce tralala. Mais que Jésus soit le Christ, le roi, non mes amis, ça ce n’est rien pour moi !

Passant 2 : comment en serait-il autrement ? Nous sommes des hommes et des femmes de notre temps, et nous ne savons que faire de l’étable, de la crèche, de l’enfant et de sa mère ? Et pourquoi ces étrangers !

Chœur parlé : l’insensé dit en son cœur : il n’y a point de Dieu !

Passant 2 : Est-ce vrai ?ont-ils raisons ceux qui disent que notre témoignage est bondieuserie et bavardage ? Que faire pour que notre message soit entendu ? Cru ? Accepté ?

Scène  4 : bergers et mages

Berger 3 : Venez voir avec nous ! Bien que faible et petit, déjà la paix rayonne de lui

Berger 4 : Oui venez, n’hésitez plus, allons à la crèche, pour le rencontrer et l’adorer

Chant : mettons nos bottes et nos manteaux

Bergers et mages, Ensemble ils adorent

Mage 1 : Permets petit enfant, que devant toi je dépose ma couronne en or. Elle n’est plus pour gouverner avec orgueil comme les grands de ce monde, mais elle veut être pure avec toi. Et moi je serais libéré de toute fausse apparence !

Mage 2 : Moi Gaspar, je t’apporte cette simple plante, la myrrhe. Car de la gloire céleste tu descends dans la pauvreté de cette étable

Mage 3 : et l’encens que je t’offre en signe de gratitude, car l’espérance commence à renaitre avec toi, ainsi que l’amour, la vérité et la foi

Marie : Mon âme loue le Seigneur et mon cœur est plein de joie car il a bien voulu abaisser son regard sur moi, son humble servante. Il aura pitié dans tous les temps, il mettra en déroute les hommes orgueilleux, il donnera une place reconnue aux humbles personnes et des biens à ceux qui ont faim. Il manifestera sa bonté à tous !

Scène 5 : les gens du dehors (moqueurs)

Passant 4 : regardez-les, est-ce un jeu, un show ? Ce Jésus, petit et nu, porte-t-il vraiment Dieu au monde ? Je ne peux le croire, ça me dépasse !

Passant 5 : mes amis  je vous le dis : Dieu est mort et tous ceux qui croient en lui ont tort ! Il n’y a pas de Dieu sur la terre où nous sommes !

Passant 6 : mais… si par hasard Dieu devait quand même exister ? Ce n’est pas au ciel que je le cherche. Dans la nature peut être ?? Ou dans celui que l’on met au ban de la société… ?

Chœur parlé : la parole s’est faite chair et a vécu au milieu de nous, pleine de grâce et de vérité. Nous avons vu sa gloire, celle du Fils de Dieu.

Passant 2 : à quoi ca sert de s’apitoyer d’un air sentimental sur la crèche de Bethléem ?

Passant 6 : de votre foi, de votre amour, on ne voit rien,

Passant 5 : où est la foi, dans ce monde ?où est Dieu venu parmi nous ?

Passant 4 : dites-moi franchement, que représente pour vous Noël, et ce petit enfant ?

Passant 3 : et ces bergers et ces mages ?

Chœur parlé : Seigneur, a qui irions-nous ? Tu as les paroles qui donnent la vie éternelle. Nous croyons que tu es celui qui vient de Dieu

Berger 3 : d’accord, il y a, dans notre monde des croyants pour la forme! Mais il y en a d’autres aussi : des mains et des cœurs ouverts !

Berger 4 : Celui qui croit au plus profond de lui peut rencontrer Dieu dans ce tout petit enfant

Berger 2 : La grande vérité à proclamer aujourd’hui, c’est l’amour de Dieu qui se manifeste en Jésus Christ, qui porte en lui et Dieu et l’humanité

Berger 3 : à vous tous qui fêtez Noel nous vous adressons ces vœux et cet appel

Berger 1 : reconnaissez ici, dans cette nuit, celui qui est né pour qu’il vous comble de son amour, de sa paix et de sa joie.

Passant 1 : Tu parles de paix en ces temps troublés, t’as pas lu le journal, tu ne regardes pas la télé ?

Berger 4 : il est à l’œuvre dans le monde, tant d’hommes et de femmes prient et croient ; ils œuvrent pour la paix et la justice

Berger 3 : peu de journaux en parlent, ca ne rapporte pas beaucoup et pourtant, les signes sont là

Berger 2 : voila le message de cette nativité ; Nous l’avons transmis à notre façon. Gardez-le bien ! ce message est le plus grand trésor. Il est la vie, la lumière et l’espérance !




Les coutumes de Noël

Célébration de Noël permettant de passer en revue toutes les traditions régionales de Noël…

Musique

Accueil (dialogue 1 adulte /1 enfant)

– (ADULTE) Soyez toutes et tous les bienvenus ce soir…et Salut ! ça va ?

– (Enfant) Non,  ça ne va pas… j’en ai assez d’attendre ; (attitude lasse, impatiente..) il faut toujours attendre… attendre qu’il fasse beau pour sortir… attendre qu’il fasse moins beau pour regarder la télé… attendre le train… attendre l’heure du repas pour manger… attendre que les choses changent, attendre son anniversaire, attendre les copains, attendre les vacances, et en ce moment la mode c’est d’ATTENDRE NOEL ! alors j’ai bien compris qu’ils essayent de me faire passer la pilule avec leur calendrier de l’Avent … mais bon… MOI… je dois quand –même attendre ;

– (ADULTE) oui tu as raison…, c’est parfois dur d’attendre… mais parfois quand on attend, on a le temps de se préparer et de faire plein de choses pour mieux en profiter le jour J… Regarde toutes ces traditions de Noël … tranquillement, nous préparons la fête, en décorant, en dégustant, en chantant, en préparant le sapin, en invitant des amis, en préparant des cadeaux, en en fabriquant soi-même… j’ai bien besoin d’un mois pour faire tout ça !

– (Enfant) tu le sais, moi je ne suis pas d’ici, vous voudriez pas m’en dire un peu plus sur vos traditions de Noël ?

Chant 1 de l’assemblée 

Prière

Il faut toujours attendre !

Et pourquoi pas tout de suite ?

Seigneur, je n’aime pas attendre tu sais.

Et pourtant, toi tu as pris le temps de naître, de grandir, de devenir homme.

Toi, tu nous donnes le temps.

Aide-moi à profiter de chaque jour, de chaque heure que tu m’offres.

Aide-moi à ne pas oublier que chaque jour est unique, que chaque jour est comme un cadeau que tu me fais ! Alors MERCI !

COURONNE DE L’AVENT

 (ADULTE) – chez nous à la maison, on allume chaque dimanche une bougie de la couronne de l’Avent. Et ça y est, comme les 4 sont maintenant allumés, je crois que Noël n’est plus très loin !

– oui, mes parents aussi font ça… je me demande d’où ça vient cette idée ?

(ADULTE) – je sais, dimanche ils m’ont raconté que la couronne de l’Avent a été inventée en Allemagne par un pasteur en 1839. Il s’occupait d’orphelins, et au mois de décembre ils n’arrêtaient pas de lui demander quand serait Noël –un peu comme nous je crois– il fabriqua  donc une couronne en bois, sur laquelle il fixa – vingt petits cierges rouges et quatre grands cierges blancs. Chaque matin du mois de décembre, une petite bougie de plus était allumée et, à chaque dimanche, une grande bougie blanche.

(un adulte/KT) oui tu as raison … et ma grand-mère m’a racontée que cette tradition est arrivée en Alsace entre les deux guerres mondiales, grâce aux groupes de jeunes protestants.

Chant 1 des enfants : Dis maman pourquoi

  • les 4 bougies (les catéchumènes)   – les chanteurs restent en place  Chaque bougie a une signification :

– la 1ère bougie rappelle que Dieu a pardonné à Adam et Eve leur désobéissance et leur a permis de vivre : c’est la lumière du pardon, la lumière de l’espérance.

– la 2e bougie rappelle l’histoire d’Abraham qui a choisi de suivre les chemins de Dieu : c’est la lumière de la confiance.

– la 3e bougie rappelle que David, dans les hauts et les bas de sa vie, n’a cessé de louer Dieu : c’est la lumière de la joie.

– la 4e bougie rappelle que le message de Noël est un message de paix, comme l’ont annoncé les prophètes : c’est la lumière de la paix.

Chant 2 des enfants : ah si tout le monde pouvait chanter

Les bredele et les noix

-(ADULTE)  moi pour attendre Noël, ce que j’adore c’est : manger des bredele de toutes les sortes ! au dessert ou au goûter avec un bon chocolat chaud.

– j’adore en faire avec ma maman et ma mamie le samedi !

(ADULTE) – tu vois, je me demande aussi qui a eu la superbe idée d’inventer ça ? tu sais toi ? parce que ça, c’est une super idée, vraiment !!!

– peut-être aussi un pasteur allemand ? (mdr)

(un adulte/KT) A ce sujet il y a une légende, les enfants ! Lorsque les anges ont annoncé aux bergers que le sauveur allait naître cette nuit-là, les bergers ont couru à Bethléem le plus rapidement possible et ils oublièrent qu’ils avaient mis du pain à cuire dans le four. A leur retour, la pâte était devenue sombre – mais les gâteaux qu’ils sortirent du four sentaient délicieusement bons et avaient un goût de miel ! Dans leur joie, ils les partagèrent avec tous ceux qu’ils ont rencontrés cette nuit-là. Et en souvenir de ce miracle, ils prirent l’habitude de faire cuire chaque année à Noël de petits gâteaux sucrés.

– mais pourquoi les fait-on en forme d’étoile, de cloche, de sapin… aujourd’hui ?

(un adulte/KT) à votre avis ?

– ah mais l’étoile, c’est peut-être pour se rappeler l’étoile qui a guidé les mages jusqu’à la crèche ?

– et le sapin, ça nous rappelle celui qui trône dans nos maisons, cet arbre de vie qui traverse l’hiver.

– oui, et les bottes, ce sont celles du Père Noël à mon avis !

– et les cloches, ce sont celles de l’église, qui nous invite à célébrer la naissance de Jésus le 24 au soir

– A l’école du dimanche, la monitrice a raconté l’autre jour que, dans le temps, on utilisait beaucoup d’amandes et de noix pour les bredele. Et on expliquait aux enfants  que ces fruits étaient une image pour la Parole de Dieu.

– comment ça ?

– c’est une coquille dure sans valeur qui renferme un fruit bon à manger.

– ça me fait penser à la Bible moi, un livre dur et difficile à ouvrir mais avec quelque chose de bon pour nos vies à l’intérieur,

– et moi, ça me fait penser à la mangeoire en bois dans l’étable à Béthléem qui accueillera le Sauveur du monde.

Musique (de Noël)

Le sapin de Noël

(ADULTE)  – Moi ce que je préfère à Noël, c’est le sapin ! (> le montrer)

– moi aussi, surtout le décorer et allumer ses lumières le soir en rentrant de l’école.

(ADULTE) – tous les arbres perdent leurs feuilles, sauf le sapin qui reste vert – même en hiver !

– mon grand-père m’a raconté qu’avant, ce n’était pas des guirlandes électriques qu’on allumait, mais de vraies bougies. Mais le sens est le même : c’est pour dire que Jésus est venu dans le monde pour ECLAIRER les hommes.

(un adulte/KT) je crois que le permier sapin de Noël est apparu à Strasbourg au 16e siècle, il était décoré avec des pommes, des bredele et des hosties. Il servait dans les saynètes de Noël qui étaient joué devant les églises. A l’époque, il représentait l’arbre du paradis dont Adam et Ève ont mangé le fruit défendu. Cette histoire raconte que l’homme a découvert qu’il avait une limite : il ne sait pas toujours ce qui est bien ou mal. Mais avec la naissance de Jésus, quelque chose de neuf est possible : Dieu est devenu un bébé puis un homme. Et si on reste accroché à lui, comme les branches sont accrochés au sapin, on peut porter de beaux fruits. Oui, tu vois, peut-être que là où ce n’est pas toujours facile ou naturel pour nous, on peut trouver avec Dieu le chemin où la bonté, l’espérance, la paix sont possibles.

Chant 3 de l’assemblée 

Le Saint-Nicolas et Christkindel

– Pour moi, le plus dur c’est d’attendre les cadeaux…

(ADULTE) – ah, mais tu m’y fais pensé, nous n’avons pas encore parlé du Père Noël ! Savais-tu que son ancêtre, c’est le Saint-Nicolas? J’ai appris cela à l’école. C’était un évêque qui vivait au 4e siècle et qui était très généreux. Un soir de Noël, alors qu’il voulait remettre de l’argent à un homme très pauvre et qu’il se demanda de quelle manière discrète il pourrait le faire, il trouva cet homme endormi près du feu éteint Il monta alors sur le toit et jeta des pièces d’or dans la cheminée. Il pensait qu’elles tomberaient aux pieds du dormeur, mais les pièces tombèrent dans les chaussettes qu’il avait mises à sécher près du feu.

– (adulte) Mais vous savez, à l’époque- ce n’était pas comme aujourd’hui. Bien souvent, nous les enfants protestants, on était souvent frustré de ne pas recevoir de cadeaux à la saint-Nicolas comme les copains catholiques. Du coup, chez nous c’était le Christkindel qui venait nous apporter les cadeaux le soir de Noël. vous la connaissez ? elle rappelle l’enfant Jésus qui apporte les dons de Dieu aux hommes.

oui/non..

– (adulte) C’est une jolie jeune fille tout de blanc vêtue, parée d’une couronne dorée faite de branches de sapin et ornée de 4 bougies et tenant en main un bâton avec une étoile.

La bûche

juste avant Noël, chez nous il y a une autre tradition pour préparer la fête : c’est la bûche de Noël et je la fais avec papa. Ben oui, chez nous, c’est papa qui cuisine.

(ADULTE)- elle a quelle goût cette année ta bûche ?

– au chocolat bien sûr !

– chaque année, papa me raconte que la bûche de Noël vient des celtes et des gaulois. A l’époque, chaque famille brûlait une grosse bûche et on lui attribuait toutes sortes de vertus : protection de la maison et de la famille, abondance des récoltes, etc. … c’était un genre de porte-bonheur- tu vois!

– bon, moi, je préfère celle qui se mange !

Chant 3 des enfants : Sahn’r s’Kindel uf em stroh

La Crèche

(ADULTE) – j’aime bien installer la crèche avant Noël.

– Chaque année, je la ressors du coffre avec ma petite sœur, et on s’amuse à placer tous les personnages.  l’installer

– oui, c’est trop beau, et ça nous rappelle ce qui s’est passé d’extra-ordinaire cette nuit-là.

(un adulte/KT)  c’est Saint-françois d’Assise qui a fait joué la 1ère crèche vivante dans une grotte au 13e siècle. En plus des personnages et des animaux, il avait pris soin d’ajouter des plantes, pour montrer que c’est la création entière qui est associée à la naissance de Jésus. Puis, quelques temps après, ce sont les crèches miniatures telles que nous les connaissons qui se sont développées.

L’histoire de Noël

(un adulte/KT) Mais dites-moi un peu, Noël, c’est quoi au juste ? une période de fête, un peu d’attente, des traditions charmantes et de bonnes choses à manger ? mais je ne crois pas que ce n’est que ça ! A quoi servent toutes ces traditions, sinon de nous dire quelque chose du sens de Noël – comme nous venons de le voir?

– Moi ce qui me plait, c’est que toutes les bougies qu’on allume en décembre veulent dire que le Dieu qui vient à Noël est un Dieu de lumière.

– au KT, on a découvert que la véritable histoire de Noël, pas celle du Père Noël et de ses lutins hein, mais la VERITABLE histoire de Noël se trouve dans la Bible.

– Attend ! Attend !

– Attend, quoi, encore !!!

– Attend, je vais vous la lire : Luc 2, 1 à 14 (ZEBIBLE)- à 2 voix 

Prière et Notre Père

A Noël, Seigneur, Nous allumons des bougies, Nous cherchons à mettre de la lumière au cœur de l’hiver, Au cœur de nos nuits. Mais la vraie lumière c’est toi. Dans l’obscurité de nos peurs et de nos malheurs, de nos fatigues et de nos peines, Une lueur d’espoir germe … Dans les ténèbres de la violence et de la mort, La clarté d’une joyeuse nouvelle grandit … Notre lumière, c’est toi. Comme les mages et les bergers, Nous voudrions nous mettre en route Nous voudrions nous approcher.  Et nous voudrions rester là, auprès de toi. Car la vraie lumière, c’est toi. Comme les bergers et les mages, Ta lumière nous attire, Nous sortons de l’obscurité, Nos routent tournent, Et nous voyons apparaître derrière l’enfant, Le Dieu vivant. Car la vraie lumière, c’est toi. Et comme les bergers et les mages, Tu nous renvoies sur nos routes, Par un autre chemin. Nous savons que nous marchons vers la lumière, Car tu es la lumière, Toi, Jésus qui nous fait connaître le Père, Toi qui nous as appris à prier et nous nous levons pour cela : Notre Père…

Annonces (sur la feuille)

Chant 4 de l’assemblée : Stille Nacht/Voici Noël 

Bénédiction Le Christ nous dit : “Vous êtes la lumière du monde… 
Que votre lumière brille devant les hommes.” (Mt 5:14-16) Que notre lumière brille ainsi
par notre parole et par nos actes. Que Dieu nous bénisse et nous soutienne dans notre témoignage.  Allez, dans sa paix et dans sa joie, Amen.

 POSTLUDE

Verre de l’amitié

Crédit : Agathe Douay




Je vous apporte une bonne nouvelle…

Célébration de Noël en deux temps : à l’intérieur de l’église puis à l’extérieur. Marie et Joseph découvrent le monde, deux mille ans après la naissance de Jésus…

Prélude à l’orgue

Chant 1 des enfants : Peuples de l’Univers 

Accueil
Soyez toutes et tous les bienvenus
L’année  touche presque à sa fin. Marie et Joseph ont bien vieilli depuis cette nuit de Noël… et les choses ont tant changé…Ce soir, depuis leurs nuages… Marie et Joseph regardent le monde des hommes. Ce soir Marie te Joseph vont nous raconter à nouveau l’histoire de cette nuit-pas-comme-les-autres, une nuit qui a tout changé, afin qu’elle continue d’illuminer le cœur des hommes.

Chant 1 de l’assemblée : Quand s’éveilleront nos cœurs ARC 315, 3 strophes

Lieu 1 : A l’église Marie est installée à table (type table haute de bar) dans le chœur en train de lire un magazine, Joseph arrive.

Marie : Alors joseph, tu as fait une bonne balade ?

Joseph : Oui, et toi tu fais quoi ?

Marie : Je regarde des catalogues de noël.

Joseph : Ah oui, dans quelques jours les hommes fêtent Noël !

Marie : Quelle histoire ! tu te rappelles, Joseph ? À l’époque, il n’y avait ni voiture, ni bus, ni train  pour se déplacer ; c’était à pied ou à dos d’âne. La société a bien évolué depuis !

Joseph : Oui, même pour les recensements, aujourd’hui tout est plus simple avec l’informatique. À l’époque, il fallait se déplacer, écrire sur des parchemins…

Marie : Oui, et où devions-nous nous rendre déjà? Ah oui, Bethléem ! cela faisait une trotte depuis  Nazareth.

Joseph : Oui, le voyage était bien long, la naissance de notre enfant approchait, il n’y avait pas d’ambulance et notre âne n’avait pas de gyrophare.

Marie : Et il n’y avait pas de clinique moderne où on pouvait bénéficier d’une anesthésie

Joseph : Oui les choses ont changé, tient ça va être l’heure des informations.

Joseph met la TV en route  ( un des enfanst joue le journaliste sur fond du Journal Télé de 20h) : images de scène de guerre, crise, individualisme, monde dirigé par l’économie, famine car pas de partage des richesses et des biens de la terre…  les 3 films ont été réalisés durant les séances de préparation avec et par les enfants et projeté sur écran le soir-même

Joseph éteint la TV (avec télécommande pointée sur l’écran)

Joseph : Tu vois Marie, cela fait vingt siècles que notre fils Jésus est venu leur apporter un message de paix, et ils sont toujours à se battre !

Arrivée d’un ange 

Ange : Salut Marie, Salut Joseph ! Dites donc, vous en faites une tête, cela me rappelle presque- il y a un peu plus de 2 000 ans- quand je vous ai annoncé la naissance de Jésus. Qu’est ce qui ne va pas ?

Joseph : Ne m’en parle pas, je viens de regarder le journal télé, et pour une veille de Noël il n’y a pas beaucoup de bonne nouvelles.

Marie : Mais il subsiste un espoir quand-même, souviens toi Joseph,  par exemple, il y a presque un siècle, des lumières se sont allumées dans la nuit…  as-tu entendu parler de « la trêve de noël » ?

Joseph : La quoi ? La trêve de noël ?

Ange : Oui, par exemple le soir de Noël 1914, pendant la guerre, dans de multiples endroits du front les armes se taisent, les soldats pensent à leurs familles, ils oublient pour quelques minutes de se battre et finissent par fraterniser. Ceux qui étaient ennemis quelques heures avant, chantent Noël, partagent leurs repas, jouent ensemble… Le temps d’une nuit pas comme les autres, la nuit de Noël. Noël le jour où les humains fêtent la naissance de Jésus est aussi un symbole de paix, une lumière dans la ténèbre, cette lueur d’espoir qui nous dit  qu’on peut trouver le pardon et la paix.

Joseph : Ceux qui se battent peuvent trouver un moyen de se réconcilier s’ils acceptent de regarder l’autre comme un frère et non comme un ennemi.

Ange : Oui, Noël, la fête de la naissance de Jésus est une occasion d’inviter les  hommes à se réconcilier, et à se réjouir ensemble, plutôt que de se déchirer.

Chant 2 des enfants: « Tu es la plus belle » (ARC 779)

Ange : D’ailleurs, comme  c’est bientôt noël sur terre, les hommes doivent être en plein préparatif, voyons cela.

Marie rallume La Tv (avec télécommande): un journaliste (enfant) fait un reportage sur les traditions de Noël et le sens du sapin de Noël chez un vendeur de sapin du village

Marie éteint la TV (avec télécommande):

Joseph : Le sapin par-ci, le sapin par-là…. On a l’impression qu’il y en a que pour le sapin

Ange : Le sapin, que l’on trouve dans nos maisons comme arbre de noël symbolise la vie éternelle, le renouveau après le solstice d’hiver

CHANT 2 de l’assemblée : Mon beau sapin AL 54/08, 3 strophes

Joseph : Et Jésus alors ?

Marie remet la TV (avec télécommande): reportage sur les pains d’épices en Alsace

Joseph : Mmmhhh, cela me donne faim

Marie : Ben quand il s’agit de manger, tu es toujours le premier !

Joseph : Cela me rappelle les pains aux épices que l’on mangeait lors des repas de fête, mais avec tout cela, on n’a toujours pas parlé de Jésus.

Ange : Bon, si c’est comme cela, voyons ce que je peux faire, (l’ange scrute l’assemblée)  Bon, je ne vois pas de bergers,  il me faut des témoins

Marie : Il y a tous ces gens qui sont venus nous voir ici ce soir dans cette église…

Ange : Bon d’accord (l’ange se tourne vers le public) Ne craignez point, car je vous apporte une bonne nouvelle qui réjouira beaucoup tout le peuple ; Cette nuit dans la ville de David, est né pour vous un Sauveur, c’est le Christ le Seigneur, Et voici le signe qui vous le fera reconnaitre : vous trouverez un petit enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche.

Chant 3 des enfants: Du haut de la montagne (AL 56/03)

Enfant : Allons voir si ce que l’ange nous a dit est vrai, regardez là-bas, Voici la lumière qui va nous guider. Un enfant porte une étoile au bout d’une perche, traverse l’église, l’assemblée est invitée à suivre l’étoile et à sortir de l’église. INTERLUDE sur le thème de Noël traditionnel les enfants qui jouent marie/joseph/bergers se mettent en place dehors autour des animaux et de la crèche en bois

Lieu 2 : devant le préau avec la crèche vivante

CHANT 3  de l’assemblée:  Ihr Kinderlein Kommet EG 43, 3 strophes – devant la crèche vivante (veau, moutons, des enfants)

TEXTE biblique: Matthieu 1, 18 à 23 par un adulte 

Joseph : Comme nous étions jeune à l’époque !

Marie : Oui,  comme j’étais belle, cette naissance me rendait radieuse !

Chœur parlé : (2 enfants)

C’est Noël !
L’enfant Dieu vient chez nous !
Il vient pour toi, pour moi.
Il vient pour ceux qui sont pauvres comme les bergers :
Ceux que l’on rejette parce qu’ils sont différents,
Ceux qui sont seuls, sans famille, sans ami.
Jésus est né !
La lumière de Dieu éclaire le monde !
Son amour et sa paix illuminent la terre :
Tous les hommes, les femmes, les enfants sont ses bien-aimés !

Chant 4 des enfants : Kinderlied fer d’Wiehnachte 

Prière (2 adultes) 

Merci, Père très bon, pour l’enfant de Noël
Il est lumière qui brille dans notre nuit.
Merci pour les anges que tu nous envoies
et qui nous disent de ta part le sens de notre vie.
Merci pour les bergers
qui ont su se mettre en route et t’accueillir.
Dieu, notre Père, parce que nous croyons en ta lumière,
nous osons te prier pour ceux qu’étouffe la nuit du monde.
Nous te prions
pour ceux qui sont pris par la guerre et qui ont peur,
pour les enfants séparés de leurs parents,
pour ceux que la pauvreté a jeté sur les routes de l’exil,
pour ceux que la maladie a enfermé dans la souffrance.
Pour tous les humains qui sentent la nuit les remplir,
nous te prions, Seigneur, afin que ta lumière brille pour eux,
que la voix des anges chantent pour eux aussi,
et qu’ils partagent la joie des bergers.
Ouvre leurs yeux et les nôtres à ta véritable lumière.

Et ensemble nous prions : Notre Père…

Un enfant invite l’assemblée à un moment convivial de partage à l’extérieur (L’ange ?)
Et comme noël est une fête de partage, partageons quelque bredeles, pain d’épices et une boisson chaude pour se réchauffer : vin ou jus chaud

Crédit : Agathe Douay




Trésors de Noël

Fête de Noël des enfants  « Les trésors de Noël » préparée et vécue en Alsace.

Matériel : photophores+allumes-feu, moutons, banderole : « Lumière pour la terre, » grande crèche (bûches), rocking-chair-chair, 2 tapis, tricot, jeux pour enfants, bougie chauffe-plat

Personnages : GM / la grand-mère (elle guide le déroulement du culte) et  PE / les petits-enfants (ils lisent ou interviennent avec la grand-mère)

DEROULEMENT

Prélude (Musique de Noël) – orgue

Accueil

CHANT 1 de l’assemblée : Peuple qui marchez ARC 316, 3 strophes

 Une grand-mère, assise dans un rocking-chair devant l’autel, tricote. Ses petits-enfants jouent autour d’elle- assis sur un tapis, d’autres sont debout et font des jeux de mains.  2 enfants s’approchent de la grand-mère :

PE 1- Grand-mère, grand-mère ! on s’ennuie !

PE 2 – oui ! on s’ennuie ! on ne sait pas quoi faire, on aimerait sortir pour jouer !  les autres enfants écoutent et s’arrêtent de jouer.

GM – mes chéris, vous ne pouvez pas sortir, vous avez vu ce temps, vous allez être trempés ! et il fait froid… vous voulez que nous fassions quelque chose ensemble ?

PE 1- je ne sais pas…

PE 2 – on pourrait jouer au monopoly ?

PE 1 – bof, non …

PE 2- aux cartes ?

d’autres enfants répondent :

PE 3 – non…

GM – et si on faisait des gâteaux ?

PE 4- non…

PE 5 – et si grand-mère nous racontait une histoire ?

PE 1 – oui, ça c’est une super idée !

PE 2 – oui !

PE 3 – oh non, je préfèrerai jouer moi !

PE 1+2 – allez, viens NN, tu verras les histoires de grand-mère font toujours rêver!

PE 3 – D’accord !

GM – asseyez-vous ! Tenez, prenez des coussins et asseyez-vous confortablement autour de moi! … les enfants s’asseoient tous autour de leur grand-mère et l’écoutent…

GM- ah, je me souviens quand j’avais votre âge… j’adorais ces jours juste avant Noël. Mon frère et moi étions tout excités ! La maison sentait bon les bredele qui sortaient du four ; nous chantions les cantiques de Noël à tue-tête dans la cuisine avec ma maman, et ma grand-mère nous racontait des histoires… de belles histoires ! Tiens, j’y pense, j’ai une grande malle au grenier dans laquelle il me reste quelques souvenirs de Noël.  Si vous voulez, cherchez-là et je vous raconterai quelques  histoires, mais surtout l’histoire d’une nuit tout à fait hors du commun : la première  nuit de Noël. 2 enfants (les plus grands) cherchent la malle aux trésors de Noël 

GM – venez les enfants, posez-la ici et approchez-vous, Qui veut ouvrir la malle ?

PE1+2  – moi !

P 3 – moi !

P4 – non, moi !

GM – attendez-les enfants, doucement… vous allez tour à tour pouvoir en sortir un joli trésor de Noël ! Il doit sûrement y avoir des bougies de Noël dans la malle, on devrait commencer par cela, non ? NN, tu les trouves ? Parce qu’à Noël, nous fêtons la lumière, à Noël, les enfants, c’est Dieu qui s’approche de nous d’abord pour nous éclairer !

Les enfants cherchent, posent les photophores + banderole sur et autour de l’autel et les allument pendant ce temps:

CHANT 2 de l’assemblée : Toi qui es lumière ARC 318, 3 strophes

Choeur parlé (2 personnes)

1  Il fait nuit

2  nuit

1  Il fait noir

2 noir

1  Il faudrait une lumière

2  une grande lumière

1  très grande

2  Il faudrait un espoir

1  une espérance

2  très grande

1  Pour ne plus avoir peur

2  pour avancer

1  pour être joyeux d’une joie

2  très grande

silence

1  Dans la nuit de Béthléhem

2  nuit

1  Il fait noir

2  noir.

1  Pourtant, il y a une lumière

2  une petite lumière

1  très petite

2  il y a un espoir

1  une espérance

2  grande comme un enfant

1  très petit

2 Jésus

1  Jésus

2  Dieu avec nous

1  Dieu ?

2  avec nous !

1  Avec nous dans la nuit ?

2  nuit.

1  avec nous dans le noir ?

2  Une lumière

1  très grande

2  à partir d’un enfant

1  très petit

silence

2 Moi, je ne veux plus avoir peur

1  d’une grande peur

2  Moi, je veux être joyeux

1  d’une grande joie !

2  Moi, je veux avancer avec lui

1  lui, Jésus

2  Jésus

1  Dieu avec nous

2  avec nous !

GM – Qu’y a-t-il d’autres dans cette vieille malle ?

PE – des personnages en bois, grand-mère ! euh, c’est un monsieur et une dame, je crois !

GM – ah oui, je l’avais complètement oublié ! C’est la crèche que mon grand-père avait fabriquée quand j’étais petite, il s’appelait Olivier.

 L’enfant qui les tient les montre aux autres

les enfants :  waouaaah !

GM – vous savez mes chéris, à l’époque, on n’avait pas grand-chose, mais mon grand-père avait usé de ces talents de bricoleur pour nous fabriquer une jolie crèche à mon frère. C’était bien, chaque année, le 24 décembre, quand nous ouvrions les yeux au matin, nous trouvions avec surprise un sapin décoré dans la Stub’ et la crèche posée sur le buffet. On nous racontait des histoires sur comment ce sapin était arrivé chez nous durant la nuit, le CHRISTKINDEL était dans le coup bien sûr, mais vous savez, je crois bien que mes parents ne devait pas dormir beaucoup ces nuits-là…. Mais revenons à nos moutons, euh non d’abord à nos personnages… alors vous savez qui sont cet homme et cette femme ?

PE 1-2 – non !

P5 – moi si, je sais, c’est Marie et Joseph !

GM – oui, c’est ça ! Voici Marie et Voici Joseph (les montrer), et vous connaissez leur histoire ? certains enfants font signe que « non », d’autres haussent les épaules

GM – Attendez, je vais vous la raconter. Tiens, NN, il doit y avoir un gros livre dans la malle ; vous le trouvez ? (1-2 enfants cherchent la Bible) C’est ma Bible, je l’ai reçu au catéchisme il y a bien longtemps – rohh ! je ne devrais pas la laisser dans cette malle –à partir de ce jour, c’est décidé, nous la lirons ensemble de temps à autres ! Parce que, voyez-vous, cette histoire de Marie et Joseph, elle se trouve dans la Bible – comme beaucoup d’autres histoires passionnantes d’ailleurs !  L’histoire de Marie et Joseph se trouve au commencement de l’évangile de Luc… GM trouve la page et essaye de lire,

GM – Oulala, NN, il me faut mes lunettes stp ! je n’y vois rien… Elle les met, les soulève, les remet, fait la grimace ; mais n’y voit rien !

GM – Ça n’est guère mieux, sinon, NN et NN , lisez-nous lire les premiers versets svp ?

-> Lire Luc 1, 26 à 35 (annonce naissance) et Luc 2, 1 à 5 (recensement à Béthléhem) et Mise en place des personnages de la crèche « Marie et Joseph » par 1 enfant

GM – Qu’y a-t-il encore dans la malle, je ne me souviens plus…

PE – Sortir un 2e livre – tiens grand-mère, c’est encore une Bible ?

GM – non ! c’est un livre de prières. Ma grand-mère priait beaucoup avec moi ! c’est elle qui m’a tout appris : les prières de table, la prière du matin, la prière du soir et des chants aussi ! Notre pasteur disait que prier et chanter font partie des préparatifs de Noël… il y a les bredele et les décorations pour nous redire l’histoire de Noël, mais prier et chanter, ça nous aide à nous préparer « intérieurement », et c’est important aussi pour nous rendre disponible à la joie et la paix de Noël et, peut-être aussi à la présence de Dieu.c’est d’ailleurs peut-être même -ça- le plus important en fin de compte! Oui c’est peut-être ça dont notre monde a besoin aujourd’hui, de ré-entendre un message de paix et d’espérance. Oh et moi qui n’y voit rien, NN, prie avec nous !

Prière en alsacien Herr, loss Wihnàchte werre! Nitt numme die zwei, drej Däj uf ’em Kàlender, àwwer Wihnàchte in uns, dàss mer üs frohem Herze dich lowe un dir dànke kenne. Loss Wihnàchte werre bi denne, wo gànz in sich verschlosse sinn un nimmeh mit àndere Mensche verkehre! Loss Wihnàchte werre bi denne, wo sich zefridde genn mit ihrem Läwe, so wie’s hit isch, un sich nitt vorstelle kenne, dàss es au àndersch kennt sinn! Loss Wihnàchte werre fer die, wo mitenànder g’händelt hàn un  üsenànderläwe  – loss sie inne werre, dàss dü g’komme bisch, fer Fridde ze stifte un Fridde ze schenke! Loss Wihnàchte werre fer die, wo sich Sorje màche um ihri G’sundheit, um e Mensch, wo se lieb hàn – loss se wisse, dàss dü noht bi de Krànke bisch! Loss Wihnàchte werre bi denne, wo Màcht hàn, dàss sie àn d’Schwàche, àn d’Kleine denke, wo sàtt sinn, dàss sie àn die denke, wo Durscht un Hunger hàn, wo froh sinn, dàss sie àn die denke, wo trüürig sinn. Vàtter, loss in uns Wihnàchte werre, denn uf e gewissi Art g’heere mer jo e bissel züe àlle! Amen.

Chant 3 de l’assemblée : O nuit bienveillante AL 32/23 ou ARC 352 , 3 strophes

PE 5 Sort les habits de bergers et les met  Regarde Grand-mère, ce que j’ai trouvé ! on dirait un déguisement ?

PE 4  et moi, j’ai trouvé des moutons, il sont trop mignooooooons !

GM – ah oui, c’était l’habit de berger que portait mon frère le soir de Noël à l’église, et ma mère lui avait fabriqué ce joli petit mouton. Chaque année, nous préparions la fête de Noël avec Sylvie, tu sais elle habite rue d’Ingwiller, elle est âgée maintenant ! C’est nous qui jouions la crèche à l’église! Oh, ce sont de beaux souvenirs ! Je me souviens qu’elle nous faisait tout apprendre par cœur… vous connaissez l’histoire des bergers, dites moi ?

NN,– continue notre histoire : -> Lire Luc 2, 8-14

Chant des enfants : Les anges de nos campagnes

GM – bravo les enfants, c’est magnifique ! vous êtes des anges !

INTERLUDE MUSICAL

GM – Y a-t-il encore qqch dans notre malle, les enfants ? je ne crois pas que nous soyons déjà prêts  (sourire) mon petit doigt me dit qu’il manque des personnages dans la crèche…

les enfant sortent les bergers, l’âne et le bœuf, les montrent à la GM et à l’assemblée et les installent – Mise en place des autres personnages de la crèche : bergers+âne+boeuf

GM – ah ben voilà : les bergers, l’âne, le bœuf…

PE 3 – un âne et un bœuf ? quelle étrange histoire grand-mère?

PE 1 – et pourquoi pas un chameau pendant qu’on y est !

GM (souriant)– le chameau viendra plus tard avec les mages NN

PE 2- grand-mère,  si les bergers sont dans la crèche, c’est qu’ils ont bien trouvé le petit enfant cette nuit-là ?

GM – attendez, nous allons écouter la fin de l’histoire…

-> Lire Luc 2, 6-7 + 15 à 20

GM –  vous avez entendu comment s’appelle le petit enfant qui est né cette nuit-là dans une crèche ?

PE 1+2+3+4+5 – Jésus ?

GM – oui Jésus, c’est bien cela ! Mettez-le dans la crèche !  Mise en place du personnage central de la crèche : JESUS 

Chant 2 des enfants: Il est né le divin enfant AL 32/29

Un enfant va jeter un œil dans la malle… il reste encore quelquechose ….  Sortir l’étoile – il la montre aux autres ! – Grand-mère, regarde ce que j’ai encore trouvé !

PE 3 – oh une étoile ! elle est belle !

PE 5 – c’est toi qui l’a faite grand-mère ?

GM – non, c’était ma voisine Christiane! je me souviens d’elle, c’est elle qui s’occupait des fleurs dans le village, et elle était très douée en bricolage ! une année, à Noël, c’est moi qui devais faire l’étoile, et comme je n’étais pas très douée de mes doigts, je suis allée la voir… !  je vais demander à l’un de tes cousins  de continuer l’histoire :

> NN – Lire Matthieu 2, 1 à 11

GM –NN, met-la joliment au-dessus de la crèche !

Un enfant, à côté de la malle : – doit-on aussi mettre les rois mages dans la crèche, grand-mère ? ils sont là dans la malle !

GM – non NN, tu sais, c’est à l’Epiphanie, que nous fêtons la venue des mages, alors, on les ajoutera à ce moment-là ! Alors, dimanche prochain, je vous donne RDV à tous ici, et nous finirons d’installer ensemble notre belle crèche !

CHANT 4 de l’assemblée : Stille Nacht EG 46, 3 strophes

 ANNONCES sur les feuilles  + Offrande dans les bancs  pendant INTERLUDE MUSICAL à la flûte (Valérie+amie)

 Prière Notre Père

Bénédiction

 Verre de l’amitié 

Crédits : Agathe Douay




LE NOËL DES NOTES

Une saynète musicale pour la fête de Noël.

Matériel nécessaire: un jeu de cloches, ou des lamelles de xylophone, ou des bouteilles en verre remplies d’eau accordées, ou autre selon la disponibilité.
Matériel de bruitages divers (couvercles de casserole, sifflets, klaxon, crécelle…)
Personnages: Narrateur, Dieu, des notes, le public
Crédits: Bruneau Jousselin & CieEPUB Chapelle Royale

Narrateur (au pupitre):
Avant le début des temps, avant que rien n’existe, Dieu avait toujours mal à la tête. Il y avait dans sa tête un tohubohu incroyable : toutes les notes du monde y étaient mélangées, et une incroyable cacophonie régnait en seul maître.
Les notes voletaient tels des moustiques insupportables.(les notes : les enfants avec un t-shirt sur lequel une note est inscrite) entrent de toutes les portes et se répandent dans la chapelle, autour des gens, en faisant des bruits doux, mais grandissants)
Les notes dans sa tête tourbillonnaient, sans jamais s’accorder !
Sans accord, mais en cri !!!
Le chœur des notes(éparpillées dans la chapelle) :
(Cacophonie – sonneries de tel, sirènes de police, klaxons, etc…)
Dieu(en haut dans la chaire) :
Ahhhhhh !!!!! Ahhhh !!!!! arrêtez !!!!! Je n’en peux plus !!! je souffre !!!
(Les notes s’arrêtent un moment)
Je ne peux ni dormir !ni lire ! ni penser ! ni étudier ! ni rêver ! c’est comme ça depuis toujours !!! Je n’en peux plus !!!
Narrateur :
Les notes reprirent leurs cacophonies et courses éparses en électrons libres (course + cacophonie partout dans la chapelle).
Puis Dieu eut une idée…
Dieu : STOP !!! STOOOOOP !!!!!!!!!!(arrêt des notes)
Il faut mettre de l’ordre ! arrêtez d’aller en tous sens !! Qu’il y ait au moins de l’alternance !!! Rien n’est plus possible sans silence !
Narrateur : Il proposa aux notes de commencer à battre un rythme (désigne les 2 groupes).
(Sentence créatrice) Il y eut le 1, il y eut le 2…
Dieu : Et 1, Et 2,Et 1, Et 2, Et 1, Et 2
(pendant ce temps 2 groupes de notes g1 et g2 alternent un rythme)
Narrateur : Et Dieu trouva que cela était bien et bon ! Il kiffa !
Dieu : ah ! Voilà, c’est bien et bon ! c’est mieux !! Je kiffe.… mais je sens que cela ne suffit pas…
Vous là, les deux amis-croches, venez par ici !
(Deux notes montent sur l’estrade)
Ne vous accrochez pas sans cesse, accordez-vous et ne tournez pas en ronde ni en blanche ni en noire !!!
(les deux notes prennent des maillets)
Narrateur : Les deux notes commencèrent un début très furtif de mélodie. Fa # et Sol.
(stardrum ou lamelles)
Dieu : Oui c’est très bien, ça…
Narrateur : Mais tout d’un coup, les notes jalouses de cette harmonie soudaine reprirent leur cacophonie et leurs courses effrénées de plus belle. (cacophonie)
Narrateur : Après avoir pris quelques aspirines, Dieu s’écria dans un nouveau souffle salvateur : STOOOP !
Dieu : STOPPPP ! Vous aussi vous allez jouer ! ne soyez pas jaloux et désordonnés…
Y a-t-il un « la » ? Y a-t-il un « mi » ? Parmi vous pour sauver l’harmonie sur cette terre ?
Une note: Moi ! j’ai un ré !!!
Dieu : Plus tard le ré !
La et Mi, venez ici. (La et Mi montent sur l’estrade et jouent)
Narrateur : Dieu trouva que cela était vachement bien.
Dieu: Pour finir ne partez pas vous deux. Ré et do ! Nous avons besoin de vous !
Narrateur : Laissez venir à Dieu les petites notes !

  • (4 premières portées Alleluia 45/21, p 706 + 1 fois chantée par l’assemblée + guitare + chant)
    Narrateur :décidément, c’était carrément dément. Mais la nature vibratoire du chaos repris le dessus et chaque note voulait jouer en même temps… plus personne ne s’écoutait. Le chaos revint en un claquement de crécelle (et il agite la crécelle)
    Notes : (phrases à distribuer)
  • J’en ai marre du bazar
  • Oui, marre…
  • Moi aussi z’en ai marre du bazar
  • Seigneur pardonne tous nos bémols mis dans ton projet
  • Pardonne les contretemps impromptus
  • Pardonne nos dièses kamikazes
  • Et nos dissonances assonantes
  • Nous ne savons nous accorder : pardonne-nous
  • Pardonne nous !
  • Donne nous la clé, la bonne clé, accorde nous
  • Nous voulons t’enchanter,
  • Nous voulons tous chanter

(chant Alleluia 31/28 p.339 – guitare + chant)
Narrateur : Dieu vous a entendu, Dieu vous entend,
Il envoie vers vous des messagers pour composer la grande partition de la vie.

(chant Alleluia 31/32 p.346 – orgue + assemblée)
Narrateur :
Dieu le Musicien vous a entendu, il vous entend. Il vient lui-même vous visiter.
(Les notes vont au centre de l’estrade et regardent toutes vers la porte d’entrée de la chapelle)
Il viendra de là où vous ne l’attendez pas (Les notes se mettent en cercle fermé au centre de l’estrade)
Dieu: Je suis déjà là. Je suis avec vous. Je suis parmi vous.
(Les notes, en cercle,jouent les 2 premières mesures de Voici Noël)
Les notes se retournent et disent les paroles de
Voici Noël, en français – BJ arpèges.
Les notes: Voici Noël, Ô douce nuit !, L’étoile est là, Qui nous conduit.
Allons tous avec les mages Porter à Jésus Nos hommages.
Car l’enfant nous est né, Le Fils nous est donné.
Voici Noël, Ne craignons pas, Car Dieu nous dit :Paix ici-bas,
Bienveillance envers tous les hommes.Pour nous aussi,Tels que nous sommes,
Un Sauveur nous est né, Le Fils nous est donné.

Narrateur ( + si possible orgue et flûte) Au commencement était la Voix
et la Voix résonnait dans le Compositeur, et la Voix était le Compositeur.
Tout fut par elle et rien de ce qui fut ne fut sans elle.
Elle était la mélodie et la mélodie était l’harmonie des notes,
et l’harmonie resplendit dans le tintamarre, et le tintamarre ne l’a pas saisie.
Il y eut un chantre envoyé du Compositeur,
Il vint en témoin pour rendre témoignage à l’harmonie afin que tous chantent par lui.
Il n’était pas l’harmonie mais il devait rendre témoignage.
La Voix était la véritable harmonie qui, en venant dans la partition, illumine toute note.
Elle était dans la partition, et la partition fut par elle, et la partition l’a altérée.
Elle est venue sur sa propre portée, et ses notes l’ont altérée.
Mais à celles qui l’ont perçue, à celles qui l’on écoutée,
elle a donné le pouvoir de devenir les chœurs célestes du Compositeur.
Et la Voix s’est faite chant, et elle a psalmodié parmi nous,
et nous avons vu sa clé que, Voix unique pleine de grâce et de profondeur,
elle tient du Maître.
Le chantre lui rend témoignage et déclame:
« Voici celle dont j’ai dit « après moi vient une note qui m’a devancé »,
parce que avant moi elle résonnait ».
De sa plénitude, tous, nous avons reçu et grâce sur grâce.
Si la mesure fut donnée par le chef, le rythme et les variations sont venus par le Musicien.
Personne n’a jamais joué le Compositeur;
Le Compositeur, la Voix qui est dans le sein du Maître, nous l’a dévoilé.

(chant Alleluia 32/30 p.384 en anglais – guitare + chant + orgue +…)




Joseph …de nouveau réconcilié

Joseph : de nouveau réconcilié avec l’aide de Dieu (Genèse 37 – 49) 

crédit image: Pascale ROZE

Un après-midi des écoles bibliques du consistoire Boucles de la Seine Ouest / EPUDF région parisienne.

 

 

 

Le déroulement : 

12:15           Pique-nique  tiré du sac et jeux 

13:45     Accueil 

14:00     Récit de Joseph et chants 

14:30 à 16:30   Ateliers de découvertes 

16:30     Goûter et présentation du chant de la journée aux familles 

17:00     Fin et retour à la maison

Les étapes plus détaillées : 

  • Accueil et Conte

Nous avons aménagé un décor dans la salle où étaient accueillis les enfants. D’un côté un mannequin habillé de façon orientale, une tente nomade et un puits. De l’autre côté des colonnes avec une décoration égyptienne, signifiant le palais du pharaon. 

 

 

 

 

 

 

 

Enfants et adultes présents ont reçu un livret pour l’après-midi, dans lequel ils trouvent les paroles du chant, ainsi que des pages à remplir au fur et à mesure des ateliers.

livre contenu noir et blanc


Nous avons commencé par chanter tous ensemble : « Seigneur, nous arrivons des quatre coins de l’horizon ». https://youtu.be/xKpYf_XT5xQ

Ensuite, assez vite, une conteuse biblique, Liliane COLAU, nous a présenté toute l’histoire de Joseph et de ses frères. 

Voici la narration biblique qu’elle met gentiment à notre disposition. 

HISTOIRE DE JOSEPH Liliane C

Après la narration, nous avons formé des groupes d’environ 5 à 8 enfants accompagnés d’adultes pour les faire tourner dans les ateliers. 

 

 

 

  • Les  Ateliers 

Astuce : Un animateur est désigné pour dispatcher les groupes vers les ateliers. Il indique à chaque groupe par quel atelier commencer. Il circule dans les ateliers pour annoncer le temps qu’il reste (20 minutes maxi dans chaque atelier) et leur annonce l’étape suivante. 

Le fil rouge : Dans chaque atelier, les enfants ont une robe à coller dans leur livret. Les tuniques changent au fil de l’histoire : la tunique colorée au départ, va être tachée ensuite, changée contre une tunique égyptienne, etc.

  1. Joseph et ses frères  :  Gen 37, 2 – 12 

1Jacob s’installa au pays de Canaan, dans la région où son père avait séjourné. 2Voici l’histoire des fils de Jacob. Joseph était un adolescent de dix-sept ans. Il gardait les moutons et les chèvres en compagnie de ses frères, les fils de Bila et de Zilpa, femmes de son père. Il rapportait à son père le mal qu’on disait d’eux. 3Jacob aimait Joseph plus que ses autres fils, car il l’avait eu dans sa vieillesse. Il lui avait donné une tunique de luxe. 4Les frères de Joseph virent que leur père le préférait à eux tous. Ils en vinrent à le détester tellement qu’ils ne pouvaient plus lui parler sans hostilité.

5Une fois, Joseph fit un rêve. Il le raconta à ses frères, qui le détestèrent encore davantage.6« Écoutez mon rêve, leur avait-il dit : 7Nous étions tous à la moisson, en train de lier des gerbes de blé. Soudain ma gerbe se dressa et resta debout ; toutes vos gerbes vinrent alors l’entourer et s’incliner devant elle. » — 8« Est-ce que tu prétendrais devenir notre roi et dominer sur nous ? » lui demandèrent ses frères. Ils le détestèrent davantage, à cause de ses rêves et des récits qu’il en faisait.

9Joseph fit un autre rêve et le raconta également à ses frères. « J’ai de nouveau rêvé, dit-il : Le soleil, la lune et onze étoiles venaient s’incliner devant moi. » 10Il raconta aussi ce rêve à son père. Celui-ci le réprimanda en lui disant : « Qu’as-tu rêvé là ? Devrons-nous, tes frères, ta mère et moi-même, venir nous incliner jusqu’à terre devant toi ? » 11Ses frères étaient exaspérés par lui, mais son père repensait souvent à ces rêves.

  1. un retour sur le récit : les enfants sont invités avec le matériel proposé à illustrer ce qu’ils ont entendu. Les plus petits dans le groupe font l’étape des étoiles ou des gerbes, les plus grands écrivent dans les bulles. 
 

un carton bleu, puis le soleil, la lune et des étoiles découpés 

que les enfants placent

face au verset biblique mis à leur disposition

 

un carton avec un champs et un ciel bleu, des gerbes de blé (des spaghetti coupés et mis ensemble) pour illustrer le verset biblique

une feuille blanche, des pions dont un avec une robe colorée, les enfants remplissent les bulles de textes en indiquant ce que pensent les frères de Joseph

Bricolage :  Chaque enfant décore une tunique pour la coller ensuite dans son livret.  

 

 

 

 

 

2)  Joseph jété au  puit et vendu  Gen 37, 12 – fin 


12Les frères de Joseph se rendirent dans la région de Sichem, pour y faire paître les moutons et les chèvres de leur père. 13Un jour Jacob dit à Joseph : « Tes frères gardent le troupeau près de Sichem. Va les trouver de ma part. » — « Oui, père », répondit Joseph. 14Jacob reprit : « Va voir s’ils vont bien, ainsi que le troupeau. Puis tu m’en rapporteras des nouvelles. »  (…) 

18Ceux-ci le virent de loin. Avant qu’il les ait rejoints, ils complotèrent de le faire mourir,19se disant les uns aux autres : « Hé ! voici l’homme aux rêves ! 20Profitons-en pour le tuer. Nous jetterons son cadavre dans une citerne et nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré. On verra bien alors si ses rêves se réalisent. » 21Ruben les entendit et décida de sauver Joseph. « Ne le tuons pas ! » dit-il. 22Puis il ajouta : « Ne commettez pas un meurtre ; jetez-le simplement dans cette citerne du désert, mais ne le tuez pas. » Il leur parlait ainsi afin de pouvoir le sauver et le ramener à son père.

23-24Dès que Joseph arriva près de ses frères, ils se saisirent de lui, le dépouillèrent de sa belle tunique et le jetèrent dans la citerne. — Cette citerne était à sec, complètement vide. —25Puis ils s’assirent pour manger. Ils virent passer une caravane d’Ismaélites, qui venaient du pays de Galaad et se dirigeaient vers l’Égypte. Leurs chameaux transportaient diverses résines odoriférantes : gomme adragante, baume et ladanum. 26Juda dit à ses frères : « Quel intérêt avons-nous à tuer notre frère et à cacher sa mort ? 27Vendons-le plutôt à ces Ismaélites, mais ne touchons pas à sa vie. Malgré tout, il est de notre famille, il est notre frère. » Ils donnèrent leur accord. 28Mais des marchands madianites, qui passaient par là, tirèrent Joseph de la citerne. Ils le vendirent pour vingt pièces d’argent aux Ismaélites, qui l’emmenèrent en Égypte. 29Lorsque Ruben alla regarder dans la citerne, Joseph n’y était plus. Ruben, désespéré, déchira ses vêtements, 30revint vers ses frères et s’écria : « Joseph n’est plus là ! Que vais-je faire maintenant ? »

31Les frères égorgèrent un bouc, prirent la tunique de Joseph et la trempèrent dans le sang. 32Ensuite ils l’envoyèrent à leur père avec ce message : « Nous avons trouvé ceci. Examine donc si ce n’est pas la tunique de ton fils. » 33Jacob la reconnut et s’écria : « C’est bien la tunique de mon fils ! Une bête féroce a déchiqueté Joseph et l’a dévoré. » 34Alors il déchira ses vêtements, prit la tenue de deuil et pleura son fils pendant longtemps. 35Tous ses enfants tentèrent de le réconforter, mais il refusa de se laisser consoler ; il disait : « Je serai encore en deuil quand je rejoindrai mon fils dans le monde des morts. » Et il continua de le pleurer.


Animation:  

Pour notre atelier, nous avons relu (dans une Bible pour enfants) le récit de Joseph jeté par ses frères dans la citerne,  puis vendu aux marchands, tout en faisant colorier des taches rouges sur la tunique découpée de Joseph. 

Puis construction de puits en Kapla, soit individuel, soit un grand puits collectif. 

Et une bonne dizaine de questions D’ACCORD/PAS D’ACCORD sur cette partie du récit, réponses orales avec les grands et avec assiettes en carton décorées d’un sourire sur une face et d’une croix rouge sur l’autre pour les groupes plus jeunes pour que ce soit plus ludique.

On terminait en faisant remarquer que Dieu était avec Joseph dans toutes les situations.

 

3) Joseph chez Potiphar et prison Gen 39 et 40 

Gen 39, 1Les Ismaélites qui avaient emmené Joseph en Égypte le vendirent à un Égyptien nommé Potifar. Ce Potifar était l’homme de confiance du Pharaon et le chef de la garde royale. 2Le Seigneur était avec Joseph, si bien que tout lui réussissait. Joseph vint habiter la maison même de son maître égyptien. 3Celui-ci se rendit compte que le Seigneur était avec Joseph et faisait réussir tout ce qu’il entreprenait. 4Potifar fut si content de lui qu’il le prit à son service particulier ; il lui confia la responsabilité de sa maisonnée et l’administration de tous ses biens. 5Dès lors, à cause de Joseph, le Seigneur fit prospérer les affaires de l’Égyptien ; cette prospérité s’étendit à tous ses biens, dans sa maison comme dans ses champs. 6C’est pourquoi Potifar remit tout ce qu’il possédait aux soins de Joseph et ne s’occupa plus de rien, excepté de sa propre nourriture. Joseph était un jeune homme beau et charmant.

  • robe égyptienne simple de serviteur / un Joseph de nouveau souriant 

7Au bout de quelque temps, la femme de son maître le remarqua et lui dit : « Viens au lit avec moi ! » — 8« Jamais, répondit Joseph. Mon maître m’a remis l’administration de tous ses biens, il me fait confiance et ne s’occupe de rien dans sa maison. 9Dans la maison, il n’a pas plus d’autorité que moi. Il ne m’interdit rien, sauf toi, parce que tu es sa femme. Alors comment pourrais-je commettre un acte aussi abominable et pécher contre Dieu lui-même ? » 10Elle continuait quand même à lui faire tous les jours des avances, mais il n’accepta jamais de lui céder. (…)

17Elle raconta là son mari: « L’esclave hébreu que tu nous as amené s’est approché de moi pour me déshonorer. 18Mais dès que j’ai crié et appelé, il s’est enfui en abandonnant sa tunique à côté de moi. » 19Lorsque le maître entendit sa femme lui raconter comment Joseph s’était conduit avec elle, il se mit en colère. 20Il fit arrêter et enfermer Joseph dans la forteresse, où étaient détenus les prisonniers du roi. Joseph se retrouva donc en prison.

Animation : 

Jeu : Coller une image égyptienne en double sur du carton et découper des parts identiques. Le jeu consiste par groupe de deux à reconstituer au plus vite son image. Qui est plus rapide ? 


L’image permet de découvrir et d’identifier la mode égyptienne. 

 

 

 

 

 

 

Bricolage : 

Les enfants reçoivent deux modèles de tuniques neutres. A eux de décorer une tunique façon égyptienne et l’autre façon prisonnier suivant les modèles mis à leur disposition. 

 

 

 

 

 

 

Echange : Les animateurs reviennent avec les enfants sur cette partie de l’histoire. C’est un mensonge qui a fait que Joseph se retrouve en prison. Ce n’est pas juste. 

4) Joseph premier ministre : Gen 41, 1 – … et  37 – 57 … il permet la vie 


Joseph sait interpréter des rêves : il ne boude pas de son destin, mais essaie encore de faire ce qui est possible … c’est cela (avec l’aide de Dieu) qui le fait sortir 

1Deux ans plus tard, le Pharaon fit un rêve : il se trouvait au bord du Nil, 2il vit sortir du fleuve sept belles vaches bien grasses, qui se mirent à brouter l’herbe de la rive. 3Puis sept autres vaches affreusement maigres sortirent à leur tour du fleuve et rejoignirent les premières sur la rive ; 4les vaches maigres dévorèrent les vaches grasses. A ce moment, le Pharaon se réveilla.  5Il se rendormit et fit un second rêve : il voyait sept beaux et gros épis de blé qui poussaient sur la même tige. 6Ensuite poussèrent sept autres épis, tout rabougris et desséchés par le vent du désert. 7Les épis rabougris engloutirent les épis beaux et bien remplis. Alors le Pharaon se réveilla et se rendit compte qu’il avait rêvé.

8Dès qu’il fit jour, le Pharaon tout inquiet fit appeler tous les devins et les sages d’Égypte. Il leur raconta ce qu’il avait rêvé, mais personne ne put lui dire ce que cela signifiait. 9Alors le chef des échansons déclara : « Majesté, je vais rappeler mes fautes passées. 10Un jour, tu t’étais mis en colère contre le chef des boulangers et contre moi, et tu nous avais enfermés dans la prison du chef de la garde royale. 11Nous avons fait tous les deux un rêve la même nuit, chaque rêve ayant son propre sens. 12Dans la prison se trouvait avec nous un jeune esclave hébreu, qui était au service du chef de la garde. Nous lui avons raconté nos rêves, et il nous en a donné le sens, en expliquant à chacun son propre rêve. 13Eh bien, les choses se sont passées exactement comme il nous l’avait prédit : on m’a rétabli dans mes fonctions, et le chef des boulangers a été pendu. »

(…) 25Joseph dit au Pharaon : « Tes deux rêves ont le même sens. Dieu t’avertit ainsi de ce qu’il va faire. 26Les sept belles vaches et les sept beaux épis représentent sept années. C’est donc un seul rêve. 27Les sept autres vaches, chétives et affreuses, et les sept épis rabougris, desséchés par le vent, représentent aussi sept années, mais des années de famine.28C’est bien ce que je te disais : Dieu t’a montré ce qu’il va faire. 29Ces sept prochaines années seront des années de grande abondance dans toute l’Égypte. 30Ensuite, il y aura sept années de famine, qui feront perdre tout souvenir de l’abondance précédente. La famine épuisera le pays. 31Elle sera si grave qu’on ne saura plus ce qu’est l’abondance. 32Ton rêve s’est répété sous deux formes semblables, pour montrer que la décision de Dieu est définitive et qu’il ne va pas tarder à l’exécuter. 33Alors, que le Pharaon cherche un homme intelligent et sage, et lui donne autorité sur l’Égypte. 34Nomme aussi des commissaires chargés de prélever un cinquième des récoltes du pays pendant les sept années d’abondance.35Qu’ils accumulent des vivres pendant les bonnes années qui viennent, qu’ils emmagasinent sous ton contrôle du blé dans les villes, pour en faire des réserves. 36L’Égypte aura ainsi un stock de vivres pour les sept années de famine, et le pays échappera au désastre. »

37La proposition de Joseph parut judicieuse au Pharaon et aux gens de son entourage ;38le Pharaon leur dit : « Cet homme est rempli de l’Esprit de Dieu. Pourrions-nous trouver quelqu’un de plus compétent que lui ? » 39Puis il dit à Joseph : « Puisque Dieu t’a révélé tout cela, personne ne peut être aussi intelligent et sage que toi. 40Tu seras donc l’administrateur de mon royaume, et tout mon peuple se soumettra à tes ordres. Seul mon titre de roi me rendra supérieur à toi. 41Je te donne maintenant autorité sur toute l’Égypte. » 42Le Pharaon retira de son doigt l’anneau royal et le passa au doigt de Joseph ; il le fit habiller de fins vêtements de lin et lui passa un collier d’or autour du cou. 43Il le fit monter sur le char réservé à son plus proche collaborateur, et les coureurs qui le précédaient criaient : « Laissez passer ! » C’est ainsi que le Pharaon lui donna autorité sur toute l’Égypte.

(…) 

53En Égypte les sept années d’abondance prirent fin. 54Alors commencèrent les sept années de famine, comme Joseph l’avait annoncé. La famine s’étendit à tous les pays, mais en Égypte il y avait des réserves de vivres. 55Quand les Égyptiens commencèrent à souffrir de la faim, ils réclamèrent au Pharaon de quoi manger. Celui-ci répondit à l’ensemble de la population : « Adressez-vous à Joseph et faites ce qu’il vous dira. » 56La famine devint générale dans le pays. Joseph fit alors ouvrir les entrepôts et vendre du blé aux Égyptiens. Puis la famine s’aggrava encore en Égypte. 57On y venait aussi de tous les pays pour acheter du blé à Joseph, car la famine sévissait durement partout.


Animation

 

Jeu : Course-relais. Cet atelier en plein air permet aux enfants de se défouler un peu. 

Joseph reçoit une nouvelle et belle tunique de Pharaon et devient fonctionnaire sur toute l’Egypte.

Deux boîtes contenant chacune une tunique, un collier, une ceinture et une couronne sont placées l’une à côté de l’autre à même distance d’une ligne de départ. Le groupe se sépare en deux colonnes distinctes. Le premier de chaque colonne part vers sa boîte pour y prendre un objet, le rapporte au deuxième qui repart avec l’objet pour en prendre un autre, le donne au troisième qui repart avec les deux objets pour un autre ainsi de suite… jusqu’à vider la boîte. Le dernier se retrouve avec les quatre éléments qu’il doit enfiler et peut se faire aider par son équipe. Le premier habillé a gagné ! Ce jeu a pu se faire plusieurs fois pour permettre à chaque enfant de se costumer.

Bricolage : Dessiner la tunique avec ses atours sans oublier la bague reçue de Pharaon.

 5) Joseph et la réconciliation : Gen 45 

1Alors Joseph, incapable de contenir son émotion devant les gens de son entourage, leur ordonna de sortir. Ainsi était-il seul avec ses frères quand il se fit reconnaître d’eux. 2Mais il pleurait si fort que les Égyptiens l’entendirent, et que la nouvelle en parvint au palais du Pharaon. 3Joseph dit à ses frères : « C’est moi Joseph ! Mon père est-il encore en vie ? » Mais ses frères furent tellement saisis qu’ils furent incapables de lui répondre. 4« Approchez-vous de moi », leur dit-il. Ils s’approchèrent. Joseph reprit : « C’est moi Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour être emmené en Égypte. 5Ne vous tourmentez pas et ne vous faites pas de reproches pour m’avoir vendu ainsi. C’est Dieu qui m’a envoyé ici à l’avance, pour que je puisse vous sauver la vie. 6Il y a déjà eu deux années de famine dans le pays, mais pendant cinq années encore on ne pourra ni labourer la terre ni récolter les moissons. 7Dieu m’a donc envoyé dans ce pays avant vous, pour que vous puissiez y avoir des descendants et y survivre ; c’est une merveilleuse délivrance. 8Ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais Dieu. Et c’est encore lui qui a fait de moi le ministre le plus puissant du Pharaon, responsable du palais royal et administrateur de toute l’Égypte. 9Maintenant dépêchez-vous d’aller dire à mon père : “Voici le message que t’adresse ton fils Joseph : Dieu a fait de moi le maître de toute l’Égypte. Viens chez moi sans tarder. 10Tu t’installeras dans la région de Gochen avec tes enfants, tes petits-enfants, ton bétail, moutons, chèvres et bœufs, et tous tes biens. Tu seras ainsi tout près de moi. 11Ici je te fournirai des vivres, pour toi, ta famille et tes troupeaux, afin que vous ne manquiez de rien, car il y aura encore cinq années de famine.”  »  12Et Joseph ajouta : « Vous voyez bien, et toi en particulier, Benjamin, que c’est moi qui vous parle. 13Allez donc dire à mon père quelle importante situation j’occupe en Égypte, et racontez-lui tout ce que vous avez vu. Ensuite dépêchez-vous de l’amener ici. » 14Joseph se jeta au cou de Benjamin, et tous deux s’embrassèrent en pleurant. 15Joseph pleurait aussi en embrassant ses autres frères. Alors seulement ils osèrent lui parler.

Animation: 

  • Retour sur le récit : Joseph invite à la table et partage la nourriture.  Il invite à voir le bien et non le mal. C’était mauvais qu’il soit vendu et envoyé vers l’Egypte, mais finalement Dieu en a fait un bien : Joseph peut aider les autres.
  • Jeu : Course et parcours avec 11 gobelets remplis d’eau, qui arrive avec le plus d’eau à la fin ?

 

 

 

 

 

 

  • Bricolage :  Décorer sa propre tunique et puis la partager avec quelqu’un du groupe.

 

6)  Apprentissage Chant de Joseph  sur air   « Seigneur, nous arrivons … »   


Un atelier était réservé à l’apprentissage du chant de Joseph. 

Pour cela, nous avons donné un autre texte sur l’air de « Seigneur nous arrivons des 4 coins de l’horizon »

Refrain :

Joseph, tu es ami, parfois banni, c’est ça ta vie, 

oh quelle aventure, 

Joseph, tu restes ami, tu rends ravi, c’est ça aussi, 

grâce à ton Dieu. 

1- Joseph est le fils préféré de Jacob

Vêtu d’une tunique aux multiples couleurs

Ses frères le détestent pour les rêves qu’il fait

Et jaloux décident, 

de le faire disparaître.

2- Joseph est jeté dans une grande citerne

Joseph est vendu comme un simple esclave

Sa belle tunique déchirée et tâchée

Et se retrouva chez Monsieur Potiphar. 

3- Une jolie tunique, en mission sans misère, 

A cause d’un mensonge ira en prison

Ecoute les rêves et sait les expliquer, 

Avant d’écouter les rêves du Pharaon

4- Joseph a raison, 

sept années de famine

Joseph a raison pour celles d’abondance

Pharaon le nomme aux plus hautes fonctions

Et un jour ses frères s’inclinèrent devant lui

5- Joseph est ému en voyant Benjamin

Raconte à ses frères

toute la vérité

Dieu l’avait choisi pour leur sauver la vie

Jacob, sa famille, 

sont à nouveau amis. 

(texte : Solen Ricard et Christina Weinhold )

 

FIN :   Goûter et présentation du chant de la journée aux familles 




Petit pays

Gaël Faye a publié en 2016 son premier roman, primé par de nombreux titres, dont le Prix Goncourt des Lycéens. Il y expose la vie d’un petit garçon, Gabriel, 10 ans, natif du Burundi, avec un talent qui amène le lecteur à rire, sourire et pleurer… et à s’intéresser à ce petit pays qui a connu la si terrible guerre entre Hutus et Tutsis. Mais ce n’est pas ce que l’on retiendra en refermant ce petit trésor de livre !

Le prologue du livre est à découvrir ici

L’auteur a également écrit une chanson à propos de son pays… avec des images magnifiques. Une belle possibilité de faire découvrir la beauté du pays aux enfants.

En lien avec l’offrande des Ecoles du Dimanche 2018-2019




Psaume 1 actualisé

Voici une belle proposition d’actualisation du  psaume 1   présenté sous la forme d’un arbre ( voir le fichier ici Psaume_1). Proposition du pasteur Frédéric Gangloff, UEPAL.

 

 

 

Heureux

est l’humain

parmi les siens et sur ses chemins

QUI NE HURLE PAS AVEC LES LOUPS

Ne s’acharne pas à rendre les mauvais coups

Ne se laisse pas embarquer sur des sentiers tortueux

Ne danse pas au rythme de l’argent extorqué au plus miséreux

ET N’ENTRE PAS AU CONSEIL DES VIOLENTS ET DES OISEAUX DE MAUVAISE AUGURE

Il sait que son for intérieur est bien plus fort que ce qu’il ne montre à l’extérieur

Ce petit plus qu’il a au fond des tripes et qu’il médite à toutes les heures

Il n’hésite pas à sourire pour faire signe lorsque tout semble figé par la peur

ET SURVEILLE DAVANTAGE SON DISCERNEMENT QUE LES COURS DE SA LIGNE DE COEUR.

Heureuse est l’humanité qui entre en résistance et se prépare à la guerre

CONTRE TOUTES LES FORMES DE MISERES ET DE DEFIS AMERS

Elle espère une issue heureuse pour que chacun retrouve la liberté

ET PERMET A TOUS DE REDECOUVRIR LA DIGNITE ET LE RESPECT

Heureux est l’enfant qui ne reste pas en rade dans la rue comme seule issue

DONT L’ECRAN NE NOIE PAS LES DERNIERS SOUBRESSAUTS DE SON IMAGINATION ET LA TUE

Et qui n’est pas jugé au seul prix des résultats scolaires et de sa performance

ENTHOUSIASME ET CURIOSITE FONT DE LUI UN DE CEUX QUI SE LANCENT

Heureuse est l’église qui aventure son amour, sa confiance et son espérance

AU CÔTÉ DES HUMAINS DE TOUTES CONFESSION ET APPARTENANCE.

La Bonne-Nouvelle est son remède quand les maux font mal.

TOUS SONT COMME DES ARBRES PLANTÉS AU BORD D’UNE EAU VITALE

Qui donnent en leur temps un fruit au goût génial.

JAMAIS LEUR FEUILLAGE NE SE RIDE, JAMAIS LEUR COURAGE NE CÈDE.

Ils entreprennent de partager tout ce qui leur réussit

ET S’ENGAGENT A APPORTER LEUR AIDE AUX PLUS DEMUNIS

Tel n’est pas le sort

DES MOQUEURS

Qui tiennent

Debout pour

Un temps et

Qui fuient

LES ENNUIS

Et trichent

AVEC LES

SENTIMENTS.

Au moindre

Coup de vent

Ils restent en plan

A la racine, Dieu

Irrigue abondamment jeunes et vieux

 

 

(Adaptation du Psaume 1 – Frédéric Gangloff)