Point KT

Vous avez 62 résultat(s) pour votre recherche :

- Plateau TV des Rameaux

Cette petite saynète est facilement adaptable : on peut rajouter ou enlever des personnages. Il faut être minimum deux pour pouvoir la jouer : une personne qui présente ; et une personne qui joue les différent·es invité·es. L’idée de cette scène est de mettre en lumière toutes les personnes impliquées dans l’arrivée de Jésus à … Lire la suite

- Culte des rameaux

Ce culte de famille a été célébré le dimanche des rameaux à Belmont. Pour animer ce culte, les enfants de la paroisse ont fait une manifestation. Les rameaux de la foule qui accueillait Jésus entrant à Jérusalem disaient leur espérance. De la même façon, les enfants avaient réalisé des pancartes avec leurs revendications d’enfants pour … Lire la suite

- Les Rameaux

Culte des Rameaux avec un groupe d’enfants de 8 à 11 ans : Introduction au contexte de préparation de ce culte : Ce culte a été préparé avec un groupe d’enfants de l’enseignement biblique de la paroisse de Bernex-Confignon, Genève. Il est constitué essentiellement d’une saynète, rédigée par la ministre du lieu (Georgette Gribi), selon les besoins … Lire la suite

- Prière de pardon et geste symbolique des rameaux

Les branchages seront déposés au cours de la prière autour d’une grande croix réalisée en sarment de vigne                  Confession des péchés   Seigneur, devant toi nous reconnaissons que parfois nous t’accueillons comme les habitants de Jérusalem qui étaient prêts à agiter les rameaux de leur joie en … Lire la suite

- La fête des rameaux autrement… et à la maison !

En ce temps particulier, nous vous proposons une animation biblique à vivre en famille, chez soi pour les RAMEAUX. Compter environ 30 mn. Animation préparée par I. Taupier-Letage et L. Belling (animatrice du Service national de catéchèse de l’Epudf) Préparations  : Un animateur ou animatrice (nommé : A). Une Bible ou des copies du texte biblique. Imprimer le … Lire la suite

- Culte des Rameaux avec catéchumènes : Mon vêtement pour Jésus

Voici un culte pour tous les âges, préparé avec des catéchumènes pour les rameaux. A préparer : Un bon nombre de modèles de vêtements en tissus ou en papier à distribuer lors du culte, ainsi que des tissus en grand métrage à mettre par terre.     Accueil Nous tous qui sommes ici, souvenons-nous que … Lire la suite

- Le tentateur aux Rameaux

« Le tentateur aux Rameaux » est une narration,  à partir de Jean 12, 12-19 dans laquelle le pasteur Christian Kempf intègre le tentateur, pour faire ressortir la force et la mission de Jésus. La nouvelle s’était propagée à la vitesse des voyageurs de la Palestine de l’époque : à pieds, mais à pas rapides ! Comme quoi Jésus … Lire la suite

- Titâne et les Rameaux

« Titâne et les Rameaux » est une belle narration du récit de  Marc 11,1 à 11  imaginée par le pasteur Christian Kempf pour présenter aux petits -et aux grands- ce qui est à l’origine du « Dimanche des Rameaux ». Titâne tenait bon dans son projet, bien que tout le monde lui ait dit : « Tu es fou, Titâne ! … Lire la suite

- Culte des Rameaux avec l’âne qui rêvait d’être un cheval

rameaux 2015 - copie Petit Âne nous raconte l’entrée de Jésus à Jérusalem. Cheminons avec lui pour ce culte des Rameaux intergénérationnel où des rameaux reverdissent et se rassemblent pour qu’un « arbre » de mort deviennent arbre de vie…

Préparation : 

Découper des rameaux et des feuilles en feuille de mousse (modèle ci-joint). Les feuilles de mousse sont des plaques de caoutchouc souples et colorées, vendues au format papier standard (A4 ou A5 généralement) dans les boutiques de loisirs créatifs notamment. On peut également utiliser du papier coloré, mais les feuilles de mousse sont plus solides et surtout permettront que les feuilles tiennent bien sur le rameau (au contraire du papier qui glisse).

Peindre une grande croix sur un grand carton qu’on pourra accrocher au mur ou sur des panneaux d’exposition.

Prévoir du scotch double face.

Les enfants de l’école du dimanche avaient répété un chant : le psaume de la Création.

Les textes liturgiques ont été répartis parmi les catéchumènes et jeunes volontaires pour participer à l’animation du culte.

A l’entrée, chacun a reçu un « rameau » en feuille de mousse.

Dans des corbeilles, des « feuilles » en feuille de mousse. 

Déroulement du culte : 

  • Accueil : Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette église. Ce matin nous sommes rassemblés, petits et grands, jeunes et moins jeunes, rassemblés pour nous mettre en route : en route avec Jésus-Christ qui entre à Jérusalem, nous sommes donc en route à la suite d’un âne et avec en main, un rameau, symbolique, je vous l’accorde. Alors en route ! Et pour se mettre en route, quoi de mieux que de se lever et de chanter ?!
  • Cantique : Arc-en-ciel 212/1-3
  • Louange : (librement inspiré du psaume 69/31, 34-35)

Officiant : Entrons dans la louange et réjouissons-nous d’être réunis devant Dieu ! Par nos chants acclamons le Seigneur !

Assemblée : Dans nos louanges, proclamons sa grandeur !

Officiant : Car le Seigneur nous écoute, surtout lorsque nous sommes dans la peine.

Assemblée : Il ne rejette pas ceux qu’il aime, il ne les oublie pas.

Officiant : Que le ciel, la terre, les mers et tout ce qu’ils contiennent chantent la louange du Seigneur !

Et les enfants de l’EDD vont poursuivre la louange en chantant le Psaume de la création

  • Narration 1 : L’âne qui rêvait d’être un cheval (d’après Marc 11/1-8)

Ce jour-là, comme tous les autres jours, Petit Âne était attaché. La corde était assez longue pour lui permettre de manger l’herbe maigre et les broussailles qui lui râpaient la bouche. Il n’était pas malheureux, son maître le traitait plutôt bien, mais il souffrait parfois de ce qu’il entendait dire de lui et des frères de sa race : il était tout jeune, mais il savait déjà que lorsqu’un humain en traitait un autre d’âne, ce n’était pas un compliment ! 

Il regardait les humains de ses jeunes yeux et se demandait souvent pourquoi dans le langage des hommes, âne voulait dire bête, car s’il était bien un âne, il ne se trouvait pas bête. Après tout, il avait le pied sûr, même sur les chemins escarpés de Palestine, il était capable de porter de lourdes charges et il avait déjà son caractère : on ne lui faisait pas faire ce qu’il n’avait pas envie de faire. Son maître pouvait toujours le traiter de bourrique, et croyez-moi, il ne s’en privait pas, si Petit Âne avait décidé qu’il n’avancerait pas, et bien il n’avançait pas. A vrai dire, Petit Âne aurait tout aussi bien pu s’appeler Tête de Mule, mais il estimait qu’après tout, n’en déplaise aux humains, il était assez malin pour savoir ce qui était bon pour lui ou pas.

Ce jour-là donc, il était attaché, il mâchonnait un peu d’herbe en rêvant… et son rêve… son rêve, comme sûrement celui de beaucoup de ses frères de race, son rêve, c’était d’être un cheval, un cheval avec une crinière fine et soyeuse, un port de tête élégant et de l’allure. Etre un cheval noble et fier qui servirait de monture à un prince ou un roi, un cheval que les hommes admireraient et soigneraient, au lieu de le traiter de bourrique et de le charger des tâches les plus ingrates! 

Petit Âne était ainsi plongé dans ses rêves de gloire, lorsqu’il vit s’approcher deux hommes qui n’avaient pas vraiment fière allure : il remarqua tout de suite, leurs vêtements usés et leurs pieds salis par la poussière des chemins où ils avaient marché. Petit Âne se dit que cela n’annonçait rien de bon. 

L’un des deux hommes le détacha. Mais où allait-il donc l’emmener ? Son maître l’aurait-il vendu ?

Petit-Âne s’apprêtait à freiner de ses quatre sabots, pour ne pas suivre ces deux étrangers, lorsqu’il entendit son maître interpeller les deux hommes : « Eh, vous deux là-bas, pourquoi détachez-vous mon âne ? »

Très tranquillement, l’un des deux hommes répondit : 

« Le Seigneur en a besoin. »

Son maître ne dit plus rien et laissa faire les deux hommes. Petit Âne hésita. 

« Le Seigneur en a besoin ». Un seigneur qu’il ne connaissait pas avait besoin de lui, il l’avait choisi, lui, l’âne, la bourrique, au  lieu de choisir un cheval, c’est-à-dire une monture digne de son rang ? 

Plongé dans ses pensées, Petit Âne se laissa conduire par les deux hommes.

Les deux hommes l’amenèrent à un troisième à qui il s’adressait avec beaucoup de respect : parfois, ils l’appelaient par son prénom, Jésus, mais la plupart du temps, ils s’adressaient à lui ne lui disant « Seigneur » ou « rabbi », ce qui veut dire maître dans leur langue. Puis ils placèrent leurs manteaux sur le dos de Petit Âne et Jésus s’installa sur cette selle improvisée. 

Petit Âne était toujours perplexe et intrigué, mais il se sentait immensément fier d’avoir été choisi pour porter un homme important. Malgré son pelage gris et ses longues oreilles, il ressemblait peut-être un peu à un cheval finalement? Ou peut-être même qu’il était plus beau encore qu’un cheval ? 

Petit Âne faillit presque s’en persuader, car alors qu’ils approchaient de Jérusalem, les gens tout autour de lui étendirent leurs manteaux sur le chemin, d’autres y déposèrent de petites branches : il trouvait cela très étrange, mais il ne comprenait pas toujours ce que faisaient les hommes alors… En tout cas, les vêtements et les rameaux formaient comme un tapis doux pour ses sabots. 

Nous allons nous interrompre un moment et laisser Petit Âne à ses réflexions, car il est temps pour nous, de prendre notre rameau en main.

Regardez-le. Il est sec, sans vie.

  • Confession du péché : 

Seigneur, regarde-nous. En nous il y a tant de choses qui ressemblent à ce rameau sec : des jalousies, notre égoïsme, nos échecs, nos colères injustes, nos doutes, notre manque de foi, notre indifférence… Pardonne-nous. Aide-nous à comprendre qu’avec toi, notre vie serait tellement plus belle ! Amen.

  • Répons : O Seigneur, guéris-nous (Arc-en-ciel 813)
  • Annonce de la grâce : 

L’amour de Dieu est comme la sève qui apporte la vie aux branches. L’amour de Dieu peut faire bourgeonner, éclore et s’épanouir le beau et le bon dans notre vie, parce qu’au-delà de nos révoltes, de nos refus, de nos erreurs, de nos oublis, il y a cette parole qui nous dit : vous êtes aimés de Dieu. 

Que cette parole d’amour coule en vous comme le sang dans les veines, comme la sève dans les branches, pour que votre vie en soit transformée, comme le rameau qui bourgeonne et se couvre de feuilles et de fruits.

Amen

  • Répons : Quand les montagnes (Arc-en-ciel 167)

Pendant le répons, nous transformons notre rameau sec en rameau vert : on fait passer les corbeilles contenant les « feuilles » en feuille de mousse, chacun peut en prendre 2 ou 3 et les glisser sur les branches de son rameau.

  • L’âne qui ne rêvait plus (d’après Marc 11/9-11)

Revenons à Petit Âne

Il regardait la foule joyeuse autour de lui, savourant chaque pas sur le tapis de vêtements et de rameaux.

Est-ce que c’était pour lui ? 

Il sortit de sa rêverie pour écouter plus attentivement ce que la foule criait autour de lui : 

« Gloire à Dieu ! Que Dieu bénisse celui qui vient au nom du Seigneur ! Que Dieu bénisse le Royaume qui vient, le Royaume de David notre Père ! Gloire à Dieu dans les cieux ! ».

Ainsi donc, ce n’était pas pour lui, mais pour l’homme qu’il portait et ce Jésus était manifestement très important pour son peuple pour être acclamé de la sorte. Petit Âne en fut tout rempli de joie. Finalement, ce n’était pas si mal d’être un âne !

Comme la foule ce jour-là, nous aussi disons notre joie en chantant… 

  • Cantique : Quand Jésus entre à Jérusalem (Arc-en-ciel 777/1-3)
  • Les larmes de l’âne : (d’après Luc 19/41-48)

C’est donc un Petit Âne très fier qui entre dans Jérusalem, avec sur son dos celui qui porte tant d’espoir, celui dont la foule attend tellement. Petit Âne marche dans les rues de Jérusalem. Jamais il n’a vu tant de monde ! Il avait bien entendu dire qu’on y attendait beaucoup de monde pour cette fête que les humains appelle la Pâque, mais là, cela dépasse tout ce qu’il s’était imaginé ! 

Mais il n’a pas le temps de contempler tout ce qu’il entoure qu’il entend l’homme sur son dos pleurer en contemplant la ville. Il l’entend chuchoter : 

«  Jérusalem, tu n’as pas su aujourd’hui trouver la paix. Hélas, maintenant, tes yeux n’ont pas voulu voir… Tu n’as pas reconnu le moment où Dieu est venu pour te faire du bien. »

Petit Âne ne comprend pas très bien ce que cela veut dire, mais il sent la tristesse de Jésus l’envahir, son cœur de bête se sert et des larmes mouillent ses yeux sombres. Ainsi cette joie n’est qu’apparente ou alors provisoire ?

Ses sabots le conduisent à travers les rues étroites de la ville jusqu’au Temple. Là, le Seigneur descend et entre dans le Temple. Bien sûr, Petit Âne n’a pas le droit d’aller plus loin et il voit à regret s’éloigner cet homme dont il sait bien peu de choses, mais qui a malgré tout bouleversé sa vie. Bientôt, il ne le voit plus, mais il entend des cris à l’intérieur du Temple, le bruit de tables qu’on renverse, les protestations d’humains mécontents, les applaudissements d’autres qui ont l’air satisfait. Il voit s’échapper quelques pigeons… 

On dirait que Jésus a provoqué une belle pagaille dans le Temple, pense Petit-Âne et pas si bête, il se dit que les choses pourraient bien mal finir ! C’est peut-être pour cela que Jésus pleurait tout à l’heure. Quel homme étrange, quel Seigneur surprenant, pense Petit Âne : il sait que cela va mal finir et il y va pourtant, comme s’il était prêt à tout accepter, à tout donner. Mais être prêt à tout pour ceux qu’on aime, c’est peut-être ça que les humains appellent l’amour ?

On accroche la croix

  • Cantique : Jésus, ton peuple vient à toi (Alléluia 33-32/1-3)
  • Annonces
  • Offrande  
  • Prière d’offrande : 

Seigneur, merci pour tout ce que tu nous donnes : la vie, l’amour, le sens de la vie, la vraie fraternité et tant d’autres choses encore. Fais que notre offrande soit le signe de notre reconnaissance et de notre désir de vivre comme tu l’as fait : en aimant Dieu et en aimant nos frères et nos sœurs. Amen.

  • Cantique : Je louerai l’Eternel (Arc-en-ciel 151/1 et 4)
  • Prière d’intercession : 

Je vous invite à prendre en main votre rameau et à nous unir dans la prière.

Seigneur, nous voici devant toi, avec un rameau symbolique en main. Fais que ce rameau nous invite à t’ouvrir tout grand les portes de notre cœur pour que tu y entres comme tu es entré à Jérusalem, afin que ta parole remplisse et embellisse notre vie. Accrocher un rameau sur la croix avec le scotch double-face.

Fais que ce rameau nous invite à t’accueillir pleinement dans notre cœur et dans notre vie : que nous vivions à ton exemple, une vie de bonté et d’amour, où foisonnent des gestes concrets de solidarité à l’égard de nos frères et sœurs humains. Accrocher un rameau sur la croix avec le scotch double-face.

Fais qu’à travers nous, ta parole d’amour et d’espérance soit annoncée en ce monde. Fais qu’à travers nous, ta vie et ton œuvre se poursuivent autrement. Accrocher un rameau sur la croix avec le scotch double-face.

Et comme tu l’as enseigné à tes disciples, nous prions…

Notre Père qui est aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,

pardonne-nous nos offenses 

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,

et ne nous soumets pas à la tentation, 

mais délivre-nous du mal,

car c’est à toi qu’appartiennent

le règne, la puissance et la gloire, 

pour les siècles des siècles.

Amen.

Pendant le prochain cantique, je vous invite à venir accrocher votre rameau pour donner vie à la croix du Christ

  • Cantique : Ensemble
  • Bénédiction : Que le Seigneur vous bénisse et vous garde. Que le Seigneur fasse rayonner sur vous son regard et vous donne sa grâce. Que le Seigneur tourne son visage vers vous et vous donne la paix.

Amen

 

- Match TiVi : les Rameaux vus du XXIe siècle

Deux animateurs télé décrivent la scène depuis leur point de vue. Ils agrémentent leur récit de témoignages. D’abord Pierre qui décrit la scène avec la trot’. Puis trois personnes de la foule qui disent ce que représente pour eux le salut apporté par Jésus. Une version actualisée de la fête des Rameaux.

Matériel :

Personnages :
A1 = animatrice de Jérusalem Match TiVi
A2 = animateur de Jérusalem Match TiVi
Pierre = un apôtre interviewé
Stéphane Atic = un cluber antiromain
Bartimée = un aveugle que Jésus a fait recouvrer la vue
Rose-Anna = une fan de Jésus

 
Clap : « En 33 »
Lecture du texte biblique : Mc 11,1-10

Clap : « En 2012 »

A1 : Bonjour chères téléspectatrices

A2 : Bonjour chers téléspectateurs

A1 : Bienvenue sur les ondes de Jérusalem Match TiVi, en direct d’un événement que votre télévision n’allait pas rater : la star Jésus va faire son entrée à Jérusalem!

A2 : Événement extraordinaire. Nous espérons qu’il mettra autant d’ambiance qu’à la Lac Parade où il a marché sur l’eau!

A1 : Que de souvenirs! Nous allons essayer d’avoir pour vous une interview exclusive avec Jésus en ce jour mémorable.

A2 : Un jour où le monde afflue. Je vois une foule immense qui se réunit !

A1 : Je vous arrête, la régie m’informe que nous avons un premier témoin d’une scène qui vient de se passer. La régie nous envoie Pierre, un ami proche de Jésus.

A2 : Certains disent d’ailleurs que c’est lui qui bénéficiera de la notoriété de Jésus à la fin de sa carrière.

A1 : Le voilà. Pierre, racontez-nous ce qui vient de se passer!

Pierre : On était, mes potes et moi, avec Jésus. Et là, il nous a dit sur un ton hyper autoritaire d’aller lui chercher une trottinette! Moi, au début, je l’ai pas cru. J’ai pensé que c’était une blague. Mais lui, il est resté vachement sérieux.

A1 : Effectivement, un ton si directif est étonnant de sa part. Est-il bouleversé? Comment le voyez-vous en ce moment, vous qui le côtoyez de près?

Pierre : Eh bien, je le sens très tendu actuellement. C’est un gros challenge pour lui de venir à Jérusalem. Il a peur que ça marque la fin de sa carrière.

A2 : Mais alors, pourquoi vient-il ici?

Pierre : Ben c’est à cause de son Père. Je sais pas si vous le connaissez. Il a tout le temps des idées pour son Fils. Et quand son Père lui dit quelque chose, Jésus est très obéissant. Il lui dit amen à tout.

A1 : Et donc que s’est-il passé avec la trot’ ? Nos téléspectateurs sont curieux!

Pierre : J’y viens, j’y viens. Donc, il nous a dit précisément : « Allez me chercher une trottinette par tous les moyens, c’est pour que j’entre en trottant. » On était un peu étonné, nous, avec son impresario, on avait prévu un truc du genre arrivée en Monster Truck minimum. Mais bon, on l’connaît nôtre Jésus, on commence à être habitué au personnage. Déjà dans une soirée VIP, il nous avait amené le meilleur pinard de la région, personne n’avait compris comment.

A2 : Et comment avez-vous fait pour vous procurer un tel objet?

Pierre : Ben j’suis allé vers un djeuns, je lui ai dit: « Je viens chercher une trottinette pour le Fils de Dieu, celui qui va reconstruire le Temple en 3 jours. » Il a éclaté de rire, il a pensé que c’était un canular. Il l’a trouvé tellement drôle qu’il m’a filé la trot’ sans rien dire.

A2 : Merci beaucoup pour votre témoignage Pierre, nous vous laissons retourner vers la fête. Nous voyons d’ailleurs au loin que la foule commence à s’agiter !

A1 : Oulala, je n’ai jamais vu une telle foule depuis la fois où Jésus avait partagé cinq pains et deux poissons avec tout le monde !

A2 : J’ai vu que des habitants de Jérusalem avaient déjà décroché leurs rideaux rouges pour faire un chemin à la star, mais ce n’est pas suffisant. Nous voyons actuellement des gens en train de couper des branches d’arbre pour compléter le chemin.

A1 : C’est Green Peace qui ne va pas être content… J’en vois encore d’autres lancer leurs vêtements sous les roulettes de Jésus.
Un keffieh arrive sur la tête d’un journaliste.

A2: Je n’ai jamais vu une entrée de star aussi impressionnante depuis la montée des marches de Cana.

A1 : La foule est en délire, elle n’arrête pas de crier. Quel brouhaha, je n’arrive pas à comprendre ce qu’ils disent.

A2 : Ça y’est, il est rentré dans Jérusalem, je le vois se diriger et entrer dans le Temple.

A1 : J’espère vraiment que nous obtiendrons de lui une interview exclusive. En attendant, nous allons essayer d’avoir des témoins de cette entrée fracassante.

A2 : La régie nous envoie quelqu’un. Bonjour Monsieur Atic.

Stéphane : Appelez-moi Stéphane.

A1 : Racontez-nous ce que vous faisiez ici?

Stéphane : Ben, je viens d’un p’tit bled en Judée pour une méga teuf trop mortelle à Jérusalem. Chaque année, je viens avec mes potes ici pour la Pâque Party.

A2 : Pour nos téléspectateurs qui ne le sauraient pas, c’est une fête appréciée des clubers pour la danse et les chants, ainsi que des gastronomes pour l’agneau et les herbes amères.

A1 : Oui, il y a une dimension religieuse. Autour de ce repas, les juifs se rappellent la sortie d’Égypte lors de laquelle Dieu les a libérés. Et donc, c’est pour participer à cette fête que vous êtes venus. La suite de votre récit Stéphane.

Stéphane : Donc je suis venu quelques jours en avance avec des clubers, et normalement il se passe pas grand-chose ici. Mais là, c’était trop mortel ! Il y avait plein de people rassemblés le long d’un tapis rouge. Et là, j’en croyais pas mes yeux, Jésus a débarqué! Vous vous rendez compte, Jésus. Moi j’ai un poster de lui au-dessus de mon lit. Trop mortel, une star comme lui qui se pointe. Alors tout le monde commençait à crier : « Hosanna ».

A1 : Ah, c’est donc cela que la foule scandait.

A2 : Oui, « Hosanna », cela signifie « Oh sauve ». Et vous, alors, qu’avez-vous fait à ce moment?

Stéphane : Ben j’ai crié aussi. Qu’il sauve, ouais ! Moi je pense qu’il va nous sauver de ces envahisseurs Romains. Alors avec mes potes on a crié: « Mais ils sont où, mais ils sont où, mais ils sont où les p’tits Romains la la la la… ».

A1 : Coupant le « la la la » Effectivement, cela fera 100 ans l’année prochaine que Jéursalem est occupée par les Romains. Bien des personnes voient en Jésus celui qui les sauvera de cette emprise.

A2 : Quelle ambiance, c’tait fanatique ! Alors Stéphane, que souhaitez-vous à Jésus pour ces prochains jours à Jérusalem?

Stéphane : Ben moi j’lui souhaite un séjour trop mortel!

A2 : Merci Stéphane Atic. Tout de suite, sur les ondes de Jérusalem Match TiVi, un nouveau témoin de la scène. Comment vous appelez-vous Monsieur?

Bartimée : Je m’appelle Bartimée.

A2 : On m’a dit que vous aviez rencontré Jésus personnellement, racontez-nous cela.

Bartimée : Eh bien, j’étais aveugle, et lorsque Jésus s’est approché de moi, j’ai crié : Fils de David, aie compassion de moi. Et il m’a fait recouvrer la vue.

A1 : Ha ha ha, redonner la vue !!

A2 : Non non, c’est bien vrai, écoute. Il y avait le cousin de ma belle-soeur qui était là! Il me l’a raconté.

A1 : Confus. Euh, excusez-moi Bartimée… Mais quel homme extraordinaire ce Jésus. J’espère vraiment pouvoir l’interviewer prochainement. Poursuivez donc votre histoire.

Bartimée : Ça s’est passé tout récemment, et depuis je le suis en permanence. Alors quand j’ai su qu’il allait entrer à Jérusalem, je me suis mis dans la foule et j’ai crié avec la foule « Hosanna ». Parce que lui, il m’a vraiment sauvé. Je mendiais car étant aveugle, je ne pouvais pas avoir de travail. Et maintenant il m’a redonné la vue, il m’a relevé.

A2 : Question rituelle, que souhaitez-vous à Jésus pour la suite de sa carrière?

Bartimée : Je lui souhaite d’être une star montante!

A2 : Merci beaucoup Bartimée. Sans plus attendre, sur nos ondes, un dernier passant que nous avons tiré de la foule pour vous.

A1 : Rose-Anna, qu’est-ce qui vous a attiré dans la foule autour de Jésus?

Rose-Anna : Depuis que je suis sa carrière, je le trouve vraiment trop cool!

A2 : Et qu’est-ce que vous trouvez cool en Jésus?

Rose-Anna : Ben, c’est pas une star qui se prend la tête vous voyez. Il parle avec les gens, il est en contact avec eux. Pour venir jusqu’ici il a pris une trot’ et pas un Monster Truck comme les autres stars. Mais ça c’est dès sa naissance. J’ai d’ailleurs lu un article dans Galla-ilée, il paraît qu’il est né dans une étable.
Vous voyez, c’est une star qui nous ressemble. Et en plus, il est intègre. Je l’ai entendu faire un discours sur une montagne une fois, il parlait de comment il fallait se comporter. C’était assez radical. Mais lui il fait tout ce qu’il dit.

A1 : À vous entendre, s’il se présentait aux élections, vous l’éliriez?

Rose-Anna : Mais non, Jésus c’est pas un politicien. D’ailleurs, quand j’étais dans la foule, j’étais porté avec les autres et on criait d’une seule voix. Je suis sûr que nos ancêtres ont crié la même chose à la sortie d’Égypte. D’ailleurs, Moïse, c’est la seule star que j’aime autant que Jésus. Il bégayait, il était pas sûr de son coup, il a cherché à négocier avec Dieu. Ah, Moïse et Jésus, ça ce sont des stars qui ont libéré des choses en moi.

A2 : Nous ne vous laisserons pas partir sans vous poser une dernière question: que souhaitez-vous à Jésus.

Rose-Anna : J’ai vu sur votre chaîne que ça faisait un moment qu’il n’avait plus revu son père en personne. Je lui souhaite simplement d’aller le retrouver.

A1 : Merci beaucoup Rose-Anna pour votre témoignage. Nous n’avons plus d’autres personnes à interviewer. J’aurais espéré encore avoir un contact avec Jésus, mais je pense malheureusement que je vais devoir faire une croix dessus.

A2 : Eh bien soit, il ne nous reste alors plus qu’à souhaiter à nos téléspectateurs et à nos téléspectatrices de rencontrer personnellement Jésus et de pouvoir, comme les gens de la foule ici, savoir ce qu’ils lui auraient crié.

A1 : C’était Jérusalem Match TiVi, en direct de l’entrée à Jérusalem de Jésus. À vous les studios.

3 micros
Porte-clé autour du coup pour Pierre
Écharpe du Servette (un club de foot local) pour Stéphane
Paire de lunettes noires pour Bartimée
T-shirt « Follow me » avec me barré et remplacé par Jésus pour Rose-Anna
Un clap
Un keffieh pour lancer à la tête d’un journaliste